lienlien












 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [Diggidy] Diamants sur canapé part 2 - PV Kira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luz Misson
avatar
Hors-la-loi

Féminin « Age : 23
« Messages : 230

» Niveau : 11.
» Surnom : Le Moineau.
» Akuma no Mi : Aucun, on y va AU TALENT.
» Rôle / Grade : Messagère/cryptographe indépendante.
» Prime : 15.000.000 de Berrys.

MessageSujet: [Diggidy] Diamants sur canapé part 2 - PV Kira   Dim 19 Oct 2014 - 16:34

« Vous êtes sûre de vous, Misson-san ? J’apprécie ce que vous essayez de faire pour nous, mais l’entreprise reste dangereuse… »
« Ne vous inquiétez pas Stepan, tout se passera bien. Il nous suffit de suivre le plan, et ça ira comme sur des roulettes. »
« J’aimerais en être aussi convaincu que vous… »

Elle aussi aimerait en être aussi convaincue qu’elle n’y paraissait. Accoudée à la balustrade du bateau qui approchait maintenant de Diggidy, Luz se repassait encore et encore sa dernière conversation avec le chef de la rébellion de Zargun, essayant de se rassurer quant à la suite des événements alors que l’inquiétude et le doute la gagnaient progressivement. La veille encore, elle était tout à fait sûre de son plan. Se pointer au rendez-vous avec les faux joyaux, se faire attaquer par Kira qui devait réussir à s’enfuir, clamer partout qu’il avait volé les vrais joyaux et les avait remplacés par des faux pour les duper. Kira réussirait à se tirer, et elle réussirait à donner le change et faire croire qu’elle s’était fait avoir au même titre que les autres. Plus facile à dire qu’à faire. Il y avait plusieurs facteurs inconnus dans l’histoire, comme par exemple les effectifs déployés sur place, la configuration des lieux… Laissant échapper un soupir, Luz sortit le codex de sa poche, et l’observa distraitement. Elle avait replacé les chiffres du code dans le même ordre aléatoire qu’ils avaient avant qu’elle ne l’ouvre pour remplacer les joyaux, si bien que même quelqu’un de particulièrement observateur ne pourrait voir qu’elle y avait touché. Le poids était le même, les joyaux ressemblaient en tout point aux vrais grâce à la dextérité de Minervo et ses hommes… bref, l’illusion était supposément parfaite. La question était de savoir si la suite des événements allait l’être aussi, parfaite.

Rangeant le codex à l’intérieur de sa veste, Luz se retourna en entendant des pas sur le pont derrière elle. Reconnaissant son nouvel acolyte qui venait de discuter avec le capitaine du navire marchand qui les transportait jusqu’à Diggidy, la jeune femme s’assit sur la rambarde, attendant patiemment qu’il vienne la rejoindre. Un vent léger, mais froid soufflait sur la mer alors qu’ils approchaient de l’île, dont le climat hivernal contrastait violemment avec la sécheresse de Zargun. Le capitaine lui avait fait cadeau d’un vieux manteau oublié par un marin, lui évitant ainsi de mourir de froid avant d’atteindre sa destination, mais le vêtement deux fois trop grand pour elle lui donnait l’air d’une gamine ayant voulu essayer le manteau de son père. Mais hé, c’était mieux que rien.

« On est presque arrivés. » lança-t-elle à Kira en désignant l’île derrière elle d’un mouvement de tête. « Dès qu’on arrivera à terre, je partirai la première pour rallier les bureaux de Digger O’Dell. Il devrait être au rendez-vous, avec son second un quelqu’un de la Marine. Je doute que ce soit Bern lui-même, mais probablement quelqu’un qui l’a à la bonne. Tu n’auras qu’à me suivre de loin pour intervenir au bon moment. »

Tournant la tête pour observer les côtes de Diggidy. Toute cette neige à quelques heures de navigation à peine de Zargun, c’en était à peine croyable. Elle n’avait jamais eu l’occasion de se rendre sur Diggidy, n’ayant jamais compté de clients l’envoyant là-bas, mais elle était bien curieuse de la découvrir. En un sens, du peu qu’elle en savait, cette île lui rappelait Drum, qu’elle avait souvent visitée pour délivrer des messages au gouvernement du pays. Hélas, aujourd’hui n’était pas exactement un jour pour faire du tourisme. Elle nota néanmoins dans un coin de sa tête qu’il serait intéressant de revenir plus tard ; du moins, si elle ne se faisait pas arrêter pendant la prétendue transaction et l’intervention de Kira. Resserrant son écharpe et les pans de son manteau trop grand autour d’elle, elle sauta de son perchoir et leva le nez en l’air pour constater que la neige commençait à tomber sur le bateau.

« J’espère que la météo ne va pas nous ralentir. De toute façon il est trop tard pour faire marche arrière. C’est la dernière ligne droite, camarade ! Prêt à jouer les filles de l’air pour les beaux yeux de la Marine ? » sourit-elle. Son jugement sur Kira avait remarquablement évolué depuis la veille. Si durant les premiers instants de leur rencontre elle ne l’avait vu que comme un vaurien qui kidnappait, volait, et possiblement truandait pour de l’argent, élaborer ce plan avec lui et Minervo l’avait poussée à réviser son jugement et être moins sévère. Oh, elle pensait toujours que c’était un vaurien, aucun doute sur le sujet. Mais un vaurien moins crapuleux que ce qu’elle avait cru au premier abord. A vrai dire, elle l’imaginait bien s’intégrer à Blue Mockbird et parfaitement rentrer dans les critères de recrutement un peu farfelus de Jane Mortemart, qui affectionnait les enfants terribles et les rebelles. Mais quelque chose lui disait que jamais Kira n’accepterait d’envisager ne serait-ce que l’option de rejoindre une organisation. Après tout, aussi libérale soit la compagnie, c’était à l’opposé de ses idéaux de liberté dont il lui avait parlé la veille.

« On accoste dans dix minutes ! » lança le capitaine.

On y était. L’opération joyaux pouvait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t597-luz-misson-hors-la-loi-
Yoshikage Kira
avatar
Hors-la-loi

Masculin « Age : 23
« Messages : 49

» Niveau : 10
» Surnom : Atom Heart
» Akuma no Mi : Aucun
» Rôle / Grade : Escroc au grand coeur

MessageSujet: Re: [Diggidy] Diamants sur canapé part 2 - PV Kira   Dim 19 Oct 2014 - 21:31

A dire vrai, Kira n'était pas mécontent de quitter Zargun. Certes, l'île était assez jolie à voir, mais il faisait beaucoup trop chaud et il y avait trop de cailloux. Pas le genre d'endroits qui lui plaisait particulièrement, et c'était un soulagement de se dire qu'il n'y repasserait pas normalement pas avant un long moment. La motivation anormale qui s'était emparée de lui la veille au soir était elle aussi partie voir ailleurs, et il se posait beaucoup trop de questions sur le plan: concrètement, qu'est-ce qu'ils allaient changer? Même si Luz donnait les faux joyaux en prétextant qu'il avait volé les vrais, ça indiquait quand même la présence de joyaux sur l'île qu'ils venaient de quitter. Et pour un peu que le dirigeant de Diggidy soit du genre à croire sur paroles plutôt que sur pièces, il irait quand même exploiter Zargun pour le compte de Bern. Après, s'il avait demandé cette vérification en premier lieu, c'est qu'il n'était du genre à croire que sur pièces, mais quand même... Il faudrait peut-être se résoudre à l'engager de la part de Minervo, et... Bah! Trop d'ennuis, ça! Le natif de Shimotsuki avait ses joyaux, il jouerait son rôle et basta. La suite n'était pas son problème. Il fuirait vite et bien, après tout, c'est comme ça qu'il avait tenu si longtemps: sans jamais trop s'impliquer dans les ennuis. Mais quand même... Minervo comptait sur lui... Argh! Il verrait sur le moment! Pour l'heure, il fallait déjà qu'ils atteignent Diggidy en un seul morceau. Par chance, un Eternal Pose avait été fourni à Luz, et l'île se situait juste après Zargun sur Grand Line. Un voyage tranquille, donc, pour les préparer à la suite...

Mais rapidement, Kira regretta Zargun. Lorsqu'ils commencèrent à approcher de la zone climatique de l'île, et que la température commença à flirter avec les zéro degrés, il se dit que finalement, ses kimono et autres soieries avaient beau être le summum de l'élégance, ils ne tenaient pas spécialement chaud. Et dans les cabines, qui n'étaient pas chauffées, c'était encore pire. Pour ne pas mourir de froid, le disciple de Koshiro était donc obligé de courir sans s'arrêter sur le pont, quitte à donner le tournis ou à agacer les hommes qui s'occupaient de manœuvrer le vaisseau marchand où Luz et lui avaient daigné prendre place. Pas bon ça, le froid qui rouillait tous ses réflexes... Et d'après le Capitaine, ça irait en s'empirant. Diggidy était une île hivernale, et pas des moindres, puisqu'elle était en permanence recouverte par la neige. Depuis des temps immémoriaux, les habitants essayaient de la déneiger à grands coups de pelles, et Kira se demanda s'ils n'étaient pas un peu retardés: construire des toits ou des préaux aurait été largement suffisant, hein. Et le Capitaine d'ajouter que cette expertise leur avait servi à monter leur compagnie minière, et que les taupes qui vivaient là-bas était formidable. Le Capitaine ne le regardait pas, alors Kira s'amusait à l'imiter en train de parler, faisant ricaner quelques marins non loin. Bon, ils ricanèrent moins lorsque le Capitaine se retourna et tomba sur le Yoshikage en train de l'imiter. Celui-ci, absorbé, s'arrêta trop tard, et après un silence gêné et une explosion de rage du capitaine, il décida d'aller voir Luz, qui était elle aussi montée sur le pont.

Grelottant, il lorgnait avec envie sur son manteau, trop grand pour elle mais sans doute parfait pour lui, et il n'écouta qu'à moitié ce qu'elle disait. Il s'intéressa soudainement à la conversation lorsque Luz parla de fille, puis tempéra ses ardeurs lorsqu'il comprit qu'elle ne parlait pas d'une vraie fille mais de lui. Elle était jalouse des ses cheveux, celle-là? Le capitaine interrompit toute velléité vengeresse de Kira en annonçant leur arrivée dans les dix minutes qui suivaient, et le plus terrible des dilemmes frappa le sabreur avec l'arrivée de la neige: devait-il "emprunter" le manteau d'un marin, quitte à perdre toute son élégance, ou bien restait-il en kimono et bravait-il le froid comme un homme? L'élégance plutôt que la mort! Pas besoin de manteau, il s'en inquiéterait quand il commencerait à geler. Les dix dernières minutes s'écoulèrent bien trop vite à son goût, et le Capitaine le poussa à terre sans ménagement, puis vaqua à ses occupations, ignorant le regard brûlant de haine du sabreur. Pourquoi était-il sympa avec Luz et pas avec lui? Il avait vraiment mal pris les moqueries? Pas moyen que Kira quitte l'île avec ce type, ça, c'était sûr et certain! Essayant vainement de ne pas (trop) grelotter, il s'adressa à Luz:


-B-b-b-b-bon et b-b-b-b-b-b-b-bien p-p-p-p-p-p-p-p-pars d-d-d-d-d-d-d-d-dev-vv-v-v-v-v-v-ant, hein. J-j-j-j-j-j-je f-f-f-f-fais un b-b-b-b-b-b-b-b-b-b-bonhomme de n-n-n-n-n-n-n-neige et je t-t-t-t-t-te s-s-s-s-suis.

Et Kira de remonter ses manches et de commencer à rouler la neige pour faire la base du corps de ce qui serait sans nul doute une œuvre qui révolutionnerait tous les codes de l'art moderne.


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t355-kira-sabreur
Luz Misson
avatar
Hors-la-loi

Féminin « Age : 23
« Messages : 230

» Niveau : 11.
» Surnom : Le Moineau.
» Akuma no Mi : Aucun, on y va AU TALENT.
» Rôle / Grade : Messagère/cryptographe indépendante.
» Prime : 15.000.000 de Berrys.

MessageSujet: Re: [Diggidy] Diamants sur canapé part 2 - PV Kira   Dim 26 Oct 2014 - 22:17

« Wooops ! »

Bon sang. Il y avait tellement de neige sur la côte qu’à peine le pied posé sur le rivage, Luz perdit vingt centimètres en s’enfonçant dans la poudreuse. Nom d’une pipe, voilà qui allait s’avérer pratique pour voyager. Déjà qu’elle n’était pas bien grande, si elle devait se retrouver à devoir nager dans la neige pour avancer, elle aurait bien du mal à atteindre sa destination. Extirpant sa jambe de là, elle s’estima heureuse de porter des bottes hautes, un manteau chaud, et son éternelle écharpe, qui lui permettraient peut-être d’éviter de mourir de froid et/ou de perdre un membre à cause du gel. Avec l’élégance d’un castor, elle tenta tant bien que mal d’avancer, et fut ravie de voir que le capitaine était en train de sortir des raquettes d’un coffre. Lorsque Luz se fraya un chemin jusqu’à lui pour savoir de quoi il retournait, il lui confirma que les raquettes lui permettraient de marcher plus vite jusqu’en ville, où là-bas le sol devrait être assez déblayé pour lui permettre de marcher normalement. Ca, c’était le genre de bonne nouvelle que la demoiselle aimait entendre. Elle fit demi-tour pour aller annoncer la bonne nouvelle à Kira, mais lorsqu’elle tomba sur lui, elle se retint à grand peine d’éclater de rire. Le pauvre sabreur tremblait de tous ses membres et virait lentement mais sûrement au bleu tant le froid devait peu se soucier de l’épaisseur quasi-inexistante de ses vêtements. Surtout ne pas rire. Non seulement c’était méchant, puisqu’elle-même avait hérité d’un manteau chaud, mais en plus elle commençait à deviner que ce genre de remarque lui vaudrait au moins dix minutes de bouderie, et ce n’était pas exactement le moment pour ça. Elle se contint donc courageusement, se mordit la langue jusqu’au sang lorsqu’il l’informa en bégaya de froid de ses dessins de bonhomme de neige, et se contenta de hocher la tête pour marquer son approbation. Le pauvre. Pour un peu elle aurait pitié de lui, tiens.

« J’y vais alors. Il y a des paires de raquettes là-bas, tu n’auras qu’à te servir, c’est plus pratique pour se déplacer dans cette neige. Bon courage, camarade ! » lui lança-t-elle en lui donnant une tape amicale sur l’épaule. Pauvre garçon. Elle espérait qu’il ne finirait pas en glaçon avant d’avoir pu mener à terme leur mission, voilà qui serait fichtrement embarrassant pour eux comme pour la résistance. En attendant, c’était elle qui avait une mission à accomplir en premier. Il n’y avait plus de temps à perdre.

Chaussant ses raquettes, Luz remercia le capitaine et l’équipage et se mit en route sans plus tarder. Son sac sur le dos, le visage enfoui derrière le col de son manteau et son écharpe pour se protéger du froid, la jeune femme emboîta le pas à l’un des matelots qui la guida jusqu’à la route menant à la ville – route qu’elle n’aurait jamais trouvé toute seule tant la neige recouvrait tout. Hochant la tête pour le remercier, elle s’engagea dans le chemin, réussissant à trouver un équilibre relatif sur ses raquettes et trouvant rapidement son rythme de croisière. Si elle continuait à cette allure, elle pourrait arriver aux bureaux d’ O’Dell d’ici deux heures. Elle espérait simplement que Kira réussirait à suivre.

Imperturbable, Luz poursuivit sa route, s’habitua rapidement au froid et au vent et réussit trouver une bonne vitesse de marche, en bonne voyageuse habituée à des conditions changeantes lors de ses déplacements. Bien emmitouflée, elle se concentra sur ses pas et le fil de ses pensées pour ne pas baisser sa garde – Diggidy était nettement moins dangereux que Zargun, mais on ne savait jamais sur qui ou quoi elle pouvait tomber. Le vent était faible, mais la neige tombait dru, lui obstruant la vue à dix mètres et la forçant à avancer presque à l’aveuglette. Mais elle gagnait du terrain, elle avançait bien. Son but se rapprochait, et elle enfouit la main dans sa poche pour serrer le codex entre ses doigts, comme pour se rappeler qu’elle était bien là pour une raison concrète. Et les choses n’allaient pas tarder à s’intensifier. Surtout si tout ne se passait pas complètement comme prévu.

Après avoir perdu le compte des demi-heures, la messagère eut le bonheur de voir se dessiner devant elle les portes de la ville. A leur pied se tenait un homme, une pelle accrochée en diagonale dans son dos. Un écusson du logo de la compagnie O’Dell était cousu sur son manteau. C’était sûrement son escorte.

« Mademoiselle Misson ? » demanda l’homme d’une voix bourrue.
« Elle-même, envoyée par Blue Mockbird. Je viens d’arriver de Zargun avec la cargaison. »
« Vous êtes attendue. Par ici s’il vous plaît. Bienvenue sur Diggidy, j’espère que vous avez fait bon voyage ? »


Heureuse d’être enfin arrivée, Luz sourit à son interlocuteur et lui emboîta le pas, passant les portes de la ville. Profitant d’un moment où il ne regardait pas, elle jeta un bref coup d’œil derrière elle. Aucune trace de Kira. Elle espérait qu’il n’avait pas fini complètement gelé dans la neige et qu’il serait bien en place lorsqu’elle passerait les portes du bureau de Digger O’Dell…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t597-luz-misson-hors-la-loi-
Yoshikage Kira
avatar
Hors-la-loi

Masculin « Age : 23
« Messages : 49

» Niveau : 10
» Surnom : Atom Heart
» Akuma no Mi : Aucun
» Rôle / Grade : Escroc au grand coeur

MessageSujet: Re: [Diggidy] Diamants sur canapé part 2 - PV Kira   Lun 27 Oct 2014 - 21:45

Il commençait à faire vraiment froid, ici. Et même s'il n'était pas médecin, Kira était persuadé que voir ses doigts devenir bleu n'était pas quelque chose de physiologique. Et pourtant, bon an mal an, il continuait à rouler sa boule, ayant presque terminé le corps de son bonhomme de neige. Après, il faudrait encore qu'il fasse une tête, et qu'il mette des bras, une bouche, un nez et des yeux à sa sculpture. Il regarda au loin: Luz n'était déjà plus en vue. Ces raquettes devaient être bien pratiques... D'ailleurs, il ne sentait plus ses jambes. C'était inquiétant, à tout le moins. Il allait peut-être devoir sacrifier sa mise et céder aux sirènes du manteau. Se retournant, il parcourut les docks du regard: beaucoup de marins, beaucoup de manteaux, mais rien de beau. Tiens, ce jeune frêle qui venait sans doute pour voir du pays, avait quelque chose de portable. Tout en grelottant, Kira s'approcha de lui et lui tapota l'épaule. Le chétif se retourna, et le Yoshikage pointa son index sur le manteau, puis se mima en train de l'enfiler. L'autre refusa, évidemment, et Kira soupira, tout en grelottant toujours, ce qui donna un effet sonore assez intéressant. Durcissant son regard, du moins autant qu'il le pouvait alors que la température de son corps avoisinait les zéro degrés, il fit mine de sortir son sabre de son fourreau. L'autre se montra plus coopératif, et tendit son manteau au Yoshikage.

Avec un grand sourire, ce dernier l'enfila, et se sentit revivre: la doublure intérieure en fourrure faisait tout, et l'extérieur en velours lui assurait un aspect potable. Sifflotant et laissant là sa victime, il récupéra une paire de raquettes, qu'il enfila en plus de ses sandales, et commença à se lancer joyeusement à la poursuite de Luz, en demandant au préalable la route de la ville à un marin, puisque la neige qui tombait toujours drue avait d'ores et déjà recouvert les traces laissées par la jeune fille. Mais peu importe: la vie était si belle, quand on avait un manteau! Pour un peu, il en aurait presque sifflé de bonheur, mais il s'abstint: il était en mission secrète. Il commença d'ailleurs à réfléchir sérieusement: il intervenait, il essayait de voler les joyaux, échouait, et disparaissait. Après quoi, une fois Luz partie, les gens de Digger O'Dell se rendraient compte que les joyaux étaient faux, et n'irait pas se mêler aux histoires de Zargun. Simple comme bonjour. Sauf que.. Il sentait que quelque chose n'irait pas. A chaque fois qu'il essayait de remplir son assiette, en honnête travailleur (vu les risques, il méritait bien sa paie!), quelque chose tournait mal et il se retrouvait à devoir fuir.

Il avait laissé à Luz une vingtaine de minutes, ce qui serait sans doute suffisant. Alors, sans dévier de sa route, le natif de Shimotsuki avançait. La neige tombait vraiment dru, et par moments, le sol tremblait. Sans doute à cause de ce qui se passait en dessous. En effet, même si les habitants s'efforçaient de déneiger la surface de l'île, en pratique ça tombait si vite que leur entreprise était ardue, et ils se déplaçaient beaucoup sous terre grâce à une variété de taupes gigantesques propres à l'île. Il faisait plus chaud dans les galeries, et il y avait la place pour circuler et stocker de nombreuses choses. D'ailleurs, Kira se demanda s'il y avait des trésors dans ces galeries. Y faire un petit tour pourrait être intéressant, tiens. Après environ deux heures, il y atteignit une place fortifiée, et fureta un peu de ci de là, pour trouver Luz. Son talent d'observation lui apprit deux choses: d'une part, les taupes au nez étoilé, pour la plupart blanches mais disponibles dans d'autres coloris, qui accompagnaient les habitants étaient incroyablement mignonnes, et il considéra sérieusement l'idée d'en adopter une, et les hommes (ou certaines femmes, pour son plus grand déplaisir) étaient incroyablement poilus. Ah et, accessoirement, une galerie de Taupe-Express menait jusqu'aux bureaux de la Digger O' Dell Society, Luz l'avait donc certainement empruntée.

Ni une ni deux, il prit la navette suivante, s'installa dans la capsule sur son dos en compagnie de deux poilus, d'une poilue et d'une jeune maman assez jolie, dont le fiston agitait un hochet en forme de pelle, puis entreprit de trouver une occupation pour les trois heures de trajet. Il essaya bien de discuter avec la maman, mais s'arrêta tout net lorsqu'il s'avéra qu'un des poilus, un costaud au crâne rasé et à la barbe bouclée, était son mari. Les femmes mariées l'attiraient, mais pas quand le dit mari était à côté. Alors il resta maussade, puis finit par amuser le bébé, en lui volant son nez ou en se cachant puis en se dévoilant, le genre de trucs qui amuse un bambin, quoi. Le père le considéra d'un air soupçonneux, mais il vit bien que la mère n'était pas insensible à son charme. Il la retrouverait après sa mission, tiens. Et puis, après trois heures, il débarqua enfin à proximité des bureaux de la Digger O' Dell, édifice assez vaste et soutenu par de nombreux piliers en forme de pelle. Il repéra Luz, devant l'entrée, avec deux types musclés, dont il ignorait l'identité. Peut-être que le Capitaine ou Minervo en avait parlé, mais il ne devait pas écouter, comme souvent quand un homme lui parlait. Bien, pile à l'heure. Agile comme un renard, il grimpa sur un monticule à proximité et observa l'action. Et quand Luz commença à sortir les joyaux, il bondit avec toute l'agilité qui le caractérisait, arracha le coffre des mains de la jeune femme, et...

Se vautra lamentablement. Foutues raquettes. Avant de recevoir sur le dos une masse barbue, avec une crête et un slip rouge, qui l'enfonça dans la neige et lui coupa le souffle, avant de l'attraper par le col et de le soulever comme un fétu de paille, tandis qu'un second barbu, taillé dans le même bois massif que son comparse en sous-vêtement, brandissait une pelle et s'apprêtait à refaire le portrait au plus beau des disciples de Koshiro. Ce dernier commença alors à parler à toute vitesse, pour ralentir la funeste pelle:


-Nonattendezilyaméprisejesuisinnocentjepeuxtoutvousexpliquerjevousjurequejenesuispasunvoleur, enfinsijesuisunvoleurmaispascommevouslecroyez...

Hum. Le plan venait peut-être d'échouer.


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t355-kira-sabreur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Diggidy] Diamants sur canapé part 2 - PV Kira   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Diggidy] Diamants sur canapé part 2 - PV Kira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG One Piece : Rise of a New Era :: 03 (Rp / HRp) :: RP Libres :: Memories-