lienlien












 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Rocket Man vs Aqua Laguna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roronoa Zoro
avatar
Sabreur Mugiwara

Masculin « Age : 31
« Messages : 3451

» Niveau : 8.
» Surnom : Zoro le chasseur de pirates.
» Rôle / Grade : Sabreur.
» Prime : 60.000.000 Berries.

MessageSujet: Rocket Man vs Aqua Laguna   Jeu 27 Nov 2014 - 0:01

Kokoro avait actionné les manettes et déjà le fier engin vrombissait-il de toutes ses forces, expectorant quantité de fumée au moment du départ. Bien installé sur l'une des banquettes, matelassée d'un rouge écarlate et décorée de motifs sombres, Zoro ne manqua pas d'apprécier le spectacle lorsque le véhicule d'une autre époque s'élança dans le vide, imitant en cela l'envol d'un oiseau de proie sous le tonnerre et la pluie. Car à circonstances particulières, dispositions particulières : non seulement les rails ne suivaient pas un continuum menant du hangar au dehors, mais en plus de cela, une bonne vingtaine de mètres séparaient le bâtiment de la voie ferrée. Chemin maritime délicat à emprunter, le passage obligé vers Enies Lobby n'en demeurait pas moins accessible, à en croire la pilote. À tout le moins, il fallait reconnaître à cette dernière une maestria certaine, s'agissant de manier les commandes. Une surprise en amenant une autre, moins bonne, quelques invités indésirables apparurent les uns après les autres, faisant comme si de rien n'était. Ce furent d'abord les charpentiers de la Galley-La qui se frayèrent un chemin à bord du wagon occupé par l'équipage du Mugiwara, sans que ceux-ci ne sussent trop comment. Les hommes de la Franky Family y succédèrent, les loubards du pauvre poussant le vice jusqu'à atteler leur navire à l'arrière du Rocket Man, tandis que deux Yagaras géants imitant le sourire du cyborg tractaient l'embarcation. Les cris empreints d'enthousiasme se superposaient les uns par-dessus les autres, générant ainsi une clameur qui irritait passablement Zoro, lui qui exécrait ce genre d'anicroches. Plus prompt à réagir que ses camarades, il se porta vers l'une des fenêtres jonchant la paroi Est du train et, passant sa tête au dehors, fit tonner ce qu'il fallait de remontrances et de désapprobation à l'encontre des resquilleurs.

"Hé ! On peut savoir ce que vous faites, au juste ?! Faites pas trop les malins et dégagez, vous allez nous ralentir ! Déjà qu'il y a plus de monde que prévu, vous avisez pas de venir nous gêner !"


Réactifs face à cette dernière assertion, Tailston et Lulu se demandèrent de concert qui pouvait bien s'être immiscé à bord de l'ancêtre du Puffing Tom, ce à quoi Paulie, énervé, leur rétorqua qu'il s'agissait forcément d'eux. Guère enclin à laisser ces comiques faire leur numéro plus longtemps, Zoro grogna au fumeur qu'il faisait partie du lot d'indésirables. Qu'importe, il était de toute façon exclu de faire machine arrière, de même que ce n'était pas le genre de la maison de balancer des inconnus par-dessus bord. Encore que ça démangeait le sabreur, agacé sans pour autant être gagné par quelque nervosité, inconnue au bataillon. Insensible à toute forme de réification, par ailleurs désintéressé de la contagion émotionnelle qui gagnait ses compagnons, il se garda tout naturellement d'exhaler la proximité affective dont faisaient rapidement montre les occupants du compartiment central. C'était prévisible, aussi le natif de Shimotsuki ne lui en tint-il pas rigueur. Luffy était sorti de son mutisme pour mieux enterrer la hache de guerre avec les adversaires d'hier, proclamés alliés d'aujourd'hui. Au fond, cela eut un effet lénifiant sur le détenteur de Wadô Ichimonji, sans pour autant lui faire perdre de son tonus. Désormais approbateur, il gratifia le discours de son capitaine d'un sourire tout en connivence avant de sonder les artisans quant au matériel dont ils disposaient. C'est que l'Aqua Laguna monopolisait l'attention du second officieux, stakhanoviste aussi strict qu'exigeant devant l'éternel.

Donnant le la pendant que Luffy scellait le pacte avec Paulie et Zanbai, Roronoa ne s'opposa pas à ce que Tailston, Lulu et quelques francs-tireurs de la Franky Family ne canardassent la prochaine vague haute. Un authentique quitte ou double, à en croire Kokoro, étrangement présente dans le wagon. Au point où c'en était, plus rien ne pouvait étonner le bretteur, heureusement détaché du rationnel de par son tempérament primesautier. Tête brûlée conservant invariablement son sang-froid, l'ancien chasseur de primes garda tout de même un œil sur le déroulement des opérations. L'expression équanime sur son visage parlait pour lui, assurément, car en son for intérieur, il s'attendait à ce que les rafales successives ne donnassent rien. Plutôt que d'arborer une moue fantoche, il entreprit de faire ce qu'il faisait le mieux : agir là où personne ou si peu ne le pouvait. En soi, si les vulgates propres à la voie du sabre n'étaient certes pas accessibles au péquin lambda, elles n'en constituaient que d'autant plus l'essence des actes et paroles de Zoro en pareilles circonstances. Acculés, les ressortissants de Water Seven se confondaient en clabaudages et autres palabres, signes de leur panique grandissante. En visu de ceux qui tiraient le constat de leur impuissance, Luffy venait également de grimper sur le toit du bolide, à l'avant, rejoignant en cela son premier nakama. Faisant chorus à la volonté de leur porteur, les trois sabres de celui-ci avaient déjà quitté leur fourreau, prêts qu'ils étaient à s'exécuter. Les mots étaient inutiles, tous deux savaient comment ça allait se passer. Aussi, pendant que le chasseur de pirates enjoignait leurs alliés à continuer à faire feu, son capitaine lui posa-t-il une question d'une importance capitale. Amusé sans rien en montrer, baignant dans le même état d'esprit qui leur permettait de prendre à la légère une situation d'une gravité indéniable, Zoro répondit tout en se mettant en position, sa voix dénotant à la fois sérieux et détachement.

"Ça fait 216. On n'a qu'à changer le nom, va pour trois-cent."

L'honneur de l'annonce revenait au capitaine, comme de bien entendu. Outre le fait qu'ils faisaient plus dans la révocation que dans l'incantation, les deux comparses marièrent deux de leurs meilleures techniques pour mieux se frayer un chemin vers l'enfer annoncé. L'oxymore était du plus bel effet, dans tous les sens du terme, comme en attestait le 300 prononcé conjointement. Et Zoro de prendre à sa charge la seconde partie de la didascalie martiale, alors même qu'il parachevait un Hyakuhachi Pound Hou aussi puissant qu'incisif. Si sa voix était forte, sa foi en sa capacité à tout trancher l'était bien plus encore. 300 raisons d'avancer, de quoi jauger l'opiniâtreté du binôme.

"... 300 Pound Cannon !!!"

Une vague ? Quelle vague ? Transpercée par un obus de convictions, elle était aussi éphémère que la fatuité qui n'avait que trop engoncé Roronoa, la veille. Toutes deux étaient loin derrière, désormais.


Undisputed.

« My swords ? Sorry, they're really howlin' for blood..! »
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t312-roronoa-zoro-equipage-d
Monkey D. Luffy
avatar
Capitaine Mugiwara

Masculin « Age : 24
« Messages : 1946

» Niveau : 7
» Surnom : Luffy au Chapeau de Paille.
» Akuma no Mi : Gomu Gomu no Mi.
» Rôle / Grade : Capitaine de l'Équipage du Chapeau de Paille.
» Prime : 100.000.000 Berries.

MessageSujet: Re: Rocket Man vs Aqua Laguna   Dim 30 Nov 2014 - 9:29

« T'es sûre que c'est par là ?! »
« Mais oui ! Dépêche-toi, Luffy ! »


Et ledit Luffy de presser le pas, talonné de près par une navigatrice que la cavalcade laisserait aussi échevelée qu'essoufflée. Probablement en avait-elle conscience, mais il n'aurait pas eu à forcer beaucoup pour creuser l'écart. Simplement, l'heure n'était pas à se séparer alors qu'ils avaient déjà eu tant de mal à se retrouver – et n'avaient pas encore pu remettre la main sur les deux autres. Ce qu'il en était de Sanji, la rouquine lui en avait déjà fait part sur le trajet, au prix d'un peu plus de cette haleine qu'elle perdait graduellement. Si la distancer aurait été aisé en temps normal, la tâche se serait probablement révélée plus ardue en épaulant le consistant sac de toile qu'elle lui avait remis. Peut-être du fait de la frénésie ambiante, ou alors parce que sa jute ne datait pas d'hier, le capitaine n'avait aucune piste quant à son contenu. Ni la latitude d'assouvir sa curiosité, par ailleurs.

Ainsi donc, dans sa pensée rudimentaire, l'analyse n'avait pas dépassé le stade de « bagage mystérieux ». Et quoi d'étonnant à cela ? Ce n'était pas la première fois que Nami lui faisait trimbaler son fourbi. L'opulent baluchon le suivait donc comme son ombre, rebondissant comiquement à leur suite sans que son poids pourtant notable n'eût l'air de poser problème. Du moins sauf quand son estomac se mettait à vociférer tout le bien qu'il pensait de sa privation forcée. Néanmoins, pourvu qu'il fasse mine de faiblir, sa compagne se faisait forte de le remotiver d'une taloche bien sentie à l'arrière du crâne. Ce en quoi il ne pouvait que lui donner raison : ils n'avaient pas le temps de traîner en route. S'il arrivait parfois que Mugiwara peine à s'imprégner de la gravité d'une situation, celle-ci lui était bien parvenue – et dès avant que le train aquatique n'emmène sa nakama à son bord.

Rien, pas même son alimentation, ne passait avant ses compagnons : il aurait tout le loisir de manger plus tard ! Mais si belle soit la force de conviction dont il faisait montre, les forces finissaient tout de même par manquer. La quantité de sang que lui avait coûté son altercation avec Rob Lucci l'avaient substantiellement affaibli. Il devenait urgent qu'il se refasse une santé, ou il n'irait pas loin. Or, la route était encore longue... Prenant son courage à deux mains, et le colis avec lui, un Luffy à la langue pendante dévala les escaliers qui menaient sur le quai ou les attendait leur carrosse ferroviaire. Plus que quelques mètres ! Et l'anémie pouvait boulotter ses dernières ressources à son gré ; ce n'était pas ce qui lui gâcherait la joie de retrouver ses amis en bord de voie. Ragaillardi à leur vue, il saisit Nami par le poignet et bondit littéralement dans leur direction. Non loin dans leur sillage se profilaient les forces vives de la Galley-La.

« ZOROOO ! CHOPPEEER ! On est là ! » s'époumonna-t-il dans le même temps, adressant de grands signes de la main à qui de droit.

Le tonus de sa voix se réverbéra dans chaque paroi métallique de la gare désertée. Traversant les airs dans un numéro de voltige que n'apprécia que peu sa compagne acrobate – à en croire ses hurlements -, il les rejoignit sans faire de casse... Qu'il s'agisse d'eux ou du sac de courses qu'il acheminait. À peine se fut-il écroulé en plaidant famine que la rousse entreprit de dénouer le solide noeud marin qui maintenait le secret sur sa cargaison. L'on aurait pu croire assister à la naissance d'une nouvelle galaxie tant les étoiles illuminèrent son regard quand il y découvrit l'idée qu'il se faisait de l'Eldorado. Sans même attendre que la hotte soit pleinement ouverte, il se jeta dans son entrebâillement, à l'assaut de son contenu. Sans même qu'il paraisse prendre le temps de respirer, il engouffra sans coup férir jambons à l'os et autres colliers de saucisses.

Par chance, la rapiate avait été prévoyante et s'était fendue de l'achat (?) d'un bagot renforcé, au fait de la délicatesse de son capitaine ; la partie plus délicate et spiritueuse du chargement n'en avait pas souffert. Bien qu'absorbé par sa goinfrerie, Luffy avait préservé assez de lucidité pour se laisser pousser à l'intérieur du wagon, les quelques kilos de bidoche absorbés lui ayant rendu l'usage de ses jambes. Il finirait son en-cas pendant le voyage. Et rien, pas même d'être jeté à terre par l'impulsion qui lança le Rocket Man à la conquête des rails et des flots, n'aurait entaché le plaisir d'avoir enfin l'estomac plein. Trop occupé à se remplir la panse, c'est à peine si l'homme-élastique remarquât que le wagon avait semblé se rétrécir à mesure que filaient les minutes précédant leur départ. Semble-t-il qu'ils n'étaient pas ou plus les seuls à en faire une affaire personnelle.

Et quand l'ennemi commun est aussi titanique, autant se dresser à l'unisson.

Si la présence des charpentiers demeurait somme toute tolérable, l'on ne pouvait forcément en dire autant de la Franky Family. Là où leurs déboires avec les premiers ne découlaient que d'un malentendu, le mot d'ordre des seconds avait été la pure et simple gratuité. L'ex-sniper de leur équipage devait encore en porter les traces, en plus d'un souvenir amer. Cependant, le fait que le natif de Fuschia les admette à bord avait semblé mettre tout le monde d'accord. Plus encore que n'importe qui d'autre, il aurait dû être enclin à leur refuser l'accès au train. S'il daignait les accepter à ses côtés, pourquoi pas eux ? Quand bien même sa première recrue ne s'était pliée à ce consensus que de mauvaise grâce, Luffy ne s'en formalisa pas, préférant s'extasier devant les dimensions faramineuses des Yagaras attelés en queue de convoi.

Il était dans la nature profonde du bretteur de répondre à l'insouciance de son capitaine par sa défiance : cela faisait aussi partie de leur alchimie. L'homme à cent millions de Berrys continua donc son repas, appliquant scrupuleusement la consigne selon laquelle on ne part au combat le ventre vide. Son gavage rigoureux ne l'empêcha pas de prendre part aux discussions animées qui rythmaient ce début de voyage, avec force postillons. Néanmoins, la conversation prit une tournure plus sérieuse quand Paulie se soucia enfin de mettre ses collègues au parfum, ce qu'il n'avait apparemment pu faire avant. Stupéfaits par cette révélation, ceux-ci ne quittèrent leurs mines horrifiées que pour partager leurs propres soupçons – probable fruit d'une investigation minutieuse. Profitant du sérieux ambiant et du sien propre, Luffy réclama l'attention entre deux plats pour qu'ils n'ignorent rien de sa volition.

« Hoy ! Vous tous, écoutez-moi ! Il y a eu des problèmes entre nous à Water Seven, mais c'est terminé maintenant. On va se battre tous ensemble. Ces gars-là sont tous très costauds, mais le plus fort, c'est le mec avec le pigeon. Et celui-là... Il est pour moi !! »

Nul ne s'y opposa – plusieurs acquiescèrent même à cette résolution. Luffy n'en demandait pas plus. Pour avoir essuyé une solide déconvenue la dernière fois, il avait un compte à régler avec l'oiseleur, et ne laisserait personne le faire à sa place. La hache de guerre entre eux avait bien été enterrée, aussi était-il temps de joindre leurs mains pour en brandir une autre à l'encontre du Gouvernement. À peine l'accord fût-il entériné que leur conductrice leur signala un obstacle sur la voie, sous la forme d'une prodigieuse lame de fond. S'il n'en manifestât aucune anxiété, le garçon-caoutchouc se lança dans une série d'étirements, gymnastique digestive consécutive à sa collation. À mesure que craquaient les articulations et se déliaient les os, il put apprécier à quel point casser la croûte l'avait revigoré. Assez pour déplacer des montagnes... Ou fendre les flots.

Encore qu'il laissât le sens strict de cette phrase à son lieutenant, lequel n'avait pas attendu lui non plus pour entamer ses préparatifs. Nul besoin d'entendre le chant de l'acier qui quitte son garde-meurtre pour le savoir déjà prêt – ne l'était-il pas toujours ? Le balafré conclut sa série d'exercices en faisant bruire ses phalanges, sans ensuite desserrer les poings ainsi préparés. À quoi bon, puisqu'il allait en avoir besoin ? Ayant gravi l'échelle qui devait les mener au sommet de la locomotive, les deux hommes se tinrent côte à côte, alignés sans qu'ils eurent besoin de procéder à un quelconque ajustement. La force de l'habitude propre à ceux qui, toujours, vont monter au front les premiers. Les fustigations de l'averse, loin de le décourager, eurent sur lui un effet vivifiant. Qu'est-ce qu'un peu de pluie, quand l'océan entier paraissait vous prendre en aversion ?

« 106 par deux, ça fait combien ? » interpella-t-il son compagnon d'un air insouciant.

Le caractère badin de l'échange qui s'ensuivit semblait si incompatible avec la menace planant sur leur tête qu'il en devenait surréaliste. Tout occupés soient-ils à mitrailler de tout leur saoul le raz-de-marée sur le point de s'abattre – et les abattre ? -, leurs alliés ne manquèrent pas de s'en faire la réflexion. Les gouttes célestes ne l'atteignirent plus dès lors qu'il se campa sur ses jambes et que ses poings se mirent à en battre la mesure. S'il donnait l'impression de fouetter l'air, de se battre contre le vide, il n'en était rien ; la douleur que sa posture devait remémorer aux frères et soeurs de Franky en attestait. Pleinement concentré sur l'onde marine, Mugiwara n'en détourna pas le regard au profit de son compère. Ce n'était pas nécessaire. Car autant leurs gestes que leurs mots étaient depuis longtemps au diapason.

« Gomu Gomu no... »

Si la voix de Roronoa domina la fin de cette aria guerrière, leurs timbres n'en résonnèrent pas moins en un choeur puissant. Les eaux elles-mêmes, toutes forces de la nature qu'elles soient, furent forcées de plier devant tant de conviction. Les vagues éclatèrent en une fine bruine qui, cette fois, n'avait plus rien de glacial – et pour cause : la vapeur cuisante du bolide avait pu s'y infuser sans encombres. Son nez d'acier continuait de fuser droit devant, sans dévier de la voie sur laquelle on l'avait lancé. Inarrêtable, le Rocket Man était réputé pour être, et leur équipage y veillerait. Nul n'était plus en droit d'en douter. D'abord estomaqués, les autres passagers de ce voyage vers le danger les gratifièrent d'une franche ovation. Le tonnerre sourd des paumes qui s'entrechoquent ne s'était pas encore tu quand ils regagnèrent l'intérieur et son confort.

La cultivatrice de mandarines, qui y attendait leur retour, l'accueillit en lui fourrant dans les mains un mollusque téléphonique. Sanji était à l'appareil. Quand bien même ce fut sa première question, le fils de Dragon ne s'étonna guère d'apprendre que son chef-coq n'avait pas encore pu mettre la main sur Robin. Ce ne serait pas si simple, indépendamment de la confiance qu'il lui accordait – aussi infaillible qu'envers tous ses nakama. Même ceux qui l'avaient quitté... De par la position délicate du cuistot, le dialogue n'était pas fait pour durer – ce qui ne serait point nécessaire, Nami s'étant déjà chargée de lui faire part de l'essentiel. Toutefois, la question que lui posa le disciple de Zeff avant qu'ils se quittent fendit ses lèvres d'un sourire. Pas un de ceux - béats – qu'il avait coutume d'arborer, mais simplement l'expression du contentement que lui inspirait cette instinctive cohésion.

« Fous-leur une raclée ! »

Et ce fut tout. L'approche qu'il venait de cautionner par ces simples mots n'était certes pas la plus délicate, mais leur petite bande n'avait pas acquis ses lettres de noblesse – ou d'infamie – en faisant dans la finesse. Tout le mouron que la plantureuse rouquine pourrait se faire quant à la suite des événements ne le ferait pas revenir dessus. Ce qui lui aurait de toute façon été difficile, dans la mesure où le dernier son qui leur était parvenu sous-entendait la destruction par Sanji de son propre combiné. Gonflé à bloc par ces nouvelles du front, Chapeau de Paille sauta sur ses pieds – non sans avoir rendu à son couvre-chef sa place naturelle, celui-ci ayant été précédemment chassé par les vents. Brandissant les bras au-dessus de sa tête pour mieux proclamer son enthousiasme, il rugit :

« Hé, mammy ! Mets les gaz ! 'Faut qu'on y aille à fond ! »


« So, you don't like to get hit, huh ? Well, you're about to have a very bad day. »



Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t500-monkey-d-luffy-equipage
Tony Tony Chopper
avatar
Docteur Mugiwara

Masculin « Age : 23
« Messages : 428

» Niveau : 10
» Surnom : Cotton Candy Lover
» Akuma no Mi : Hito Hito no mi
» Rôle / Grade : Médecin des Mugiwara

MessageSujet: Re: Rocket Man vs Aqua Laguna   Dim 30 Nov 2014 - 19:41

"Confortablement" installé à l'avant, dans la cabine du conducteur, le jeune renne avait échappé à tout le barouf qui avait accompagné l'arrivée de nouveaux membres dans leur croisade pour sauver Robin-san - même s'il avait entendu quelques clameurs et éclats de voix -. Constituée initialement des quatre membres de l'équipage des Mugiwara, leur compagnie comportait désormais les hommes de la Franky Family, ceux-là même à qui ils avaient mis une raclée quelques heures auparavant, trois hommes de la Galley-La, celui qui sentait la fumée, Paulie, si la mémoire du renne était bonne, le colosse barbu et celui à lunettes. Mais d'autres invités surprise étaient là, puisque le renne, affairé à pelleter du charbon dans la gueule enflammée du requin de fer, remarqua que la vieille Kokoro était occupée à sermonner dieu seul savait, sa tête et son buste passés à travers la fenêtre. La truffe bleue s'agita, et les odeurs, bien que masquées par la pluie, semblaient être celles de la petite-fille, Chimney, et de son chat-lapin. Visiblement, la grand-mère les avait certes retrouvés, mais pas à l'endroit où elle l'attendait. Chopper retourna à sa tache, rassuré par l'absence de la grand-mère... L'absence de la grand-mère ?! Il se précipita vers la fenêtre, et la trouva en train de se cramponner à la pointe du train, pour récupérer sa petite-fille et son compagnon bleu. Il fallait qu'il prenne les commandes, ou ils allaient au devant d'une catastrophe !

Il s'approcha du tableau de bord, et commença à étudier les possibilités, ce qui fut plutôt rapide : une seule manette, déjà enclenchée à son maximum. Alors que l'homme-renne commençait à se prendre la tête entre les mains, ne sachant que faire, la grand-mère, tenant par le col Chimney qui tenait elle-même Gonbe par la peau du cou, pénétra de nouveau dans la cabine, et lui annonça de sa voix rauque qu'il n'y avait besoin de rien faire, et que le train trouverait les rails seul. Elle annonça d'ailleurs, via un escargophone relié à tous les wagons, qu'ils allaient être un peu secoués, et qu'ils avaient intérêt à bien s'accrocher s'ils voulaient subir des blessures minimes. Ce qui, bien entendu, horrifia le jeune renne, qui l'exprima par force cris, réclamant un médecin, avant de se rappeler qu'il était le médecin. Toutefois, le choc fut rude pour son petit corps, puisque la surprise l'avait ramené à sa forme hybride, et il sombra un petit moment, à cause du contact avec la paroi ferrée contre l'arrière de son crâne et de la crainte combinés. Lorsqu'il revint à ses sens, il se trouvait dans le wagon, en compagnie de tous les autres, et son Capitaine sellait leur alliance, s'arrogeant par la même occasion l'homme au pigeon comme adversaire désigné. Mais avant de triompher des forces humaines retenant Robin, l'équipage du Chapeau de Paille aurait à faire à celles de la nature : d'après la gardienne de Shift Station, une vague monstrueuse les guettait, et malgré la présence des rails, le Rocket Man ne s'en sortirait pas sans dommage. Le jeune mammifère se précipita jusqu'à une fenêtre, et constata effectivement le gargantuesque de leur "adversaire", ce qui lui arracha un énième cri de surprise et entraîna chapeau et bois au-dessus de sa tête.

Et tandis qu'il courait en rond dans le wagon, réclamant de l'aide tout en s'interrompant quelque fois pour annoncer qu'ils allaient mourir, les hommes de la Franky Family et de la Galley-La unissaient leurs forces au dehors, mais rien n'y faisait. Toutefois, Chopper s'immobilisa lorsque ses deux nakamas prirent eux aussi la route du champ de bataille. Et lorsque leurs voix écrasèrent la tempête sonore du dehors et que leur frappe combinée fendit les flots assez largement pour que le train les traverse, bien que secoué, il ne put contenir sa joie et son émerveillement : CETTE ATTAQUE ÉTAIT TELLEMENT COOL ! Et une fois le vaisseau de nouveau sur les rails, quand il retrouva assez d'équilibre pour tenir sur ses sabots, une autre bonne nouvelle attendait le renne : Sanji avait contacté Nami, et il était tout proche de Robin ! Malgré tout ce qui se liguait contre eux, en progressant ensemble, les camarades de Chapeau de Paille approchaient lentement mais sûrement de leur but. Après que le cuistot ait raccroché, non sans avoir très clairement manifesté sa volonté de récupérer l'archéologue, Chopper rejoignit Chimney, Gonbe, les deux soeurs de la Franky Family et le colosse barbu, qui jouaient avec l'aide du bras droit de Franky et du charpentier à lunettes la reconstitution du 300 Pound Cannon. Le rôle de vague allait comme un gant au renne, et leur spectacle fut interrompu par les grognements de Zoro, qui arrêtait le faux Aqua Laguna après s'être occupé du vrai.

Un nouveau message de Kokoro les remit sur le pied de guerre : il y avait un autre train devant eux. Étonnant, qu'ils rattrapent déjà le Puffing Tom, aussi tout un chacun entreprit de se porter vers le toit de l'habitacle où ils se tenaient, pour vérifier la véracité des assertions de la doyenne de leur troupe. Et effectivement, au loin se situait deux wagons, isolés du reste, d'après le bras droit de la Franky Family. Enfin, vu la vitesse à laquelle le Rocket Man progressait, l'éloignement était tout relatif. Et la logique voulait qu'ils le percutent dans un futur très proche. Mais une autre idée empêcha le renne de s'inquiéter. A la place, il laissa s'échapper un cri du cœur :


- Peut-être que Sanji et Usopp sont à l'intérieur !

Et de fait, il huma l'air, mais n'obtient rien de concluant : la pluie et la tempête perturbaient trop son odorat pour qu'il puisse affirmer que l'absence des odeurs de poudre caractéristique du long nez et de cigarette propre au blondinet soit directement liée à leur absence. Alors, ne sachant que faire, il s'en remit à son Capitaine, lui demandant ce qu'il devait faire. Cette fois-ci, il était bien décidé à faire autre chose que courir en rond et crier. Il était un pirate, et il devait sauver Robin-san !


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t317-tony-tony-chopper-equip
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Rocket Man vs Aqua Laguna   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rocket Man vs Aqua Laguna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG One Piece : Rise of a New Era :: 02 (Zone Rp) :: Grand Line :: 2ème route :: Enies Lobby :: Abords d'Enies Lobby-