lienlien












 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Mission de sauvetage à bord de l'Umi Resha.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sanji
avatar
Coq Mugiwara
Masculin « Age : 30
« Messages : 71

» Niveau : 9.

MessageSujet: Mission de sauvetage à bord de l'Umi Resha.   Dim 2 Nov 2014 - 16:30

Le chasseur avait suivit la piste ! En effet, depuis quelques heures, j'étais parti en quête de réponses concernant Robin. Depuis mon entrevue avec elle sur les quais de la ville basse, je n'avais eu de cesse de la rechercher. Sa démission de l'équipage, aussi inattendue que brutale, m'avait secoué, mais jamais je n'avais abdiqué et abandonné à trouver la raison que cachait les étranges agissements de ma chère Robin adorée. Je n'avais pas cru un instant à la sincérité de son départ. Quelque chose l'avait poussé à nous quitter. Son regard suppliant lors de nos derniers instants, je l'avais remarqué ! Elle ne pouvait me cacher sa détresse derrière son masque d'indifférence feintée. Le cœur d'une femme est un vaste océan de mystère, mais je me considérais comme expert dans le décryptage de ce dernier. Et Bingo, mes investigations venaient de porter leurs fruits. La gare de Water Seven ! C'est ici que commence ma quête de vérité. Habillement caché dans une zone d'ombre, j'observais le petit manège qui se tramait autour de moi. Robin était entourée d'agents du gouvernement, proprement menottait et escortait vers l'Umi Resha. J'approchais du but. Je n'abandonnerais pas ma précieuse nakama. M’imprégnant de ma volonté implacable, je pris le temps d'allumer une de mes sacro-sainte cigarette, les étincelles de mon briquet venant éclairer brièvement mon fascié affichant une expression neutre. Les intentions de notre archéologue demeurèrent un mystère pour moi. Néanmoins mon imagination galopante arriva à une conclusion somme tout assez personnelle. Peut-être qu'elle cherchait à être secourue, tout simplement ! Que son chevalier servant galope sur son destrier vers sa prison, tabasse ses vils geôliers et la sauve dans un acte héroïque ! Je m'imaginais déjà sur mon fidèle destrier blanc, tandis que Robin se ruait vers son sauveur, habillait dans une magnifique robe de princesse. Uhohoho ! Cette simple vision féerique me troubla, altérant mon visage sérieux vers un masque de ridicule qui m'échappait totalement. Le rouge de mes joues et mon regard tordu avait fait éclater mon attitude de haut standing. Heureusement je repris bien vite mes esprits. Le temps n'était pas à la distraction ! Il fallait que j'agisse et vite. La jolie brune montait déjà dans le train, tandis que les agents gouvernementaux s’affairaient déjà au départ. Je fis craquer les jointures de mes doigts, affichant soudainement un air patibulaire : il était temps pour Mister Prince d'entrer en scène ! Je pris une profonde bouffée de tabac et l'évacua avec classe : posture de poseur et geste large pour déloger la clope de mes lèvres et l'écraser au sol.

*Attends moi, Robin. J'arrive !*

Je remarquais par la suite, qu'Usopp et un autre gus étaient eux aussi embarqués à bord. Quelque peu surpris par la présence de Long-nez, j'en conclu qu'il s'était trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment. Qu'importe, j'aviserais du « quoi faire » le concernant, lorsque je le rencontrerais à bord. Un sifflement attira l'attention d'un des laquais tout de noir vêtu. Intrigué, l'homme s'éloigna de ses collègues afin d'identifier ce son insolite. Il pénétra dans la sombre ruelle... Et n'en ressortit pas ! En effet, le chasseur l'attendait de pieds ferme. Je l'avais proprement assommé d'un solide coup de pieds sur le crane avant que le pauvre type ne puisse réaliser qu'il n'était qu'une proie en sursis. Pourquoi m'en prendre à un second couteau ? Tout simplement car j'avais besoin de ce qu'il cachait sous sa veste. J'avais remarqué quelques minutes auparavant, que ce gars disposait d'un Den Den Mushi qu'il avait employé pour communiquer quelques informations à ses supérieur. Mes actions n'étaient jamais menées par hasard. Je me saisi du précieux objet et m'assura de bien planquer le corps dans la benne à ordure jouxtant la ruelle. Lors de toute opération commando, la communication d'informations avec ses alliés était primordiale à la bonne exécution de la mission. Maintenant il fallait que j'écrive une lettre pour expliquer mes actes. J'étais certain que mes nakama finiraient par rejoindre la gare. Ils finiraient eux aussi par comprendre que c'était le seul chemin possible pour Robin si elle souhaitait quitter l’île comme elle l'avait mentionné lors de nos adieux. Que je sois arrivais le premier n'était néanmoins surement pas un hasard. A coup sur, cet abruti de Marimo avait retardé les autres en se perdant dans quelques cul-de-sac. J'écris donc cette fameuse missive, à l'attention de ma douce Nami-swan. J'y mentionnais que j'étais monté à bord du train emmenant notre amie et que je les contacterais dés que j'aurais trouvé un autre Den Den Mushi à bord de la locomotive aquatique. Évidement, je n'omis guère de finir par une déclaration d'amour enflammée destinait à la rouquine de mon cœur. Toute lettre écrite de ma main, ne pouvait se passer de romance et d'amour pour la gente féminine ! Une fois la gare débarrassait des sbires du gouvernement, je pris soin de déposer le précieux manuscrit et l'appareil de communication en plein milieu de la salle d'attente, prés des quais. Et j'y apportais de larges inscriptions sur le sol et sur les murs en forme de flèches, histoire que mon petit cadeau soit immanquable. Le tout en promettant mille tourments à tout curieux qui viendrait chaparder ma lettre d'amour et accessoirement d'informations, destinait à la navigatrice de charme. Ces préparions terminée, je me dirigeais vers les quais à présent désert. L'Umi Resha se mit en route et c'est sans me presser, que je mis pieds sur le balcon arrière du dernier Wagon. Ce train allait connaître quelques pépins d'ici peu, c'était une prédiction fiable à 100% !

J'attendis quelques minutes à l'extérieur du wagon de queue, profitant de ce moment de réflexion pour m'allumer une nouvelle clope. Le show pouvait commencer ! Je pénétrais sereinement dans la voiture, l'air penaud. Avant de rebrousser chemin sous les exclamations furieuses des passagers gouvernementaux et de refermer la porte derrière moi, la bloquant pour empêcher quiconque de l'ouvrir. Je regardais ensuite par la serrure et je constatais que mon plan se déroulait comme prévu. Deux agent prirent de l'élan afin de défoncer la porte... Que J'ouvris au dernier instant ! Les deux pov' cloches finirent à l'eau à cause de leur élan ne rencontrant aucun obstacle. Une petite blague de mauvais goût qui m'avait traversé l'esprit. J'entrais pour de bon dans le wagon, cette fois. Les compagnons de mes deux victimes ne semblèrent pas apprécier ma petite taquinerie et lorsqu'ils me chargèrent en beuglant, mon expression facial resta de marbre tandis que je corrigeais les belliqueux à coup de semelle. Il ne fallut que quelques secondes pour balayer la résistance. Ce n'était que du menu fretin, idem pour cette grande perche aux jambes disproportionnées qui avait eu l'audace de penser pouvoir me terrasser grâce à l'allonge de ses membres plus longues que le mien. C'est bien beau d'avoir une grande allonge, néanmoins une fois la première attaque évitée, il suffisait de passer par dessus celle-ci afin d'écraser copieusement la tronche du vantard sur le sol à coup de pompe dans le crane. Je tirais une dernière taf sur ma cigarette qui n'avait pas quitté mes lèvres tout le long de cette petite interaction et fini par l'écraser sur le chapeau d'un des pions tombés.

« La prochaine fois que vous tentez d'enlever une demoiselle, assurez-vous que son prince charmant ne soit pas dans les parages, bande de taches. » Déclarais-je théâtralement à l'assemblé qui bouffait à présent la moquette du wagon.

Le deuxième compartiment à présent. Robin devait sûrement se trouver dans la première voiture. J'avais encore du chemin a parcourir, mais à cœur vaillant, rien d'impossible. Pour traverser cette nouvelle zone, je décidais de marcher droit devant moi, le regard fixe et l'attitude relax, démontrant par mon attitude que j'avais tout les droits de me trouver ici. Au début, la tactique paya puisque les badauds me regardèrent passer bêtement comme des vaches observant des trains traverser leurs prés. Malheureusement, un esprit un peu plus retord que les autres intervint et somma ses comparses d'arrêter l'intrus, sous prétexte que toute personne sans autorisation n'avait rien à faire à bord. Pour remercier cette tête de lard, je lui imprimais ma chaussure sur les gencives. Le crétin en smoking fit un beau vol plané et s'écrasa lamentablement quelques mètres plus loin. Dépité, je tirai une tronche fataliste, l'air las et résigné.

« Pourquoi faut-il que ça se passe toujours comme ça ? » Soufflais-je d'une voix monotone.

Et la curée reprit de plus belle. Les épées furent dégainées et les affamés eurent droit à un menu « bonne manière ». Quelques acrobaties desservant des coups de pieds bien placés et le tour était joué. Le sol était à nouveau jonché d’incapables ! Soudainement, une voix familière m'interpella... Usopp ! Ce dernier ne cacha pas sa surprise de me voir à bord. Malheureusement, il ne pu ajouter un mot de plus. En effet, il restait un garde qui s'était faufilé derrière le sniper et il posait à présent le canon d'un fusil sur la tempe du prisonnier.

« Plus un geste ! Ou je lui fais sauter la cervelle ?! » Hurla le « men in black », d'un ton désespéré. Il avait fort à parier que ma petite démonstration de force lui avait inspiré un sentiment de terreur.

Je toisais le geôlier d'un air sombre et interdit. J'inclinais la tête sur le coté et dévoilait mes dents dans une expression de loubard sans cœur et sans attaches.

« Tire donc ! Qu'est-ce que j'en ai à faire ? Je connais à peine ce clampin. Je ne suis pas là pour lui. » Répondis-je d'un timbre de voix limpide et absolu.

« Ne raconte pas de connerie ! On sait que ce type fait parti de l'équipage de Mugiwara ! Et tu es sûrement là pour le sauver !! »

« Pas de chance, il ne fait plus parti de l'équipage. Sa survie ne fait plus parti de mes préoccupations. » Clamais-je, n'exprimant aucune pitié.

Il commençait à perdre ses moyens et il pouvait appuyer sur la détente à tout moment. Néanmoins je ne flanchais pas. Je fis un pas vers lui, puis en deuxième, l'air menaçant...

« N'a... N'approche pas !! »

Trop tard ! J'étais à porté et je pu lui envoyer un coup de pieds bien senti entre les deux yeux. Le bonhomme fut balancé contre la porte un peu plus loin : KO, abandonnant son arme à mes pieds. Usopp n'apprécia guère mon petit cinéma. Je soupirais bruyamment et le coupa dans ses lyriques en me saisissant du pistolet incriminé.

« Ne t'inquiète pas. La sécurité du revolver était enclenchée. Tu ne risquais rien. »

En effet, dans la panique, le preneur d'otage avait oublié d'enlever le cran de sécurité. Élément que j'avais remarqué à l'instant ou il avait braqué son canon sur son captif. Ceci dit, j’aperçus sur une table du fond plusieurs Den Den Mushi. La chance ! J'étais tombé sur l'espace communication du train. Enjoué à l'idée de pouvoir communiquer avec ma chère Nami chérie, mon enthousiasme eut tôt fait de s'imprimer sur mon faciès. Je me dirigeais d'un pas léger vers le butin tant convoité et le rangeait dans une poche intérieur. Le captif qui m'était inconnu profita de cet instant pour faire part de son observation, affirmant qu'Usopp et moi faisions parti du même équipage. Ce à quoi nous répondîmes en chœur :

« Ex-compagnon ! » Ainsi va la vie. Je n'étais pas du genre à m'apitoyer sur le passé. Et puis, au fond de moi, je savais que tôt ou tard, le sniper des Mugiwara reprendrait sa place d'une façon ou d'une autre...

« Et toi, qui es-tu ? » Enchaînais-je à l'encontre de l'invité mystère.

Lorsqu'il déclina son identité, mon sang ne fit qu'un tour ! Franky ! Cette ordure qui avait causé tant de tord à l'équipage ! J'envoyais sans ménagement mon pieds vengeur s'écraser contre son pif. Les traits de mon visage se gravèrent une expression de colère et le ton de ma voix ne fut pas en reste :

« C'EST TOI FRANKY ?? VIELLE MERDE ! TU AS FAIT BEAUCOUP DE MAL A NOTRE BRAVE LONG-NEZ ! TU VEUX QUE JE TE COUPE EN COMBIEN DE MORCEAU ?! »

L'incriminé m'invectiva lorsqu'il se redressa. Néanmoins mon nakama prit sa défense en tentant d'expliquer la situation. Mais lorsque le bandit à la banane me demanda de le libérer, je ne pu m’empêcher de l'envoyer bouler avec élégance...

« Et puis quoi encore ?! Tu vas rester attacher toute ta vie, DUCON ! »

Il fallut quelques minutes d’engueulade pour m'adapter à cette situation et que je finisse enfin par détacher le cyborg avec Usopp. Mieux valait avoir un allié de plus, impossible de savoir quelle résistance j'allais rencontrer plus loin dans le train. Le sniper semblait lui faire confiance, mais je le tiendrais à l’œil, cet enfoirée de désosseur. Je proposais aux deux autres de monter sur le toit de L'Umi Resha, prendre la voie des airs serait certainement plus sur pour nous. Une fois dehors, la pluie et le vent nous accueillirent. Je profitais de cette paix relative pour contacter ma Nami-swan. Elle m'expliqua la situation et la vérité qu'elle avait apprit concernant le départ de Robin. Luffy, Zoro, Chopper et elle se trouvait donc dans un autre train des mers et ils comptaient bien nous rattraper très prochainement. Un sentiment de soulagement gagna mes songes, il fut néanmoins bien vite par balayé par l'information concernant la destinée de Robin adorée. Elle s'était rendu au gouvernement pour nous obtenir un sauf-conduit. Une colère silencieuse instaura ses droits dans mes pensées. Je n'étais pas en colère contre notre archéologue, bien entendu, mais contre ces chiens du gouvernement qui avait contraint la belle intellectuelle à ce choix cruel et déchirant. Mon sentiment fut clairement exprimé par ces quelques mots que j'échangeais avec Luffy :

« Permission d'aller massacrer ces enfoirés, captain ? »

Un air sérieux et déterminé creusait mes traits tandis que je m'exprimais. Je demandais la permission que pour la forme. Qu'importe la réponse de Luffy, mon choix était déjà fait. Mais je connaissais assez le gaillard pour deviner sa réponse. Et elle ne se fit pas attendre. Celle-ci fut d'une parfaite justesse :

« Va leur foutre une raclée ! »

Cette courte réponse était plus que suffisante. Luffy était toujours égale à lui même. Néanmoins, Marimo émit une objection, me sommant d'attendre les renforts, sous prétexte que Robin était gardée par des types dangereux. Mon fascié s'assombrit et ma bouche se contorsionna... Notre meneur lui expliqua avec justesse les sentiments qui nous animaient tous. Qu'aurait-il fait, lui, s'il avait apprit que Robin s'était laissée capturer pour nous sauver et que les responsables de cet immonde chantage, étaient à sa porté, à quelques centaines de mètres à peine de lui ? Décidément, ce Luffy avait toujours les mots justes lors des moments critiques. Un large sourire sincère dévoila ma dentition. C'était pour ça que je le suivrais, qu'importe les dangers qui nous attendaient...

« Finalement vous n’êtes pas si bête que ça... » Répondis-je sereinement, un léger amusement teintant le timbre de ma voix.

« Oî Marimo-kun ! Tu t'inquiètes pour moi ? » Taquinais-je mon éternel rival. Une petite pique qui le fit sortir de ses gonds. Un moment « vrai » entre nakama, tout simplement.

« Malheureusement, quand j'ai apprit les raisons du choix de Robin... » Poursuivis-je paisiblement...

« Même un ordre du capitaine... » Je me saisis du micro de Den Den Mushi et je l’écrasais dans ma main, coupant la communication de manière virile alors qu'un air vengeur et renfrogné marquait mon visage.

« NE POURRAIT M’ARRÊTER ! » Furent les derniers mots vindicatifs que mes nakama purent entendre. La vengeance des Mugiwara était en marche ! Et je serais le premier a en faire subir les conséquences à nos ennemis !


Une fois le calme revenu, je portais mon attention sur Usopp. Qu'allait-il faire à présent qu'il était au courant de la situation ? Je lui énonçais une vérité incontestable, m'exprimant avec justesse et sincérité. Serait-il capable de prendre cette réalité à bras-le-corps et d'aller de l'avant ? J'allais bientôt le savoir.

« Robin-chan ne sait rien à propos de la condition du Merry et le combat entre Luffy et toi. Elle s'est sacrifiée pour nous tous... Toi inclus. Afin que nous soyons tous sains et saufs. Elle l'a fait pour nous... »

La balle était à présent dans le camps du sniper...
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t771-sanji-equipage-du-chape
Usopp
avatar
Sniper Mugiwara

Masculin « Age : 32
« Messages : 37

» Niveau : 11
» Surnom : Sogeking
» Akuma no Mi : Nope!
» Rôle / Grade : Sniper
» Prime : ???

MessageSujet: Re: Mission de sauvetage à bord de l'Umi Resha.   Dim 2 Nov 2014 - 21:42


Usopp ne s'était jamais vraiment rétablis de son duel fratricide. Bien qu'au final il ait eu ce qu'il voulait, c'est à dire le Merry, le prix à payer avait été bien trop cher. Perclus, son corps n'étant plus que douleur, les médicaments et autres pansements nécessaires aux premiers soins laissés par le petit renne lui furent bien utiles. A force de se faire rafistoler par leur médecin de bord, le sniper avait acquis quelques rudiments lui ayant permis de stabiliser son état, bien qu'il soit déplorable.

Après quelque jours de repos à bord du Merry, Usopp se réveilla. Il chercha d'abord à saluer le reste de l'équipage ou aller prendre un petit déjeuner cuisiné par leur cher Chef mais le long nez déchanta bien vite, il était seul à bord. Ressentant soudainement un grand vide, Usopp déambula toute la journée dans les rues labyrinthiques de Water Seven. Errant sans but, se concentrant uniquement sur l'acte de marcher, il tentait de ne pas penser, tentait de ne pas se remémorer son combat contre son ex-capitaine. Peine perdue que tout cela. De rage et de frustration, il frappa un mur, rouvrant quelques plaies de sa main. C'est alors qu'il le vit. Un masque jaune éclatant dont la forme elle aussi rappelait un soleil. Ce n'était pas la première échoppe vendant de ces masques étranges qu'il rencontrait mais celui-ci éveillait en lui un sentiment d'attirance qu'il ne s'expliquait pas. C'était comme s'il venait de retrouver une partie de lui-même qu'il avait perdu depuis si longtemps. Demandant au vendeur combien il vendait le masque du "Monsieur Soleil", on lui rit au nez en lui tendant l'article gratuitement. Apparemment le trou pour le nez au milieu ne convenant à personne cela faisait belle lurette que le vendeur cherchait à s'en débarrasser, sans avoir le courage de tout simplement le jeter. Lorsque les doigts bandés et poisseux de sang séché du sniper entrèrent en contact avec le soleil froid qu'était ce masque qu'il comprit enfin: il n'était pas simplement Usopp, il était aussi Sogeking, héro sans peur et sans reproche venu de l'île de Sniper, celle qui se trouve dans le cœur de chacun.

Machinalement, le masque vint se poser sur son visage, et la transformation s'opéra. Les jours qui suivirent, Usopp arpenta les rues sombres de Water Seven, vigilante de l'ombre. Bien que cela soit la plupart du temps des chats coincés dans des endroits élevés qu'il se chargeait de déloger, Sogeking se fit rapidement un nom dans les quartiers qu'il protégeait. Il apprit ainsi par l'un de ses contacts, un gamin dont la morve pendait de son nez en permanence malgré ses efforts pour la remonter dans son logement, qu'une jolie jeune femme aux cheveux noirs et aux yeux bleus avait été chargée à bord de l'Umi-Ressha. Bien que ne faisant plus partie du Mugiwara, cela ne faisait aucun doute qu'Usopp-kun aurait voulu que Sogeking vienne à sa rescousse.

Profitant du ramdam causé par le reste de l'équipage, il n'avait eu aucun mal à se faufiler à bord du train malgré son attirail très voyant. Et voilà qu'il se trouvait désormais nez à nez avec d'anciens nakama. Silencieux sous son masque à la bouche d'un rouge insolent, Sogeking fit claquer sa cape écarlate avant de prendre une pose héroïque, le buste légèrement de biais:

- "Il semblerait que vous vouliez sauver une jeune femme? Si c'est bien le cas, je n'ai pas besoin de raison pour vous aider! Laissez-moi me battre à vos côtés!.. Hum... Mon nom est... SOGEKING!!!"

Décemment, Usopp ne pouvait pas continuer à fréquenter l'équipage du Mugiwara sous sa vraie identité. Que Sogeking ait proposé son aide était pour lui une aubaine. Sous les traits de ce justicier, même s'opposer Gouvernement Mondial ne lui faisait pas peur. Restait à savoir si Sanji et les autres goberaient la supercherie ou s'ils seraient assez aimables de ne pas vendre la mèche à ceux qui se seraient montrés suffisamment dupes. Attendant le verdict, Sogeking se mit à chantonner les paroles de sa propre chanson d'introduction. Car qu'est-ce que serait un héros sans une chanson ventant ses exploits, je vous le demande!


Dernière édition par Usopp le Ven 21 Nov 2014 - 23:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://goo.gl/Fcptr9
Sanji
avatar
Coq Mugiwara
Masculin « Age : 30
« Messages : 71

» Niveau : 9.

MessageSujet: Re: Mission de sauvetage à bord de l'Umi Resha.   Lun 17 Nov 2014 - 12:40

La réponse d’Usopp fut pour le moins particulière. Il endossa une nouvelle personnalité, cachée sous un masque original, il se voulait être un nouvel homme. Long-nez s’était planqué pour amorcer sa transformation et devenir le dénommé Sogeking. La perplexité fut la seule réponse émotionnelle qui se répercuta en moi. Mon faciès l’exprima dans sa totalité, fronçant les sourcils en arborant une expression quelque peu abasourdie. Le soit-disant roi des snipers était, semble-il, persuadé de sa couverture. Ce genre de déguisement pouvait très bien trompé Luffy ou Chopper, mais, dieu merci, pas moi. Néanmoins s’il fallait cela à Usopp pour qu'il puisse surmonter sa peur et son hésitation quant au sauvetage de Robin, et bien soit, qu’il joue donc cette comédie. Je haussais finalement les épaules, ce n’était qu’un détail. En ce moment la seule chose qui importait, c’était de sauver notre nakama. Son chevalier servant était prêt à enclencher l’opération : « Sanji gagne le cœur de la belle archéologue en rétamant ses kidnappeurs ! » Il était temps de se mettre en route.

-« Ok Uso… » M’interrompis-je avant de reprendre en levant les yeux au ciel « Hm Sogeking… Le temps nous est compté. Il faut agir. Occupe toi de rejoindre le wagon de tête en passant par les toits, c’est sûrement là que se trouve Robin. Je ferais diversion en provoquant nos ennemis à l’intérieur. »

Je fis volte-face, laissant Usopp gérer de son coté. J’avais confiance en lui pour la suite des événements. Il était peut-être pas très fort, ni même courageux, mais il avait de la ressource et un certain sens de l’honneur : il ne laisserait pas tomber la belle brune captive. La preuve s’il en est : il avait décidé de mettre de coté son différent avec Luffy afin de participer au sauvetage de leur amie. J’entrepris de nous débarrasser d’une bonne partie de nos ennemis. Un petit plan très simple mais diablement ingénieux. Je descendis du wagon sur lequel je me trouvais et le plus naturellement du monde, je détachais l’attache de la queue du train, laissant sur le carreaux un bon paquet de wagons. Quelques marines un peu plus retors que les autres avaient ouvert la porte du dernier compartiment incriminé, sentant un danger. Mais trop tard, leurs voitures n’étaient plus poussées par la locomotive. Adressant un grand sourire à ces idiots en uniforme, je leur fis un petit signe de la main en leur souhaitant une bonne fin de voyage. Une bonne chose de faite. La force brute n’était pas toujours la meilleure solution pour se débarrasser de l’adversité. Une bonne stratégie valait parfois mieux qu’une bonne raclée infligée à ceux qui se mettaient en travers de notre route. Satisfait du début des opérations, je pénétrais dans le wagon, devenu à présent celui de queue suite à mon sabotage. A présent, il fallait que je fasse le plus de bruit possible afin de détourner l’attention des agents du gouvernement du toit sur lequel évoluait Usopp. Chose que je fis à merveille…

-« Qui es-tu toi ?! Et ou sont passés les autres wagons ?! »

S’exclama un pion en costard cravate lorsque je tombais nez à nez sur lui en dévoilant l’extérieur via la porte que je venais d’ouvrir et qui débouchait à présent sur le néant. Il voulait une réponse rapide et précise ? PAF ! Un coup de pied bien placé sous son menton vint mettre un terme à ses interrogations en l’envoyant faire un petit somme.

-« Je ne répond pas au interview et je ne signe pas d’autographe »

Clamais-je crânement en resserrant le nœud de ma cravate et en regardant de haut les soldats qui s’étaient levés de leurs sièges, prêt à en découdre. Ils se jetèrent sur moi sans plus de cérémonie, beuglant quelques cris guerriers pour leur donner du courage. La confrontation fut vite expédiée. Je posais mes mains au sol et je pris appuie sur celles-ci. En parfait équilibre, je levais mes jambes en exécutant une position de poirier… avant de commencer la curée !!

-« Menu bonne manière !! »

Tournoyant sur moi-même, mes pieds vinrent faucher tout ce beau monde. Des gueules, des cotés, des dos, toutes sortes de membres se fracassèrent sur ma danse de capoeira experte. Lorsque je me redressais sur mes deux pieds, un mont de corps assommés méli-mélo gisait à mes pieds. Néanmoins, une silhouette se dressait toujours en plein milieu du large wagon. Un haut officier de la marine très certainement vu le calme olympien qu’il avait gardé lors de ma petite démonstration martiale. Il dégageait quelque chose de différent des autres clampins que j’avais étalé depuis mon abordage du train des mers. La suite s’annonçait un peu plus intéressante. Je me saisis d’une de mes clopes dans mon paquet et j’allumais mon vice, tirant une bonne bouffée de manière sereine. L’atmosphère se fit plus lourde. Une seule étincelle pouvait provoquer à tout moment une explosion de violence. Un duel de regard débuta, chacun jaugeant son vis-à-vis.

-« … »
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t771-sanji-equipage-du-chape
Usopp
avatar
Sniper Mugiwara

Masculin « Age : 32
« Messages : 37

» Niveau : 11
» Surnom : Sogeking
» Akuma no Mi : Nope!
» Rôle / Grade : Sniper
» Prime : ???

MessageSujet: Re: Mission de sauvetage à bord de l'Umi Resha.   Sam 22 Nov 2014 - 1:11

Impassible en apparence sous les lèvres pincées de son masque, Sogeking n'eut pas à se faire prier pour pouvoir constater que le blondinet avait décidé de jouer le jeu. Loin de le rejeter comme une partie d'Usopp craignait, il semblait bien que le cuisinier de son ex-équipage comprenait la nature de son geste, voyant au travers son habile déguisement avec une facilité déconcertante, comme le stipulait son lapsus révélateur. Contrat tacite passé entre eux par un simple regard échangé, ils savaient tous deux parfaitement qu'Usopp ne pouvait décemment pas prendre part aux activités du Mugiwara à visage découvert. Même si la plupart de ses anciens nakamas ne seraient pas dupes, les probabilités étaient grandes que Luffy et Chopper, l'un crédule et l'autre candide, se laissent berner par son habile déguisement. Le souvenir de son capitaine lui fit l'effet d'une vieille blessure qui se rouvre soudainement sous l'effet d'un faux mouvement. Mais le temps n'était pas au sentimentalisme. Le blondinet prenait les rennes, et par là n'agrippait pas ce bon Chopper mais gérait bien la présente crise en donnant des instructions tactiques au long nez. L'idée de se retrouver seul sur le toit du train lancé à pleine vitesse sur les flots en pleine tempête ne bottait étrangement pas plus que ça le long nez mais avant qu'il ne puisse objecter en prétextant une allergie aussi soudaine que fulgurante aux embruns, le bellâtre s'éclipsa à l'intérieur du wagon, joignant ainsi le geste à la parole.

Voir quelques types laisser leurs empruntes dans le métal des parois voire carrément passer par les fenêtres et se perdre dans les flots découragea le Sniper de tenter sa chance bien au chaud. Ravalant sa salive à l'idée du combat qui faisait rage sous ses pieds, Usopp entreprit donc d'obtempérer. Précautionneusement, le long nez se mit à progresser lentement, pas après pas. A plusieurs reprises, quelques vagues manquèrent de le faire tomber du toit de l'Umi Ressha mais il tint bon, s'agrippant à quelque montant secourable. La diversion de boucle d'or semblait avoir son petit effet car Usopp n'avait au final pas trop de mal à progresser malgré la tempête et ses maudits embruns qui lui fouettaient le visage. Tout allait plus ou moins bien jusqu'à ce que quelques hommes du Gouvernement Mondial aient la bonne idée de vouloir passer eux aussi par le toit en sens inverse pour prendre le compagnon d'infortune du Roi des Snipers à revers. La tranquillité d'Usopp prit ainsi fin. Repéré, il tenta tant bien que mal de maintenir à distance ses assaillants à grand renforts de billes de métal ou explosives, les envoyant ainsi dire bonjour aux Chacalots. Chanceux dans son malheur, les éléments semblèrent aider le long nez dans son combat. En effet, submergé par les ennemis, ses derniers avaient tendance à glisser ou à se faire emporter au moment opportun par une vague alors que le prétendu super-héros se mettait en boule pour éviter un coup de sabre. L'un de ses assaillants fut même foudroyé par un éclair attiré par son épée levée vers le ciel. Saisissant la balle au vol, Sogeking fit croire aux spectateurs de l'infortuné sabreur qu'il était à l'origine de la foudre. Ceci eut un effet inverses, les sbires le prenant désormais bien plus au sérieux.

Glissant finalement à son tour, Usopp évita deux coups simultanés de sabres qui l'auraient sans nul doute décapité. Tombant vers le flots, le long de l'Umi Ressha, le chanceux Sniper fut happé par un appel d'air d'une vitre ouverte, manifestement par un ennemi défenestré par le blondinet. Projeté à une vitesse effarante à l'intérieur du wagon, Usopp hurla tout en versant des torrents de larme, voyant qu'il allait entrer en collision avec son ex-nakama:

- "UWAAAAA SANJIIII!!! SAUVE-MOI!!!!"

Voilà un projectile que Sanji n'avait sûrement pas prévu. La collision allait-elle avoir lieu ou est-ce que le cuisinier avait quelque atout dans sa manche?
Revenir en haut Aller en bas
http://goo.gl/Fcptr9
T-Bone
avatar
Colonel
Masculin « Age : 32
« Messages : 18

» Niveau : 10.

MessageSujet: Re: Mission de sauvetage à bord de l'Umi Resha.   Mer 26 Nov 2014 - 21:24

La mission du jour était simple, T-Bone et quelque Marines avaient été affecter à l'escorte du train des mers, rien de bien passionnant à première vu, mais on ne plaisante pas avec les ordres. Foi de chevalier, il ferait tout pour faire honneur à sa fonction et à son grade ! Ses hommes comptaient sur lui et sur ces capacités pour les protéger de toutes les attaques possibles. Après, il y avait que peu de choses à craindre, le train filait sur les rails flottante, le bruit des machines et des pistons s'entremêlait avec celui des vagues grossissante qui annonçait l'arrivé de la légendaire Aqua Laguna. Pour faire simple, il n'y avait que peut de danger. Pourtant ! Il fallait rester en alerte, tout pouvait toujours arriver, son instinct lui criait qu'il y avait un danger gravissime, l'officier balayait le wagon du regard d'un grave lorsque son regard perçant en compris la cause, se fixant tout net sur place, ce fut d'un air grave et d'un ton claquant qu'il prit la parole :

« Oï toi là-bas ! »

« Oui capitaine T-Bone. »

Un Marines de seconde classe, c'était lever effectuant un salut parfait. L'air quelque peut grave de ce faire alpaguer ainsi, il devait ce sentir mal. C'était normal, il avait une blessure gravissime sur son bras gauche ! Le bretteur ce devait de savoir ce qui lui était arrivé, quelques gouttelettes de sang perlait sur son biceps. Qui était le maraud qui avait osé blesser l'un de ses hommes ? Il le combattrait pour lui apprendre à respecter ses hommes, pas d'injustice sous ses yeux, jamais ! Qu'importe si c'était un fier représentant de l'ordre et de la loi qui était visé, eux aussi avait le droit à l'équité. Le ton plus apaisez, il continua :

« Comment t'es tu fais cette blessure au bras ? »

Le Marine sembla quelque peu surpris par la question, il était nouveau après tout dans la petite division, sûrement qu'on n'avait pas eu le temps de le prévenir quant aux règles élémentaires de sécurité lorsque l'on était sous son commandement. Il ne voyait même pas de quoi le capitaine parlait. Il dù chercher un bref instant de quoi parlait son supérieur lorsqu'il vit enfin ce petit bout de peau rougit avant de répondre penaud.

« Je me suis fait piquer par un insecte. J'ai gratté et ça à saigner. »

À mesure qu'il parlait T-Bone se rapprochait d'un pas lent et assurer, le buste droit tentant d'incarner toute la noblesse qui est sensée accompagnée un homme de sa position, celui d'un officier de la Marines anciennement chevalier. Hurlant d'un coup la peur transparent dans sa voix :

« CE N'EST PAS BON ! Il faut stopper l'hémorragie ! »

Joignant les actes à la parole, T-Bone porta sa main sur un pan de son manteau de la justice et d'un mouvement sec en arracha un morceau et le tendis à son subalterne.

« Utilise ceci en attendant. »

Comme s'il s'était tout donné le mot chaque Marines présent du seconde classe au sergent tira une tronche dépiter devant l'acte de cet épéiste. La mâchoire tombante comment avait-il pu déchirer ce prestigieux manteau réserver à la classe des officiers ? Même le « blesser » était choquer et ne pus s'empêcher de lâcher d'un air horrifier :

« Non ! N'utilisez pas votre précieuse cape ! »
« Ça devrait aller maintenant. Quand un de mes hommes saigne ça me fait mal au cœur. »

Ce cataclysme éviter l'officier reprenais sa route le cœur réchauffer par la mine réjouit et ému de son acte de bonté, il n'y avait rien de plus gratifiant pour lui d'avoir sauver la vie de quelqu'un à plus forte raison quand c'était celle d'un collègue qui lui faisait confiance. Il était temps de leur montrer à tous ces nouveaux sa vision du monde. Prenant son air grave et se retournant lentement vers le fond du wagon, la main gauche poser sur le pommeau de sa fidèle compagne. Il s'exprima d'un air grave pour montrer toute sa détermination.

« Je prie pour que le monde soit en paix chaque jour ! »

Sur de lui d'avoir réussit à transmettre toute sa détermination et sa fougue à ses hommes, il reprenait sa ronde de cent pas les sens en alerte toujours prêt à intervenir. Tellement concentrer qu'il occulta totalement la réaction de ses hommes qui tira tous une tête horrifier en s'exclamant :

« Sa tète fait vraiment peur ! »

T-Bone restait fidèle à lui-même, pour lui rien n'était plus normal de penser comme lui. Ils étaient le bouclier de la justice protégeant les vieillards, consolant la veuve et offrant des sucreries aux orphelins. C'est pour cette raison que lorsque la porte s'ouvrit à la volée avec un homme de seconde ligne armée de son mousquet pénétrant dans le wagon il ne pus que prendre sa qu'avec le sérieux nécessaire :

« Capitaine. »
« Qu'as tu dis ? »
« Je n'ai encore rien dit. »

Le fusilier marin fut coupé dans son élan par cette réaction, on l'avait prévenu que son officier commandant était spécial, mais il n'aurait jamais cru que ce serait à ce point-là. Surtout que le capitaine faisait peur, son air bien trop sérieux et ce corps décharné, il se demandait s'il n'allait pas lui sauter dessus pour le bouffer. Il hésita quelque instant à réellement prendre la parole à nouveau. Ne faudrait-il pas plutôt aller prévenir le CP1 plutôt ?

* Il a vraiment une tête horrible, on ne m'avait pas prévenu qu'il y avait des zombis dans l'armée ...il va me bouffer, non mais c'est quoi ce type, il me regarde bizarrement, je dois partir ! *


« S'il y a quelque chose que je puisse faire même si je dois y laisser la vie ... »

* Mais de quoi il cause, il ne sait même pas pourquoi je suis là, il serait ce genre d'homme ... c'est quoi ce type ... Oh punaise OUI le rapport *


« Tous les hommes du wagon 6 et 7 se sont fait massacrer mon capitaine. Les deux criminels ont également disparu ! »

« COMMENT !! »


C'était horrible, tellement de monde blesser, sa cape ne serait jamais assez grande, il allait devoir utiliser son uniforme aussi pour panser leur blessure et finir la mission en caleçon et plastron. Il espérait grandement qu'il n'y aurait aucun mort.

* Ah quand même un brin de responsabilité dans cette situation, ça me rassure il se rend compte qu'il faut chercher les fugitifs immédiatement ! *

« On ne sait pas si il y a des intrus ou s'ils se sont échappés par eux même ! »

« C'est terrible ... Nous devons sauver la vie de nos hommes ! Reportez la situation à tous les wagons»»

« O .. Ou ... Oui ! » »

* Mais c'est quoi ce type, il faut recapturer les fugitifs avant qu'il continue de lacérer nos rangs. Comment peut-il diriger un équipage du QG ? Enfin il a donné ses ordres. *

Le marines claqua donc des talons et couru en direction du quatrième wagon pour prévenir prioritairement les wagons suivants. Il commencerait donc par le cuisinier Wanze-sama ! Bone quant à lui était prompt à réagir entraînant sous son impulsion tous ses hommes dans son sillage en direction du wagon 6. La situation était gravissime, le nombre de blesser devait être important, qu'importe qu'il soit du CP1 ou de la Marine son sens de chevalier le poussait à les sauver. L'intérieur du wagon était un véritable carnage ! Quel monstre était passé par ici, tout le wagon était dans les vapes des banquettes brisées. Tous portaient des traces d'impact puissant ! La bataille avait dû être rude, mais le sang n'avait pas exagérément couler probablement un combat au poing. Le capitaine allait d'un blessé à l'autre pour leur prodiguer des soins, disons plutôt des bandages. Le regard injecter de sang, il se demandait quel démon était capable de tant de cruauté.

« ça .. ça va aller ! »»


Le regard perçant emplis de larme, il se sentait impuissant ne pouvait que leur donné à chacun un petit bout de sa cape accompagner de la même phrase prononcer d'une voix chevrotante à chaque victime comme si celle-ci pouvait l'entendre au fond de son âme bien qu'inconsciente.

« S'il te plaît, que cela te préserve ! »»

Pendant qu'il perdait un temps précieux à prodiguer des soins quasiment inutiles au vu de ses compétences en médecine. Pendant ce temps-là ces hommes s'affairaient suivant ces ordres. Il retournait le wagon N°7 à la recherche des criminels responsable de ce carnage. Les banquettes étaient éventrées, le placard à balais fouiller, les fenêtres inspecter pour voir si personne n'y était accrocher. Cela ne donnait cependant aucun résultat probant.

« Capitaine T-Bone ! Il est impossible de ce cacher dans un si petit wagon ! »»


Le Marines qui venait de s'exprimer avait raison, tout était retourner. Le chevalier avait beau promener son regard sur le wagon, à part ces pauvres victimes souffrant silencieusement, il n'y avait personne d'autres, ou pouvait bien être les évadés ?Rompant le silence qui c'était installer, de petit toc-toc sourd ce firent entendre sur la dernière des portes du train. La porte s'ouvrit l'un des évadés, un type avec un masque de carnaval et un blondinet au sourcil vriller leur dire le plus naturellement du monde :

« Bonsoir ! »

La porte refermer à la volée T-Bone bloquant tout autant sur sa bêtise de ne pas fait avoir vérifier la passerelle que devant l'action de ces manants osant le railler tandis que ses hommes d'une seule voie entonnèrent l'évidence :

« ILS SONT LÀ ! »
« Ils sont derrière la porte ! »


Ces hommes se ruaient tous sur l'arrière du wagon, appelant tout le monde à la rescousse

« Ils sont avec un intrus ! »
« Ils sont dans le wagon N°7, coincez les et capturez les ! »


Toutes la marines comme le CP1 foncèrent dans le wagon de queue, un tel entrain était admirable. Tous unis pour faire payer les criminels pour leur forfait. Cela arrachait une larmichette à Bone qui semblait quelque peu dubitatif quant à la stratégie débile des fuyards. Allait-il fuir ? Impossible ! On était dans une mer déchaîner, en pleine tempête ! Aucun moyen de fuir et comment le sourcil vriller était monter à bord d'ailleurs ? Mais non ils ne fuyaient pas ils tenaient la porte derrière bloquant ainsi la justice malgré toutes la bonne volonté du monde. Devant l'obstacle certain commençait à perdre patience et firent feu. Le capitaine lui était complètement bloquer devant la crédulité de vermines pareil. Croyait-il vraiment les bloqué longtemps avec une simple cloison ? Il fut tiré de ses songes lorsqu'il entendit son nom pour ce remettre lentement en branle dans une marche au pas cadencé vers la fin du train.

« Écartez-vous ! »»

Sa voie était calme et sur d'elle, il était le trancheur de navire, comment une porte pourrait l'arrêter ? Il était temps de mettre un terme à cette phrase et d'affronter l'ennemi de face ! Dégainant lentement son épée pour ce mettre en garde haute.

« Je hais les combats indirects. »
« Chokaku Senko ! »»


Sa lame s'affaissa en arrière d'un trait dans un demi tour sans fioriture tandis qu'il fonçait en avant pour faire une démonstration d'une parcelle de son art. L'épée repartit dans sa position initial pointe vers le haut, ses poignet tournant pour donner de l'amplitude, son poids partait vers l'avant, son bassin tournant pour le présenter de trois-quart face à sa cible et faire partir sa lame à angle droit d'abord vers sa gauche puis le bas dans une technique sans frioriture. Le bougre maîtrisant sa lame autant qu'il était dégénéré.

« Bone Somaru ! »»


Une lame lumineuse cyan fusa à peine le nom finit d'être grillé, s'enfonçait dans le bois épais comme dans une botte de paille, dans la seconde qui suivit, une ouverture de deux fois la taille se fit entrevoir avant que les planches finissent souffler par la tempête. Surprise, il n'y avait ... rien ! Les criminels avaient littéralement disparu, indécis T-Bone se dirigea sur l'escarcelle l'arme au poing pour s'en assurer. Il était l'officier à lui d'être le premier pour protéger ses hommes. Pourtant, il n'y avait absolument personne. Il n'y avait qu'une solution, le toit ! S'agrippant au rebord, le bretteur ce hissa pour pouvoir faire émerger sa tète au dessus du toit, la chevelure au vent plissant les yeux il finit par apercevoir les fuyard qui avait dépasser le wagon 5. D'un seul coup, il comprit, lâchant prise, il retomba sur ses pieds pour vociférer.

« Retourner vers notre Wagon ! C'est un piège ! »

Trop tard, la porte avait été verrouillée et ils étaient maintenant trop nombreux pour se déplacer efficacement ! Le capitaine trop précautionneux pour tous les bousculer avec force n'arriva pas à temps les wagons avaient été détacher. Il s'était fait posséder par de vulgaires criminels et avait mis en danger ses hommes qui était maintenant livré à eux même en pleine mer !
Revenir en haut Aller en bas
Sanji
avatar
Coq Mugiwara
Masculin « Age : 30
« Messages : 71

» Niveau : 9.

MessageSujet: Re: Mission de sauvetage à bord de l'Umi Resha.   Ven 28 Nov 2014 - 1:02

Duel de regard, silence lourd de signification : la confrontation était proche. L'agent du gouvernement qui me faisait face n'avait pas un physique dés plus imposant. Ce sont sa posture et son calme olympien qui dénotait sa nature rompu aux art-martiaux. Je tirais une dernière taf sur ma clope avant de la jeter négligemment à mes pieds. A travers les hublots du compartiment, je pouvais constater que la mer se déchaînait davantage. Les vagues furieuses grondaient et malmenaient les rails de l'Umi Resha. Néanmoins il en fallait plus pour faire dérailler un tel bijou de technologie. A l'intérieur du luxueux wagon, on ne ressentait que quelques secousses malgré la dureté des éléments extérieurs. Mon vis-à-vis, cet homme anonyme au court cheveux noir : habillé du traditionnel costard noir du gouvernement fit craquer les jointures de ses poings et balança sa tête de gauche à droite, engendrant ce même bruit de craquement via son mouvement de détente. Je remarquais qu'un étrange tatouage : un poing fermé nimbé de flamme, était marqué sur sa joue droite. Ce fascié sec et marqué par diverses batailles exprima enfin un sentiment après cet échange silencieux. A présent, un air hautain et arrogeant me fixait. Je lui rendais la politesse, loin de me démonter face à ce pei décidément trop sur de lui. L'inconnu se saisit de poings américain en forme de flamme dans la poche intérieure de sa veste. Les deux œuvres semblaient aussi tranchantes que des lames de rasoir au niveau des motifs que dessinaient les flammes ronflantes. Il s'arma de ses deux armes de corps à corps, grimaçant de plus bel son sale sourire bouffi d’orgueil. J'allais me faire un plaisir d'arracher cet air arrogeant de sa face. L'agent du gouvernement frappa le siège à coté de lui d'un violent coup de poing, faisait éclater le malheureux meuble en de nombreux débris qui s'éparpillèrent un peu partout. J'évitais l'un de ces projectiles de bois cassé d'un mouvement de tête négligent, presque ennuyé par cette démonstration creuse. Encore un pauvre type qui pensait que s'en prendre au mobilier était un bon moyen de pression. Pour ma part, je n'y voyais qu'une charge de travail supplémentaire et inutile pour le menuisier du train des mers.

-"Et si tu arrêtais de perdre ton temps à cogner le mobilier, ducon ? Attaque-toi à quelqu'un qui te rendra tes coups. " Répondis-je sereinement à la soit-disant démonstration de force du combattant.

-"Peuh ! Je n'aime pas le style de la décoration de ce wagon. Et ce que je n'aime pas, je le fracasse. Je suis Jim "les poings de flamme", chef du CP8. Prépare toi à finir K.O. On m'a confié la sécurité de ce train et je n'échoue jamais dans ma mission." Rétorqua enfin le boxeur.

-"Mais avant tout..." Poursuivit-il en fouillant dans sa veste... Pour finir par y dénicher un marteau et des clous afin de réparer les dégâts qu'il venait de causer. "Ma maman m'a toujours dit de réparer les objets qu'on casse !" Expliqua-t-il fièrement en clouant habillement diverses planches brisées ensemble.

Dans le genre loufoque, il ne tenait une sacrée couche le gus ! Une telle imbécillité ne pouvait me laisser de marbre. Je grimaçais mon agacement et postillonnais sur l'idiot en lui hurlant dessus : "Alors ne le casse pas en exprès, abruti !!"

Quelle perte de temps. Le dénommé Jim laissa enfin tomber ses réparations de fortune. Prêt à en découdre puisqu'il se mit en position de combat. " Il faut toujours écouter sa maman. Je vais t'instruire les bonnes manière, garçon."

Je fermais brièvement les yeux, soupirant largement en me demandant pourquoi je devais toujours tomber sur des énergumènes totalement déjantés. Néanmoins, je n'avais pas de temps à perdre en veine interrogation. Robin adorée m'attendait toujours ! J'allumais ma énième cigarette, avant de répondre à la pique du chef de CP8 d'un ton catégorique : "Si tu aimes tant ta maman, je vais te renvoyer dans ses jupes, guignol."

Mon dernier mot prononcé fut le signal du lancement des hostilités. Le boxeur me chargea ! Véloce et agile, il fut sur moi assez rapidement pour me prendre de court et m'asséner un violent uppercut avec son poing américain. Je parvins de justesse à éviter le coup qui m'arracha néanmoins ma clope de ma bouche. Il était pas mauvais ce type ! Cette constatation mêlée la perte de ma cigarette m'arracha un froncement de sourcil prononcé, celui-ci accentuait par la contraction de ma mâchoire. Je contre-attaquais en lui décrochant un coup de pied éclair au niveau de la zone abdominal. Mon adversaire parvint à éviter le coup qui lui frôla les cotes. Nous nous éloignâmes l'un de l'autre d'un bond acrobatique. Le temps de nous jauger mutuellement suite à ce premier échange de coups, avant de reprendre le combat ! Cette fois je pris appuis sur un siège à l'aide d'une de mes mains et je me lançais en avant, mon pied fendant l'air, cibla la trogne du fameux Jim. La semelle de ma chaussure frotta superficiellement contre sa joue tatouée. L'agent avait une fois de plus réussi à éviter de peu mon attaque. Il en profita pour riposter d'un coup de poing véloce en direction de mes côtes. Suivant ses mouvements, je bloquais son attaque à l'aide du genou de mon autres jambes. La puissance de l'impact me fit grimacer, néanmoins je parvins à le repousser. Nous étions au cors à corps et une pluie de coups se déversa de part et d'autre, chacun mettant en échec l'offensive adversaire et échouant mutuellement dans nos assauts furieux. Après une bonne minute d’enchaînements endiablés, de contre et de blocage, nous nous séparâmes à nouveau.

-"Tu es doué, garçon. Ma maman serait impressionnée. Mais par contre, elle serait furieuse d'apprendre que tu cherches à sauver cette sorcière d'Ohara !"

Sorcière ? Une insulte qui passait mal. Je tournais mon visage vers le sol, le plongeant dans une semi-obscurité. Que ce type qui ne connaissait rien de Robin chérie, ose la juger et la rabrouer, voila qui était tout simplement intolérable. Un coup de fouet réveilla mon instinct de guerrier. J'avais assez perdu de temps avec ce tocard. Insulter ma nakama sera sa dernière erreur ! Lorsque je relevais mon visage pour lorgner mon adversaire, une féroce détermination s'y était sculptée.

-"Tu as commis une erreur fatale, fils à maman. Attaque-moi de tout ton saoul, j'en n'ai rien à foutre, mais..." Expliquais-je au gus avant de marquer une courte pause et de reprendre sur un ton sec et vindicatif : "Je t'interdis d'insulter Robin-chaaan !!" Clamais-je haut et fort pour conclure par une charge aussi rapide que l'éclair.

Ma rapidité fut boostée par ma volonté de réparer l'affront fait à ma chère amie archéologue. Jim du CP8 fut totalement décontenancé par ce changement de rythme si soudain. Ce dernier n'eus le temps que d'écarquiller les yeux lorsqu'il fut fauché par mon coup de pieds surpuissant qui le frappa au niveau des côtes :

-"Côtelette shot !!" Nommais-je ma technique ciblée avec ferveur.

La violence du coup souleva le corps de l'agent du gouvernement. La victime cracha sa bile, son souffle totalement bloqué laissa juste échapper quelques gargouillis de douleur. Il fini par décoller littéralement et s'étaler au sol deux mètres plus loin. Sonné, il parvient néanmoins à se relever. Du sang s'écoulait depuis la commissure de ses lèvres tremblantes.

-"Que ?! Tu vas me le payer, garçon ! Mon punch va t'étaler et tu finiras sur la potence comme cette criminelle maudite de par sa naissance ! C'est le gouvernement mondial que vous combattez ! Vous n'avez aucune chance !" Cracha Jim sur un timbre de voix colérique tandis qu'il brandissait férocement son poing américain droit face à son fascié patibulaire.

Ce crétin n'avait pas encore comprit qu'il ne devait surtout pas cracher son venin sur Robin devant moi ? Je lui expliquais calmement la situation qu'il ne parvenait toujours pas à saisir.

-"Toi. La marine. Le gouvernement mondial. Le monde entier. Dieu. Qu'importe ceux qui s'en prendront à mes nakama, ils finiront tous sous mes semelles."

Mes paroles ne plurent apparemment pas au chef du CP8. Le boxeur se jeta sur moi en beuglant, son poing vengeur prêt à frapper. Malheureusement il ne s'était pas encore rendu compte qu'il avait déjà perdu. J'allais devoir lui apprendre cette réalité incontestable. Je fonçais vers lui, une expression implacable gravait sur mon fascié. Ma charge se solda par un saut acrobatique, menant ma jambe tendu vers un coup de pied de titan. Jim prit de la hauteur lui aussi, joignant ses deux main ensemble au sommet de son saut, il tenta de les abattre sur moi pour me fracasser...

-"Vaux Shoot !"

Les coups furent échangés et nous nous dépassâmes l'un et l'autre... Nous atterrâmes tout les deux, dos à dos dans un silence complet. Quelques secondes s'écoulèrent ainsi, entretenant le suspense sur le résultat de cette charge révolue. Jim fit volte face vers moi, un sourire crispé sur ses lèvres. Je restai statique, tel une statut de marbre. Et enfin, l'agent du gouvernement cracha un grosse gerbe de sang, vacillant en étouffant. Il tomba à genoux, le visage à présent complètement ensanglanté. J’exécutais une rotation à 180 degrés afin de regarder dans les yeux mon adversaire vaincu par la puissance de mon assaut.

-"Argh... Pi... Pitié. Epargne-moi. Ne... Ne fait pas de peine à ma maman..."

Je m'avançais vers le chef du CP8 tombé. Mon regard était dur et ma démarche assurée. Je me saisis d'une de mes clopes dans ma poche intérieure de ma veste. Décidément, je fumais trop... Lorsque l’étincelle de mon briquet éclaira mon visage, je répondis à la supplique de mon ennemi.

-"Je n'aurais aucune pitié envers ceux qui s'en prendront à Robin ou à Nami chérie. Tu aurais mieux fait de rester chez ta mère."

Sans pitié, je l'achevais avec brio d'un savant coup de pied dans la tronche. Un "bouergh" du plus bel effet fut le dernier son qui sorti d'entre les lèvres du boxeur après qu'il eut tenté quelques ultimes veines suppliques. Le condamné vola littéralement à travers le wagon et se fracassa violemment contre la porte arrière. Le choc d'impact fit céder la dite porte, créant une ouverture béante sur le premier wagon du train : celui qui accueillait ma nakama... Et ses ravisseurs ! Néanmoins je n'eus guère le loisir de détailler cette brochette de salopard. En effet, un cri aisément identifiable retenti à l'extérieur. Je su à quoi m'attendre à l'instant ou ce cri de détresse sonna à mes oreilles. Je lançais un regard vers une fenêtre qui avait été brisé lorsque j'avais envoyé quelque-uns des larbins de Jim prendre un bain forcé dans la mer. L'appel d'air ainsi crée happa le roi des snipers. Le tireur d'élite fonçait sans contrôle sur moi. Je fis un pas un arrière, évitant la collision sans manifester la moindre inquiétude pour mon compagnon. Il avait la tête solide ce sacré Usopp. Il s'écrasa sans aucune grâce sur une banquette qui céda sous le choc de l'atterrissage forcé.

-"Te voila enfin Us... Sogeking. Tu arrives juste à temps. Étalons les geôliers de Robin et sortons là d'ici." Résumais-je la situation. Comme si vaincre ces redoutables adversaires qui avaient mit en échec Marimo et Luffy un peu plus tôt, serait qu'une formalité. Mais à cœur vaillant rien d'impossible. Pouvoir enfin avoir Robin à porté de vue faisait exploser la puissance du prince charmant qui demeurait en moi ! Il était grand temps de montrer à ces espions la puissance du crew des Mugiwara !
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t771-sanji-equipage-du-chape
Xylane Faust
avatar
CP1

Féminin « Age : 27
« Messages : 135

» Niveau : 10.
» Surnom : Blue Sparkle.
» Rôle / Grade : Agent du CP1.

MessageSujet: Re: Mission de sauvetage à bord de l'Umi Resha.   Mar 30 Déc 2014 - 19:32

Le tintamarre qui résonnait de part et d'autre du wagon jouxtant la zone réservée au CP9 avait de quoi énerver Xylane, c'est le moins que l'on puisse en dire. Passablement déconcertée par le vacarme ôtant à la traversée tout ce qu'elle avait de formalité annoncée, celle qui faisait partie du CP1 faisait contre mauvaise fortune bon cœur, rétractant ses moues et mimiques exprimant au mieux ce que lui inspirait l'état des lieux qu'elle imaginait. De toute évidence, soit les prisonniers avaient réussi à se défaire de leurs liens, soit cet idiot de Wanze avait encore semé la discorde parmi les troupes. Il faut dire que même le calme le plus olympien ne suffisait pas à se contenir face aux pitreries de cet énergumène, chantre du mauvais goût et piètre garant de l'hygiène la plus élémentaire. Si cela n'avait tenu qu'à la jeune femme, elle aurait bien apposé son veto à la présence du laideron dans le cadre de cette mission d'escorte, ô combien importante, mais il se trouvait que le membre du CP7 figurait dans les petits papiers de Spandam... Flagrant cas de harcèlement sexuel ou pas, Kalifa-san trancherait rapidement si cela s'avérait exact. Et avec un fouet épineux, excusez du peu.

Tentant de laisser les petits tracas de côté, tant bien que mal, Blue Sparkle orienta son regard vers son miroir de poche, histoire de vérifier si la lueur azure émanait toujours de ses iris. Le cas échéant, elle se serait sue en proie à une colère incontrôlée car incontrôlable, ce qui n'était jamais bon... Ni pour elle, ni pour son entourage immédiat. Fort heureusement, tous les feux étaient au vert en étant au bleu. Rassurée, vaquant à d'autres introspections, lorgnant vers son prochain ordre de mission en des terres éloignées, elle se délecta d'un nectar au parfum caressant ses narines sans qu'elle ne put y résister. D'une gorgée à l'autre, elle y puisait toute note de volupté qui s'offrait à elle, sans regarder ce qui se passait tout autour d'elle. Ou comment passer du coq à l'âne, car déjà un invité indésirable débarquait-il en trombe dans le compartiment précédant celui qui était dévolu au CP9. En d'autres termes, les pairs de Xylane étaient déjà tous mis hors d'état de nuire. Ou presque. Elle fut rapidement sortie de sa petite bulle, cependant, car un bruit de chute vint fracasser la mélopée des coups, du mobilier valsant tout autour et toutes ces choses qui constituaient une belle cohue. Renversant sa tasse, manquant d'en renverser le contenu sur son bel ensemble bleu foncé, elle eut pour première réaction de rester très stoïque, comme envahie d'une nécessité de rester digne et discrète. L'espace d'une demi-seconde, disons. La demi-seconde suivante la vit serrer le poing droit, une veine ressortant plus nettement que les autres. Et dans la seconde qui suivait encore, c'était son poing gauche qui imitait la même démarche, tandis que sa dentition s'entrechoquait de haut en bas, produisant un crissement aussi nerveux qu'inquiétant. L'explosion de colère se paracheva par le hurlement qu'elle produisit, sans menacer l'intégrité de ses cordes vocales. La féminité préservée, sans pour autant rester maniérée, Xylane vitupéra quelque chose qui ne cherchait même pas à voiler la menace sous-jacente. Quittant son siège au même instant, elle obtura la voie aux deux individus, alors que ses mitaines demeuraient serrées, agrippées à sa robe-manteau.

"Vous... Vous êtes de véritables emmerdeurs !!! On ne vous a jamais appris à attendre qu'une femme ait fini de prendre le thé avant de passer à l'acte ?! Et pourquoi tu portes un masque, toi ?! Elle est finie depuis longtemps, la mission d'infiltration ! Dites-moi de quelle unité vous faites partie, que je sache à qui m'adresser pour expliquer que vous avez dû quitter le train précipitamment..."

Car bien sûr, tout indiquait qu'ils faisaient partie d'une autre unité CP. Car bien sûr, à aucun moment, rien ne les rendait suspects. Pas même la foultitude d'alliés au sol. Emportée par un ouragan qu'on appelle...colère, entraînant avec lui aveuglement, Xylane prenait Sanji et Usopp pour ce qu'ils n'étaient pas. Et ce, à quelques pas du CP9, visiblement pas encore alerté. Ou désintéressé, c'était selon.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Mission de sauvetage à bord de l'Umi Resha.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission de sauvetage à bord de l'Umi Resha.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG One Piece : Rise of a New Era :: 02 (Zone Rp) :: Grand Line :: 2ème route :: Enies Lobby :: Abords d'Enies Lobby-