lienlien












 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Château de sable à Quedalle Island [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Crocodile
avatar
Hors-la-loi
Masculin « Age : 47
« Messages : 24

» Niveau : 6.
» Surnom : Crocodile
» Akuma no Mi : Suna Suna no mMi
» Rôle / Grade : Grand Corsaire déchu
» Prime : 81 000 000(anciennement)

MessageSujet: Château de sable à Quedalle Island [Libre]   Mar 28 Oct 2014 - 14:21

Quedalle Island, une petite perdue sur Grand Line. Sur ce morceaux de caillou perdu au milieu de l'océan, rien. Rien. Rien du tout. Si ce n'est du sable. Et des péquenots qui puent la sueur. Îlot si connu pour sa propension à ne rien y avoir à faire qu'il est absent de la plupart des cartes et du répertoire des royaume connu. C'est sans doute pour cela que Crocodile s'y trouvait, aficionados des bleds assez caché du reste du monde pour pouvoir y comploter tranquille. Il savait que l'île était un lieu riche en grottes et en souterrains, choses fortes utile pour un homme tel que lui, désireux de cacher ses petites activités au Gouvernement Mondial. Etant l'homme le plus à même de détecter les diverses sympathie du terrain -grâce à ses pouvoirs d'homme-sable-, il avait fait le déplacement en personne. Et en solitaire. En effet ses officiers avaient d'autre chat à fouetter -il l'espérait en tous cas fortement- que d'aller joueur aux petits explorateurs, chose que son statut de Capitaine Corsaire lui permettait de justifier, surtout en tenant en compte le fait qu'il avait littéralement anéantis une flottille Pirate qui avait eu la malchance de devoir lui servir d'alibi. Après tout, la Marine avait pu vouloir surveiller un peu ses agissements. Voilà qui avait dû leur donner un peu de spectacle.

Après avoir une bonne partie de la journée à explorer et ressentir le terrain, non sans avoir déclenché une bonne dizaine de tempête de sable pour se couvrir, Crocodile, Sir Crocodile pour les intimes, Mr.0 pour le boulot, le balafré décida qu'il avait vu ce qu'il désirait voir. Ce trou perdu serait parfait pour y implanter une avant-garde chargé de dépouiller les malheureux qui croiseraient le chemin de ses hommes. Le fait que l'endroit soit reculé permettrait d'y installer du personnel mieux équipé et plus à même de faire la peau à ceux qui aurait réussit à passer l'entrée de Grand Line. De plus, la faune sauvage donnerait du fil à retordre à quiconque oserait s'aventurer trop profondément dans ces contrées. Satisfait, le Sir Carnassier prit le chemin qui devait le conduire au navire qui l'avait amené jusqu'ici , caché dans une crique à l'autre bout de l'île.

Tout à coup, sortit des entrailles de la terre, comme arrivé des entrailles de l'enfer, un titanesque ver géant à la gueule garnit de croc agité de spasme, jaillit du sol sableux avant de se jeter sur le Capitaine Corsaire pour tenter de l'engloutir. Tout ce petit manège n'eut pour effet que de décrocher un large sourire à Mr.0 avant qu'il n'explose dans une gerbe de sable alors même qu'il était percuté par l'énorme bestiole. Cela lui confirma que cette île était l'endroit rêvé pour ce qu'il voulait y installer. Sans se presser, le Schichibukaï se reforma pour aussitôt disparaître alors que la bête tentait encore de l'avaler. Satisfait mais lassé de ce petit jeu, notre homme se reforma rapidement juste sous le nez du colossale animal, qui se jeta à nouveau sur lui.


"Sables..."

Cette fois-ci, il ne chercha pas à éviter la bête et fut promptement avalé par l'animal de la taille d'un petit navire de guerre.

"...Pesado!"

Une tempête se déchaîna alors dans l'orifice buccal du mollusque géant, faisant exploser sa tête et toute une partie de son corps gargantuesque. Cet animal était un millier de fois trop faible pour espérer ne fut-ce que survivre à la rencontre avec Mr.Crocodile. La journée étant bien avancé et se rappelant soudain qu'il n'avait rien avalé depuis un moment, le Grand Corsaire décida de se payer un bon steak de ver des sables, met raffiné et rare au vu de la puissance de l'animal. Ce pique-nique allait lui rappeler ses jeunes années dans la flibuste, ce qui alluma en lui une minuscule flamme de ce qu'on appelait nostalgie chez les êtres humains normaux. L'homme fit un feu et s'installa avec une bouteille de son meilleur saké qu'il avait amené dans le cas où se présenterait ce cas de figure. Il mit sa viande à cuire et attendit là.
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t804-crocodile-detenu-du-niv
Zachary Brown
avatar
Nouveau/Nouvelle
Masculin « Age : 20
« Messages : 24

» Rôle / Grade : Sergent

MessageSujet: Re: Château de sable à Quedalle Island [Libre]   Mer 29 Oct 2014 - 22:38

Deux dès roulèrent sur le sol. Des hommes, assis de manière à former un parfait cercle, avaient le regard fixé sur les objets cubiques. Pas un mot n'osait sortir des lèvres des individus, par crainte de briser ce moment magique où le hasard faisait son œuvre. Des cris s'élevèrent dans la cabine et exprimèrent l'état d'âme de certaines personnes. De la joie, du côté des vainqueurs, de la peine ou de la colère, du côté des perdants. Zachary, adossé à un mur, observait ce spectacle sans se faire remarquer. Il attendait son tour, en contenant l'impatience qu'il avait accumulé à force d'enchaîner les pertes à ce jeu. La chance n'avait pas encore décidé d'être de son côté. Le jeune homme l'avait appelé maintes fois une heure durant, mais il s'était résigné à vider ses pensées momentanément avant de se relancer dans l'ivresse du jeu. A force de s'amuser, il avait failli oublier la raison de sa présence en ses lieux, mais ce détail lui revint immédiatement à l'esprit.

Le natif de North Blue était parti en direction de Quedalle Island pour une mission qui s'apparentait à une colonisation. Le Gouvernement Mondial voulait étendre son influence sur cette île qui n'avait pas encore de dirigeants. Afin de mener à bien ce plan, elle avait envoyé une trentaine de soldats à l'image du sergent Brown pour qu'ils puissent entrer en contact avec d'hypothétiques habitants. Selon certains dires, c'était l'une des premières expéditions vers Quedalle Island à ce jour-là. Zachary n'avait fait qu'effectuer un tri à travers les informations qu'il avait glanées en lisant sur les lèvres de ses supérieurs et de son entourage. En raison de ce comportement inconvenant, la jeune pousse de la Marine avait reçu de multiples punitions, mais avec son sale caractère de fouine, il ne pouvait plus s'empêcher d'épier la moindre conversation. Après tout, celui qui savait s'informer ne se laissait jamais surprendre.

Le visage du jeune homme s'éclaira, car son tour de jouer arriva enfin. Il était déterminé à remporter la victoire cette fois-là, et s'il lui advenait de perdre à nouveau, il s'était juré de ne plus toucher une fois de plus à ce jeu de malheur. Assis en tailleur, il s'empara des dès puis les secoua dans sa main comme si ce geste changerait la donne. Son adversaire, un gars qui avait été témoin des défaites successives du jeunot, paraissait se lécher les babines à l'idée d'affronter une proie facile. Défiant du regard son opposant, notre sabreur ne comptait pas se laisser intimider même s'il n'avait pas d'influence directe sur les dés. Le résultat de la manche ne dépendrait que de deux nombres. Le joueur qui avait le score le plus élevé récoltait la mise et avait le choix de proposer une revanche au perdant. Quant au perdant, il ne pouvait que se lamenter sur son sort, car il n'avait pas la possibilité d'imposer une seconde manche sans la volonté du gagnant.

« Lancez les dés !» lança un homme.

A ce signal, Zachary lança le dé sur le sol et coupa son souffle sitôt le lancer effectué. Son cœur ne fit qu'un bond lorsque les dès se figèrent après d'ultimes rotations. Douze contre huit. Levant les bras vers les airs en signe de victoire, le jeune homme aurait volontiers hurler son contentement. Finalement, la chance était arrivée en retard, mais il n'était pas encore trop tard pour qu'elle le satisfasse davantage. Une fois que sa bourse avala les berrys gagnés, le sourd s'empressa de proposer une nouvelle partie à son adversaire dont le visage avait viré au rouge, mais très vite, il fit mine de vouloir rassembler ses affaires afin de partir. Zachary tenta bien de le retenir, mais il comprit malencontreusement pourquoi son collègue essayait de filer. Tiré en arrière par une oreille, l'un de ses supérieurs semblait extrêmement en colère de ce qu'il venait de découvrir. Apprendre que ses subordonnés tiraient au flanc ne plaisait à personne.

« Sergent Brown ! De part votre sérieux, je ne m'attendais pas à un tel comportement ! Vous me décevez ! » le haut-gradé foudroya du regard le garçon avant de s'attaquer aux autres hommes. « Bande d'imbéciles, vous êtes pas mieux qu'lui ! Bougez-vous le fion et qu'ça saute ! J'vous donne cinq minutes pour être descendu du navire ou j'vous promets que j'vous laisse crever sur Quedalle ! »

Zachary ne se le fit pas dire deux fois. Du navire à la terre ferme en cinq minutes chronos, il se positionna en garde-à-vous aux côtés des autres soldats. L'heure n'était clairement plus à la flemmardise et l'homme qui avait remonté les bretelles de son équipage le fit bien savoir une seconde fois. En guise de punition, il sélectionna cinq soldats dont le jeune bretteur puis leur ordonna de partir à la recherche d'une oasis de Quedalle, car l'équipage partirait en quête de civilisation que le lendemain matin. Savant parfaitement qu'il était aisé de lire sur son visage ses sentiments, Zachary s'efforça de garder une expression neutre afin de ne pas attiser la colère de son supérieur. Sans perdre une minute de plus, les cinq hommes partirent à la recherche de la source d'eau, Zachary en tête de file, car il se refusait à râler avec ses compagnons.

Cependant, la tâche se révéla plus ardue que l'avait crue l'adolescent. L'horizon s'étendait à mesure qu'il s'en approchait. De la sueur commençait à perler sur le visage de l'épéiste et son corps se faisait plus lourd à chaque pas. Zachary ne se sentait vraiment pas dans son élément, mais il se persuadait de continuer. Soudain, un ver géant surgit du sol puis poussa un cri guttural. Les membres du sergent se pétrifièrent à la vue d'une tel monstre. Ses camarades, au lieu de faire face au danger avec courage, prirent leurs jambes à leur cou d'une manière désordonnée. Ces idiots prirent des directions différentes, laissant le pauvre sourd sur place. N'étant pas assez fou pour croire avoir une chance contre une bête de ce gabarit, Zachary n'eut pas le temps de courir que le ver s'élança en avant afin de s'enfoncer à nouveau dans le sol. Le départ du mollusque fut le moment choisi par le marin pour détaler.

Suffisamment éloigné du point où il se trouvait il y a quelques minutes, le soldat se permit une petite pause afin de reprendre son souffle. Le ver n'avait pas l'air de l'avoir pris en chasse ce qui rassura légèrement Zachary, mais il tenait à s'éloigner davantage de là où il l'avait rencontré. Alors qu'il continuait à marcher sans destination précise, il comprit qu'il ignorait où il se trouvait et où se trouvait l'oasis, car il n'avait pas mémorisé l'emplacement du point d'eau. C'était bien beau de vouloir faire bonne impression, mais il ne fallait pas se lancer tête la première dans une entreprise sans en avoir mesurer le risque. Zachary comprit donc l'ampleur de sa bêtise. A ce moment-là, rebrousser chemin reviendrait à signer son arrêt de mort, car la nuit approchait sous peu. Un abri était le bienvenu pour notre imbécile incapable de retenir des instructions, mais fallait-il encore savoir où chercher.

La recherche ne dura même pas cinq minutes que les yeux du jeune aux cheveux noirs se posèrent sur un feu de camp. Avec un peu de chance, il rencontrerait des habitants de l'île ou bien l'un des quatre compagnons qui l'avait accompagné. Marchant lentement en direction de la source lumineuse, il était décidé à montrer qu'il n'avait aucune intention hostile, bien que ses mains reposaient sur les poignées de ses deux lames. Se faisant bien remarquer au préalable, il entra dans le champ de vision d'un homme visiblement seul dans le désert. A quelques pas de là, Zachary constata la présence d'un énorme cadavre qui gisait sur le sol. Les yeux menaçant jaillir hors leur orbite, le jeune homme faillit tomber à la renverse. Une seule question taraudait à ce moment-là son esprit : était-ce l’œuvre de l'inconnu en train de déguster un steak de ver ? La réponse à la question ne vint pas juste après, car l'estomac du jeune gars grogna pour manifester sa présence. Le visage rouge pivoine, Zachary était tiraillé entre l'idée de demander une part et de s'enfuir à toute allure en raison de l'évidente dangerosité de l'homme au crochet d'or. Les hommes capables de terrasser une bête géante ne couraient pas les rues et sur une île perdue au milieu de Grand Line, encore moins.
Revenir en haut Aller en bas
Crocodile
avatar
Hors-la-loi
Masculin « Age : 47
« Messages : 24

» Niveau : 6.
» Surnom : Crocodile
» Akuma no Mi : Suna Suna no mMi
» Rôle / Grade : Grand Corsaire déchu
» Prime : 81 000 000(anciennement)

MessageSujet: Re: Château de sable à Quedalle Island [Libre]   Mar 4 Nov 2014 - 17:49

La fin de repas de Crocodile avait été on ne peut plus parfaite. Un solide gueuleton à base de bestiole dangereuse, une bonne bouteille, un grand soleil et surtout aucun gêneur. Il y avait un long moment qu'il n'avait pas eu l'occasion d'être loin de tout, éloigné de la civilisation et surtout des crétins qui la compose. Tout cela allait changer quand il lancerait son terrible plan et mettrait à bas de le navrant Gouvernement Mondial et les pauvres chiens à sa solde. Enfin il pourrait plier chaque millimètre de réalité à sa volonté et bannir la faiblesse -de corps et d'esprit- ainsi que la bêtise au plus profond des mers. Pensant cela et quelque peu aidé par la digestion d'un copieux repas très -trop- généreusement arrosé d'alcool fort, le Grand Corsaire sombra dans une lourde sieste digestive qui allait l'emporter fomenter des plans machiavélique -histoire de changer- pour renverser Morphée et prendre le contrôle du royaume du sommeil.

De longues heures s'écoulèrent avant qu'il ne se réveille enfin. La nuit était tombé et un bruit singulier l'avait tiré de ses songes, un bruit et une présence d'ailleurs. Comme nombre de carnassier prédateur, le crocodile n'était pas de la meilleures humeur qui soit lorsqu'une impudente proie avait osé le tirer d'un sommeil réparateur -et quelque peu alcoolisé.-, le nouveau venu allait apprendre qu'il en était de même pour le Big Boss de Baroque Works. D'un regard encore à peine endormis mais pourtant plus perçant que la pointe d'une lance en granit marin, Crocodile regardait l'homme qui se trouvait non-loin de lui. Il le jaugeait. Qui était-il? Que voulait-il? Et surtout qu'est ce qu'il foutait là?! Au milieu du désert d'une île perdue dans un nul part total? Il avait plutôt à rester sage en tous cas, Mr.0 n'était pas spécialement d'humeur à communiquer outre mesure alors que sa venue ici était sensé resté secrète. Personne n'était au courant à par lui. Personne jusqu'à maintenant. Mais cela pouvait encore s'arranger...

Sans cesser de toiser l'étranger, Crocodile se releva de toute sa hauteur et poussa du pied une bûche pour réveiller le feu de bois qui avait faibli quelque peu pendant son sommeil, après quoi il ne bougea plus. Seuls ses yeux étaient encore mobile et allaient de bas en haut pour tenter de se faire une petite idée de celui qu'il risquait de devoir changer en petit tas de sable. Son regard renfermé et quelque peu flippant planté dans celui du mioche en face de lui, Crocodile alluma un cigare. Il n'était guère impressionnant ce type. Proche du nabot et aussi musclé qu'une limande sole qui aurait oublié de prendre son traitement anti-rachitisme , le jeune homme paraissait d'une autre réalité. Trop propre sur lui, simplement vêtu mais poussant la coquetterie jusqu'à porter un pantalon blanc et équipé de deux sabres à la ceinture, on eut dit un assistant-stagiaire recalé à l'audition d'un théâtre Nô qui se serait perdu sur le chemin de la maison. Mais Crocodile n'était pas Capitaine Corsaire pour rien et, bien que l'inconnu semblait avoir le potentiel destructeur d'un concombre de mer dans un four à pain, sur Grand Line il valait mieux sur-estimer son adversaire que l'inverse. Le fait que le type avec ses coupe-papiers prononçait pas un mot pouvait également vouloir dire qu'il préparait quelque chose...

Subitement, Crocodile chargea le gamin. En une sableuse enjambé il était sur lui et lui appliqua prestement un coup latéral de son crochet d'or, à l'aide de la partie bombé relié à son poignet. Le but ici n'était pas de le tuer ni de le blesser -en théorie- mais bien de dégager l'avorton de là, hors du chemin de notre Schichibukaï qui avait d'autre chat à fouetter que de s'encombrer d'un gêneur. En effet, tandis qu'il était occupé à observer son "invité", il avait remarqué qu'un animal fort connut en ces contrées s'était approché du jeune homme. Animal redoutable et tueur silencieux des dunes, un scorpion des sables -un peu au dessus des normes habituelles, puisque faisant la taille d'un ours- s'était approché, attiré par la lumière, et avait visiblement décidé de s'offrir un casse-croûte sur le pouce -sur la pince à vrai dire- avant de retourner s'enterrer dieu sait où. Le Grand Corsaire avait patiemment attendu qu'il s'approche pour être sûr que l’arthropode ne pourrait pas fuir. Sans effort apparent, il bloqua de sa main valide l'aiguillon de la bête auparavant en pleine course pour transpercer l'étranger. Surprise et certainement peu habitué au rôle de proie, la créature tenta de trancher le balafré en deux à l'aide d'une de ses pinces. Loin de montrer des signes de difficulté, l'homme sable se contenta d'écraser d'un coup de pied l'énorme cisaille qui se brisa sous l'impact, après quoi, Mr.0 s'appliqua à arracher la queue de l'animal dans un grand râle d'effort mais non sans afficher un large sourire. Cette bestiole n'avait définitivement pas le niveau. Dans un grand craquement de chitine brisé et de gargouillements spongieux, le Corsaire arracha le mortel appendice de la bête qui tenta alors de s'enfuir non sans émettre de grand sifflement douloureux. Mais notre homme n'en avait pas fini avec ce malheureux scorpion. Sans une once d'hésitation et avec une extrême rapidité, il abattit son gauche plaqué or sur la tête de la bête qui cessa alors de bouger, définitivement. Comme pour déclarer la fin des hostilités, Mr.0 souffla un long nuage de fumée blanche qui s'échappa dans la nuit noire. Il se tourna alors vers celui qu'il avait "poussé" hors de son chemin.


" Va pas te faire de film, c'est ça que je voulais."

Pour confirmer ses dires, il agita légèrement la queue de la bête qui laissa s'échapper des gouttes de poisons, lesquelles allèrent s'écraser dans le sable qui fuma intensément à ce dangereux contact. L'occasion était en effet trop belle pour que Crocodile ne récupère pas un échantillon sur cette branche de la faune locale. Il pourrait ainsi ajouter ce petit prélèvement à sa collection de poison s'il se révélait assez efficace.

"Et maintenant dis moi ce que tu fois là? Parle, j'ai pas que ça à foutre!"

Le silence retomba sur le désert, uniquement troublé par les crépitements du feu qui commençait à regagner en puissance ainsi que par les gargouillements chantant de l'inconnu, qui gagnaient en puissance. Dans une telle ambiance, n'importe qui serait impressionné par la prestance d'un homme tel que Crocodile, n'importe qui n'ayant pas remarqué l'énorme main incrusté dans le visage de l'homme sable, unique mais ridicule preuve de son sommeil récent.
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t804-crocodile-detenu-du-niv
Zachary Brown
avatar
Nouveau/Nouvelle
Masculin « Age : 20
« Messages : 24

» Rôle / Grade : Sergent

MessageSujet: Re: Château de sable à Quedalle Island [Libre]   Lun 10 Nov 2014 - 7:19

Zachary devait avoir l'air ridicule aux yeux de l'inconnu. Il n'osait plus lever les yeux en direction de l'homme tiré de son sommeil, à la manière d'un gosse qui avait commis une énorme bourde. Les bras, qui entouraient son ventre, tentaient en vain d'endiguer le flot de gargouillis sonores. Le jeunot menait vraiment un combat contre lui-même sous l’œil peut-être moqueur de l'autre individu. Cependant, trop préoccupé à se rendre plus petit qu'il ne l'était, le jeune sabreur ne se rendit pas compte de la menace qui planait dans son dos. Aussi brutal qu'une tempête de sable, l'homme au crochet d'or se déplaça à une vitesse faramineuse et atteint en un temps record le sergent de la Marine. Pris par surprise, Zachary était certain de faire face à un fou furieux. Il ne comprenait absolument pas ce qui avait bien pu contrarier l'étrange personne. Mais il eut à peine le temps d'adopter une position de défense, en plaçant ses bras de manière à protéger son visage et le haut de son buste, qu'il se retrouva balayer par une force phénoménale. On aurait dit un vulgaire grain de sable balayé par une tempête.

Le coup porté n'avait pas été si terrible en fin de compte, mais il avait suffi à faire rentrer dans un état de panique Zachary. Selon lui, cette première attaque était un signe d'avertissement qui lui ordonnait de quitter sur-le-champ les lieux, mais il se trompait sur toute la ligne. La véritable proie de l'homme au cigare était un scorpion des sables qui avait tenté de prendre à revers notre gringalet. La bestiole possédait un dard qui, visiblement, avait failli transpercer le corps frêle de Zachary. Finalement, l'étranger pouvait se relever un bienfaiteur et cette idée ne manqua pas de rassurer le fier, mais incompétent représentant de la Justice. Avec une facilité presque déconcertante, l'homme, qui paraissait n'avoir fait qu'un avec le sable au moment où il était passé près de Zachary, terrassa l'arachnide et s'empara du dard de l'animal en guise de trophée. Décidément, cet homme était devenu l'un des héros de l'adolescent en un clin d’œil.

Jusqu'à ce que le tueur de scorpions déclare qu'il n'en avait vraiment rien à foutre de la vie du gamin et que seul lui avait importé le poison contenu dans le dard du monstre des sables. L'image du héros éclata à la face de l'enfant de North Blue. A ce moment-là, une énorme déception se lut sur le visage de Zachary. S'apercevant tardivement qu'il reposait assis sur le sable, il se releva avec précipitation puis épousseta ses vêtements. Un bon soldat se devait toujours d'avoir l'air propre sur soi afin de donner une image valorisante de la Marine. C'était surtout le caractère discipliné de Zachary qui s’échinait à appliquer ce précepte. Même couvert de boue de la tête aux pieds et puant à s'en boucher les narines, il cherchera toujours à paraître noble et droit. Peu lui importait l'impression qu'il avait donnée à l'étranger, car il était déterminé à la renverser de la revers de la main.

Le visage de l'inconnu fut l'espace d'un instant bien visible. Une cicatrice barrait son visage. Un cigare fumait entre ses lèvres. Il avait tout l'air d'un caïd, voir d'un mafieux, mais c'était un pirate, car Zachary le savait. Il avait reconnu ce fléau des mers, qui éliminait sans aucune pitié ses adversaires. Il n'y avait rien d'étonnant à ce que ce Shishibukai se trouve à cet endroit puisque le désert était son milieu naturel en quelque sorte. Son logia lui permettait de manipuler selon son bon vouloir l'environnement où se trouvait les deux hommes. Zachary n'était qu'une chips entre les mains du monstre qu'était Crocodile et être encore en vie témoignait du miracle. Le jeune homme se rendit compte qu'il en avait les phalanges blanches à serrer les poings. Il ne supportait pas son impuissance, d'être contraint de fuir face à chaque menace. Il aimerait tant être capable de briser les montagnes, d'éliminer des vers géants, mais rien ne s'acquérait sans effort en ce bas-monde, et cette vérité rendait triste Zachary. Mais toute sa frustration, toute sa tristesse, toute sa colère alimentaient son attente d'un jour meilleur où il ferait partie des grands.

A ce moment-là, il se préoccupait plutôt à essayer d'entrer en contact avec le forban, car sa surdité ne lui facilitait pas du tout la vie. Et dans pareille situation, il n'avait pas envie de perdre son temps à agiter les mains dans tous les sens en espérant que son interlocuteur comprenne son message.

« Je...suis...sourd...»
il montra l'une de ses oreilles comme pour mieux expliquer son problème. « Je suis...per...per...perdu. » il hésita à poursuivre sa phrase, mais il se ravisa parce qu'il n'espérait rien de la part du bandit. Il se fichait presque de savoir si ce dernier le prenait pour un menteur ou non.

Si sa vie ne valait rien aux yeux de Crocodile, Zachary ne voulait pas s'abaisser pour autant. Certes, il faisait preuve de respect à l'encontre de ses supérieurs au sein de la Marine, mais en présence d'une crapule telle que Crocodile, il préférait mourir dignement. Il se refusait à être le gentil toutou de cet homme. S'asseyant sur le sable, il était prêt à combattre la faim et à attendre la venue du jour. Quoiqu'il lui en coûte, il ne demanderait rien de disgracieux à Crocodile.
Revenir en haut Aller en bas
Crocodile
avatar
Hors-la-loi
Masculin « Age : 47
« Messages : 24

» Niveau : 6.
» Surnom : Crocodile
» Akuma no Mi : Suna Suna no mMi
» Rôle / Grade : Grand Corsaire déchu
» Prime : 81 000 000(anciennement)

MessageSujet: Re: Château de sable à Quedalle Island [Libre]   Jeu 20 Nov 2014 - 13:02

Crocodile resta un instant figé face à son interlocuteur, dubitatif. Il devrait tuer ce gosse, là, tout de suite, le réduire à l'état de momie pendant qu'il en était encore temps et que la nuit empêchait tous les gêneurs potentiels de venir profiter du spectacle -à bonne distance pour les plus consciencieux-. Ou l'ensevelir sous des kilomètres de dune, ou pourquoi pas l'envoyer nager dans une nappe phréatique ou simplement l'écorcher à main nue, comme au bon vieux temps. Bref ce n'était pas les idées qui manquaient pour envoyer le gêneur ad patres. Et puis non. Certainement aidé par l'alcool et armé d'une bonne flemme, le Grand Corsaire décida de remettre l'instant fatidique à plus tard, sûr qu'il était de représenter une plus grande menace que le gamin lui faisant face avec ses pauvres coupe-papiers. Rompant le silence de la nuit, il s'exclama subitement , goguenard.

-"Sourd? Et après? Je suis manchot et j'emmerde personne avec ça!"

Disant cela il agita son énorme crochet sous les yeux de son interlocuteur. Après quoi il tourna les talons et reparti vers le feu de camp, non sans emporter la carcasse de l'animal qu'il venait d'oblitérer. Arrivé à destination il recouvrit le corps de braise avant de ranimer les flammes. A l'étouffé, ce scorpion serait parfait. Il y en aurait pour un moment. Pour patienter il déboucha une autre bouteille et repris un morceau de steak de ver avant de se tourner vers l'intrus. Certes ce mioche était sourd mais il devait bien avoir une raison pour qu'il traîne dans la zone. Perdu? La belle affaire! On ne se perd au milieu d'une île elle-même perdue en plein rien sans qu'on l'ait cherché, ne fut-ce qu'un peu. Et puis si ça se trouvait, le moutard sourdingue le suivait depuis un moment et cette approche faisait partie d'un plan étriqué -et possiblement stupide- pour lui mettre le grappin dessus, à lui, Mr.0. Le Grand Corsaire balaya cette idée de son esprit, même si le gouvernement avait plus d'un tour dans ses milliers de manche, il avait tout de même quelques coups de retard en ce qui concernait Baroque Works.... Alors quoi?! C'était juste un gamin perdu et pas assez débrouillard pour s'en sortir? Quand même!

Suivant le fil de ses pensées, Crocodile était resté figé un instant en regardant le jeune homme lui faisant face. Il laissa soudain échapper une énorme bouffée de fumée, telle une machine à vapeur purgeant une surpression. Fini de jouer, ce gosse allait devoir se montrer bavard faute d'être entendant. D'un geste de sa main valide il lui fit signe de s'approcher avant de lui désigner dans un second temps un emplacement où il pouvait -devrait- s'asseoir.


-"Eh le gosse! Approche toi et dis moi ce que tu fous ici. En pleine nuit. Sans défense."

Comme si le fait d'être ici en plein jour aurait été plus justifiable. Il était vrai par contre que l'inconnu semblait avoir un potentiel de défense proche de la blatte, ce qui était encore plus louche dans le cas présent étant donné que les types faible de ce genre aiment bien habituellement se promener ensemble pour essayer de jouer aux types potable en additionnant leur piteuses compétence. Se faisant cette réflexion, le Schichibukaï attrapa un morceau de vers bien cuit et l'envoya quelque peu violemment à son interlocuteur.

-"Et mange! On a pas tous la chance d'être sourd pour pas entendre ton estomac gueuler!"

Tout en parlant, il avait pris soin d'être assez en lumière pour que le jeune sourd puisse lire ses lèvres -et il avait intérêt à savoir le faire, Crocodile n'étant pas un modèle de patience et de compréhension- afin d'essayer de faciliter un peu la communication, sans ôter pour autant le cigare qu'il avait en bouche ce qui risquait de ne pas rendre aisé la lecture. Après quoi, il offrit son plus beau sourire carnassier à l'étranger, ce qui, à la lueur des flammes dansantes, lui donnait proprement un véritable air de prédateur crocodilien.
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t804-crocodile-detenu-du-niv
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Château de sable à Quedalle Island [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Château de sable à Quedalle Island [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG One Piece : Rise of a New Era :: 03 (Rp / HRp) :: RP Libres :: RP improvisés-