lienlien












 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vivi Nefertari
avatar
Gouvernement Mondial

Féminin « Age : 28
« Messages : 1042

» Niveau : 5.
» Surnom : Miss Wednesday.
» Rôle / Grade : Princesse du royaume d'Alabasta. Alliée du Mugiwara.

MessageSujet: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Dim 12 Oct 2014 - 2:21

Le Wild Cherry, un bar au beau milieu de Mock Town



Drôle d'endroit pour un rendez-vous, sans parler de la ville en elle-même. Et pourtant, c'est ici que devait avoir lieu l'événement qui vaudrait à Ottochan son premier scoop. Sa source le lui avait garanti, c'était du tout cuit ! Vaillant gratte-papier se frayant un chemin jusqu'au tripot désigné par son acolyte, le scribouillard avait emporté avec lui son calepin et son appareil-escargophoto, un modèle élevé en South Blue. Excusez du peu. Quel était ce fameux scoop, encore ? Ah, oui ! Bien sûr. Bien sûr !
Le concours annuel des poivrots barjots, un évènement sponsorisé par la ligue des alcooliques invétérés et fiers de l'être. Quelle ne fut pas la surprise du cousin d'Attachan, capitaine-photographe au sein de la Marine, quand il fut mis devant le fait accompli... Une titanesque bataille de regards avait pris place, au milieu du débit de gnôle. D'un côté, le légendaire Drop au pied-bot. De l'autre, ni plus ni moins que l'Amiral Sakazuki. Mais que diable allait-il faire dans cette galère ? Une mission d'infiltration ? Une descente en règle ? Pour le coup, rien de tout ça ne semblait convaincre le journaleux, intrigué et spectateur attentif. C'était sans compter sur la table qui vola au ras de ses oreilles, un grand classique local..! Et puis, qui étaient ce clown et cette petite jeune qui se tenaient non loin des deux gradés, toujours occupés à se regarder en chiens de faïence ? Sans faire ses jeux, Ottochan avait compris : rien n'allait plus.


princess of alabasta | alabasta no hime
My citizens : ask not what your country can do for you – ask what you can do for your country. Ask of us here the same high standards of strength and sacrifice which we ask of you. With a good conscience our only sure reward, with history the final judge of our deeds.
Revenir en haut Aller en bas
Öko "Drop" Lazarus
avatar
Colonel
Masculin « Age : 60
« Messages : 168

» Niveau : 6
» Surnom : Öko le sobre, Double Officier Lazarus
» Akuma no Mi : /
» Rôle / Grade : Colonel/Instructeur de la Marine

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Dim 12 Oct 2014 - 17:50

Mock Town, encore. Le Wild Cherry, encore! Le maire de la ville allait finir par donner le nom du vieux Colonel à la rue principale. Cependant, contrairement à ses habitudes il n'était pas là pour le travail. En effet, membre actif et encarté de la Ligue des Alcooliques et Fier de l'Être, Drop avait été appelé afin d'être juge du concours annuel des Poivrots Barjots, toutes participations lui ayant été interdite après que ,lors de sa première et unique participation, on ait dénombré pas moins de cinq mort, trois blessé(e)s et pas facilement vingt disparus dans des circonstances assez obscures. Le vieux colonel ne manquait jamais une occasion d'être présent à ce que certain n'hésitait pas à décrire comme le plus grand rassemblement de soiffard de toutes les mers, ou encore comme la plus grande exposition de pizza de plancher, de fond de tripe, de repas de l'avant veille que peuvent croiser ceux aimant l'art moderne et l'apnée. Ce rassemblement permettait à notre cher Öko d'oublier le temps de quelques heures ses missions, la Marine et surtout toute sa hiérarchie, sans oublier bien sûr, la possibilité de s'envoyer derrière la cravate tout ce que le monde offre de tord-boyaux. Un des coreligionnaires éthylique de Drop lui avait même offert un petit cadeau, un alcool de roche et de plante regorgeant de petites bestioles sensé pouvoir rendre ivre même le granit marin le plus sobre, et ce par une obscure réaction se déroulant dans le cerveau du consommateur... Tt par une légère intoxication alimentaire, soyons franc. Cela ne marchait pas trop mal d'ailleurs, Drop commençait à être un peu ivre, pas loin du stade "carrément pété". Encore une grande année donc.

En réalité, tout n'était pas tout à fait rose ( outre le gris des convives bien sûr). En effet, l'officier avait auparavant remarqué qu'un autre membre de la Marine était venu traîner ses galons dans ce bouge puant qu'était le Wild Cherry. Sakazuki. Rien que ça. Qu'est ce qu'un type de son rang, de son calibre et surtout d'aussi sympathique qu'une porte de prison un Vendredi 13 après qu'un détenu lui ait vomi toute son affection alcoolique en pleine serrure, venait foutre ici?! Surveiller son subordonné? Boire un petit coup? Faire la fête? Allons, à d'autre! Ce qu'un humain normalement constitué appelle un feu de joie, il appelle ça un bûcher. Ce qu'un humain normalement constitué appelle "être grisé", il appelle ça "voie de fait passible d'emprisonnement.". Non ce gars n'a jamais été connu pour sa joie de vivre ou l'hypothétique sympathie dont il serait capable. Certainement qu'il était là pour une raison...mais laquelle? A moins qu'il n'ait reçu des ordres secret...oui ça devait être ça, Drop en était persuadé ou tout du moins, il essayait. Et puis même ce gars avait bien le droit de venir boire un coup où cela lui plaisait.... Non! Avec l'assurance que peut avoir un homme ayant avalé l'équivalent de neuf bouteilles d'alcool à base de plante pourrie, le vieux Colonel décida qu'il devait faire réagir son supérieur, pour tirer cette histoire au clair. Ainsi donc ce lança-t'il dans un terrible et possiblement mortel combat de regard avec l'Amiral de lave, méprisant au passage tout sens de la hiérarchie et mettant un terme brutal aux conversations auxquelles il participait jusque là. Tout en continuant à abattre un nombre effarant de bouteille, le vieil officier se mit en tête de ne pas lâcher -même d'une petaseconde- le fond des pupilles de l'homme-lave. De longues secondes s'écoulèrent. Puis ces longues secondes se transformèrent en longue minutes alors même que les yeux de Drop se transformait peu à peu un désert aride et que ses joues s’inondaient de larmes douloureuses. C'était pas possible qu'un type avec des yeux autant en lames de rasoirs puisse tenir aussi longtemps sans cligner des yeux, ni même paraître dérangé par la manœuvre. C'était trop pour un Colonel de la Marine -pourtant entraîné- tel que l'officier Lazarus, n'y tenant plus, il fit crisser ses paupières sur ses globes oculaire, abandonnant ainsi rageusement le combat. Quelque peu hargneux, certainement aidé par l'alcool et par le peu d'affection qu'il portait à un homme comme Sakazuki, Öko explosa tel une bouteille de champagne en plein séisme.


"-Daiquiri! Tu me commence à me gonfler Sakamalice!"


D'un seul geste il se leva, envoyant valser verres et chaise au passage, se saisissant d'un air décidé de la table où il se trouvait jusque là. Rendu quelque peu faiblard par sa légère ébriété, il éprouva une petite difficulté à soulever le lourd meuble en hêtre massif de South Blue. Fort heureusement, sa colère soudaine lui permit d'aller au bout de son idée. Tel un lanceur de marteau, dans une pirouette peu assurée mais complète, au mépris total des malheureux candidats attablé en sa compagnie et éprouvant les plus grande difficultés du monde causées par les différents inconscients restés dans la trajectoire de son élan, il envoya l'imposant mobilier -pareil à une soucoupe volante- sur son officier supérieur, avant de lancer un retentissant.

-"Gare toi le Clown! Bloody Mary!"

En effet, Drop avait toujours eu une certaine affection pour les clowns qui plus est alcoolique - de sa propre analyse pour celui-ci-, ces mecs n'avaient déjà pas une vie facile avec la tronche qu'ils se payaient, alors le Colonel avait toujours cherché à être sympathique avec eux, même en pleine bagarre. Par un heureux hasard, il avait pu en voir un qui cuvait là, bêtement placé en pleine trajectoire d'assaut. Celui-ci devait d'ailleurs avoir une vie encore plus difficile que la moyenne pour venir se finir au Wild Cherry. Aussi notre ami Lazarus espérait-il que l'homme saurait éviter la dangereuse soucoupe de bois. D'ailleurs, sur ce dernier point, un homme normal et au fait des capacités de l'Amiral, aurait trouvé absurde de vouloir se confronter directement à lui. Mais ce qu'il aurait trouvé plus absurde encore, était certainement cette idée d'envoyer une simple table de bois sur un logia qui se contenterait pour sûr de laisser passer à son travers l'arme inoffensive rendue inoffensive. La môme habillé en marron et tous les pauvres bougres attablé dans la zone de Sakazuki allait bientôt risquer de vérifier cette théorie. En plus de profiter de la solidité éprouvé du bois de South Blue. Tout allait dépendre de la réaction du nouvel adversaire de Drop, le local exigu ne laissant de toutes façons pas beaucoup de choix à tout ce petit monde, lui même n'étant pas à l'abris d'un "retour de mobilier".

De toutes façons il était trop tard pour faire quoique ce soit. En effet, tout un chacun sait qu'une table de bar volante est un objet extrêmement borné -surtout en hêtre de South Blue- qui n'acceptera de s'arrêter qu'après avoir lourdement atterrie ,avec pertes et fracas, parmi les convives. Le sort en était jeté.


Actions de combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t739-oko-drop-lazarus-marine
Sakazuki
avatar
Amiral

Masculin « Age : 23
« Messages : 74

» Niveau : 3
» Surnom : AkaInu
» Akuma no Mi : Magu Magu no mi
» Rôle / Grade : Amiral de la Marine
» Prime : /

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Dim 12 Oct 2014 - 19:30

Jour de fête à Mock Town! Et pour une fois, l'Amiral ressentait quelque chose s'apparentant à de la joie, et ne dénotait pas trop avec le reste des locaux. En effet, le Wild Cherry était aujourd'hui le centre névralgique de l'île, puisque s'y tenait le concours annuel des Poivrots Barjots. Sous ce nom qui laissait sous-entendre n'importe quoi sauf la venue du Chien Rouge, Sakazuki voyait là l'occasion de faire de grosses prises: tous les forbans locaux allaient sans doute participer à cette décadence organisée, et si de telles racailles ne lui posaient pas de problèmes en temps normal, elles lui en poseraient encore moins au vu de l'état dans lequel elles allaient finir. Non, ce qui était intéressant, c'est qu'elles seraient toutes regroupées au même endroit, et qu'il gagnerait ainsi un temps précieux. Coïncidence amusante, un autre officier était présent, Öko Lazarus, dit Drop. Vu le caractère du concerné, Aka Inu doutait qu'il soit là pour les mêmes raisons que lui, mais ça faisait toujours une présence supplémentaire en cas de besoin. Même si la présence d'une proie trop grosse pour lui aurait réellement étonné l'Amiral, puisqu'ils n'étaient pas sur le Nouveau Monde. Au sein du Wild Cherry, il remarqua quelques têtes connues: la jeune fille qu'il avait croisée sur Ametomuchi quelques mois auparavant, au cours d'une recherche du Yonkou Shanks où il avait fait chou blanc, et Baggy le Clown, un pirate de bas-étage.

Évidemment, dès son arrivée, certains le reconnurent et prirent peur, mais la grande majorité était trop éméchée pour faire attention à lui. Les verres s'enchaînaient, les gens beuglaient, l'odeur devenait pestilentielle... Sakazuki n'était pas homme à refuser une coupe de Saké, mais jamais pendant l'exercice de ses fonctions, et voir l'Officier Drop s'adonner à la même débauche que la vermine et la populace chauffa les oreilles du détenteur du Magu Magu, qui se lança dans un duel de regard avec son soldat. Deux forces imperturbables s'affrontaient, semblant jouer leurs vies dans un combat digne des plus grands récits, entourés par des buveurs de tous poils qui ne leur prêtaient aucune attention. Et puis, évidemment, comme on pouvait s'y attendre, l'Amiral remporta la victoire, puisque le Colonel Lazarus détourna le regard le premier, s'avouant vaincu. Bien, une petite remontrance, et il serait temps de jeter sous les verrous toute la racaille qui pullulait dans ce tripot fétide. Mais c'était sans compter sur la revanche de Drop, qui lança une table vers son supérieur, après l'avoir harangué avec virulence.

Pris de court par une telle réaction, l'Amiral reçut le meuble en plein au niveau de la poitrine, et recula de quelques pas, sans toutefois ciller. Tel le magma à l'intérieur d'un volcan, sa colère montait, montait, et menaçait de le faire exploser. Sakamalice? Pour qui ce Colonel se prenait-il? Ça plus l'état d'ébriété en mission, il venait de s'assurer un châtiment exemplaire! Le colossal officier fit craquer ses phalanges gantées de noir, et beugla à la cantonade:


- Que tout le monde lâche son verre! Les criminels vont poser leurs mains sur les tables, et les innocents se mettre hors de ma route s'ils ne veulent pas devenir des dommages collatéraux! Colonel Lazarus, je vous condamne à être exécuté pour l'exemple, et je vais m'assurer de la bonne exécution de la sentence! Quand à toi, la femme d'Ametomuchi! Occupe toi de mettre hors d'état de nuire Baggy le clown!

Le Chien Rouge avait fixé tour à tour l'assemblée, le Colonel, la brunette et le clown. Bombant le torse, il brandit le poing droit, et fixa un regard brûlant de rage sur Lazarus: il lui laissait un peu de répit, pour qu'il puisse faire ses prières et se mettre en paix avec ses dieux et lui-même, si tant est qu'un alcoolique de cet acabit connaisse la notion de paix. La foule continuait de boire, indifférente à l'Amiral, une moitié étant trop ivre pour se rendre compte de la dangerosité de l'individu, et l'autre moitié le prenant pour un lambda trop ivre qui ne se sentirait plus. Jaya méritait d'être nettoyée voire effacée de la surface du monde, bon sang. Pourquoi utiliser la brune, cependant? Pour gagner du temps. Cette larve de clown n'était pas digne qu'il lui consacre la fraction de seconde qui lui suffirait pour lui régler son compte. Alors, autant mettre à profit les locaux susceptibles de servir. Et si d'aventure elle désobéissait, il s'occuperait d'elle aussi. Rien de bien compliqué.

Actions de combat:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t534-sakazuki-qg-de-la-marin
Baggy le clown
avatar
Pirate Baggy
Masculin « Age : 30
« Messages : 334

» Niveau : 11
» Surnom : Le légendaire
» Akuma no Mi : Bara Bara no mie
» Rôle / Grade : Capitaine pirate
» Prime : 15.000.000 Berries.

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Mar 14 Oct 2014 - 0:23

Il y a des événements qu'un homme honorable digne de ce nom ne peut manquer sous aucun prétexte ! L'honneur qu'on acquière en surpassant l'adversité, le gout amer qui gagne la palais lors de ces confrontations viriles, la sueur versée à chaque round qui s'achève, voila l'essence même de cette lutte sans merci qui rassemble tout les braves des océans. Et moi, Baggy le clown, je me hisserais vers le sommet de cette compétition héroïque. Oui, je serais le vainqueur du célébrissime tournoi... Des Poivrots Barjo !! "What did you expect ?" Je n'étais pas un petit bleu dans le milieu, j'avais déjà participé à quelques tournois les années précédentes et j'avais toujours atteint le top 3. Ce n'était pas ma prime qui faisait de moi un gros poisson sur l’île de tout les vices. Mais bien ma descente de chopine et mon levé de coude qui étaient réputés dans tout Mock Town. D'ailleurs une légende populaire s'était ébruitée à mon sujet : comme quoi mon nez rouge perpétuel était du à mon état d'ébriété permanent, alimenté par mon propre sang qui était composé d'un mélange de rhum et de vodka. Bref j'étais une légende. Baggy le pirate légendaire, ça ne vous dit rien ? Cet illustre surnom a prit ses origines ici-même. C'est donc en terrain conquit que je me pavanais dans les rues du bouge infâme. Sans mon équipage de surcroît. Ces mauviettes m'avaient ridiculisé lors de notre première compétition; il y a quelques années de ça. Tout mes hommes d'équipage avaient été éliminé au premier tour de par un vieux original, un marine plus connu pour son amour de la gnôle que celui de la justice. Oki Droup ou Drap, je ne savais plus trop. Seule mon illustre personne était parvenue à se qualifier dans le même groupe du vielle alcoolo. Bref ça avait été une sacrée honte pour l'équipage de clown d'avoir été évincé aussi vite du tournoi et depuis j'avais interdit à mes incompétents subordonnés de poser pied sur l’île . Ils auraient terni mon aura, cette bande de moule.

Je pénétrais l'établissement du Wild Cherry. Le bar était en effervescence. La taverne était pleine à craquer et tous les clients présents semblaient être fait du même bois : un bois qui aurait macéré dans la crasse et l'alcool fort des mois durant. Des têtes patibulaires se tournèrent vers moi lorsque mon ombre s'étendis à l'entrée de l'établissement. Je leur rendis la pareille, les fixant d'un air torve embellit par une trogne menaçante. Un grognement en guise de salutation et voila j'étais intégré ! Il en fallait pas plus pour s'annoncer quand on était un vrai mâle aux hormones abondantes. Un gros rot nauséabond pour agrémenter le tout, histoire de rentrer dans l'ambiance, ne faisait jamais de mal néanmoins ! Ça y est le jeu pouvaient débuter. J’enchaînais dés le départ un nombre impressionnant de choppes, sans souffrir d'aucun maux, plus motivé que jamais. En effet, j'avais rapidement apprit que cette année, le célèbre marine alcoolo, faisait parti du jury et non des candidats. J'avais donc toutes mes chances de l'emporter ! D'ailleurs ce dernier se tenait sur l'estrade dominant l’arène des buveurs de tout horizon. Les heures s'égrainaient ainsi, partagées entre coma éthylique et vomissement des perdants. Je fis mon petit bonhomme de chemin, jusqu'à ce que l’impensable surviennent. Peu de personnes le remarquèrent, malgré son allure imposante et la réputation infernal qui le précédait. Il faut dire que j'étais l'un des rares compétiteurs a avoir encore un semblant de lucidité. Les autres étaient tous mort bourrés, tellement enivrés que le simple fait de respirer l'haleine qu'ils expulsaient aurait suffit à saouler n'importe quel amateur non-initié à la picole de compétition. Et je regrettais amèrement de ne pouvoir partager l'heureuse insouciance de mes rivaux. Sakazuki, l'amiral de la marine tant redouté, était dans la place !! Que venait faire une huile de la marine, dans ce lieu sordide ? Tailler le bout de gras avec son collègue Droup ? Peu probable...Une sacrée mauvaise surprise que je pris d'abord pour une hallucination tant cette présence était incongrue. Quelqu'un avait-il versé quelques hallucinogène dans ma bibine ? Prit au dépourvu, je clignais des yeux plusieurs fois, avant de les frotter énergiquement de mes deux mains, perplexe au plus haut point. Mais l'apparition ne semblait pas vouloir disparaître. Cette ombre mille foi honnit et annonciatrice de malheurs se tenait droite et imperturbable, semblant être plongé dans un duel de regard avec le membre du jury issu de la même faction que lui. La tension avait rendu l'air irrespirable, bien plus encore que les aisselles suantes et puantes de tout les clients du bar macérant dans leurs crases. Mais tout cela ne pouvait pas être réel... n'est-ce pas ? Tout bascula si rapidement que je n'eus même pas le temps de tirer une de ces gueules loufoques "made in Baggy" qui faisaient ma gloire. Le colonel alcoolique se leva précipitamment et balança une table sur l'hallucination. Et vu que j'étais du genre chanceux, j'étais pile dans la trajectoire du dit projectile. Le crétin de marine m'averti du danger d'un façon toute singulière. Je me jetais à plat ventre sur le sol, évitant de justesse le meuble massif qui me frôla le pif...

-"HOOOY TEME !!! TU M'CHERCHES ? JE VAIS TE..." Hurlais-je, colérique à souhait. Mais mes revendications se bloquèrent dans ma gorge, car reniflant à plein nez, je sentis une odeur de bois brûlé. Était-ce possible ?!

-"Que ?" M'exclamais-je sur un ton dont l'angoisse commençait à faire faillir.

Je me retournais lentement, les yeux aussi ronds que mon pif et l'air encore plus stupide que d'habite, si cela était encore possible. Et là... O Drame !! Mon cœur cogna fort dans ma poitrine lorsque mes pauvres prunelles réalisèrent que la table était à présent engloutit dans un magma issus de ce que j'avais prit pour une hallucination. La preuve en était faite, le diable était parmi nous !

-"Sa... Sa... Sa... SAKAZUKI !!!" Criais-je.

Je me fragmentais en divers morceaux en sursautant tel un aliéné, faisant tourbillonner le tout de façon chaotique tant j'étais sous le choc. C'était une démonstration de ce qui arrivait quand je perdais mon sang-froid de façon un poil trop violente. Je repris forme derrière le colonel, qui de prime à bord semblait de mon coté. Lorsque l'homme magma prononça mon nom, je tressaillis, déglutissant bruyamment en me planquant dans le dos de mon allié hypothétique. Je repris rapidement de la consistance, instinct de survie oblige. Et puis tout n'était pas perdu...

-"Je comprend pas tout, mais on dirait qu'on va devoir s'entraider si on veut pas finir rôti à la broche."

Malgré cette situation complètement hors du commun, je n'étais pourtant pas au bout de mes surprises. L'amiral infernal avait convié une femme aux festivités. Pour s'occuper de moi, semblait-il. Quelle surprise de constater que cette dites femme était une connaissance à moi. Luz ! Que diable foutait donc cette gamine ici ? Je ne l'avais pas remarqué plus tôt. Il faut dire que la donzelle avait un don pour passer inaperçu, elle était si quelconque. J'avais fait ça connaissance quelques mois plus tôt sur l’île de Bangarang et nous nous étions alliés durant notre séjour sur cette île des gangs et de la pollution. Voila qui allait me servir, assurément. Sakazuki, l'arrogeant, me jugeait indigne d'être son adversaire et il ordonna au moineau de me mettre aux arrêts. Voila qui augmentait mes chances de survies. On était des camarades, après tout ? Eheh. Un petit sourire calculateur étira mes lèvres maquillées. Je connaissais Luz, c'était une bonne âme...

-"Je connais cette femme, je m'en charge, le vieux. Je te laisse régler tes comptes avec ... L'autre."

Tant que je resterais éloigné de Sakazuki, tout irait bien. Je m'avançais donc vers Misson, d'une démarche sure qui avait retrouvé de sa superbe depuis que la donne avait changé. C'est avec un grand sourire amical et l'air enjoué que j'accostais ma vielle amie.

-"Luz ! Je suis content de te revoir. Les circonstances ne sont pas les meilleures mais tu ne vas quand même pas obéir à ce marine ? On est dans le même bateau toi et moi, une fois de plus. Il t'éliminera quand il en aura fini avec nous. Aide-nous à le combattre, c'est ta seule chance de survivre et tu le sais."

Expliquais-je calmement, lui faisant comprendre indirectement qu'au vu de son statu de "recherché", elle serait la prochaine sur la liste du fou de justice. Sakazuki n'était pas connu pour sa clémence, loin s'en faut !

Je m'arrêtais à un pas de la demoiselle, l'air serein et tranquille. Et je lui tendis ma main droite en signe de paix.

BANG !!!

Une détonation assourdissante retentit soudainement. Et celui qui tenait l'arme incriminée n'était autre... que moi ! J'avais dégainé mon pistolet rapidement de ma main gauche, tirant sans aucune pitié dans la zone abdominale de Luz à bout portant. Je l'avais trompé avec mon petit cinéma pour m'approcher d'elle et lui porter un coup fourbe digne de moi. Mon visage s'assombrit, la haine crispa mon fascié dans une expression agressive et malsaine.

-"Tché ! Me débarrasser de toi est le moyen le plus facile pour me sortir de ce merdier. Tant que je te combat, cet enfoiré d'amiral me foutra la paix. Je profiterais de la moindre occasion pour m'échapper. Et avec cette balle je prends les devants à ma façon. Nyahahaha !"

Mon rire moqueur nargua le petit moineau. Les jeux sont faits, rien ne va plus ! La fourberie est le meilleure allié d'un clown.
Actions de combat:
 

boni/mali :
 


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t635-baggy-le-clown-equipage
Luz Misson
avatar
Hors-la-loi

Féminin « Age : 23
« Messages : 230

» Niveau : 11.
» Surnom : Le Moineau.
» Akuma no Mi : Aucun, on y va AU TALENT.
» Rôle / Grade : Messagère/cryptographe indépendante.
» Prime : 15.000.000 de Berrys.

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Mer 15 Oct 2014 - 1:29

Mais que diable allait-elle faire dans cette galère ? A peine avait-elle mis un pied dans cette taverne qu’elle avait eu un mauvais pressentiment. Ne serait-ce que parce qu’une taverne remplie de pirates ronds comme des culs de bouteille ne pouvait jamais rien amener de bon, mais aussi parce qu’elle avait un petit doigt particulièrement bavard quand il s’agissait de flairer les ennuis. Et à peine s’était-elle assise à une table dans un coin, sans rien demander à personne, qu’elle avait vu ses doutes se confirmer. Le concours des poivrots barjos. Des poivrots à l’état naturel constituaient déjà quelque chose de peu agréable, alors des poivrots qui essayaient sciemment de l’être encore plus… Assise sur sa chaise, Luz se faisait aussi petite que possible, la moitié de son visage disparaissant dans son écharpe, dans l’espoir un peu vain d’instaurer ainsi une barrière entre elle et le reste du monde – cette blague, une écharpe n’avait jamais protégé personne contre les attentions non-désirées d’un ivrogne ou contre un coup de poing qui se perd. Et si elle se tirait d’ici ? Elle pouvait toujours essayer, mais une bagarre venait d’éclater non loin de la porte, barrant le passage entre elle et une échappatoire providentielle. Retombant sur sa chaise en grognant, Luz pestait intérieurement contre sa poisse coutumière. Parfois, elle se disait qu’elle ferait aussi bien de se rendre à la Marine, en prison au moins elle rencontrerait moins d’imprévus et aurait droit à un vague semblant de routine. Même les prisonniers avaient droit à quelque chose qui ressemblait à de la sécurité, non ? A rester enfermée 24h sur 24h, elle ne risquerait pas de se retrouver dans une bagarre de taverne, ou coincée sur une île polluée jusqu’à en tuer ses habitants, ou dans des grottes à se faire kidnapper par des samouraïs passionnés de sources chaudes, et autres joyeusetés qui peuplaient son quotidien depuis deux ans. Si elle avait su, elle serait devenue libraire, au lieu de devenir messagère. C’était une bonne situation ça libraire, non ? Luz bondit lorsqu’un pirate ayant visiblement atteint ses limites s’écroula à côté d’elle, renversant la moitié de sa choppe sur elle. Se mordant la lèvre inférieure jusqu’au sang, Luz réprima un long soupir de dépit alors que son visage affichait clairement une expression qui semblait vouloir hurler ‘sortez-moi de làààààààà !’. Elle n’avait encore aucune idée de ce qui l’attendait. Ni que ce qui l’attendait était bien pire que ce qu’elle avait pu imaginer jusqu’à maintenant.

« TAAAABLE ! » hurla quelqu’un alors qu’elle réfléchissait justement à la possibilité de passer sous la table pour s’échapper discrètement. Levant les yeux de son désespoir, Luz eut juste le temps de faire appel à ses meilleurs réflexes pour bondir en arrière lorsqu’une table explosa en morceaux contre un type taillé comme un tronc d’arbre : elle put éviter les débris, mais son élan la fit basculer et s’étaler de tout son long sur le dos, sa tête heurtant douloureusement le mur derrière elle.

« AIEUH ! Non mais dites, vous pouvez pas faire attention un peu… » s’exclama-t-elle à bout de patience en se massant le crâne, cherchant des yeux le responsable… pour sentir toute couleur déserter son visage et son cœur louper trois ou quatre battements lorsqu’elle reconnut l’homme qui avait prit la table de plein fouet. L’amiral Aka Inu. Non. Nononononononon. Cette journée avait déjà mal démarré, pourquoi fallait-il que son karma décidément bien pourri en rajoute une couche en le mettant LUI sur son chemin ? Son unique rencontre avec l’amiral –dont elle se serait bien passée- restait encore vive dans sa mémoire, et si elle en avait réchappé la dernière fois, elle doutait que le même miracle ne se répète deux fois d’affilé. D’autant plus qu’il l’avait repérée dans l’assemblé. Vraiment ? VRAIMENT ? Dans toute la foule amassée là, il avait fallu qu’il la remarque ELLE, le moucheron planqué dans un coin en attendant que ça se passe ? Pourtant si combative d’habitude – du moins elle aimait à le croire – Luz eut brusquement l’envie de s’enterrer six pieds sous terre. Ou de sauter du dixième étage et de mourir là, presque sans souffrance et rapidement. Manque de chance, la taverne était au rez-de-chaussée. Mettre Baggy le Clown hors d’état de nuire ? Qu’est-ce qu’il venait faire là-dedans celui-là ?

Trop concentrée sur Sakazuki et la terreur qu’il lui inspirait, Luz avait complètement perdu de vue le reste de la foule et n’avait même pas remarqué la présence pourtant criarde du clown : mais lorsqu’elle entendit sa voix criarde et le vit approcher d’elle, elle se demanda si elle était en train de faire un mauvais rêve ou si le destin avait vraiment un si mauvais sens de l’humour. En une situation si désespérée, quand elle avait tellement besoin d’alliés… On lui envoyait Baggy ? Résignée, la jeune femme se releva et, se souvenant que Sakazuki lui avait enjoint de battre Baggy et que ce dernier avait probablement entendu la chose, elle fit un pas en arrière lorsqu’il arriva à sa hauteur.

« Tout doux Baggy, je n’ai pas oublié ta conduite à Bangarang, fourbe de clown ! Même bateau ou pas, tu n’as pas hésité à nous planter pour sauver ta peau, je te rappelle ! » remarqua Luz, bien déterminée à lui montrer qu’elle n’était pas dupe une seule seconde malgré son sourire –plus effrayant qu’amical. Néanmoins, il marquait un point. Dès qu’il en aurait fini avec le barbu qui avait eu la drôle d’idée de lui lancer une table à la tête, Sakazuki se défoulerait certainement sur le reste de l’assemblée pour en faire un beau feu de joie. Une idée qui la réjouissait moyennement, et elle se doutait bien que les instincts de survie de Baggy primaient sur ses envies de se battre. Mais pourquoi lui proposer de s’entraider ? En souvenir du bon vieux temps ? Suspicieuse, elle dévisagea le clown. Cette blague. Elle doutait que la nostalgie soit l’un des traits qui caractérisaient Baggy – mais elle n’eut guère le temps d’y réfléchir plus avant, un pirate sautant sur la table pour s’enfuir, la bousculant au passage alors que Baggy lui tendait la main. La seconde de distraction de trop.

*BANG !*

Pendant une seconde, le temps sembla suspendu. La détonation résonnait encore dans ses oreilles alors que ses muscles se contractaient sous le coup de la douleur, lui coupant brièvement la respiration. Avant même qu’elle ne comprenne ce qu’il se passait, Luz était déjà pliée en deux, grimaçant de douleur et une main plaquée sur son flanc gauche.

« Qu’est-ce que… » souffla-t-elle, incrédule. Elle sentait un liquide chaud et poisseux s’écouler doucement sur sa main. Un rapide coup d’œil lui confirma que c’était bien du sang. Un autre rapide coup d’œil lui confirma l’identité de celui qui avait appuyé sur la gâchette. « Enflure ! » cracha-t-elle, les yeux brillants de colère alors qu’elle réalisait que le clown avait à nouveau repoussé les limites de la traîtrise. Dieu qu’elle le détestait. Elle et Marco auraient dû lui régler son compte sur Bangarang. Ils auraient débarrassé le monde d’une bien belle vermine. Un nouvel élan de douleur lui traversa l’abdomen, la faisant tituber alors que d’autres types cherchant à fuir empêchaient tout mouvement de sa part ou celle de Baggy. Repoussée contre le mur, Luz distingua à travers la foule la silhouette de Sakazuki qui se battait contre un autre Marine, semblait-il. Maudit soit-il, cet amiral qui la mettait dans cette situation. Mais il lui avait ordonné de s’occuper de Baggy, avait-elle seulement le choix ? Voyant la lueur meurtrière dans le regard de l’amiral, elle comprit que personne n’avait le choix en sa présence. Et elle comprit aussi que si elle tenait assez longtemps face à Baggy, elle aurait au moins la consolation de le voir brûler avec elle. Une détermination nouvelle brûlait en elle, là exactement où la balle l’avait atteinte. S’il cherchait la bagarre, il allait la trouver.

« A la moindre occasion, hein ? Je ne t’en laisserai aucune dans ce cas. Tu vas me payer ça, Baggy. Et au prix fort. » articula-t-elle, faisant appel à toutes ses ressources pour oublier la douleur et se concentrer sur ses prochains mouvements. Réveille-toi ma grande, c’est pas le moment de flancher. Expirant pour détendre ses muscles, elle se concentra sur ses appuis, sentant le mur dans son dos, le sol sous ses pieds, observant déjà la salle et ses reliefs… Elle n’avait pas oublié que Baggy serait insensible à ses sabres, mais elle avait d’autres atouts en poche. Les espaces confinés en faisaient partie. Tous ses sens en alerte, prête à démarrer au quart de tour, Luz n’avait plus le choix. Elle allait faire équipe avec Sakazuki. Et si ça passait par se battre avec Baggy… elle ne demandait pas mieux.

Actions de combat:
 

boni/malin:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t597-luz-misson-hors-la-loi-
Öko "Drop" Lazarus
avatar
Colonel
Masculin « Age : 60
« Messages : 168

» Niveau : 6
» Surnom : Öko le sobre, Double Officier Lazarus
» Akuma no Mi : /
» Rôle / Grade : Colonel/Instructeur de la Marine

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Mer 15 Oct 2014 - 16:43

-"Kalamundi!"

Fut la seule chose que prononça Drop lorsqu'il s'aperçut de ce qu'il avait provoqué. En effet, avec un minimum de recul, provoquer un Amiral de la Marine tel que Sakazuki dans un lieu aussi exigu, pour une raison aussi stupide qu'un défi du regard perdu, n'était pas la meilleure des idées qu'il ait put avoir au cours de sa vie. Avec Kizaru ou Aokiji, cela se serait soldé par une petite mise au point, et encore, au pire! Mais avec le Chien Rouge, c'était une autre affaire. Ce type serait capable d'emporter le Wild Cherry et la moitié de la ville jusqu'au fin fond de l'enfer -d'où il venait- juste pour que sa rage soit épanchée. Au moins le vieux Colonel n'était pas seul dans cette galère -provoqué par ses soins, rappelons-le-. En effet, par le plus grand des hasards, le clown qu'il avait prévenu se révélait être le Légendaire -mais pas très terrifiant ni vraiment dangereux- Baggy le Clown. Il est vrai que face à un adversaire tel que Sakazuki, l'aide qu'aurait pu fournir le pirate se serait surtout résumé à se faire carboniser en premier, pourquoi pas en kebab, grâce à cette capacité à se fragmenter qui était la sienne. Visiblement, Baggy l'avait bien saisit puisqu'il décida de lui même qu'il avait déjà un adversaire -plus faible évidemment.- ce que Sakazuki valida apparemment en demandant -pardon, ordonnant du plus doux de ses tons impérieux- à une jeune fille de sa connaissance de s'occuper du rebut de la Piste aux Etoiles qui constituait maintenant le dernier allié viable de Drop. Pauvre de lui....

-"Hoy Baggy! C'est toujours les vieux qui charbonnent hein?! Cuba Libre!"

Après cela, il planta son regard dans celui de Sakazuki, son visage buriné taillé au couteau encore éclairé d'en dessous par le rougeoiement de son torse magmatique. Il avait proprement l'air terrifiant. Mais Drop n'en était pas à sa première danse et il allait falloir plus qu'un masque d'Halloween éclairé par trois lampions au rabais pour l'empêcher de combattre. Notre ami dégluti tout de même bruyamment, la situation était sérieuse. En cas d'un trop grand nombre d'erreur de sa part, il serait réduit à l'état de charbon de bois en moins de temps qu'il ne lui fallait pour descendre une bouteille de Cognac. Il allait falloir la jouer fine, surtout dans l'espèce de placard à balais puant où ils se trouvaient tous actuellement. Sans parler du nombre proprement aberrant de civils et autre criminels encore présent sur place malgré que tout ait tourné au vinaigre sous leurs yeux plein d'alcool. Il allait falloir dégager la zone. Avant cela, Lazarus se redressa de toute sa hauteur d'ivrogne courbé et toisa Sakazuki avec défi.


-"Toujours ce sens de la formule Sakazuki C'est toi qui va retourner au fond du volcan qui t'as vomi sur cette terre! Grog!"

Il se tourna alors subitement vers l'assemblée constituée de ceux qui avaient jugé bon de rester pour voir quelque chose d'intéressant. Effectivement, voir un Colonel de la Marine allié à un -légendaire- clown pirate être en lutte mortelle avec un Amiral et une criminelle de bas-étage était quelque chose d'assez rare, mais cela n'en restait pas moins extrêmement dangereux à observer. Il était fort probable que peu de monde s'en sorte et qu'une bonne parti de la ville soit rayé de la carte. C'est pourquoi, dans les derniers instants qu'il allait consacrer à autre chose que sa survie, il se tourna le temps d'un éclair vers les badauds-poivrots et les interpella brusquement d'un tonitruant:

-"Mais barrez-vous merde! Dirty Martini! 'voyez pas qu'c'est dangereux?!"

Comme pour approuver ses dires, une détonation passa par dessus le brouhaha général. Baggy venait visiblement de démarrer les hostilités de son côté, à sa manière évidemment... Pauvre môme. Mais c'était là la loi des baston de bar, pas de règle, pas d'honneur, rien que le dernier debout à boire le verre de l'autre. Et puis ça allait empêcher le pirate de foutre le camp maintenant qu'il avait lancé le combat de son côté. Si dans le cas présent il était plus question du temps restant à vivre de chacun des belligérants -et non d'un infâme tafia servit au comptoir du Wild Cherry- cela ne semblait pas émouvoir le moins du monde les curieux encore présent dans le bar. Tant pis pour eux, ils étaient prévenu. Öko ne pouvait pas les sauver d'eux-même et de leur bêtise. Il fallait dégager la zone au plus vite, sa mobilité allait lui être vital face à un adversaire tel que l'Amiral Sakazuki, aussi dangereux qu'irascible. Faisant face à son adversaire, il allait employer les grands moyens. Il étendit ses bras tendue devant lui, en direction du Chien Rouge.

-"Arcane du Nirvana Alcoolique :...."

En l'espace qu'un instant, il fit apparaître une boule faite d'un alcool visqueux au creux de ses paumes. D'abord aussi grosse qu'une balle de golf puis atteignant la taille d'une balle de Baseball avant de devenir aussi massive qu'un ballon de football, l'orbe alcoolique se mit à tourner de plus en plus rapidement dans les mains du Double Officier Lazarus. Il était temps!

-"...Service à Table! CCC!

L'énorme sphère partie en direction de l'Amiral le plus soupe-au-lait du Quartier Général. Ce n'était certainement pas la meilleure des techniques à employer avec un homme-lave mais certainement la plus simple et la plus expéditive pour vider le lieu de tous ces badauds gênant. En plus d'écarter un peu le mobilier, bien sûr. Drop espérait juste ne pas voir se créer une explosion trop incontrôlable, il n'avait jamais eu l'idée stupide de tirer sur une telle source de chaleur avant. Ah... Ah oui!... Maintenant que les dernières vapeurs de faux alcool avaient quitté les méninges du Colonel ou plus simplement... qu'il y réfléchissait... oui.... vraiment... en fait c'était vraiment une idée stupide....une autre...la deuxième de la journée... peut-être pas la dernière...

Actions de Combat:
 

Boni/Mali:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t739-oko-drop-lazarus-marine
Sakazuki
avatar
Amiral

Masculin « Age : 23
« Messages : 74

» Niveau : 3
» Surnom : AkaInu
» Akuma no Mi : Magu Magu no mi
» Rôle / Grade : Amiral de la Marine
» Prime : /

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Jeu 16 Oct 2014 - 12:31

La gamine sans nom s'était docilement mise au travail, sans doute peu désireuse de s'attirer les foudres de l'Amiral. Elle ne pourrait peut-être pas arrêter Baggy, ce qui indiquerait alors qu'elle était à peine plus forte qu'un petit oisillon, mais au moins Sakazuki avait trouvé de quoi empêcher le Clown de fuir, le temps qu'il s'occupe du Colonel Lazarus. Ça ne devrait pas être très long, mais il fallait que le Chien Rouge fasse preuve d'un peu de tact: malgré le fort pourcentage de pirates ou criminels présents en ces lieux, il y avait sans doute quelques civils, qu'il convenait d'épargner, toutes proportions gardées, bien évidemment. L'officier Drop continuait d'aggraver son cas, provoquant de plus belle le détenteur du Magu Magu no mi, mais au moins eut-il la présence d'esprit d'exhorter la foule à quitter le bar. Ses paroles tombèrent dans l'oreille d'un sourd, mais au moins il avait essayé. Dommage qu'un soldat de son acabit doive être passé au fil de l'épée... En fin de compte, son amour pour la bouteille avait pris le dessus sur celui qu'il portait à son devoir.

Utilisant son style si particulier, le Colonel forma entre ses paumes une balle de liquide ambré qui devait sûrement être à haute teneur alcoolique, et la balança sur le colossal officier. Celui-ci ne cilla pas, et resta solidement campé sur ses pieds, avant de laisser sa défense Logia faire le travail. Changeant son corps en un magma rougeoyant, la sphère explosa sitôt qu'elle l'approcha, soufflant les alentours et projetant tables, chaises et personnes sans faire de distinctions, dans un rayon de cinq mètres autour de l' Amiral. Lorsque la fumée se dissipa, celui-ci était toujours debout, des flammes courant sur sa peau sans l'abîmer, suivant le principe de la supériorité élémentale de son fruit sur le feu, chose qui pourrait peut-être lui servir à l'avenir. Drop avait été mis en garde. Il lui avait laissé une chance d'arrêter cette folie et de le supplier d'avoir une mort rapide ou, au mieux, d'être mis aux fers à vie. Et Lazarus avait craché sur cette chance. Faisant craquer ses phalanges, Sakazuki beugla:


- C'est tout ce dont tu es capable, Lazarus? Je vais te montrer comment doit œuvrer un véritable officier, retiens la leçon pour quand tu seras dans l'autre monde!

Armant son poing droit qui rougeoya, l'Amiral frappa l'air devant lui, dents serrées, tandis que la gueule d'un molosse magmatique remplaçait son bras et commençait à serpenter à toute vitesse vers Okö. Il visait l'épaule du Colonel, histoire de l'empêcher d'attaquer à son aise pour éviter qu'il ne l'ennuie plus que de raison. Ensuite, il passerait à la vitesse supérieure pour l'exécuter. Par égard pour les (rares) civils présents dans le bar, et surtout pour pouvoir accorder à chaque criminel un temps nécessaire pour savourer l'exécution d'une racaille, il s'était limité à l'une de ses attaques les moins puissantes, ce qu'elle compensait par une portée impressionnante et une mobilité qui lui permettrait de ne blesser personne que d'autre que Lazarus. Le vrombissement du magma évoquant le grondement d'une meute de chiens de chasse, le Meigo Guren approchait de sa cible, des gouttelettes de magma s'échappant de sa gueule comme la bave de celle d'un molosse...

Actions de combat:
 

Boni/Mali:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t534-sakazuki-qg-de-la-marin
Baggy le clown
avatar
Pirate Baggy
Masculin « Age : 30
« Messages : 334

» Niveau : 11
» Surnom : Le légendaire
» Akuma no Mi : Bara Bara no mie
» Rôle / Grade : Capitaine pirate
» Prime : 15.000.000 Berries.

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Dim 19 Oct 2014 - 22:40

L'honneur est un poids dont je me suis délesté depuis longtemps déjà. Et la petite Luz venait d'apprendre une dur leçon de la vie : ne jamais faire confiance à quiconque ! Et encore moins à clown pirate. Le sang de la gamine maigrichonne coulait déjà sur le sol : un compte goutte mortel qui la mènera à sa perte. Les badauds alentour s'agitèrent lorsque le coup de feu claqua, chacun appréciant à sa façon la fourberie d'un des leurs. Entre rires gras et applaudissements enjoués, les spectateurs semblaient apprécier ce genre de rixe. Honnêtement, la présence de cette bande de nazes ne m’indisposait nullement. Contrairement à mon allié de circonstance qui s'égosillait afin de disperser la foule. Il voulait très certainement éviter des dégâts collatéraux, genre une dizaine de morts brûlés vifs... Une bien noble attention, mais qui ne donna aucun résultat probant. Les taux d'alcoolémie dans le sang de chacun des clients du bar avaient atteint la limite du raisonnable et ces demeurés ne mesuraient pas le danger dans lequel ils étaient tombés. Au contraire, toute cette agitation démena davantage les alcooliques barjots. Certains se mirent à danser, d'autres se décidèrent à vider cul sec quelques tonneaux histoire de bien marquer le coup, bref un vrai bordel assourdissant. D'ailleurs une foule compacte se forma autour de moi et Luz tandis que la donzelle me maudissait du plus profond de son être. Ah si elle pensait m'impressionner avec ses mots creux, elle s'adressait au mauvais clown ! Sa défaite ne faisait aucun doute, en plus de pisser le sang, elle était bien placé pour savoir que ses techniques aux sabres auraient autant d'effet qu'un pet de moustique sur moi. Ses veines menaces ne la sauveraient pas. Je lui servi large sourire arrogeant et moqueur, ma voix criarde lui répondit avec toute ma suffisance habituelle :

« J’enjamberai ton cadavre, Luz Misson ! Et je reprendrai ma route. Ne te débat pas trop, ta mort n'en sera que plus douce.» Finissais-je ma phrase en la ponctuant d'un rire tonitruant.

Néanmoins je n'étais pas le seul à avoir engagé les hostilités. Le colonel Lazarus venait de faire grand bruit lors de son premier « coup ». Je n'avais pas vu ce qu'il avait fait, mais les résultats me furent tout à fait audible ! En effet, une énorme explosion souffla une partie du bar, projetant ici une table, là un pauvre gus complètement sonné. Heureusement que j'avais pris soin de m'éloigner de ces deux dégénérés de marine. Cette pensée m'arracha un rictus de contrariété car je n'étais pas encore assez loin de ce fou d'homme-magma. Décidé à mettre le plus de distance possible entre moi et Sakazuki, je décidais de jouer mon joker dés à présent. La crainte de finir carboniser me poussait sur la voie de la précipitation. Et je devais écarter de moi au plus vite l'attroupement de badauds qui s'était formé. Beaucoup d'entre eux commencé à se bousculer et à paniquer suite à la déflagration. Tout du moins les gars qui avaient encore un semblant d'idée claires, étaient décidés à s'échapper d'ici, ce qui provoqua une mêlée dans la quelle je fus irrémédiablement prit. Pressé comme un citron, mon fascié clownesque se crispa de colère, j'étais presque prêt à gronder comme un chien enragé. Maudit poivrots !

« Dégagez bande de con ! Vous êtes sur mon chemin !! »

Mon ordres se perdirent dans la masse, passant totalement inaperçu. Ils craignaient trop le combat entre l'amiral et le colonel pour accorder la moindre attention à mon illustre personne. Si c'est comme ça, ils allaient apprendre à me craindre !

« TEME !! JE VAIS VOUS EXPLOSER !! ET TOI AVEC LUZ ! » Hurlais-je rageusement, d'un timbre de voix devenu à présent grave et caverneuse. Passer de l'aigu au grave, c'était une spécialité qui m'était propre.

Je défragmentais mes pieds pour prendre de la hauteur. Mon corps lévitait au dessus de la masse tandis que mes pieds purent aisément se frayer un chemin au pas de course entre tout ces vaux stupides. Trois secondes plus tard, mon corps fusionna à nouveau avec mes pieds, bien ancré sur la terre ferme mais à distance respectable du groupe de badauds qui nous avait enfermé Luz et moi. Et maintenant j'allais faire le ménage à la façon « Baggy ». Enchaînant immédiatement un coup de pied dans le vide, je clamais avec fierté le nom de ma plus terrible attaque !

« MUGGY BALL ! »

La petite bille mortelle fila depuis la cache sous ma semelle vers Luz et ses potes collants. Une explosion aussi puissante que la première ayant eu lieu, retenti dans la taverne, faisant trembler sol et mur et engendrant des cris de détresse et d'agonie. Une partie du plafond s'écroula là ou la déflagration avait été la plus forte. J'avais visé dans le tas ! Inutile de viser précisément avec une telle puissance. Et c'était surtout impossible avec un tel attroupement autour de cette maudite gamine. Une nuage de fumée s'éleva alentour tandis que je contemplais fièrement les ravages que ma chère Muggy Ball avait causé. Gonflant avec orgueil ma poitrine, je ris à gorge déployée : ma trogne hilare en prime-time pour vos beaux yeux.

« Nyahahahaha !!! Ça vous apprendra à sous-estimer le grand Baggy le clown ! »

Me sentir mal car j'avais causé d'énorme dégâts collatéraux et exploser quelques innocents dans la foulée ? Très peu pour moi. Seule ma survie m'intéressait. Les autres pouvaient bien aller se faire cuire un œuf en enfer !
Spoiler:
 

boni/mali :
 


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t635-baggy-le-clown-equipage
Luz Misson
avatar
Hors-la-loi

Féminin « Age : 23
« Messages : 230

» Niveau : 11.
» Surnom : Le Moineau.
» Akuma no Mi : Aucun, on y va AU TALENT.
» Rôle / Grade : Messagère/cryptographe indépendante.
» Prime : 15.000.000 de Berrys.

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Lun 20 Oct 2014 - 23:00

Dire que Luz bouillonnait de colère aurait été un doux euphémisme. Elle était furieuse, et par chance, la rage qui l’habitait prenait lentement le pas sur la douleur à son abdomen. Saleté de clown. Quand elle pensait qu’elle s’était interposée entre lui et une utilisatrice d’un fruit du démon lorsqu’ils étaient sur Bangarang – au moins elle avait la confirmation définitive que jamais, au grand jamais, il ne fallait faire confiance à un clown. Encore moins à ceux qui s’appelaient Baggy. La mâchoire crispée à la fois par la douleur et la colère, elle le fusilla du regard, regrettant de ne pas avoir elle-même mangé de fruit du démon lui permettant de changer ses yeux en éclairs. Il avait clairement l’avantage, elle était bien obligée de l’admettre. Grâce aux pouvoirs du pirate au nez rouge, ses sabres se révélaient parfaitement inefficaces, et elle ne disposaient d’aucun autre type d’arme pour contre-attaquer. Se battre à mains nues ? Le problème ne changeait pas, et elle flancherait sûrement avant même d’avoir pu l’atteindre. Bon sang ! Elle ne pouvait donc rien faire contre lui ? Alors que la foule recommençait à se bousculer, se resserrant sur elle et la mettant momentanément hors de portée du clown, elle entendit au loin la voix de Sakazuki et celle de son adversaire. L’avertissement de l’Amiral, puis les paroles de Baggy, lui revinrent en mémoire. Et soudain, une décharge d’adrénaline se déversa dans ses veines. Oublie ta blessure, Misson ! Il fallait qu’elle batte Baggy, qu’elle lui fasse mordre la poussière, qu’au moins elle lui rende la monnaie de sa pièce. Juste une fois. Elle ne quitterait pas cette pièce ni ce monde avant d’avoir eu l’occasion de lui flanquer son poing dans la tronche !

Un autre mouvement de foule faillit la faire trébucher. Mais la voix criarde de Baggy qui s’énervait lui permit de se reconcentrer aussitôt. Il l’avait perdue de vue ? Tout de suite, elle saisit sa chance. Elle ne doutait pas une seconde que le clown allait ré-attaquer d’une seconde à l’autre. Il fallait qu’elle disparaisse. Elle se baissa juste au moment où du coin de l’œil, elle apercevait Baggy se défragmenter. Sans perdre une seconde, elle se faufila dans la direction opposée, s’échappant avec l’agilité d’un chat, se concentrant sur son objectif pour ne pas se laisser distraire par la douleur ou le sang qui continuait de couler. D’une pirouette, elle roula sous une table… juste au moment où une violente explosion souffla une partie de la foule, la projetant elle aussi contre le sol, la table vola au-dessus de sa tête et manquant de lui retomber dessus. La jeune femme grimaça, le choc avait été rude. Mais elle n’avait pas de temps à perdre : c’était maintenant qu’elle devait répliquer. La vitesse à laquelle elle allait attaquer serait le seul facteur qui pourrait l’aider à reprendre le dessus, ne serait-ce qu’un quart de seconde.

« Oï, Baggy ! Viens donc voir de ce côté, gros PIF. » s’écria-t-elle en se relevant, s’assurant qu’elle était bien dans la ligne de mire du clown. Une fois certaine qu’il l’avait vue, elle bouscula les badauds qui l’entouraient et se faufila entre eux avec une facilité déconcertante. Elle sentait à peine ses pieds toucher le sol. Qui avait dit qu’être petite et légère était un désavantage quand on parcourait le monde à la recherche de toujours plus d’ennuis ? En véritable acrobate, elle n’hésitait pas à rouler entre les jambes des gens où à utiliser leurs genoux pour bondir au-dessus d’un sac de nœuds. Tout en essayant de suivre la ligne la moins droite possible, au cas où Baggy aurait l’idée de l’attaquer. Mais elle était rapide, elle le savait. C’était bien son seul point fort d’ailleurs. Il l’avait prise par surprise tout à l’heure : elle se promettait que cela n’arriverait plus.
Après une dernière roulade, elle estima qu’il l’avait suffisamment perdue de vue. C’était le moment.
« Allez, ramène moi cet ignoble nez par ici ! » siffla-t-elle les yeux brillants de détermination. Rassemblant toute la puissance que ses jambes pouvaient emmagasiner, elle pouvait presque sentir ses pieds s’incruster dans le plancher. Dégainant ses deux sabres, elle en déploya les lames un quart de seconde avant de passer à l’attaque. Si elle réussissait à le toucher, c’était un point pour elle. Si elle échouait… ça signifierait qu’elle n’avait probablement aucune chance. Mais qui ne tentait rien n’avait rien, pas vrai ?

Poussant de toutes ses forces sur ses jambes, faisant appel à des années d’exercice ayant pour seul but de leur donner toujours plus de puissance pour aller toujours plus vite, elle eut une pensée pour Blue Mockbird alors même qu’elle bondissait sur Baggy, émergeant de la foule avec la rapidité d’un tigre. Ses deux sabres brandis à sa droite, parallèles l’un à l’autre.

« Spinning-Top ! »

Et Luz de pivoter sur elle même et frapper de toutes ses forces… du plat de ses sabres. Si Baggy s’attendait à un découpage raté, il en était pour ses frais. Le plat de la première lame frappa ; d'un coup de hanche, elle pivota et frappa de toutes ses forces de la deuxième. Une toupie volante. Ce qu’elle espérait lui infliger, c’était bien une bonne claque. Et si le choc pouvait le projeter, ainsi qu’elle l’avait tenté, vers le milieu de la salle, où se battaient Sakazuki et l’autre Marine, elle ne demandait pas mieux. Mais la douleur la rattrapa rapidement, la faisant grimacer en plein coup. Flûte ! Elle espérait au moins l’avoir atteint. Rien qu’une fois, c’était tout ce qu’elle demandait !

actions de combat:
 

boni/mali:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t597-luz-misson-hors-la-loi-
Öko "Drop" Lazarus
avatar
Colonel
Masculin « Age : 60
« Messages : 168

» Niveau : 6
» Surnom : Öko le sobre, Double Officier Lazarus
» Akuma no Mi : /
» Rôle / Grade : Colonel/Instructeur de la Marine

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Mar 21 Oct 2014 - 20:39

Une seconde. Durant une seconde Drop fut suspendu dans le temps. Tout semblait avoir cessé de bouger, comme figé, pris dans une inexplicable mélasse où seule passait librement la lumière. Le son même semblait avoir perdu son droit à chanter. Tant et si bien que même les badauds, malgré leurs bouches ouvertes et l'application quasi-bovine qu'ils avaient eu à beugler à gorge déployée depuis le débuts des "événements", telles des vaches que l'on conduisaient à l’abattoir, n'émettaient maintenant plus un borborygme. Une seconde. Un millième de seconde en réalité, qui lui avait paru durer l'éternité. En réalité, tout avait été très vite. Après avoir été frappé par sa propre bêtise, le vieux Colonel fut frappé de plein fouet par le mur d'air généré par la terrible explosion né de son attaque sur le Chien Rouge. En une seconde, le Double Officier venait d'être à la fois soufflé par le fracas destructeur de son "Service à Table" et par sa stupidité. Soudainement, l'univers reprit sa course.

-"G..Grog de Grog!"


Doublant son tic de langage, le vieil homme fut littéralement soulevé du sol par la puissance de l'explosion qui le projeta en ligne directe sur le comptoir situé dans son dos. Instinctivement, il se roula en boule pour tenter d'amortir l'impact qui ne manquerait pas d'être rude. Il ferma ses yeux violacés et attendit de percuter l'énorme meuble. Sa patience fut loin d'être mise à contribution pour ce voyage express qui ne dura que le temps d'un battement de cil. Dans un vacarme assourdissant, de ferraille tordue, de bois fracassé...de ferraille tordue?! Drop rouvrit ses yeux et constata sa chance. En effet au bar se trouvait encore Suzy la "Siroteuse de Suze". Tous Poivrots Barjots qui se respectaient connaissaient cette grand-mère sourde et presque aveugle, "poids lourd" chez la Ligue des Alcooliques Invétérés et Fier de l'Être, plus que centenaire, elle était connut pour son record -encore valable et non-surpassé- à passer plus de 84h d'affilé à boire du fameux apéritif de gentiane. La vieille était toujours accompagné de Ziggy son Barzoï en zing, animal cyborg ramené de North Blue. C'était la carcasse de l'animal robot qui avait amorti la chute du Colonel soiffard, au grand dam de sa propriétaire qui prit subitement conscience de la situation où elle se trouvait, ses sens l'ayant jusque là laissée dans l'ignorance des faits en cours dans le Wild Cherry. Prit entre son amour pour l'animal cybernétique, le mépris pour celui qui l'avait mis hors-service mais également doté d'un fort instinct de survie, la vieille prit le temps d'éclater la bouteille de son alcool fétiche sur le crâne de Lazarus avant de s'enfuir d'un pas mal-assuré, non sans scander des tonitruands:

-"Y m'ont pris mon Barzoï! Y m'ont pris mon Barzoï!"


Tout n'avait duré qu'un instant. Drop n'eut guère le temps de prendre en pitié la mamie, sa survie était en jeu, l'Amiral qui avait décidé de le griller n'allait pas patienter plus d'une demi-seconde avant de tenter de l'envoyer ad patres. A peine cette pensée avait-elle traversé l'esprit endolori de l'officier de Marine que le terrifiant cabot magmatique fit usage de ses pouvoirs de logia pour attaquer le Sobre, alors qu'une nouvelle explosion se fit entendre, signe de la rudesse de l'affrontement se déroulant derrière l'Amiral. Un colossale mais vif chien de lave quitta alors l'emplacement où se trouvait Sakazuki, prêt à avaler ce cher Drop pour l'emmener dans quelques infernales abysses. Devant l'énorme monstre, les yeux du vieux Colonel s’écarquillèrent. Ainsi donc ce vieux fumier d'Amiral cherchait à l'éliminer sans aucune forme de procès! Il allait voir! Une fois encore les réflexes de Lazarus lui permirent d'échapper au pire. Bondissant sur ses pieds, il se propulsa hors de la trajectoire du châtiment qu'avait décidé de lui infliger son supérieur hiérarchique.

-"Geppo! Jaqu'line!"

Bondissant comme une puce pleine d'amphétamine, il échappa de justesse au chien magmatique. Mais non sans blessures, croyez-le. En effet, si ses bonds lui avaient permis d'esquiver le flot de lave lui même, il n'avait pas été assez vif pour s'éloigner et pour ne pas souffrir de la température du flux de roche en fusion qui incendia la manche gauche de sa veste, le brûlant au passage. La douleur lui avait arraché un rictus qu'il affichait encore lorsqu'il termina son esquive. Rapidement, le vieux Colonel enleva le vêtement en feu non sans éteindre en passant les autres mini-foyer d'incendie déclenché peu avant par sa bêtise. Ses blessures n'étaient pas encore assez sérieuse pour l'empêcher de poursuivre la lutte, mais sa main gauche le lançait maintenant assez pour rendre son usage moins efficace. Pourtant, à cet instant , l'officier n'en avait cure. Une haine sourde avait explosé en lui.

-"Alors comme ça tu cherche vraiment à avoir ma peau Sakapurin?! Mais il en faudra plus que ça! Bloody Mary"

La douleur battant dans sa main gauche faisait écho à la rage qui battait dans son esprit, transformant sa psyché en un véritable concert de tambour de guerre. Il allait devoir mettre tout ce qu'il avait dans ce combat qui risquait bien d'être le dernier de sa carrière. Il ne devait cependant pas oublier qu'il n'était pas seul à combattre dans le bar et si la vie d'un criminel tel que Baggy le Clown lui importait peu en tant normal, de telles circonstances nécessitait toute l'aide possible ou tout du moins, que son adversaire ne dispose pas d'allié en plus. Une idée germa dans l'esprit enragé du Double Officier. D'un geste leste et assuré, Drop se mit à tournoyer, entamant une superbe pirouette. N'importe qui connaissant son style de combat, savait qu'il allait maintenant passer à l'attaque, ce qu'il fit d'ailleurs d'un Okamaesque:

-"Kyankyaku! Kya! Kya! Dirty Martini! Kya!"

Tel une danseuse de cabaret Newcomer marchant sur des charbons ardents, le vieux Colonel se mit à tournoyer à travers tout le bar, arrosant généreusement de Rankyaku toute la zone, sachant pertinemment que son allié temporaire n'avait rien à craindre de ce genre d'assaut, ce qui n'était probablement pas le cas de sa pauvre adversaire. Quant à Sakazuki, Drop espérait juste le faire sortir un peu plus de ses gonds non sans espérer que les rafales de projectiles gêneraient en tant soit peu l'homme de lave.


Actions de combat.:
 

Boni/Mali:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t739-oko-drop-lazarus-marine
Sakazuki
avatar
Amiral

Masculin « Age : 23
« Messages : 74

» Niveau : 3
» Surnom : AkaInu
» Akuma no Mi : Magu Magu no mi
» Rôle / Grade : Amiral de la Marine
» Prime : /

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Mar 21 Oct 2014 - 21:59

Malgré toutes les précautions prises par l'Amiral, la situation allait forcément finir par dégénérer. Si le bar s'était presque vidé de toute la vermine qui l'envahissait avant le début de cette confrontation entre les deux officiers, quelques irréductibles persistaient à boire, comme par exemple cette grand-mère dont l'animal mécanique s'était fait écraser par le Colonel Lazarus. Toutefois, faisant pour une fois honneur à son grade, il réussit à se sortir vivant du Meigo, même s'il y laissa sa veste et la pleine motricité de son bras gauche. Par contre, il n'avait pas compris la leçon, et réitéra son erreur, insultant pour la troisième fois un supérieur. Déjà hors-de-lui, le Chien Rouge explosa encore plus, et n'avait désormais plus qu'une seule idée en tête: tuer Öko Lazarus. Comme s'il avait été prévenu des intentions du haut-gradé, le Colonel se décida à vendre chèrement sa peau, et entama un mouvement de rotation avec une souplesse étonnante à constater dans un corps déjà âgé. En sus de ce tournoiement trop gracieux pour l'alcoolique notoire qu'il était, il commença à libérer à travers toute la pièce un flot de Rankyaku, dévastant les derniers piliers de bar (humain ou en bois), et cherchant à frapper à la fois Aka Inu et la brune qu'il avait "engagée" pour retenir Baggy.

Bien, plus question donc de faire dans la dentelle: tant pis pour le Wild Cherry, qui était de toute manière un nid de cafards vu l'endroit auquel il se trouvait. Se concentrant une fraction de seconde, le colossal Amiral mua ses longes guibolles en magma, et utilisa le processus de dégazage propre aux éruptions pour se propulser jusqu'au plafond, à l'abri des projectiles. Par contre, les cris ridicules du Colonel continuaient de lui casser les oreilles. Puisqu'il s'en était pris à la gamine, Sakazuki ferait ce qu'il aurait dû faire depuis le début: s'occuper du gradé récalcitrant ET du clown en même temps. Serrant les dents de rage, le détenteur du Magu Magu no mi laissa les pouvoirs de son fruit envahir son corps, et changea ses membres supérieurs en deux membres magmatiques, qu'il allongea aussitôt, l'un en direction de la toupie Drop, et l'autre en direction de Baggy. Gonflant ses mains pour en faire d'immenses pognes de roche en fusion, il les referma autour du Colonel et de son allié de circonstance, avec pour objectif avoué de les écraser.

Durant le laps de temps où ses bras magmatiques avalaient la distance jusqu'à leurs deux victimes, Sakazuki jeta un regard à la gamine, qui semblait mal en point: même Baggy était trop pour elle. Mais au moins, elle ne ferait pas de vagues quand il la transporterait pour l'interroger, histoire de s'assurer de ses intentions. Il la laisserait dans un coin, puis enverrait à fond de cale toutes les vermines du groupe des Poivrots Barjos, direction Impel Down. Capturer des racailles réussirait peut-être à lui retirer ce goût amer suite à l'exécution d'un Colonel qui aurait pu faire de grandes choses... D'ailleurs, il reporta son attention sur Drop et Baggy: avait-il ou non fait mouche? Le contraire lui paraissait impossible, et pourtant, mieux valait ne pas les sous-estimer... Surtout Lazarus, car il était évident que Baggy le Clown, aussi légendaire qu'il se prétende, n'avait rien pour lui.



Actions de combat:
 

Boni/Mali:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t534-sakazuki-qg-de-la-marin
Baggy le clown
avatar
Pirate Baggy
Masculin « Age : 30
« Messages : 334

» Niveau : 11
» Surnom : Le légendaire
» Akuma no Mi : Bara Bara no mie
» Rôle / Grade : Capitaine pirate
» Prime : 15.000.000 Berries.

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Sam 25 Oct 2014 - 15:40

Tshé ! Cette garce de Misson avait survécu à l’explosion de ma sublime et o combien mortelle Muggy Ball. Un coup de chance, sans nul doute. Sans tous ces traîne-savates dans mes pieds, je lui aurais explosé la face façon puzzle. Maudite ! Et non contente d’avoir échappé à mon explosion divine, la bougresse se permettait de me provoquer en se faufilant dans la foule des badauds ayant survécu ou réchappé à la détonation. L’insulte passait mal ! Très mal !! GROS PIF ? Comment osait-elle insulter ce nez qui avait fait ma gloire ?! La colère brûla mes tripes et consuma mon légendaire sérénité, pourtant à toute épreuve. Du moins le pensais-je. Ma mâchoire se contracta exerçant une telle pression que j’aurais pu sans problème arracher un bout de table et la mâcher si l’idée d’y croquer un bout m’était venue. La rage s’était taillée une place confortable dans ma physionomie. Mais ou diable était-elle passée ? Je ne parvenais pas à la détecter dans cette foule compacte, désorientée et braillarde. Pensais-elle que j’hésiterais à exploser à coup de spécial Muggy Ball un nouveau groupe d’alcoolo décérébré ? La pitié et la clémence ne sont pas des défauts qui pèsent sur mon génie. Mes yeux vifs et vindicatif parcouraient frénétiquement la foule, à la recherche de cette foutue cartographe de malheur ! J’aurais dû me débarrasser d’elle sur Bangarang. Elle n’avait fait que me ralentir là-bas, mais dans mon trop grande bonté, je l’avais protégé et sauvé sa vie à plusieurs reprises. C’est du moins le souvenir que j’en avais. Et vu que j’ai toujours raison, mes souvenirs étaient dépourvus de toute mauvaise foi.

-« MONTRE-TOI LUZ !! JE VAIS TE FAIRE REGRETTER TES PAROLES !! » M’époumonais-je méchamment.

Et comme si le petit moineau m’obéissait au doigt et à l’œil, l’importune s’extirpa de la masse d’alcoolique, pour fondre sur moi : ses deux sabres à chaque poing. Peuh ! Que pensait-elle pouvoir accomplir avec ses petits canifs ? Qu’elle vienne donc s’échouer sur le redoutable pouvoir du Bara bara no mie. En total confiance, je restais planté sur place, imperturbable et immuable. Un grand sourire arrogeant et moqueur étira mes lèvres sur ma face peinturlurée.

-« Pauvre idiote ! As-tu oublié que les attaques tranchantes sont totalement inéfi … BOUEEEERGHHH !! »

Je n’eus pas le temps de finir ma phrase provocatrice… Un cri de douleur et de surprise mit fin à mon assurance sans faille. Ma gueule clownesque venait de se faire écraser par le plat des sabres de mon adversaire. Le coup m’avait atteint en pleine gueule, l’impact dévissa sur la droite ma tronche déformée, tandis que des gerbes de sang s’expulsèrent de ma bouche endolorie. Ma garde totalement baisée m’avait été totalement défavorable. Je ne m’attendais pas du tout à ça et mes jambes, sous l’effet de surprise, ne purent encaisser l’impact. Mes pieds furent décollés du sol et je fus expédié sur une table, 5 mètres plus loin en beuglant de douleur. Le meuble céda net sous mon poids. Il me fallut quelques secondes pour recentrer mon esprit quelque peu secoué. Je fini par me relever, lentement et écumant de rage. Elle s’était moquée de moi ! Impardonnable ! Totalement impardonnable !! Du sang laissait sa trace sanguinolente sur mon fascié en proie à des tics nerveux, traçant son ignoble souillure de ma bouche jusqu’à mon menton, à partir duquel il coulait goutte à goutte. J’avais perdu 3 dents dans l’attaque, j’étais défiguré ! Ma haine était si grande que des vaisseaux sanguins avaient éclaté dans mes yeux, altérant mes prunelles vers un regard rouge sanguinaire. Je frottais d’un revers de main le sang sur mon visage.

-« QWAMENT AS-TU OSWE DE MOQWER DE MWA ??! » Hurlais-je haineusement, ayant un mal fou à articuler clairement avec ma mâchoire à moitié fracturé. Elle avait réussi à me fermer mon caquet, dans le sens littéral !

Cette fureur grandissant, je la sentais décupler mes forces (Activation du bonus : haine. Cible : Luz). J’allais la tuer cette fois, je ne pouvais laisser cette ignominie impunie. Elle pouvait me blesser avec le plat de ces armes, certes, mais en aucun cas me tuer. Luz était une guerrière très agile et d’une dextérité au sabre bluffant. Mais elle ne disposait pas d’une grande force physique et sans le tranchant de ses lames, ses attaques n’étaient absolument plus létales. Sans plus tergiverser, je plongeais mes deux mains sous mes étoffes et y sorti six poignards, trois dans chaque main : calés entre mes doigts. J’allais la saigner ! Néanmoins avant que je me lance, mon associé fit des siennes en balançant des éclairs tranchant dans toute la pièce, visant aussi bien moi que Luz, que l’homme-magma et les autres clients encore debout. Evidemment l’éclair bleu me passa simplement au travers, me tranchant en deux au niveau de la ceinture. Je fusionnais à nouveau mon corps, sans me préoccuper de ce feu d’artifice. Mais je lançais mon attaque sur la cartographe quasiment simultanément, prouvant une fois de plus ma fourberie.

-« TOU WA MOUWIR EN BOWTE LUZ ! BAWA BAWA HOU ! » Rugis-je en fragmentant mes poings ainsi armés.

Je pouvais contrôler la trajectoire de mes membres, il n’était pas aisé d’en réchapper, surtout quand deux poings lourdement armé fonçaient sur leur cible. L’assaut exécuté, je rassemblais mes mains sur mes avant-bras. Malheureusement, je n’eus guère le temps d’admirer les effets qu’avait eu mon attaque. En effet, la main du diable se jetait littéralement sur moi. L’amiral de lave me prenait pour cible, en même temps que Drop, le marine alcoolique. Je crois que je peux remercier mon instinct de survie aiguisé, car je balançais mon « Bara Bara festival » automatiquement, tel un bouton d’urgence qu’on presse en cas de panique. Mon corps explosa en petit morceau, se divisant en une trentaine de membres divisés et éparts tandis que mon visage flottant hurlait de terreur, avec des yeux exorbités. La main de magma se referma sur du vide, pourtant certain membre tel que d’un morceau de mon épaule droite, mon genou gauche et un morceau de mon torse, furent brûlés au troisième degré car ils avaient été frôlé par la main mortelle. Mon hurlement de terreur se mua en cri de douleur. Maudit enfoiré de Sakazuki !! Des larmes vinrent inonder mes yeux, tandis que mon visage flottant vint se planquer derrière Drop. Je n’avais pas vu comment ce dernier s’en était sorti, mais qu’importe…

-« ON WE FOWTU !! QU’EST QU’ON PEW FAIRE DWOP ?! » Lui hurlais-je dans les oreilles, en proie à une terreur totale. J’ignorais à présent totalement Luz. Le pire des ennemis s’attaquait à moi, il accaparait toute mon attention. Divers fragments de mon corps flottaient ici et là, tous sous mon contrôle et ma vigilance. Evidemment, tous étaient le plus éloignés possibles de l’amiral infernal. Mais pieds quant à eux, allèrent se planquer sous une table, tremblant et suant de peur… La douleur de mes brûlures me maintenait dans une vigilance extrême. Ça sentait le roussi dans tous les sens du terme !



Actions de combat:
 


boni/mali :
 


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t635-baggy-le-clown-equipage
Luz Misson
avatar
Hors-la-loi

Féminin « Age : 23
« Messages : 230

» Niveau : 11.
» Surnom : Le Moineau.
» Akuma no Mi : Aucun, on y va AU TALENT.
» Rôle / Grade : Messagère/cryptographe indépendante.
» Prime : 15.000.000 de Berrys.

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Mer 29 Oct 2014 - 21:28

Retombant au sol après son attaque, Luz sentit une violente douleur lui traverser l’abdomen lorsque ses pieds touchèrent par terre – elle perdit l’équilibre et dut se rattraper à une table pour ne pas trébucher. Décidément, cette balle dans le ventre ne lui aura clairement pas fait de bien ; mais en relevant les yeux, elle eut l’immense satisfaction de voir Baggy atterrissant avec violence dans le décor. Ca avait fonctionné ! Elle avait eu un doute au dernier moment, pensant que le clown aurait tout simplement dessoudé sa tête de ses épaules pour éviter l’attaque ; mais visiblement l’effet de surprise doublé de l’orgueil démesuré du pirate avaient eu raison de lui. Pour l’instant. Luz n’était pas assez naïve pour croire qu’un bon coup de plat dans la mâchoire suffirait à le mettre KO, malheureusement. Tout ce qu’elle voulait, c’était lui rendre la monnaie de sa pièce d’un côté, et l’éloigner de l’autre. Mais plus les secondes s’écoulaient, plus elle perdait de sang, et moins elle se faisait d’illusion sur ses chances de victoire. L’avantage de Baggy sur elle était bien trop grand. Elle se battait avec des sabres, et il était insensible aux armes tranchantes. Et hélas, il ne semblait pas y avoir dans cette taverne un fruit du démon qui lui confèrerait une force suffisante pour broyer son adversaire ou des pouvoirs pouvant le mettre à terre. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était essayer de survivre en attendant que Sakazuki ne s’occupe de lui. Une tâche qui s’annonçait plus compliquée que prévu, si elle continuait à perdre du sang…

Un cri non loin la fit tressaillir, et la jeune femme fit volte-face juste à temps pour voir le colonel allié de Baggy lancer une attaque qui libéra des projectiles qu’elle était incapable d’identifier : mais elle comprit tout de suite que c’était dangereux et qu’elle était en plein dans la trajectoire.

« Bon sang ! » grogna-t-elle en serrant les dents. L’attaque était trop rapide, et ses jambes étaient de plus en plus lentes : les projectiles qui n’avaient pas atteint d’autres clients de la taverne l’atteignirent de plein fouet, lui perforant la cuisse, une côte, et le bras. Un cri de douleur lui échappa alors qu’elle encaissait l’attaque tant bien que mal. Tout ça s’annonçait décidément très, très mal. Mais que foutait Sakazuki ? Il lui fallait tant de temps que ça pour venir à bout d’un de ses subordonnés et venir lui prêter main forte ? Se remettant de son mieux sur ses deux pieds, elle fut malheureusement vite rappelée à la réalité : Baggy s’était relevé, et il était furieux. Il ne lui fallut qu’un demi quart de seconde pour comprendre qu’elle était foutue. Tout ce qu’elle pouvait faire maintenant, c’était éviter de mourir, et d’estimer heureuse si elle ne perdait qu’un bras dans cette bataille. La voix encore plus stridente que d’habitude de Baggy lui glaça les sangs, qu’elle sentit ne faire qu’un tour dans son corps lorsqu’elle vit ses deux mains armées de poignards filer vers elle à toute allure, presque immédiatement après avoir encaissé l’attaque de Drop. Sans réfléchir, Luz serra ses deux sabres si forts entre ses doigts qu’elle crut qu’ils allaient éclater, et, au moment qu’elle jugea opportun, les dressa devant elle comme un bouclier, espérant faire dévier l’attaque.

* Double-Spin ! * Les deux lames traversèrent l’air à la rencontre des projectiles, et elle se crut tirée d’affaire en sentant les sabres entrer en contact avec quelque chose.

Sa joie fut de courte durée.

« ARRGH ! » Luz crut s’évanouir lorsque les trois poignards dans la main gauche de Baggy perforèrent son épaule droite, l’une passant certainement non loin d’un poumon. Sous le choc de l’attaque, la jeune femme se sentit soulevée du sol, pour glisser sur une table et atterrir avec fracas quelques mètres plus loin. Bon sang. Elle n’avait réussi à dévier qu’une main. Foudroyée par la douleur, ce n’est que mue par un réflexe de pure survie qu’elle se força à rouler sous une table, espérant que Baggy ne la verrait pas. L’effort lui coûta cher, alors que tout semblait danser autour d’elle et vision s’assombrir. Serrant les dents, elle ne prêta même pas attention à la main de Baggy qui repartait vers son propriétaire, laissant les couteaux plantés dans son épaule ; et elle les retira d’elle-même, se mordant la langue jusqu’au sang pour ne pas hurler de douleur et attirer l’attention vers elle. Bordel. Le paysage commençait à devenir dangereusement flou dans son champ de vision et la tête lui tournait méchamment alors qu’elle se sentait se vider lentement de son sang – ou de ce qu’il en restait. Du mieux qu’elle put, elle retira son écharpe et se la noua aussi fort qu’elle le put autour de son abdomen meurtri, espérant sans grande conviction endiguer l’hémorragie. Elle n’en pouvait plus. Vidée de son énergie, elle laissa ses mains retomber sur le sol, au bord de l’évanouissement. Quelque part dans le lointain, elle entendit la voix paniquée de Baggy et sentit une chaleur inhabituelle venir d’au-dessus de la table. Sakazuki avait dû passer aux choses sérieuses. Parfait. Elle allait pouvoir rester là et attendre qu’on vienne éventuellement découvrir son cadavre un peu plus tard. Bon sang. Quelle mort ridicule, quand même. Tout ça à cause d’un imbécile de clown et d’un amiral psychopathique…

Alors qu’elle se sentait glisser vers l’inconscience, ses yeux tombèrent sur un objet à côté d’elle qu’elle n’avait pas remarqué avant. Plissant les yeux, elle sentit son cœur s’arrêter de battre lorsqu’elle reconnut un pied. Tout seul. Qui tremblait. Elle comprit aussitôt à qui appartenait ce pied… Et elle comprit aussitôt ce qu’elle voulait en faire. Réunissant ses dernières forces, elle rétracta l’une de ses lames en pressant la gâchette, réduisant la lame à sa plus petite taille, de la longueur d’un poignard, et, les yeux brillants de colère et de fièvre, elle leva l’arme au-dessus de sa tête.

« FINISSEZ-LES, AMIRAL ! » hurla-t-elle avec tout l’énergie qui lui restait, avant d’utiliser ses dernières forces pour planter son sabre dans le pied de Baggy. Si ça devait être sa dernière action sur cette planète, elle s’assurerait que cet enfoiré en prenne pour son grade. Et elle espérait que Sakazuki comprendrait le message et l’achèverait avant que le clown ne la trouve et ne la finisse de lui-même…

actions de combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t597-luz-misson-hors-la-loi-
Roronoa Zoro
avatar
Sabreur Mugiwara

Masculin « Age : 31
« Messages : 3451

» Niveau : 8.
» Surnom : Zoro le chasseur de pirates.
» Rôle / Grade : Sabreur.
» Prime : 60.000.000 Berries.

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Jeu 6 Nov 2014 - 19:23

° Post d'arbitrage, jeunes.

Les critères retenus sont les suivants :
» Respect des délais (2 jours).
» Cohérence des posts avec le contexte de départ, en ce compris la prise en compte de l'environnement.
» Cohésion entre les membres de chaque duo.
» Qualité du RP, en ce compris la concordance des actions de combat vis-à-vis des actions adverses.
» Réalisation de 3 tours pleins, effectifs.
» Éventuels bonii.

----------------------------------------

Drop et Baggy


» 8,5/10 pour les délais, deux retards (dont un léger) chez Baggy.
» 7/10, très bon dans l'ensemble mais on ne ressent que trop peu l'étroitesse du bar, les réactions de la foule, le poids du malus, ...
» 7/10, cohésion présente mais sous-exploitée.
» 10/10, assurément le point fort. Beaucoup d'humour sans y perdre en contexte de combat.
» 10/10, vous avez fait le boulot sans tomber dans la facilité.
» Bonus d'un point pour la créativité de Drop.
==> 43,5/50 !


Sakazuki et Misson


» 9/10 pour les délais, un retard chez Misson.
» 8/10, très bon dans l'ensemble mais on ne ressent que trop peu l'étroitesse du bar, les réactions de la foule et les problématiques qui en découlent.
» 5/10, on n'a que trop peu de cohésion même si c'est également lié au tempérament de Sakazuki.
» 9/10, Chopp s'améliore en Sakazuki et Misson reste dans le bon. La lecture était assez fluide, mais il manquait une touche de quelque chose.
» 10/10, cfr Drop et Baggy. Topic efficace !
» Pas de bonus.
==> 41/50 !


Undisputed.

« My swords ? Sorry, they're really howlin' for blood..! »
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t312-roronoa-zoro-equipage-d
Öko "Drop" Lazarus
avatar
Colonel
Masculin « Age : 60
« Messages : 168

» Niveau : 6
» Surnom : Öko le sobre, Double Officier Lazarus
» Akuma no Mi : /
» Rôle / Grade : Colonel/Instructeur de la Marine

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   Ven 14 Nov 2014 - 16:31

-"Bloody Mary! Kya!"

Toute cette affaire partait décidément de plus en plus en vrille, on pouvait même dire que tout foutait complètement le camp.

-"Grog! Kya!"

En effet, mis à part la tournure totalement absurde qu'avait pris l'affrontement, à moins bien sûr que l'on considère comme normal qu'un Colonel post-alcoolique attaque un homme-lave en costume-cravate-casquette avec des pirouettes mortelles, la suite des événements s'annonçait plutôt sombre -et brûlante- pour le vieil officier et son allié en kit. Il voyait de plus en plus mal comment il allait pouvoir sauver sa peau et celle du Clown qu'il ne pouvait se résoudre à abandonner à son sort malgré son statut de criminel notoire. Continuant de tournoyer, Drop constatait à quel point son attaque causait des ravages dans la foule des inconscients restés pour se faire tuer, les criblant d'impact ou les écrasant contre les murs de la salle exiguë. Il avaient été prévenu ces crétins! Même l'adversaire de Baggy semblait ne pas apprécier son fameux "Kyankyaku", ce qui ne l'avait pas empêché de faire manger une bonne tartine de métal à son allié enclowné un peu empoté pour le coup, cette gamine n'avait pourtant pas l'air si terrible...Sacré Baggy.

Cependant, au grand dam de Drop et bien qu'il avait prévu ce fait, si tout le monde semblait profiter de sa petite danse pour aller rendre visite au plancher tout en rotant du sang, ce n'était pas le cas de son magmatique, et quelque peu psychotique, supérieur hiérarchique. Les projectiles se contentait de lui passer à travers, tout au plus de s'y enfoncer mollement avant d'en ressortir recouvert de magma. Malgré la sourde envie qu'il avait d'allonger l'Amiral à grand coup de tabouret, le Double Officier Lazarus devait concéder qu'à ce rythme là, il allait juste finir en shot flambé. Peu agréable pour un homme habitué à en descendre dix avant le petit-déjeuner. Il faut dire que depuis le début de échauffourée, Sakazuki n'avait pas eu à encaisser un seul coup ni à être inquiété par le fait de pouvoir se prendre une patate de forain des familles sur le coin de sa tronche taillé au couteau! Maudit Bouffeur de Fruit! Cette pensée ne fit qu'augmenter encore la colère de Drop qui se jura de ne pas se laisser tuer si facilement. Avouons tout de même que lorsqu'il vit son adversaire s'élever au dessus d'une sol ou plutôt, se muer en une petite éruption volcanique et atteindre la plafond avant de projeter sur lui une colossale main de lave, notre cher poivrot fit redescendre un peu son énervement en même temps que Sakazuki faisait monter la pression. Si rien n'était fait, lui et le clown étaient cuit! Et à point, pour sûr!


-"Merde! Enfoiré....Margarita!"

Avant tout, Öko devait se sortir de ce mauvais pas. Il accéléra la vitesse de son attaque et concentra ses tirs sur la titanesque main infernale qui allait l'agripper d'un instant à l'autre, dans l'espoir de la ralentir assez pour qu'il puisse en esquiver le plus gros des dégâts. Tel une toupie hystérique, et un peu agaçante, Drop arrosait littéralement l'énorme et mortelle paluche de projectiles normalement létaux. Puis profitant de son élan, à la dernière seconde de la dernière minute, il effectua un saut digne d'un danseur classique de soixante ans. Ce faisant, il escamota de derrière son dos un de ses outils de travail, une chaîne de neutralisation en granit marin qu'il envoya d'un geste sur son assaillant magmatique. Dans un sifflement l'objet partit le long du bras de Sakazuki, Drop espérait ainsi diminuer le risque de rater sa cible et pouvoir neutraliser un temps les redoutables pouvoirs de son supérieur soupe-au-lait. Il aurait bien tenté de faire cela mieux mais malheureusement...

-"AAAAARH!...Blue Lagoon!"

...malheureusement il avait encore mal estimé la vitesse de l'assaut adverse! Sauf que cette fois-ci il n'allait pas s'en tirer avec une petite blessure comme la fois précédente, non. Cette fois-ci c'était carrément son pied gauche qu'il n'avait pas eu le temps d'ôter de la trajectoire du redoutable flux magmatique, le brûlant plus que sérieusement à travers ses chaussures. Notre homme, entraîné par la masse de la main magmatique et encore en plein saut, fut envoyé valser à travers la pièce, rebondissant durement ça et là -telle une portée de chaton dans le tambour d'une lessiveuse- avant de finalement atterrir mollement dans un tas de meuble poussé là par les combats, n'émettant qu'un profond grognement rauque. De longues seconde s'écoulèrent avant qu'il ne se décide à sortir du tas de bois où sous lequel il était enfoui, qui pouvait douter de la douleur qui le clouait maintenant au sol? Mais il allait en falloir un peu plus -mais pas tant que ça à ce rythme- pour qu'il abandonne le combat. C'est ainsi que, dans un fracas de tous les diables il reparut, sa jambe gauche quasi-grillé, blessé à maints endroit, recouvert d'écharde et exposant de-ci de-là des clous ayant traversé sa peau pâle. Au milieu de ce piteux tableau qu'était son corps, on pouvait voir un regard brûlant de haine et de détermination. Non il n’allait pas ce laisser avoir si facilement par un psychopathe en costard, fut-ce-t'il porteur d'une joli casquette! Il fut brutalement et très bruyamment ramené à la réalité par son allié au nez rouge complètement terrorisé -à juste titre- par la tournure que prenait la situation. Tout cela bien sûr, en grillant ce qui restait d'audition au vieux Colonel. Ce dernier se tourna vers lui.

-"Hoï Baggy, calme toi je... GYAAAH! Gin Fizz! Le clown est mort et sa tête fantôme revient me hanter! AAAH! NAMU AMIDA BUTSU! NAMU AMIDA BUTSU! Casse-toi sale spectre! Gyaaa!"

Loin de s'attendre à revoir son allié complètement fragmenté, et encore moins à ce qu'une tête volante partiellement défiguré vienne lui taper la causette et lui demander de l'aide, Drop s'était mis en devoir de purifier l'affreux démon revenu le hanter. C'est pourquoi il s'efforça de lutter contre "l'apparition" à l'aide d'une salière trouvé dans le tas de bois d'où il était sorti juste avant, comme s'il salait un plat de pâte fade, tout en continuant de balancer des "Namu Amida Butsu" à tous bouts de champ. Il s'aperçut soudain de sa bêtise.

-"Ah...Thahadokubaladokurani! Mojito! Pardon vieux! J'ai cru que tu revenais me hanter! Approche tes morceaux et écoute, j'ai un plan. Alors voilà..."

Cet élan de stupidité lui avait fait un instant oublier l'affreuse situation où il se trouvaient tous deux. Instantanément il retrouva son sérieux. Ils allaient devoir la jouer fine. Sans pour autant imaginer vaincre l'homme magmatique, il allait être nécessaire qu'ils s'aménagent un moyen de sortir de ce trou à rat, aménagement qui devait nécessairement passer par le fait d'incapaciter le redoutable Amiral. Dans cette optique, le vieux Colonel se mit en condition et fit part de son plan à Baggy tout en essayant de le calmer.

Passif:
 

Actions de Combat:
 

Boni/Mali:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t739-oko-drop-lazarus-marine
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque   

Revenir en haut Aller en bas
 

De troquet à hoquet, un "hic" et on trinque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG One Piece : Rise of a New Era :: 03 (Rp / HRp) :: Zone de Combats :: Concours RP-