lienlien












 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 "Il va vous falloir un train", qu'elle disait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roronoa Zoro
avatar
Sabreur Mugiwara

Masculin « Age : 31
« Messages : 3451

» Niveau : 8.
» Surnom : Zoro le chasseur de pirates.
» Rôle / Grade : Sabreur.
» Prime : 60.000.000 Berries.

MessageSujet: "Il va vous falloir un train", qu'elle disait   Sam 22 Nov 2014 - 4:37

Tandis que Chopper s'affairait, au sortir d'une mission d'extraction rondement menée, Zoro l'écoutait tout en gardant un œil sur la vieille femme qu'ils avaient rencontrée à la gare de Shift, deux jours plus tôt. Visiblement, sa présence sur les hauteurs des remparts n'était pas anodine, alors même que les citoyens s'étaient déjà réfugiés dans les abris affrétés pour l'occasion. C'est que l'Aqua Laguna n'avait pas attendu la bénédiction des riverains pour s'inviter à la fête, les vagues cataclysmiques se chargeant d'ailleurs de renouveler le paysage en contrebas. Bagatelle pour les pirates du Mugiwara, eux qui avaient d'autres chats à fouetter. Le mors aux dents, ils se trituraient les méninges en vue de trouver une idée, une inspiration salvatrice ou quoi que ce fut qui aurait eu le mérite de les remettre dans la course. Ni une ni deux, le sabreur prit les devants, confiant les rênes à son instinct tandis qu'il calait son renne d'acolyte sur son crâne. D'un pas décidé, le chasseur de pirates s'avança vers Kokoro, Chimney et Gonbe avant de dévoiler son jeu, sans attendre. C'est que la prépondérance du cours d'action les empêchait de reporter les décisions aux calendes grecques, quand bien même l'absence de Luffy restait dommageable. D'un timbre dur et hautement audible, l'homme à la crinière verdâtre apostropha sa vis-à-vis, non sans soupçonner qu'elle disposait d'un as dans sa manche. Tout autour du quintet mal assorti, il pleuvait à verse sous un ciel assombri, comme si même le climat se devait d'épouser les courbes de la nébuleuse par trop occupée à se railler de la troupe.

"Hey, mamy ! Je sais pas ce que tu fais là dans une situation pareille, mais j'imagine que tu ne profiterais pas du spectacle la bouteille au bec, si tu n' y avais pas un intérêt... On doit rattraper le train qui a pris la direction de l'île du gouvernement, tu connaîtrais pas un moyen de rallier l'endroit sans perdre de temps ? Tant que j'y suis, tu saurais pas où sont nos potes ?"

Sans manifester quelque panique que ce fut, tant s'en faut, Roronoa avait insisté sur le caractère primordial de la chose. Tant par le verbal que par le non-verbal, sa requête avait valeur concrète, aussi Kokoro ne tarda-t-elle pas à lui rétorquer ce qu'il voulait entendre. Visiblement préparée et plus encore, prête à en découdre avec le gouvernement, l'Aqua Laguna et un passé au sujet duquel elle faisait de vagues références, la doyenne se garda d'énumérer les dangers et précautions d'usage. Bien sûr, tout le monde savait que tout ou presque semblait se liguer contre eux. À croire que tous les évènements s'étaient passés le mot aux fins d'un ramdam sans précédent, à l'unisson. Pourtant, la détermination et la foi de l'ancien chasseur de primes demeuraient les clairons d'une révolte annoncée. Fut-ce au travers de son regard acéré ou de ses traits tirés, toujours est-il que la chef de gare eut la preuve de sa résolution. Nul besoin de demander au natif de Shimotsuki s'il était sûr de son coup. De fait, plus gaillarde qu'à l'accoutumée, Kokoro fit chorus à l'opiniâtreté du bretteur. Subséquemment, d'un pas aussi leste que ne pouvait l'être celui d'une alcoolique pré-retraitée, elle insuffla un nouvel élan à la mission sauvetage décrétée plus tôt. À ce sujet, il était bon de constater que moults palabres furent évités, dès lors que Chimney était étrangement au courant de tout ce qui s'était tramé à l'aune des actions du CP9. Quelque peu surpris, Zoro jeta un regard à Chopper, histoire de jauger si les informations émanaient de l'ancien disciple de Kureha. Il n'en était visiblement rien. Qu'importe, la curiosité n'était pas son moteur et de toute façon, l'étrange groupe était bien trop occupé à dévaler un genre de corridor menant à une station désaffectée, aussi insalubre qu'abandonnée.

Voilà pourquoi l'ancienne parlait de les faire monter à bord d'un train, alors même que l'Umi Ressha fendait les flots à plusieurs lieues de la cité sur l'eau. Quitte à faire tremper le bocain, autant sortir l'artillerie lourde, après tout ! Sous les rails, la mer céruléenne s'invitait, moins agitée qu'au dehors. Sémillante, Chimney s'était éclipsée vers l'arrière du train sans que le détenteur de Wadô Ichimonji n'y prêtât attention. Blessé, éprouvé, son corps musculeux s'en trouvait par trop enserré au niveau du torse et des bras. Guère homme à s'embarrasser d'un esprit méthodique, délétère en marge de son tempérament, Roronoa arracha sa chemise et la jeta sur le côté. Le tissu imbibé de sang, de sueur et de suie n'aurait fait que le gêner dans ses mouvements, aussi se saisit-il d'une veste jaune à tirette qui trônait sur une pile d'affaires disposées préalablement par Kokoro, prévoyante s'il en est. Laissant le vêtement ouvert sur sa devanture, dévoilant ainsi son torse et par là même, la cicatrice léguée par Oeil de Faucon, le bourreau de Daz Boness était prêt. Ou presque, car il n'aurait pas dit non à une bonne rasade. Juste de quoi se rincer le gosier et se donner du baume au cœur avant les festivités.

Sans gamberger, il s'avança vers la voiture de tête et demanda à la conductrice autoproclamée où elle en était. En outre, il chercha à savoir s'il existait un moyen de contacter Luffy et Nami, fut-ce via un Den-Den Mushi qui aurait traîné dans le coin. Trop occupée à tenter de faire démarrer la locomotive d'un autre temps, entre deux soubresauts d'inquiétude quant à l'absence de Chimney, la chef de gare ne put exaucer son souhait.

Gardant la main droite posée à plat contre les fourreaux de ses katanas, Roronoa revint vers l'arrière de la prouesse technologique et chercha Chopper du regard. En son for intérieur, le bretteur était impatient d'en découdre et de laver son honneur, indubitablement souillé par les déconvenues essuyées dans les appartements d'Iceburg. Pour autant, il n'en démordait pas : il devait s'abreuver d'une bonne lampée de rhum pour faire passer plus facilement le goût désagréable qu'il avait en bouche. À chacun sa marotte, les siennes relevaient de la sieste et du rhum, toujours garants des vertus capiteuses à même de l'exalter. De ramener le calme avant la tempête, de surcroît. Une gageure, alors que les cieux et les flots se déchaînaient. Ainsi en quête des sensations liminaires de la permanence à soi, de la concentration accrue et surtout, de l'harmonie entre le sabreur et ses lames, Zoro alpagua le jeune renne lorsqu'il l'eut enfin aperçu. Aussi puissant que résonnant, le timbre de voix viril de l'ascète parvint invariablement à son destinataire. Aucun doute là-dessus, tant l'écho était vivace dans ce hangar séculaire.

"Essaie encore de les repérer à l'odeur, Chopper ! Je sais que c'est compliqué pour toi avec la fumée, mais on a tout intérêt à se regrouper avant de mettre les voiles !"

À peine eut-il fini de s'exprimer qu'il entendit des voix et d'autres bruissements, en provenance du corridor précédemment emprunté. Méfiant et alerte, Zoro releva légèrement la lame du Kitetsu hors de son fourreau, usant pour ce faire de son pouce à la manière d'un levier. Une mesure de précaution qu'il rétracta aussitôt, car il reconnaissait les voix qui lui parvenaient. Finalement, l'expédition en terrain miné se ferait bien en présence des deux chaînons manquants. Et s'il n'avait pas l'impression d'omettre la cinquième roue du carrosse, blonde et mal coiffée de son état, ça n'était pas tant par volonté de dénigrer l'existence de celle-ci - encore que... -, mais bien par conscience de la prévoyance dont pouvait faire montre le cuistot. Peu de temps à consacrer à l'image fugace de l'absent, car déjà la fragrance du rhum caressait-elle les nasaux de l'assoiffé. Saisissant quatre bouteilles, deux dans chaque main, il empressa Luffy et Nami de s'atteler au grand départ, sans savoir que Chimney l'avait quelque peu précédé en ce sens. Démonstratif verbalement davantage que par une gestuelle minimaliste, le praticien du Santoryu enjoignit ses compagnons à monter à bord lorsqu'il entendit la mécanique s'enclencher.

"On n'a pas le temps pour les explications ! Montez, on établira un plan à l'intérieur !"

Joignant le geste à la parole, il grimpa à bord du wagon. Kokoro avait été on ne peut plus clair : c'était une course contre-la-montre dans laquelle ils ne partaient pas avec les faveurs des pronostics. Plus que jamais, chaque seconde comptait.


Undisputed.

« My swords ? Sorry, they're really howlin' for blood..! »
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t312-roronoa-zoro-equipage-d
Tony Tony Chopper
avatar
Docteur Mugiwara

Masculin « Age : 23
« Messages : 428

» Niveau : 10
» Surnom : Cotton Candy Lover
» Akuma no Mi : Hito Hito no mi
» Rôle / Grade : Médecin des Mugiwara

MessageSujet: Re: "Il va vous falloir un train", qu'elle disait   Sam 22 Nov 2014 - 15:08

Chopper piétinait d'impatience, et son regard alternait sans cesse entre son prédécesseur au sein de l'équipage du Chapeau de paille, la grand-mère de Shift Station, sa peite-fille, l'étrange chat lapin et les quelques badauds de la Galley-La, quémandant la solution miracle au problème de transport qui leur faisait défaut pour rejoindre la doyenne de l'équipage et l'arracher des griffes de ses horribles kidnappeurs. Mais personne ne semblait vouloir l'aider, et il fallut que Zoro intervienne pour en remettre une couche, avant que Kokoro ne se décide à mettre en marche la locomotive de leur troupe dépenaillée. Les invitant à la suivre, elle fit mention d'un autre train, sans pour autant en dire plus, attisant seulement les braises de la curiosité du jeune quadrupède, que même la pluie et le mauvais temps ambiant ne pourraient éteindre. La triplette de Shift Station et les deux nakama du futur Seigneur des Pirates se mirent donc en route sans plus attendre, puisque la petite fille excentrique connaissait déjà les tenants et aboutissants de l'histoire. Quand à savoir d'où elle le savait, c'était un mystère dont la priorité était actuellement moindre. Le cadet des soucis du médecin de l'équipage, pour être honnête. La vieille femme au physique rondelet semblait connaître Water Seven comme sa poche, et elle guida donc nos héros à travers rues et allées sans jamais hésiter.

Et lorsque les Mugiwara et leur adjuvante atteignirent leur objectif, le renne ne put retenir un cri devant la locomotive qui campait fièrement sur des rails, tranchant avec la vétusté des alentours. Les étoiles envahirent ses yeux par centaines devant le profil racé du train des mers, son air mauvais et la sensation de puissance qui s'en dégageait. Il quitta son état contemplatif lorsqu'il se rappela qu'une mission plus importante que tout ce qu'il avait jamais eu à faire l'attendait, et fourragea dans le tas de vêtements disposé par quelqu'un qui leur voulait du bien, en extirpant une veste de cuir rouge qui s'accordait étrangement bien avec son couvre-chef et son pantalon, et ce aussi bien en Brain Point qu'en Heavy Point, comme il le constata. Une fois ses nouveaux oripeaux enfilés, il entama l'observation du train des mers, suivant les différents wagons, depuis la locomotive jusqu'à l'arrière. Le vaisseau semblait solide, mais le serait-il assez pour supporter toute la violence des éléments qui s'agitaient au dehors de l'entrepôt désaffecté ? Le natif de Drum ne s'en inquiéta pas une seconde, et bomba le torse de sa colossale forme humaine : rien ne les empêcherait de sauver Robin-san, foi de pirate ! La voix de son aîné aux trois sabres le somma alors d'essayer de trouver une nouvelle fois les braves manquants, et la truffe bleutée s'agita alors.

Tout ce qu'il sentait, c'était la pluie et les effluves apportées par les vents de tempête, en sus des odeurs métalliques et carbonées inhérentes au train tout proche. Quoi qu'à bien y faire attention, la fragrance typique de Luffy et celle, plus parfumée, de leur navigatrice, étaient perceptibles et semblaient s'approcher. Et effectivement, la vue confirma le pressentiment de l'odeur quelques instants plus tard : le capitaine et la jeune femme firent irruption dans l'entrepôt, chargés de victuailles et d'autres boissons qui semblaient faire le bonheur de l'homme-caoutchouc, et firent aussi celui du futur meilleur sabreur du monde. Chopper ne cracha pas sur une collation, et attrapa rapidement ce qui lui passait sous la main, après s'être réjoui de la venue de ses nakama et avant de suivre docilement Zoro dans le wagon, plus motivé que jamais, mais diminuant tout de même ses proportions à celles du Brain Point, par souci de confort. Alors qu'il s'inquiétait de l'absence de Sanji, une Nami a l'air gênée lui expliqua qu'il avait laissé un message et était d'ores-et-déjà dans l'Umi Resha. Maintenant, il était du devoir du restant des Mugiwara de rejoindre au plus vite le cuistot pour lui prêter main-forte ! Tout dans le train semblait se mettre en place pour un départ imminent, et Kokoro réclama l'aide du renne pour donner du charbon à consommer au train. Repassant en Heavy Point, il saisit une pelle et entama son office, sa volonté tout aussi ardente que les charbons qu'il jetait par pelletée. Comme pour extérioriser celle-ci, il vociféra:


- On va venir te chercher, Robin-san !

Et rien ni personne nes les en empêcherait, et tout redeviendrait comme avant.


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t317-tony-tony-chopper-equip
 

"Il va vous falloir un train", qu'elle disait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG One Piece : Rise of a New Era :: 02 (Zone Rp) :: Grand Line :: 2ème route :: Water Seven :: Partie supérieure de la ville-