lienlien












 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Vengeances et représailles, le cyborg face à l'élastique !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fils
avatar
Nouveau/Nouvelle
Masculin « Messages : 190

» Niveau : 9
» Surnom : Aniki
» Rôle / Grade : Chef de la Franky Family

MessageSujet: Vengeances et représailles, le cyborg face à l'élastique !    Mer 10 Sep 2014 - 2:08

Le Dock 1. Les gens se souviendront qu’en ce jour, à cet endroit, Franky allait encore faire étalage de sa force face à l’envahisseur pirate. Si l’exercice était coutumier de la bande de brigand au grand cœur, cette fois ci l’activité était sensiblement différente, car jamais auparavant l’Aniki n’avait été touché à ce point, en la raison de sa demeure saccagée et de ses petites frères bien amochés. Dessein fatidique ou non, lorsque l’on s’attaque à un équipage pirate voyageant sur la route de tous les périls, Cutty Flam s’attendait bien à ce qu’un jour ou l’autre l’une de leur victime répliquerait avec les poings. Il s’y était préparé, mais le choc était dur à encaisser. De fait, en grand frère qu’il était, il comptait bien faire répondre Mugiwara de ses crimes et il le ferait, avec la force de son statut de protecteur de Water Seven et de sa famille. Zambai & Co n’avaient plus rien à craindre, ils allaient être vengés ; qui sème le vent, récolte la tempête.

Parcourant les ruelles à pas de centaure, suivi de près par ses deux inséparables sœurettes, le cyborg fut étonné de voir aussi peu d’habitant se pavaner en ville. Si la progression était d’ordinaire assez décousue de par le trop grand nombre de citoyen, dans le présent cas, elle était rapide et fluide bien que quelques éternels adorateurs du funky se tenaient sur sa route, stylo et papier en main, scandant « Hentaï ! » à s’en perdre la voix. Nonobstant le fait qu’il se serait bien arrêté pour vanter ses mérites, il savait que l’heure n’était pas à l’encensement mais bel et bien au règlement de compte. Encore fallait-il rallier la position du coupable de Franky Housemicide. Il accéléra donc la cadence, jusqu'à arriver sur un pont surplombant l’entrée du Dock. Le vide manifeste des ruelles traversées auparavant trouvait explication devant les mirettes interloquées du porteur du Battlepants. En effet, l'entrée du Dock était bondée, et c'était peu dire, si bien que l'on aurait pu croire à une réunion entre les habitants de Water Seven et San Faldo.


" C’est quoi tout ce raffut ?! Oï, Mozu, Kiwi, c’est la fête du slip et j’ai même pas été invité ?! AW ! Tant de spectateurs, ça va être grandiose ! Ils savent ! Ils sont tous venus voir le spectacle ! "




La testostérone prit le dessus sur la raylarme perlant le long du visage de Franky, lequel déclencha la musique. Tel un chef d’orchestre, il dirigea sa troupe cachée en arrière-plan. Opérant dans l’ombre, Zambaï créait le rythme en frappant de manière mesurée sur la bedaine ovale de Tamagon, lequel expectorait un son audible aiguë à chaque coup, nécessaire à la formation de la mélodie. Kief, lui, se chargeait de souffler dans un appareil conçu par l’ancien disciple de Tom, d’où s’échappait une résonance bien plus grave. Cette maestra grotesque peinait à trouver une harmonie musicale constante compte tenu des blessures de tout un chacun, mais en l’état, le tout n’était pas si mal que ça et les heures de répétitions avaient payé. L’important demeurait que le public n’y voit que du feu.

La mise en place du rideau blanc, ne laissant visible que l’ombre de nos trois comparses, fut de courte durée. L’homme parmi les hommes pouvait entamer sa danse si singulière.
Le talon de son pied venant heurter le sol en répétition, il commençait à jouer de ses hanches tout en balançant ses bras avec technique de droite à gauche, déjà la foule avait les yeux rivés sur le phénomène. « Franky le magnifique », « Notre sauveur » qu’ils scandaient en chœur à la vue de cette entrée en scène connue de tous. Du moins, c’était ce que notre Aniki entendait. Pas déstabilisé pour un sous, Cutty enchaîna que du contraire avec une joie non dissimulée, arborant toujours son fier sourire et usant d’envolées lyriques dont lui seul avait le secret.


" AW ! Ne soyez pas timide ! Montrez ce que vous avez dans le bide !
N’hésitez pas, j’leur enverrai une baffe grosse comme ça !
Appelez-moi, vous êtes perdu !
Ne m’appelez plus, je suis là !

AW ! AW ! AW ! "


*Cris de stupeurs et d’effrois venant de la foule. Le chef de la Franky Family retire le voilage qui retardait la surprise d’un coup de main rapide sans perdre le rythme déchaîné de son bas du corps virevoltant en concordance avec la musique.

" BAKA !

Restez éveillés ..! Le spectacle ne fait que commencer !
Admirez la face cachée de la citée !

On m’appelle … "


*Se penche bien en avant et fait tournoyer ses bras l’un autour de l’autre sur le sol avec panache. Puis se redresse enfin, une jambe fléchie et l’autre tendue, en collant ses deux bras en direction du ciel, formant ainsi une étoile avec ses deux avants bras, toujours suivi de près par ses petites protégées.

MMmmmMMmmmMMmmm …




FRAAAAAAAAAAANNKY !


Un fumigène fut envoyé par Kop à une seconde et demie précise des suites de l’annonce du nom susmentionné, sublimant ainsi l’arrivée du héros. La Franky Family faisait montre d’un travail d’équipe exemplaire. L’éponyme mise en scène avait eu son petit effet. Dès l’instant où la grande majorité des citadins avaient pu reconnaître l’habituel fauteur de trouble, ceux-ci ne s’étaient pas gardés de mettre les voiles à vitesse grand V. Pas forcément l’effet attendu par notre bête de foire aux cheveux cyan, en somme. Quoi que tout bien considéré, il valait mieux ne pas se risquer à blesser l’un de ses concitoyens. Passé ce petit moment de réflexion anodin, il était temps pour le fils spirituel de Tom d’entrer véritablement dans le vif du sujet, à savoir trouver, puis envoyer dans le décor, Luffy au Chapeau de Paille.
Haussant ses précieuses lunettes fumées de son nez jusqu'au haut de son front, le hors-la-loi scrutait l’entrée du Dock 1 dans l’espoir de trouver sa cible. La colère prenant le dessus sur la patience légendaire du concerné, celui-ci s’écria d’une voix lourde et menaçante :


" OU TE CACHES TU ...
MUGIWARA ??!! "

Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t639-franky-franky-family-ch
Monkey D. Luffy
avatar
Capitaine Mugiwara

Masculin « Age : 24
« Messages : 1946

» Niveau : 7
» Surnom : Luffy au Chapeau de Paille.
» Akuma no Mi : Gomu Gomu no Mi.
» Rôle / Grade : Capitaine de l'Équipage du Chapeau de Paille.
» Prime : 100.000.000 Berries.

MessageSujet: Re: Vengeances et représailles, le cyborg face à l'élastique !    Jeu 11 Sep 2014 - 16:07

La cohue qui remua les foules flottantes eût tôt fait de donner le ton. Eut-il été de meilleure humeur, Luffy se serait sans doute prêté volontiers au jeu de la débandade, croyant à quelque rituel typique de Water Seven. Hélas, Chapeau de Paille se sentait tout sauf léger à cet instant, aussi ne prit-il cette agitation pour rien d'autre que ce qu'elle était : une vague de panique. La colère en avait bien dominé certains dans un premier temps, mais même les plus vindicatifs des braillards avaient fini par décamper en sentant la tension monter comme une incoercible marée. Quelque chose était sur le point de se passer ici ; quelque chose de foncièrement mauvais et dont ils ne voulaient pas faire les frais. Ce pourquoi on ne pouvait les blâmer tant ils étaient dans le vrai, quand bien même il était encore trop tôt pour en juger.

Les aqueducs se vidèrent de toute trace de vie en l'espace de quelques secondes, pareillement que la grand-place où se bousculaient une respiration auparavant la sollicitude des citoyens et l'avidité de la presse. L'homme-élastique et sa navigatrice furent seuls à en rester coi, victime qu'ils étaient de leur méconnaissance sur la nature de l'événement. S'il s'interrogeât bien sur ce qui avait pu donner le jour à un tel revirement, sa première pensée était pour la circulation qui, soudain fluidifiée, allait leur permettre de faire route vers les locaux. Du moins lorsqu'ils auraient réussi à détacher les yeux de cette représentation inopinée, le manque d'oreille musicale de Mugiwara le menant davantage à se poser des questions sur le choix de la tenue que sur celui de cette musique démodée. La question de la pudeur n'étant, bien sûr, pas au planning de ses préoccupations.

Le temps qu'avait passé la majeure partie du public à gagner la rive par instinct de préservation, le capitaine du Vogue-Merry l'avait employé à s'intéresser moins au spectacle improvisé qu'à son clou personnifié, au personnage plus qu'à son entrée. Sommaire, son esprit n'engrangea que deux faits notables : que l'excentrique susdit avait un sacré déhanché et qu'il était loin de faire l'unanimité. Si pressés qu'aient été les autochtones de libérer l'espace, la tendance encourageait huées et invectives au détriment des vivats. De quoi qu'ait pu se rendre coupable l'insolite énergumène pour s'adjuger une pareille levée de bouclier, il n'avait aucune idée ; le tapage diurne dont il s'était rendu coupable – nonobstant l'offense au bon goût – étant à son sens un chef d'accusation bien léger.

Le tumultueux cours des pensées de Luffy quitta son lit lorsque, se demandant si le baigneur avait préparé d'avance son petit numéro, il envisagea d'en faire de même avec le concours de ses propres nakamas. C'était vrai, quoi ! Si ce type avait le droit de soigner ses entrées, ne devrait-il pas en faire de même en tant que futur Roi des Pirates ?! Hélas, sans savoir pourquoi, il nourrit le soupçon qu'il ne serait pas si facile de les convaincre d'y prendre part ; mais avec de bons arguments ou, à défaut, beaucoup d'insistance... À tout le moins était-il sûr de pouvoir compter sur la participation d'Usopp et Chopper !... En tout cas jusqu'à se remémorer que le premier n'était plus des leurs. L'amertume qu'il eut à le ressasser le ramena sur terre – ou sur flots, dans le cas présent. La plaie n'était plus à vif, mais la cicatrice encore chatouilleuse.

« C'est qui lui ? » finit-il par s'enquérir.

La question n'était en effet toujours pas élucidée – du moins pas pour lui qui n'avait pas écouté un traître mot de son laïus grandiloquent, trop subjugué par ses pas de danse pour y prêter même une fraction de son attention défaillante. Ayant été enjoint à se montrer en personne par ce phénomène de foire à chemise hawaïenne, peut-être était-il temps de lever le voile sur son identité. L'interpeller était un choix pertinent, il fallait le lui concéder ; n'eût-il été personnellement pris à parti, curiosité aidant, qu'il aurait aussi bien pu continuer sa route sans plus s'en soucier. Par bonheur, Nami était une élève plus attentive que lui et n'avait à ce titre pas perdu une miette de son soliloque – ce qui justifiait la pointe d'anxiété qui avait envahi ses traits. N'en tenant nul compte, Chapeau de Paille sentit le ressentiment gonfler en lui et forcer les portes fragiles de sa tempérance.

« Quoi ? C'est ce type ?! »

S'il en croyait sa navigatrice – et quelle raison aurait-il eu de ne pas la croire ? -, le tabarin n'était autre que le tristement célèbre Franky. Un nom qui ne sonnait que trop familièrement à ses oreilles et réveillait en lui une rancoeur qui aurait bien mieux fait de rester scellée à jamais. La mémoire de Luffy avait maintes fois prouvé être sélective, en particulier s'agissant des individus, mais c'était ici un patronyme qu'il ne risquait pas d'oublier. Car dès lors que tout ce qu'il savait de l'individu lui fût revenu avec une limpidité presque douloureuse, tout ce qui était allé de travers dans sa vie et celle de son équipage au cours de ces derniers jours vint s'ajouter au dossier. Oh, certes, tout lui mettre sur le dos aurait été hypocrite, mais n'était-ce pas par lui et les vermines qui oeuvraient en son nom que tout avait commencé ?

Le verdict rendu quant à l'avenir de Merry avait été déterminant dans la rébellion du sniper, mais aurait-il été aussi virulent s'il ne s'était d'abord fait dépouiller ? Toutes ces fois où Luffy avait senti son coeur se serrer en voyant de près les plaies de son ancien ami, c'était à lui et à ses hommes qu'il les devait... Et à l'aune de la vindicte populaire dont il faisait l'objet, personne n'irait s'en plaindre s'il lui mettait une raclée. Oui, c'était comme ça que les choses se passaient, d'habitude : Mugiwara flanque une dérouillée au fauteur de troubles, et tout rentre dans l'ordre. Pourquoi ne serait-ce pas le cas encore une fois ? Cette réflexion qui ne lui ressemblait guère s'arrêta là, la colère qui bouillait dans ses veines l'empêchant de la mener plus avant. Non, il n'était tout compte fait pas utile de voir aussi loin. Il est parfois simplement bon de trouver un coupable... Et de lui faire payer.

« EH ! CALBUTE ! »

La cartographe qui partageait son embarcation aurait pu tenter de l'en dissuader des heures durant à corps et à cris que ça n'aurait rien changé au résultat. Maintenant qu'il l'avait sous les yeux, sous la main, ça ne pouvait pas finir autrement, il le sentait jusque dans les tripes – et en était fort aise, à la vérité. A travers lui, le balafré escomptait atteindre son exutoire, se libérer du poids des remords et de la peine. Mis en sourdine jusque là, le besoin qu'il avait de se défouler avait sagement attendu son heure mais venait de connaître une telle poussée de croissance qu'il ne pouvait plus l'ignorer en aucune façon. De même qu'une mauvaise boisson vous laisse un goût déplaisant, le duel contre son canonnier lui était resté en travers de la gorge. Ce n'était qu'en buvant autre chose qu'il pourrait en supplanter la saveur – qu'en écrasant ses poings sur le visage de quelqu'un d'autre. Et quel meilleur candidat que celui-là ? Par ailleurs, même s'il ne faisait depuis plus partie de sa compagnie, Usopp en était encore membre au moment où ce guignol en slip s'en était pris à lui. Or, tous ceux ayant un jour voyagé avec lui vous le diront : le capitaine fait une affaire personnelle de donner des regrets à ceux qui blessent ses compagnons. Les phalanges saillantes de ses poings serrés n'en étaient qu'une promesse trop impatiente d'être tenue. Les traits durcis par une rage aveuglante, il monta encore d'un ton, s'y sentant presque obligé pour ne pas exploser.

« LUFFY AU CHAPEAU DE PAILLE... C'EST MOI !! »



« So, you don't like to get hit, huh ? Well, you're about to have a very bad day. »



Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t500-monkey-d-luffy-equipage
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Vengeances et représailles, le cyborg face à l'élastique !    Jeu 11 Sep 2014 - 22:45

Situés dans les quartiers bondés de gens qui voulaient avoir des infos sur la tragédie subie par le maire de la ville, Iceburg, Michaël et Hoichaël se dandinaient en plein milieu. Ils cherchaient à se faire une place sur le devant pour frapper les journalistes sans éveiller les soupçons, le plan était de se cacher derrière le premier rang de la foule et d'accuser un monsieur ou une madame à l'air suspect. L'inarrêtable duo avait tout prévu ou presque car rapidement, une présence familière...ou pas attira leur attention, bien loin mais pas trop ! C'était leur modèle, leur idole et même l'icone de tout un peuple ! La petite musique d'introduction ne trompait pas, de même que les silhouettes qui l'accompagnaient dans son rythme endiablé. Aaaah, si les deux chenapans avaient eu quelques années de plus, ils auraient bien fait leur affaire à ces deux belles plantes qui ne demandaient qu'à être cueillies dans la fleur de l'âge ... Mais oui, c'était le grand FRAAAAAAAAAAAAAAAAANNNNKYYYY ! Et c'est sans plus faire attention à leur stratagème machiavélique que les deux boss ad interim imitaient le héros de Water Seven dans une danse pas trop synchro. Ils pouvaient au moins se cacher derrière l'excuse qu'ils n'étaient déjà pas doués pour retenir leurs leçons à l'école, alors les pas de danse de l'aniki fallait pas trop en demander non plus ... Au moins, ils y mettaient de la bonne volonté et participaient à la fête à leur manière. Déçu de la réaction des pauvres gens autour d'eux, Michael cracha sur la valise d'un petit employé de bureau qui huait Franky. Quant à Hoichael, il régla son compte à un adolescent pas trop dans l'ambiance qui refusait de scander le nom du hentai le plus cool qu'il connaisse !

"SSSSUUUUUUUUUUUUPPPPEEEEEEEEEERRRR !!!", crièrent-ils à l'unisson en imitant la pose de la loutre sophistiquée.

Toute cette journée aurait été parfaite si un drôle de gosse n'était pas venu perturber l'entrée en scène des deux bras-droits de Franky. Eux, ils s'apprêtaient déjà à monter les remparts pour lui demander de les recruter entre deux signatures d'autographes. Mais l'attention se portait plutôt sur un gringalet qui portait un chapeau de paille. Encore un gars de la cambrousse qui s'était perdu et allait vite regagner le cimetière pour avoir cherché des crosses à l'aniki ! Rapprochés des canaux pour mieux voir la scène, les deux fauteurs de trouble acclamèrent leur héros. Si bagarre il devait y avoir, on connaissait déjà le nom du vainqueur.

"Refais-lui le portrait, Aniki ! Montre-lui ce que hentai veut dire !, crièrent-ils encore, tout animés par ce qui se passait là.
Revenir en haut Aller en bas
Fils
avatar
Nouveau/Nouvelle
Masculin « Messages : 190

» Niveau : 9
» Surnom : Aniki
» Rôle / Grade : Chef de la Franky Family

MessageSujet: Re: Vengeances et représailles, le cyborg face à l'élastique !    Lun 15 Sep 2014 - 14:27




" Alors c’est toi, Mugiwara no Luffy … ! "



L’hentai fixait son vis-à-vis d’un œil acariâtre, si son arsenal lui permettait de faire feu sur son adversaire à la force de ses yeux, nul doute que ce dernier serait en train de gire à même le sol, fusillé du regard. Il convenait cependant de soigner ses entrées, et si sa venue avait été réussie, l’entame de la rixe se devait de converger en ce sens.
Toujours perché du haut de son pont, Franky avait une vue d’ensemble sur le futur champ de bataille, et bien qu’habitué des lieux, cela constituait un avantage dans le cas où son opposant aurait pris la tangente, de peur de se frotter au fabuleux protecteur de Water Seven. Chapeau de Paille pensa différemment - sans exclure un éventuel sentiment de peur bien que difficile à déceler -, et décida de rester en plus de se manifester en faisant vibrer ses cordes vocales. Le pirate semblait effectivement énervé, mais s’il l’était, quel devait être l’état du hors-la-loi, à qui on avait rossé la famille et détruit l’habitation ?

L’animation musicale reprit l’espace de quelques instants, le temps d’un échauffement sommaire avant de se lancer corps et âme dans la bataille. Le rythme dans la peau, l’Aniki prit sa coutumière posture de fente sur le côté, et frappa habilement un pied puis le second de sorte à accompagner le loufoque duo mélodieux de Tamagon et Zambai, amenant la basse. Les bras –comprendre également ceux de Mozu et Kiwi, postés vers le bas derrière le corps, étirant de fait toute la chaîne musculaire des épaules et des bras. Outre les punchlines, ses punchs devaient faire mal dans le combat. Sans omettre l’indispensable craquement de nuque, signe d’une affection notable badass.


" OÏ OÏ, p’tit gars ! Tu t’es bien amusé quand j’étais pas là …
Imagine ma surprise quand j’ai vu ma maison complétement démoli … !
Et mes hommes … qui mordaient la poussière dans leurs petits cratères !!


*Penche son corps vers l’avant en croisant ses bras comme une croix, commence à afficher quelques veines au niveau de son front tout en haussant le ton.

Grosse erreur petit ! Grosse erreur … !
Je ne peux pas le pardonner, pas tant que je ne t’aurai pas expédié loin de cette cité !
AW ! AW !
Tu veux ton argent ... ?! Viens le réclamer !! J’ai tout dépensé, mais il doit bien me rester quelques coups de lattes à te caler dans l’gosier !! "



Ce qui devait être dit avait été dit, ni plus ni moins. Peut-être un peu plus, car comme à l’ordinaire, il était question de soigner sa façon de paraître auprès de ses nombreux spectateurs, et de sa prochaine victime, en l’occurrence Luffy au Chapeau de Paille, qui attendait quelques mètres plus bas, assis dans sa barque, prêt à en découdre. Si le susmentionné avait à répondre de ses atroces crimes envers la famille de l’Aniki, ce dernier lui accorda au moins le mérite d’être pourvu d’une audace manifeste. Trait de personnalité apprécié par le cyborg, trop habitué à se coltiner le peï prenant ses jambes à son cou. L’échange était prometteur en ce sens même si le tout serait bien vite expédié, compte tenu des attributs cybernétiques, alors inconnus aux yeux de son ennemi, qui rendaient l’intéressé sûr de lui.

Réglée comme du papier à musique, l’entame d’un combat du jeune éphèbe aux lunettes fumées était en plus très fantasmagorique, l’abondante foule de fan savait, s’éloignant au plus vite de façon à mieux guetter et profiter du spectacle. Cutty Flam était sur le point de mettre le feu à la scène, à défaut de le mettre aux poudres. De postures étranges en étranges postures, le dernier nommé plia quelque peu ses deux genoux, puis disposa ses deux bras le long de son corps, paumes vers le ciel et avant-bras relevés à la perpendiculaire. Perpétuellement imité par ses deux petites célibataires, ils inspirèrent tous trois une grosse bouffée d’air tout en bombant le torse. Puis là où Mozu et Kiwi expirèrent d’un coup l’air ingurgité en prenant des poses d'aviatrices, l’Aniki recracha une salve de flamme intense. Laquelle étant permise grâce à un ingénieux système alliant combustible et dioxygène, d’où l’inspiration forcée précédemment effectuée par notre héros.




FRESH FIRE !


La détonation fut grandiose, pareillement à la vitesse des flammes orangées, happant l’espace jusqu’à atteindre la cible visée. Quelques morceaux du pont virevoltèrent en éclats devant la force et la chaleur de la technique, l’on pouvait entendre geindre Schollzo au côté de l’orchestre, victime d’une cendre incandescente tombée sur son arrière train.
Sous les yeux ébahis de la plèbe, et non sans afficher un petit rictus synonyme de satisfaction, le fils spirituel de Tom plongea dans l’eau à la suite de sa technique, caché par son jet de feu. S’il avait en effet travaillé ce premier coup de semonce, il s’agissait ensuite de garder un contrôle sur le combat, en alliant efficacement surprises, techniques originales et puissance. Tel le requin et son aileron, Franky et sa mèche évoluait aisément à travers l’eau, prêt à surprendre son rival à tout moment.



'Actions de combat':
 
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t639-franky-franky-family-ch
Monkey D. Luffy
avatar
Capitaine Mugiwara

Masculin « Age : 24
« Messages : 1946

» Niveau : 7
» Surnom : Luffy au Chapeau de Paille.
» Akuma no Mi : Gomu Gomu no Mi.
» Rôle / Grade : Capitaine de l'Équipage du Chapeau de Paille.
» Prime : 100.000.000 Berries.

MessageSujet: Re: Vengeances et représailles, le cyborg face à l'élastique !    Lun 15 Sep 2014 - 21:19


Déjà, Nami s'agrippait à son bras pour tenter de le retenir, mais il s'en dégagea d'une saccade. Si la seule vue du guignol en slip, de savoir qui il était aurait amplement suffi à raviver les braises de son animosité, les provocations dont ils le régalaient jetaient assez d'essence sur le feu pour que même la Cité Aquatique ait à craindre l'incendie. Non, il ne reprendrait pas son calme. Pas avant d'avoir obtenu ce qu'il voulait, comme à chaque fois que son énervement se portait à de tels sommets. Et ce qu'il voulait, c'était lui rendre la monnaie de sa pièce – quelle qu'en soit l'ironie dans le cas présent. Décimer ses hommes de main, mettre en pièces son quartier général l'avait peut-être passablement soulagé sur le moment, mais ce n'était qu'une mise en bouche. Rien ne valait de punir le vrai fautif, et il l'avait enfin devant lui. Alors comme ça, il était venu le chercher ? Tant mieux ! Il n'aurait pas à le faire lui-même ! Ce n'était bien que parce qu'on l'en avait défendu qu'il n'avait pas retourné le tout-Water Seven pour le débusquer...

D'un geste brusque, il abattit son pied sur le bastingage de leur gondole dérisoire, forçant le Yagara à donner du collier pour ne pas les voir chavirer. Sa main droite fila à la rencontre de son épaule du côté opposé et la soumit à une vive pression jusqu'à entendre l'articulation craquer sous ses doigts, prête à l'emploi. Aussi caoutchouteux qu'il soit, et donc exempté des malheurs dont la menace pèse au-dessus de la tête de tout athlète, il n'en gagnait pas moins en performances pourvu qu'il prenne le temps de s'échauffer. Or, il s'en serait voulu de n'être pas en mesure d'user de sa pleine puissance dans le feu de l'action alors que celui qu'il avait le plus envie de dérouiller ces jours-ci (sans pouvoir se douter de combien le terme y était adapté) était enfin à sa portée. Si la dernière lointaine parcelle de son esprit à être encore lucide lui rappelait de prendre garde aux civils, c'était bien tout ce qui lui importait encore. Le sang pulsait à ses oreilles.

« Tu tombes bien ! J'avais justement envie de te refaire le portrait ! »

Inconscient par nature, Chapeau de Paille aurait toutefois été plus attentif à son environnement s'il avait pu sauver de la noyade dans la mer de la férocité un semblant de contenance. Au milieu d'une étendue aqueuse, entouré par des innocents à commencer par sa navigatrice – quand bien même la plupart des badauds étaient partis se cacher aussi vite que l'un de ses ex-camarades à l'approche du danger -, il n'était pas dans une position idéale. Ce qui toutefois n'aurait pas changé quelle que soit la clarté de ses pensées, pour le peu qu'il en avait, était qu'il ne se serait pas laissé arrêter par si peu quoi qu'il en soit. Le natif de Fuschia était homme de parole, attaché depuis l'enfance à ce concept de promesse d'homme – de vrai. Celle établie avec Shanks en était le meilleure exemple, même si la plus prompte à être faite ces jours-ci était celle d'une raclée en règle. Engagement qu'il avait jusque là toujours respecté, chacun de ses nakamas pouvait personnellement en attester. Ce « Franky » où qui qu'il puisse être ne romprait pas la chaîne.

« Rien à foutre de l'argent. »


« AMÈNE-TOI ! »

Leurs économies envolées étaient certes vitales à la poursuite de leur périple, mais il avait bien trop de choses à penser que pour s'en soucier dans l'immédiat. Du moins était-ce le cas avant que place nette ne soit faite dans sa tête, laquelle n'était dorénavant plus habitée que par une rage renouvelée qu'il se languissait d'épancher. La seule chose à demeurer d'une clarté absolue, d'une évidence sans nuance dans le camaïeux de rouge qu'il voyait – et « pensait » – étaient les raisons qu'il avait de lui en vouloir, et le racket n'en faisait pas partie, si ce n'est pour le sort infligé à celui qui en avait été la victime. Ce n'était qu'une goutte d'eau de plus dans l'océan sans fond des griefs qu'il adressait à son interlocuteur, pulpe sanguinolente en sursis. Il n'en fallait certes pas tant que cela pour se le mettre à dos quand on joue le rôle du sale type de service – encore qu'il faille déjà avoir raison de sa bonne humeur pour cela – mais rien n'y parvenait plus sûrement que de lever la main sur l'un de ses amis, sa famille.

Car si le maître-nageur des bas-quartiers qu'il avait en face de lui lui reprochait de s'en être pris aux siens, il avait tiré le mauvais numéro, car nul plus que Luffy n'aurait été à même de lui renvoyer la balle à ce sujet. L'homme-élastique n'avait que deux frères, c'était un fait entendu, mais ils étaient à eux seuls la garantie que cela ne transitait pas seulement par le sang. Ce curieux parallèle entre eux ne manquerait pas de rendre ce règlement de comptes plus explosif qu'il ne s'annonçait déjà, l'un et l'autre étant on ne peut plus persuadés d'être dans leur bon droit. Cependant, et ce même s'il avait été dans les bonnes dispositions pour argumenter, le petit-fils de Garp n'aurait pas trouvé mieux à répondre que ce à quoi tenait pour lui cette confrontation : c'est lui qui a commencé. Le poing serré, aux phalanges blanchies de crispation qu'il lui gardait de côté renfermait ce message en son sein, et il comptait bien le faire passer. Pour Usopp mais aussi pour lui, et pour tout le mal qu'il leur avait fait.

La rancoeur qu'il lui vouait ne l'aveuglait toutefois pas assez pour ne pas remarquer que l'animal – sans vouloir insulter Chopper – mijotait quelque chose quand il aspira l'air à pleins poumons. Sans la vigilance que cela avait réveillé en lui, peut-être ne s'en serait-il pas tiré à si bon compte. Lorsque la rougeur orangée des flammes saillit dans sa direction, la main de Luffy s'en était déjà allée se lier avec la berge, propulsée dans l'urgence pour lui offrir l'échappatoire dont il avait deviné qu'il aurait besoin. Les ongles de sa jumelle se plantèrent quant à eux dans le bois humide de leur embarcation, une rapide contraction de son bras étiré lui permettant de se sortir – ainsi que Yagara et Nami – de la trajectoire de cette traînée ardente en l'entraînant dans son sillage. Cela ne s'était joué qu'à peu de choses, tant et si bien qu'il percevait encore la chaleur du feu sur sa peau. Une seconde de plus et il sentait le caoutchouc brûlé...

« Il crache du feu ? C'est quoi ce délire ?! »

Coinçant le bord de son auguste couvre-chef entre deux doigts et l'inclinant pour s'assurer que lui non plus n'avait pas flambé dans la manoeuvre, le nuage de vapeur suscité par le choc des éléments l'empêchant de toute façon d'y voir clair, il fût pris au dépourvu une nouvelle fois en voyant le corps massif du bandit fondre droit sur lui... Et tomber à la flotte. Les traits de Luffy, jusque là figé en un masque hostile et menaçant, se détendirent sous l'effet de l'incompréhension. Avait-il mal calculé son coup ? Le fils de Dragon ne voyait pas d'autre explication, encore moins après la démonstration à laquelle il les avait conviés contre leur gré. Si c'était bien le pouvoir d'un Fruit du Démon – et il ne pouvait s'agir d'autre chose, aussi curieux que ce soit pour qui savait que le pouvoir de mettre le feu était déjà attribué -, il n'aurait pu plus mal tomber, et c'était le cas de le dire. Tant de bruit pour au final se saborder lui-même... Qu'est-ce que c'était que ce mariole ?

« Qu'est-ce qu'il fout, cet enfoiré ?... »

À peine le vainqueur hypothétique de ce combat qui n'avait pas eu lieu se fût-il penché de côté pour scruter la surface de l'eau que son adversaire, loin d'être neutralisé, eut la politesse de donner signe de vie – et quel signe ! Si menue que soit leur barque, jamais il n'aurait pensé la voir voler en milles morceaux sous l'impact d'un seul coup de poing, encore moins sous-marin. Projeté dans les airs, le capitaine du Vogue-Merry en restait sous le choc, incrédule : comment avait-il fait pour survivre en ayant bu la tasse ? À chaque fois que lui-même tombait à l'eau, et si rapides que soient devenus ses compagnons à l'en extraire à force d'habitude, il lui fallait bien compter plusieurs minutes pour que ses esprits lui reviennent, davantage pour ses forces. Être en contact avec l'eau suffisait à mettre un utilisateur d'Akuma no Mi en position de faiblesse face à n'importe qui. Être immergé des pieds à la tête était ce qu'il y avait de pire. Alors comment ?!...

« Gomu Gomu no... ! » s'exclama-t-il, armant le bras sans délai.

Pas le temps pour les questions ! Franky était encore une menace, et c'était à lui qu'il incombait d'y mettre un terme. Il serait toujours temps de tirer cela au clair une fois qu'il en aurait fini avec lui, si tant est qu'il en reste quoi que ce soit. Ils ne seraient peut-être pas à armes égales comme il en avait acquis la certitude en le voyant jouer au cracheur de feu, mais ce n'était pas ce qui lui ferait changer d'avis quant au fait de lui faire manger le sol. Bien qu'il n'ait pas encore touché terre – ou eau dans le pire des cas -, l'heure de la contre-attaque avait sonné. Force lui était d'avouer que c'était lors de ces moments-là qu'il appréciait le plus ses dons à leur juste valeur. Le nombre de mètres d'altitude qui les séparaient n'existaient pas pour lui : la portée n'était pas un problème. Ce qui, à cet instant, l'obnubilait par-dessus tout était de donner autant qu'il recevait, de rendre coup pour coup. Pour ce qui était de l'atterrissage, il n'aurait qu'à s'en inquiéter plus tard...

Quand le premier sang aurait coulé.


So Elastic:
 


« So, you don't like to get hit, huh ? Well, you're about to have a very bad day. »



Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t500-monkey-d-luffy-equipage
Fils
avatar
Nouveau/Nouvelle
Masculin « Messages : 190

» Niveau : 9
» Surnom : Aniki
» Rôle / Grade : Chef de la Franky Family

MessageSujet: Re: Vengeances et représailles, le cyborg face à l'élastique !    Mer 17 Sep 2014 - 21:29

La supercherie eut son petit effet. A peine rentré dans l’eau, le cyborg s'était dirigé à vive allure en direction de l’embarcation du capitaine et de sa comparse afin de montrer qu’il était maître en l’activité de désosseur. Un coup de poing puissant et précis eut raison de la barque, la cassant littéralement en deux et propulsant de fait leur deux occupants dans les airs. Le Yagara s’en souviendrait, à n’en pas douter. Franky prit appui sur une des rognures flottantes avant de monter dessus tandis que son adversaire, sous l’euphorie, amorça ce qui ressemblait le plus à une attaque, compte tenu de la position –bien qu’inconfortable, offensive adoptée et des syllabes prononcées.


" J’ai eu vent de ce que tu savais faire … ! "



Solide sur ses pieds dénudés, l’Aniki fléchit ses jambes de sorte à abaisser son centre de gravité, puis pointa son bras droit en direction de sa cible, alors toujours en train de choir en direction des eaux et sur le point d’envoyer à son tour sa technique. L’effet de surprise et la rapidité d’exécution du slibard prirent le dessus, et en l’espace de quelques secondes, le poing serré du dernier nommé fut catapulté à une vitesse inouïe.


STRONG RIGHT !!!



Séparé par le reste de son corps par une chaîne, le poing percuta avec panache le ventre de Mugiwara, l’envoyant par conséquent voguer vers de meilleurs cieux, et à fortiori sur la colossale entrée du Dock 1, endroit où il stoppa sa course contre la lumière. Le choc produit, la main du cyborg fendit de nouveau l’espace, cette fois ci à l’inverse, pour retrouver le reste de son bras.

Si Cutty Flam avait pu prendre par surprise son opposant tout en ne l’étant pas, il le devait à sa famille, et plus précisément à ses petits frères chargés de zoner en ville à la recherche d’un navire isolé, d’une bagarre à amorcée ou d’un pirate loin d’être endetté. Le chasseur avait trouvé sa proie, en la raison d’un petit groupe de jeunes pirates, pas des plus imposants, qui venaient de sortir du bureau de change, 300 millions de Berrys en main. La nouvelle fût colportée rapidement au chef de la bande, lequel trouvait le fait bien étrange, et d’autant plus lorsqu'on lui rapporta les habiletés élastiques du garçon au chapeau de paille, qui avait bel et bien allongé son bras de plusieurs mètres pour récupérer une valise tombée à l’eau.
L’imbroglio prit fin, dès lors que Zambai rapporta deux valises à la Franky House, contenant réellement 200 millions de Berrys. Ses informateurs ne divaguaient pas, pas plus qu’ils n’étaient sous l’emprise d’une boisson aux effets délirants. En l’homme qu’il était, Franky ne manquerait l'occasion de s'excuser pour ces fausses accusations, larmes aux yeux et Cola en main. Ce dernier reconsidéra donc le numéro du bras qui s’étire avec davantage de sérieux, allant jusqu'à juger que Luffy était le détenteur des pouvoirs d’un des fameux fruits du démon. Et le détenteur du Battlepants plus qu’un autre savait qu’il était judicieux à plus d’un titre de se méfier des individus capable de modifier, déformer leur propre corps. L’ennemi numéro 1 de la Franky Family l’apprenait présentement à ses dépens, face à celui qui s’était cybernétiquement modifié. Arborant son sourire endémique, celui qui venait de prendre le dessus sur le duel s’exprima devant l’air ahuri de sa victime.


" Ne me prend pas pour un de ces mangeurs d’Akuma no Mi, j’ai pas besoin de ça pour te foutre au tapis !
Oh je vois, tu ne sais pas …
Je vais t’expliquer … "





Le charpentier était revenu sur la terre ferme avant de réaliser son coming out, mais à peine avait-il eut le temps d’avancer de quelques pas et de savourer avec son public une partie de la vengeance octroyée, que les habitants prirent leurs jambes à leurs cous. Impassible devant cette démonstration d’exécration, Zambai vit au loin le désappointement de son grand frère, puis organisa une levée sous forme de barrage impliquant tous les membres présents de la bande de hors-la-loi. Aucun des locaux ne devaient franchir la ligne humaine, et se voyaient même contraints de regagner la scène sous peine de voir leurs enfants pillés et leurs chats tués. Ou l’inverse. Pris de court, Schollzo reçu un coup de canne dans la jambe droite, balayant ainsi le corps entier qui dévala une ruelle aux multiples escaliers, avant de finir sa course au cœur d’un petit cratère isolé. Le maladroit de la bande.
La foule fit donc un retour marqué, entourant les deux protagonistes tout en délimitant le ring dans lequel ils allaient pouvoir continuer leur échange musclé. Le premier coup était pour ses petits frères, la suite lui appartenait désormais et il comptait bien montrer à tous les spectateurs, mais également aux membres de sa famille, ce qui était réservé aux fous qui osaient atteindre l’inégalée renommée du protecteur de Water Seven.

La hargne pouvait se lire dans le regard du susdénommé, intrépide, fougueux, vengeur, il s’élança vers son adversaire, qui semblait tout autant impatient d’en découdre, la bataille tendait plus à être une simple bagarre de rue, tant les deux forcenés rendaient coups pour coups ce qu’ils recevaient avec à chaque fois le plus de force possible. Les secondes suivantes s’enchaînèrent à vive allure, de même que les dommages collatéraux se trouvaient être bien plus nombreux et importants que la populace ne l’acceptait. Or d’un côté, la discrète femme accompagnant Luffy faisait montre d’une force vocale impressionnante en encourageant son compagnon, à défaut de démontrer une force physique. Puis de l’autre, les infatigables Square Sisters chantonnant quelques éloges et refrains célèbres pour soutenir leur Aniki. Tandis que la plèbe, dépassée et irritée par les événements, vilipendaient les deux combattants et scandaient les noms des charpentiers de la Galley-La, comme l’on scanderait l’Ours Randonneur à la rescousse.


* Oï, ces fous leurs bourrent le crane avec ces soi-disant charpentiers … !


L’échauffourée persista encore plusieurs minutes, durant lesquelles bâtisses, instruments et autres engins inhérents aux chantiers dégringolaient sous un tonnerre de fracas. Il y avait eu bien du temps d’écoulé, depuis que le hors-la-loi ne s’était pas engagé à ce point physiquement. Dans un élan belliqueux, le fils de Tom pointa son bras gauche vers celui de Dragon, déboîtant son poignet pour laisser paraître un viseur ainsi qu’un canon. Chapeau de Paille en joue, le mécheux n’eut même pas le temps nécessaire à faire feu, qu’il était déjà projeté avec vigueur dans le décor, victime d’un coup de poing surprise anormalement puissant et rapide mais cependant trop bien connu lors d’altercations antérieurs…


" Galley-la … Qu’est-ce que vous voulez bordel ?! "


Actions de combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t639-franky-franky-family-ch
Monkey D. Luffy
avatar
Capitaine Mugiwara

Masculin « Age : 24
« Messages : 1946

» Niveau : 7
» Surnom : Luffy au Chapeau de Paille.
» Akuma no Mi : Gomu Gomu no Mi.
» Rôle / Grade : Capitaine de l'Équipage du Chapeau de Paille.
» Prime : 100.000.000 Berries.

MessageSujet: Re: Vengeances et représailles, le cyborg face à l'élastique !    Ven 19 Sep 2014 - 9:53

La châtaigne n'atteignit jamais sa cible, et pour cause : elle n'était même pas partie. Le complexe articulaire de l'épaule fût bien mis à contribution comme de coutume, mais n'eût guère la liberté de compléter le rituel. L'inconvénient majeur à n'avoir pas les pieds sur terre – pour l'occasion plus au propre qu'au figuré ! - était de ne pouvoir se réorienter qu'à grande peine, encore moins éviter quoi que ce soit avec son aisance naturelle. Son agilité était impuissante à le sauver, surtout compte tenu de la distance qui le tenait éloigné de tout ce à quoi il aurait pu agripper pour quitter la trajectoire d'une attaque inopportune. Non qu'il y ait eu la tête, de toute façon, l'inconvénient à n'écouter que son courroux étant que passer à l'offensive était la seule chose dont il se préoccupait. Aussi ne put-il rien faire lorsque le poing de Franky fit sécession du reste de son corps pour venir le cueillir au vol, littéralement, seulement pour mieux se réconcilier tout de suite après au moyen de la chaîne qui les unissait encore.

Touchante relation, vraiment, mais que Mugiwara ne put apprécier à sa juste valeur ; ce n'était pas que son souffle qui avait été coupé par ce direct de l'impossible, ses effets également. La violence du choc n'était déjà pas négligeable, mais y ajouter les proportions presque caricaturales des mains du cyborg en faisait de véritables armes de destruction massive. L'une des grandes spécialités de Luffy était que sa résistance n'ait d'égal que sa résilience, un signe distinctif que ses aventures et ceux qui s'étaient frottés à lui n'avaient fait que sublimer au fil du temps. Même si ce n'était l'affaire que de quelques secondes, réussir à le couper dans son élan n'était pas à la portée du premier venu, même déchaîner les forces de la nature n'y suffisant généralement pas – même si dans le cas présent, qu'il en soit resté comme deux ronds de flan avait aussi eu son rôle à jouer. L'approvisionnement en air rationné à la dure par ce premier échange de politesses, Chapeau de Paille alla finir sa course au pied du mur – non sans s'y être d'abord étampé contre son gré.

La ressemblance frappante (!) avec ce qu'il aurait pu ressentir en étant heurté par un bloc de métal lancé à pleine vitesse ne lui avait pas échappé, mais en aucun cas il n'aurait cru être si proche de la vérité. Que sous ses airs de vacancier, il cache assez de force pour non seulement le contrer mais en plus le mettre dans cet état en une seule attaque... Le vaurien n'était pas à sous-estimer, il gagnerait à ne pas – plus – l'oublier. Avec des agitateurs comme lui dans les parages, il n'était guère étonnant que les gars de la Galley-La soient rompus à l'art du combat. La si belle ville de Water Seven serait-elle un vivier à brutes épaisses ? S'il avait encore eu la tête à leurs projets de recrutement, Chapeau de Paille y aurait vu une bonne nouvelle. Encore que s'ils étaient aussi peu recommandables que ce sagouin, il n'en voudrait de toute façon pas à son bord... Même remis de ses émotions, Luffy ne put que poser la main à l'endroit de l'impact pour apaiser la douleur.

« Connard...  Tu vas voir !... »

Être parvenu à un tel résultat, qui plus est avec une arme contondante – car à ce stade le terme d'« arme » était encore le plus adapté – censée le faire partir avec un handicap avait trait au tour de force pur et dur. Haut les coeurs, toutefois : son erreur avait été de s'en servir si tôt. Mugiwara était encore en état de lutter et ne se ferait pas avoir deux fois, ça non ! Le moindre pouce de terrain qu'il céderait à cette infâme crapule serait une défaite personnelle ; par tous les moyens, il ferait en sorte que cela n'arrive plus. Mis face contre terre, c'est dans l'arrogance de la fripouille qu'il puisa la force de se relever prestement pour lui affirmer par les actes qu'ils étaient loin d'en avoir fini – les appels itératifs de Nami n'ayant guère d'autre effet que de lui casser les oreilles, comme s'il ne l'avait point assez senti passer. L'intention était certes louable, mais superflue, n'ayant pas besoin d'elle pour se remettre sur pieds – l'envie farouche de passer ce fameux maillot de bain symbolique par-dessus la mèche azurée qui l'était tout autant y suffisant amplement.

Un cyborg ?... Ça expliquait effectivement bien des choses. Des choses que - pour une fois - le fils de Dragon pouvait comprendre sans qu'on ait à le lui expliquer jusqu'à ce que ça rentre. Avoir fait les frais de cette condition semi-mécanique suffisait à prouver qu'elle rendait Franky plus redoutable qu'un humain lambda, certes, mais ne disait pas dans quelle mesure. Toutefois, ce genre de concept était de ceux que Luffy aurait spontanément trouvé « trop cool » s'il avait été moins maussade qu'à ce moment et moins enclin à faire don d'un ravalement de façade au concerné. Non, en savoir plus ne l'avancerait à rien. Le plus simple était encore de l'assimiler à un robot, à l'instar des versions jouets qu'il avait étant petit. Or, plusieurs de ceux-ci reposant en paix – et en pièces – dans un trou creusé au fond du jardin de Dadan par ses bons soins, il pouvait être certain d'une chose : même les androïdes ne sont pas indestructibles.

« Un cyborg, hein ?... Et alors ?! C'est pas ça qui va m'empêcher de te dégommer !! »

Bien qu'il eût assez récupéré pour sauter sur ses pieds s'il l'avait voulu, le natif de Fuschia fit une escale agenouillée avant de retrouver la station debout, saisissant par le filin qui lui permettait de le porter autour du cou son caloquet porte-bonheur envolé dans le feu de l'action. Sitôt celui-ci remis en place, il reprit une posture de garde, ayant toutefois jugé bon de ne pas le remettre sur sa tête. Si c'était pour qu'il en soit expulsé à nouveau dans les secondes qui suivraient, mieux valait qu'il reste en sécurité – en particulier si l'homme-machine cachait sous sa chemise d'autres expressions de sa passion pyrotechnique. On leur fit de la place pour la seconde fois, les locaux prenant le large aussi vite que leurs jambes le leur permettaient, abandonnant derrière eux tout ce qui aurait pu retarder leur exode. Tout le ridicule étant qu'alors qu'ils se battaient, se marchaient dessus – parfois au sens propre - pour être les premiers à se mettre hors de danger, la plupart ne demandaient qu'à en épier la suite. Fascination malsaine et curiosité mal placée : la nature humaine exposée.

Sans plus s'en inquiéter, l'homme qui valait cent millions de berries s'en alla en guerre, poussant ce qui ressemblait moins à un cri de guerre qu'à un féroce rugissement. S'ils voulaient s'éterniser, aux badauds d'assurer leur propre protection. Lui n'aurait pas la possibilité de s'en soucier s'il voulait pouvoir donner tout ce qu'il avait. De son côté, la seule pour laquelle il s'en faisait n'était autre que sa navigatrice – autant dire que pour savoir que jouer la fille de l'air n'était chez elle pas loin d'une seconde nature, il n'avait pas à s'en faire. Oubliant tout le reste, à commencer par la préservation des bâtiments qui n'avait de toute façon jamais trop fait partie de ses centres d'intérêt, il se jeta sur son adversaire pour entamer une lutte acharnée. Si lourdement blindé qu'il soit, pouvoir lui rentrer dans le lard était une joie en soi. Pour avoir affronté des ennemis capables de se rendre intangibles, le capitaine du Vogue-Merry avait dû se faire à l'idée que ça ne marchait pas à chaque fois – et n'en savourait que davantage quand on lui évitait cette frustration.

À mesure que cette joute sans merci se perpétuait, emportant dans sa frénésie bâtiments et navires en construction, Mugiwara fut bien obligé de réaliser que l'apparence humaine qu'arborait Franky n'était qu'un trompe-l’œil. S'il n'avait pas pu l'atteindre partout – le caïd local s'étant, entre autres, assuré qu'il ne passe pas dans son dos même au plus fort de la bataille –, chaque attaque qui portait n'était que l'occasion de se rappeler ce que lui avait fait de se cogner l'orteil contre les haltères que Zoro avait laissé traîner. Son ire et l'adrénaline qu'elle lui injectait à doses de cheval l'empêchaient pour l'instant d'en ressentir les effets, mais il ne serait pas surpris de trouver ses poings en sang au terme de ce pugilat effréné. Le souffle écourté par les minutes qu'ils venaient de passer à s'étriller à tour de rôle, Luffy marqua une pause pour s'épousseter, chassant de ses habits poussière, plâtre et gravats qui s'y étaient déposés en abondance. Il était loin d'avoir abandonné. Ça prendrait le temps qu'il faudrait, mais il finirait bien par l'étaler !...

« Bouge pas... Je vais te botter le cul dans une seconde ! »

Que ce ne soit encore fait n'était pas faute d'avoir essayé ! Le champ de ruines en lequel ils avaient transformé le Dock 1 était là pour en attester. Il n'était, depuis un moment déjà, plus nécessaire de solliciter les témoins de la scène pour définir les limites de leur arène, les décombres qu'ils avaient semé étant là pour s'en charger désormais – présentant quant à eux le net avantage de ne faire plus de boucan que celui de leur effondrement. Pantelant mais fort d'une résolution irréductible, le frère d'Ace n'attendait que de trouver son second souffle pour y retourner. Même si l'équivalent de mois de travail acharné gisait autour d'eux en amas de débris, ce n'était pas de les avoir démoli qui allait le soulager, n'arriver « qu'à » ça l'incitant au contraire à redoubler d'efforts pour mieux y arriver. Il s'élança une nouvelle fois quand la racaille qu'il avait pour adversaire le mit en joue, lui confirmant avoir encore plus d'une carte à jouer. Quant à savoir laquelle, il n'attendrait pas pour le savoir !

« Gomu Gomu no... Eh ? »

Ayant pris le parti de courir en zigzag pour se préparer à esquiver ce qu'il devinait sans mal être un projectile, quelle qu'en soit l'utilité, l'enfant d'East Blue s'était toutefois ménagé assez d'espace pour préparer la riposte de circonstance. La loi du Talion ayant depuis le début couvé l'affrontement de son regard aimant, il eût été aussi dommage que décevant d'y faillir maintenant. C'était cette fois sa jambe qui s'était portée volontaire pour donner la charge, mais à peine lui laissa-t-on la latitude de la lever avant de l'envoyer dans le décor pour la énième fois de la journée. À croire que l'on espérait les voir fusionner... Encore réticent à ne faire qu'un avec les poutres et planches qui sur lui s'étaient écroulées, le garçon-caoutchouc dut se débattre pour sortir la tête des débris, passablement coincé dans un baril lui-même à demi brisé. Remis en liberté, il chercha à comprendre ce qui s'était passé, Franky étant pour le coup étranger au numéro de voltige qu'il venait de monter.

Dire que la réponse n'allait pas lui plaire était encore loin de la vérité...


So Elastic:
 


« So, you don't like to get hit, huh ? Well, you're about to have a very bad day. »



Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t500-monkey-d-luffy-equipage
PasRob Lucci
avatar
CP9

« Messages : 3

» Niveau : 6.
» Surnom : L'exécuteur.
» Akuma no Mi : Neko Neko no Mi, modèle Léopard.
» Rôle / Grade : Assassin, CP9.

MessageSujet: Re: Vengeances et représailles, le cyborg face à l'élastique !    Jeu 25 Sep 2014 - 13:25

En marge des révélations fournies par Iceburg, le gratin de la Galley-La s'était érigé en protecteur du dernier nommé, comme un seul homme. Branle-bas de combat décrété et déjà le quintet de choc prenait-il la direction de l'affrontement dont venait de les informer un camarade et collègue. Non content d'être l'instigateur de cette tentative d'assassinat sur laquelle ils mettraient un point d'honneur à faire la lumière, Monkey D. Luffy était occupé à chercher des crosses à Franky, à proximité des chantiers principaux. Chassez le naturel et il revient au galop, comme quoi on ne pouvait décemment pas se fier à pareille engeance. À la tête du cortège expéditif, on retrouvait Paulie, lequel se faisait fort d'inculquer quelques bonnes manières au susnommé pirate. Mordillant son cigare avec plus de nervosité qu'à l'accoutumée, l'amateur de jeux d'argent ne contenait même pas sa rage, ses pairs pouvant sentir combien son sang bouillonnant réclamait réparation. Un comble pour un charpentier. Tileston et Lulu, quant à eux, étaient tout autant sur le pied de guerre, se saisissant de leurs armes de prédilection au passage. Il faut croire que le plus grand de la bande avait saisi la solennité de l'instant présent, tant il se faisait compendieux là où on le connaissait plus gueulard et bavard en temps normal. Une réalité à laquelle n'échappait pas Kaku, lui qui fut le premier à rencontrer Mugiwara et ses subalternes. Complétant le groupe d'élite de la compagnie, Lucci avançait d'un pas rapide et décidé, tête haute et sourcils froncés en permanence. L'expression fermée qu'on pouvait lire sur son visage ne changeait pas tant de l'habitude, si ce n'est via l'inclinaison plus marquée de ses lèvres, laissant présager l'étendue de sa colère. Du moins, pour quiconque aurait ressenti l'étonnant besoin d'en avoir la confirmation... En la cité aquatique, il était pour ainsi dire programmatique de faire corps avec ce maire tant aimé par ses concitoyens que nul ne pouvait rester les bras croisés lorsqu'on s'en prenait à lui. La tension était palpable, au dehors. Au fond, quand bien même il n'en montrait rien, Lucci appréciait particulièrement cette atmosphère, ô combien propice à jeter tant et plus de poudre aux yeux de cette populace aveugle. Car c'est davantage au nom de sa mission qu'il agissait, laissant les considérations de son identité secrète à la cave pour le bon déroulement de ses prérogatives. Par ailleurs, son fidèle Hattori ne se chargeait-il pas d'exprimer ce qui devait l'être ? Poser la question, c'était y répondre.

Arpentant les quelques ruelles qui séparaient le bâtiment administratif des abords des docks, les gardiens de la cité eurent tôt fait de rallier le champ de bataille improvisé, ne faisant que peu de cas des dégâts observés ça et là. Le même sentiment prévalait quant à l'attroupement, prévisible s'il en était. Pour les badauds toujours avides de spectacle et de bastons rondement menées par leurs idoles, l'essentiel était ailleurs. Animée d'une volition commune, Water Seven s'opposait aux béotiens qui avaient eu l'audace d'attenter à la vie de l'ancien disciple de Tom. Tandis qu'elle ouvrait un chemin à ses héros, en guise de haie d'honneur improvisée, la foule exhorta ces derniers à l'ingérence la plus immédiate, ainsi qu'à ne faire montre d'aucune pitié. Les regards noirs des uns faisaient écho aux cris, encouragements et acclamations des autres. Sans l'ombre d'un doute, tous étaient au point focal d'un gros évènement. Bien plus gros qu'ils ne pouvaient le concevoir, cependant. Quelque part en lui, Lucci s'en pourléchait les babines, en bon prédateur. Certes, c'était davantage la perspective de voir le bout du tunnel qui l'animait, mais rien ne l'empêchait de se dérouiller...en dérouillant le nabot au chapeau de paille. Franky ne l'intéressait pas ou si peu, quand bien même le cyborg avait déjà retenu l'attention des agents du CP9 en diverses occasions. Son passé était entouré d'un voile d'ombres, sans pour autant qu'il n'eût lieu d'y voir anguille sous roche. De son côté, Lulu s'était chargé de placer les premières banderilles, vis-à-vis du présumé capitaine de Nico Robin. Sans approcher le dixième du niveau qui était celui de Kaku, sans même parler du sien, l'homme à l'épi savait à tout le moins y faire lorsqu'il s'agissait de jouer les comités d'accueil. N'était-ce pas lui qui abordait le gros et inutile Corgi quand ce dernier menait ses visites improductives, ça et là à travers la ville ? Le décor était planté, le duel n'en était plus. De même que l'enjeu était maintenant tout autre : le plan esquissé préalablement nécessitait que Monkey D. Luffy endossât la responsabilité des délits imputables à Blueno et Nico Robin.

Jamais en reste lorsque la situation mettait en valeur les vrais hommes, Paulie se chargea de toutes les palabres d'usage. En sus, il se lança aussi dans la bataille, jouant un tour de cordes à l'homme-élastique. Tileston avait beau beugler, l'élément-clé du CP9 n'en avait cure. Comme on le lui avait enseigné depuis son plus jeune âge, un seul commandement prévalait, s'agissant du sort réservé aux pirates : délit, punition expéditive. Ainsi, c'est sans même s'attarder sur les acrobaties ni sans prêter attention aux répliques de Franky qu'il marqua Mugiwara à la culotte, n'ayant nul besoin de recourir aux arts du Rokushiki pour ce faire. De fait, si le petit-fils de Garp était ostensiblement plus faible que lui, il semblait, de surcroît, décidé à ne pas riposter. Sis sous l'équanimité qui caractérisait Rob l'artisan, Lucci l'assassin se contenta donc de molester son opposant au corps-à-corps, de la paume de sa main gauche. La droite était rabattue à hauteur de hanche, prête à exécuter quelqu'enchaînement si les circonstances venaient à s'y prêter. Pour sa part, Hattori avait pris son envol, quelques mètres plus haut. C'est sans doute avec satisfaction qu'il vit son maître envoyer valser son vis-à-vis contre un brol d'outils, de bois et surtout, contre un mur. Acculant sa proie sans lui offrir le moindre répit, le sociétaire du Gouvernement Mondial n'eut guère besoin de jaspiner pour que sa supériorité s'en trouve manifeste. Le clabaudage des spectateurs s'en chargeait, les plus véhéments l'invitant même à rosser tant et plus le coupable tout désigné. Laissant de côté son indifférence face à l'enthousiasme grégaire, il concédait le privilège de la parole à son corps, orateur prolixe sous ses dehors d'arme humaine. Le mouvement de pivot qu'il impulsa au départ de sa jambe gauche n'eut d'ailleurs pour autre effet que de projeter l'héritier de la Volonté du D contre un autre assemblage de poutres, subséquemment fendues. D'autres de ses camarades lui succédant, il en profita enfin pour se munir d'une arme tranchante, histoire de donner le change et de rendre l'illusion d'autant plus trompeuse. Le besoin était superflu, m'enfin. Quitte à voir le charme opérer...

Une courte pause se marqua, non que les suppliques de Monkey D. Luffy ne pussent changer quoi que ce soit à ce qui l'attendait. Sans le quitter des yeux ni dévoiler autre chose que sa sempiternelle moue d'imperturbabilité, Lucci était prêt à entamer le second round.

--------------------------------------------------------

Notes de combat :
- Pas de FT nécessaire à ce stade, l'écart de force permettant à Lucci d'imprimer son tempo avec de simples coups physiques. Le Tekkai est considéré comme immanent et à 10% de sa charge maximale, si ça peut vous aiguiller.
- Action offensive du tour : Lucci propulse Luffy dans le décor, d'un coup porté au moyen de la paume de sa main gauche. La force centrifuge y confère un surplus, mais rien qui n'entame les propriétés du caoutchouc. Le premier coup est considéré comme un effet RP sans plus, histoire de donner un peu de "longueur" à l'action.
- Action neutre du tour : Octroi d'une arme tranchante.
- Action défensive du tour : Tekkai immanent, en permanence.
Revenir en haut Aller en bas
Kaku
avatar
CP9
Masculin « Age : 28
« Messages : 7


MessageSujet: Re: Vengeances et représailles, le cyborg face à l'élastique !    Lun 29 Sep 2014 - 23:02

Enfin, la machinerie était en marche ! Cela faisait un moment que Kaku était ici, ce n’est pas que cela avait ennuyé, au contraire, il avait aimé apprendre le métier d’ingénieur navale. Mais il avait besoin d’action et ce n’était pas l’apparition de quelques pirates mauvais payeurs qui lui suffisait à se dégourdir les pattes. Puis tous ces pirates n’avaient pas le niveau pour permettre à la future girafe de se dépenser à fond.

Les évènements de la nuit dernière désignait la fin de leur mission ici, mais il devait donner le change jusqu’au bout. Il accompagnait donc les gros bras de la Galley-La au dock n°1. C’était Tailstone qui les avait prévenus des évènements qui survenaient sur le dock. L’équipe de choc des ingénieurs, composé de Lucci, Kaku, Lulu, Paulie et Tailstone, était prêt à venger l’agression d’Iceberg, enfin principalement les trois derniers.

Arrivé à l’emplacement du dock, les dégâts étaient considérables. Franky pouvait faire d’énormes dégâts quand il s’y mettait. La foule fut rassurée par la présence des galéens. Bien entendu cette apparition n’avait pas manqué de faire réagir Franky qui n’avait pas sa langue dans poch. Son attitude ne plaisait guère à Kaku et il ne se gêna pas pour lui faire remarquer

« Tu as pas mal de courage pour nous parler ainsi après les dégâts que vous avez fait sur les Docks. On n’a pas besoin de plus de raison pour vous arrêter. »

Paulie coupa tout de suite la possibilité de riposter en accusant Luffy et son équipage desévènements de la veille. Il passa aussitôt à l’attaque face à l’homme élastique accompagné par Lulu qui avait aussitôt dégainer. Kaku avait aussi sortit plusieurs « spatules » de lancer prêt à trancher au vif le caoutchouc.
Franky lui en avait surement décidé autrement car il lança un projectile en direction des galéens. Kaku, qui le surveillait d’un mauvais œil dès le début, s’élança dans les airs, part un bon hors norme comme à son habitude, pour esquiver l’explosion et se rapprocher du Cyborg.

« Ne viens pas te mêler de ça, on n’a pas le temps de jouer avec toi Franky »


Il devait être têtu car il prit pour cible Kaku toujours en acrobatie dans les airs. Avant que le coup parte, Tailstone propulsa Franky à l’aide d’une immense planche de bois qui servait aux structures de navires. La foule acclama ce coup digne des plus grands athlètes de baseball. Alors que l’homme robot était toujours dans les airs, l’assassin du CP9 l’agrippa et le propulsant rapidement vers le sol d’un mouvement de bras. Kaku atterri ,sur ses jambes, en même temps que Lucci mis à terre d’un seul coup.
Alors que Luffy protestant sur les accusations de Paulie. Ces mêmes dires qui firent réagir la foule, de plus en plus en grosse aux furent à mesure que le nombre de protagonistes augmentaient sur le dock n°1. Kaku en avait assez de ce blabla incessant, le chapeau de paille ne pouvait pas se douter ce que Lucci et lui-même savait sur l’histoire de la veille. Il jeta donc une spatule en direction du chapeau de paille pour mettre fin la discussion.

------------------------------

Notes :

- Je me suis permis de mettre en place les quelques éléments du combats Kaku et Franky pour faire avancer la chose.

- Je ne suis pas vraiment content de mon post, mais n'étant qu'un élément mineur à ce moment du post, je vais laisser ça comme ça. Je me rattraperai sur les futurs posts.
Revenir en haut Aller en bas
http://    http://riseofanewera.forumactif.org/t687-kaku-gouvern
Fils
avatar
Nouveau/Nouvelle
Masculin « Messages : 190

» Niveau : 9
» Surnom : Aniki
» Rôle / Grade : Chef de la Franky Family

MessageSujet: Re: Vengeances et représailles, le cyborg face à l'élastique !    Mer 1 Oct 2014 - 19:03

Le duel qu'avait engendré Franky prit une tournure bien différente de ce qu'il avait pu imaginer au début, lorsqu'il crachait encore du feu en guise d'entrée fracassante en scène. Si le cyborg s'imaginait une réponse musclée de la part de Mugiwara, et ainsi d'un échange considérable et endurant, il était loin de penser que la Galley-La s'en mêlerait, ou du moins pas avant d'avoir expédié son opposant loin de sa terre natale.
Les bagarres allaient bon train au sein de la citée, le slibard en savait quelque chose, lui qui avait démantelé et rallié tout un tas de brigand à sa cause, sa famille, non pas par le pouvoir des mots, mais par la force de ses poings, qu'il maîtrise tout autant. Et ces soit disant héros charpentiers étaient adulés pour faire régner l'ordre dans les Docks, alors qu'ils n'étaient capable que de gêner le bon déroulement de cette rixe vengeresse. De l'autre côté, opérant dans l'ombre, le protecteur de Water Seven faisait son boulot, aimé et scandé du vrai public, du tout W7. Si ces incapables de la compagnie mouillaient un peu plus le maillot de sorte à se rapprocher des pratiques effectuées par la Franky Family, ils pourraient possiblement prétendre aux mêmes acclamations du seul et unique héros sur l'île. Cependant, l'ascension vers la gloire n'est pas chose aisée, loin s'en faut, le pigeon ne remplacera pas Kiwi, et la mèche ne pourra être supplée par l'épi. Le funky gagnerait à être enseigné, aussi inné soit-il.

Toutefois, et quand bien même cela n'excuserait en rien l'interruption du combat en cours, il se tramait quelque chose. La prompt venue des cinq contre-maîtres et l'attroupement inusité des habitants devant le Dock 1 pouvaient bien être liés, pensait Franky. D'autant que ce dernier pouvait remarquer des traits trop sérieux, tendant presque vers le hargneux, sur les visages des charpentiers susmentionnés. D'accoutumé, ceux ci gardaient un semblant de sourire et une certaine joie de vivre, même s'ils sont mauvais travailleurs. Même Kaku, avenant et sympathique, se montrait revêche. A vu de nez – et quel pilier ! - il y avait anguille sous roche.


" MUGIWARA ! Comment oses tu te remontrer par ici ?! "


Cette voix rauque venait de Paulie, qui n'avait pas hésité à s'avancer avant de s'adresser à Paille. Les soupçons se confirmaient, il y avait bel et bien une raison à toute cette mascarade, car en effet, les récents arrivants semblaient furieux à l'égard de Luffy.


" Oï oï, Mugiwara ! Ma maison ne t'a pas suffit, il a aussi fallu que tu cherches des crosses à Galley-La ?! Tes trois poils qui te poussent au menton te remontent trop dans le cervelet, gamin ?!


Mozu et Kiwi eurent un rire complice, contrairement à Paulie qui afficha sa moue la plus aigrie, avant de fouiller dans sa manche pour y trouver ses habituelles cordes. C'est qu'à force de confrontation, l'hentai connaissait la plupart des capacités de ses nouveaux adversaires. De fait, ni une ni deux, le fils de Tom pointa son bras gauche en direction du trouble fête afin qu'il réponde de son crime. Il ne fallait interrompre l'homme parmi les hommes en plein spectacle. Surélevant son avant bras dans le but de lancer une attaque, il s'écria :


OÏ ! Galley-La, bande d'enfoirés ! Vous êtes bouchés ou quoi?! Vous allez vous faire mal, mêlez vous de ce qui vous regarde !! C'est MOI qui doit lui régler son compte !!! "


La gâchette fut à peine engrenée, qu'une silhouette cornière s'éleva au dessus des yeux du hors-la-loi, qui du relever ses sacro-saintes lunettes pour retirer de son imagination l'équerre géante qui se jetait sur lui, dévoilant un Kaku plus vrai que nature et considérant ainsi à la hausse sa force de frappe. Trop occupé par le singe qui cachait les nuages, Franky aurait mieux fait de garder les yeux à terre, et plus précisément sur le plus baraqué d'entre eux, Tileston, qui venait à l'instant d'effectuer son plus beau home run sous les yeux ébahis et extasiés de la foule en délire. Puis, en guise de dernier couplet à cet orchestre testostéroné, le charpentier au long nez survint au contact du dos organique de l'homme robotique, pour le planter face contre terre tel un piquet à même le sol.


Gwaaah !


Cette démonstration de force plu forcément aux spectateurs, moins aux victimes. Le détenteur du Battlepants se releva sans trop de difficulté, son nez métallique ayant amorti la chute, la douleur ne fut que passagère. Son adversaire avait également fort à faire avec le reste de l'équipe, mais il semblait déboussolé. Mensonge, vol et trahison demeuraient le rythme de vie habituel d'un pirate, mais pour ce coup ci, l'on aurait vraiment cru que Mugiwara ne comprenait pas ce qu'il lui arrivait. Comme à son habitude, Paulie s'approcha de lui, afin d'éclaircir les choses.


" Tu n'as rien à nous dire, Mugiwara ?! L'attaque de la nuit dernière à l'encontre d'Iceburg-san … c'était vous hein ?! "


Si la plèbe était il y a quelques secondes euphorique, la nouvelle à leurs oreilles fut semblable à un électrochoc. Consternés, les locaux transformèrent leurs ovations de sorte à ce que l'on ne les entendent plus que vilipender. Le fait eut beau interloquer le capitaine pirate, l'effet se ressentait d'autant plus sur Bakanky, qui du intérioriser ses émotions. Bien qu'il en avait l'habitude avec Tom-san et même concernant Iceburg parfois, la nouvelle selon laquelle le dernier nommé avait été attaqué ne le réjouissait pas le moins du monde, car malgré leurs différences et les faits passés, ils n'en demeuraient pas moins frères spirituels. Chapeau de Paille était peut-être plus dangereux, ou plus ambitieux, qu'il ne le paraissait aux premiers abords. Après la Franky Family, Bakaburg ? Ravalant sa colère, le chef du groupuscule susdénommé fixa désormais les charpentiers de la Galley-La, il n'était plus question de les laisser continuer à s'interposer, encore moins maintenant.
Le moment opportun était là. Kaku saisit une de ses lames discrètement, mais c'était sans compter l’œil perçant de l'Aniki, qui venait de deviner l'intention de ce vis-à-vis au nez carré. Concentré sur l'adolescent au chapeau de paille, l'ex associé d'Iceburg s'approcha du groupe des cinq tandis que l'assassin infiltré brandissait son arme en direction de sa cible.


* Bakaburg ...

Weapons LEFT !!!!


L'éphèbe aux cheveux azurés avait fait apparaître un canon en ouvrant sa main gauche, avant de faire feu en direction des ennemis. L'effet de surprise prendrait peut-être, laissant ainsi quelques secondes supplémentaires aux deux adversaires pour continuer les joyeusetés entamées. C'était à tout le moins le désir du protecteur de Water Seven, qui ne comptait certainement pas attendre sagement les avants bras croisés que les contre-maîtres taillent le bout de gras avec sa proie.


Action de combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t639-franky-franky-family-ch
Monkey D. Luffy
avatar
Capitaine Mugiwara

Masculin « Age : 24
« Messages : 1946

» Niveau : 7
» Surnom : Luffy au Chapeau de Paille.
» Akuma no Mi : Gomu Gomu no Mi.
» Rôle / Grade : Capitaine de l'Équipage du Chapeau de Paille.
» Prime : 100.000.000 Berries.

MessageSujet: Re: Vengeances et représailles, le cyborg face à l'élastique !    Sam 4 Oct 2014 - 20:41


La clameur de la foule avait redoublé à l'entrée des artistes, comme s'ils savaient exactement ce qui allait se passer. Même ceux qui n'avaient jusque là observé qu'un silence médusé apportèrent leur pierre à l'édifice de la clameur montante. Sans doute s'imaginaient-ils que plus rien ne puisse leur arriver maintenant que les héros de la ville s'étaient manifestés. Luffy, lui, n'y comprenait rien. Non pas qu'on louât fréquemment sa perspicacité – jamais, en fait –, mais on ne pouvait pour cette fois lui nier être dans son bon droit. Ce n'était pas la première fois que l'on s'immisçait dans l'un de ses duels. Pour plus de joutes « officielles » contre Ace et Sabo qu'il n'en aurait su compter, combien ne comptaient pas pour avoir dégénéré avant de désigner un vainqueur ?

Non, sa stupeur provenait de ce qu'il ne voyait pas quelle raison avaient les artisans d'entrer dans la mêlée. Abstraction faite bien sûr du chantier, moins porté sur la construction que sur la démolition depuis qu'ils y étaient passés. Un lien que Mugiwara n'aurait pu de faire en cette heure où toute sa conscience, à défaut de pensées, était orientée vers le déboulonnage de son adversaire – ce qui était, d'ailleurs, entièrement de sa faute. N'avait-il pas fait que se défendre ? Dès lors, il n'aurait pu que péniblement comprendre où était son tort – d'autant que s'agissant de payer les pots cassés (et poutres), c'était précisément le cyborg qui avait toute leur petite monnaie. S'extirpant comme il le pouvait des gravats, il se remit debout, les guignant de toute son incrédulité.

Une main distraite chassa les copeaux et esquilles qui avaient insisté pour lui tenir compagnie alors que Nami se réjouissait elle aussi d'assister à un tel débarquement. S'il était souvent à blâmer pour sa trop grande naïveté, celle de la cultivatrice de mandarines n'avait actuellement que bien peu à lui envier. Car si leur intrusion avait eu l'effet d'une douche froide sur son ardeur au combat, ce n'était que pour mieux s'aviser qu'ils n'étaient certainement pas venus pour eux. Pas au sens bénéfique du terme, à tout le moins. Et ce n'était ni d'avoir été envoyé dans un décor déjà bien mal en point ni les armes qu'ils avaient aux poings, quand ceux-ci n'en étaient pas eux-mêmes, qui le feraient changer d'idée. Qu'ils soient venus calmer le jeu ne faisait aucun doute. Quant à savoir comment...

« Eh ? »

Bien que sur le qui-vive, Luffy se relâcha quelque peu lorsque Paulie le prit à parti. Pour qui doutait encore que l'ambiance soit électrique, l'animosité dans sa voix avait valeur de piqûre de rappel. Le natif de Fuschia n'aurait nullement pu prévoir qu'il serait la cible de leurs allégations. Et couplées à l'attitude hostile qui était la leur depuis qu'ils avaient fait irruption, celles-ci ne manquaient pas de le mettre en alerte. Qu'avait-il donc fait pour les mettre sur le pied de guerre ? D'autant que d'après l'opinion publique, Franky était de longue date fiché comme criminel notoire. N'était-ce point plus logique que les soupçons se portent d'abord sur lui ? Sans parler de tous les témoins ayant assisté à la scène avant que les combattants ne montent sur le ring. Nul n'était-il donc prêt à se porter garant de son innocence ?

« On a appris pour Ice-ossan, alors on est venus voir. Pourquoi ? » se justifia-t-il, circonspect.

Qu'y avait-il à dire de plus ? Tous les gens ici présents n'étaient-ils pas venus pour la même raison ? Certes, eux n'avaient pas mis une telle pagaille, mais l'intention était là ! Et Luffy ne voyait point en quoi faire comme tout le monde était passible de remontrances. Les pirates n'étaient pas bienvenus en tout lieu, certes, mais Water Seven – et à plus forte raison Galley-La – avait déjà prouvé être coutumière du fait. Cela étant, pourquoi un tel revirement ? Dardant sur la scène un oeil suspicieux de derrière ses lunettes, l'homme à la mèche tenta bien de glaner quelques informations, se croyant tout aussi concerné... Seulement pour mieux être postposé. Il n'y avait dans l'immédiat que lui à les intéresser, et il se demandait bien pourquoi. C'est ensuite à lui qu'il s'adressa, l'interrogeant sur ses soi-disant tendances à gérer les ennuis. Le mystère gagnait en opacité. Et moins il comprenait, plus son irritation grandissait. Il finit par s'emporter.

« T'es bouché ou quoi ?! J'AI RIEN FAIT ! »

Un instant de distraction qu'il devait vite regretter, puisque le fumeur de cigares de la compagnie profita de l'intervalle pour lui jeter au visage – ou plutôt au collet – l'une des cordes qui faisaient sa spécialité. Quand Luffy sentit son étreinte suffocante se resserrer sur son cou dans le but avoué de l'étrangler, il était déjà trop tard. La nature de son corps lui épargnait peut-être toute autre douleur que celle de la friction, mais être fait de caoutchouc ne l'exemptait pas du besoin de s'alimenter en oxygène ! Ses poignes se refermèrent sur le licol pour tenter de l'en départir, sans y réussir, pendant que sa gorge s'escrimait tout aussi vainement à drainer l'air qui lui manquait. Le laisser pallier à sa carence n'était vraisemblablement pas dans les projets de l'encordeur, qui ne fit que contracter son noeud coulant en vue d'une pendaison manuelle.

« Gnu m'étrangleuuuh ! »

Pour qui n'était pas familiarisé avec l'allure comique que prenaient parfois malgré lui ses grimaces de douleur, il aurait été facile de croire qu'il tournait l'endetté en ridicule. Ce dernier s'était-il senti offensé, ou était-ce pour accéder à sa supplique dans un élan de mansuétude ? Toujours était-il qu'il le décolla du sol au moyen du lien qui les unissait, lui faisant une fois de plus traverser par la route du ciel ce qui avait été le premier dock de leur société. Envoyé faire la connaissance de planches que leur rixe n'avait épargnées que pour mieux se briser maintenant, Luffy en sentit les éclats lui cribler le dos au point de s'imaginer devenir porc-épic. Les points positifs étant que la laisse d'appoint dont on l'avait équipé n'était plus là et qu'hormis un léger vertige dû au vol plané, il n'eût guère de mal à s'en relever.

« Hé, attendez les gars ! J'ai aucune raison de me battre contre vous ! »

S'en relever, oui, mais pas pour longtemps. Car pendant que Franky réclamait à pleins poumons la primeur sur sa proie, celui qu'il aurait appelé « Moustache » s'il avait dû le nommer le plaçait dans sa ligne de mire et faisait feu dans le même élan. Rien qui puisse menacer l'intégrité physique de sa cible, dont la peau élastique était le meilleur kevlar qui soit. Il n'avait toutefois pas dû lésiner sur la qualité – et le prix – de ses munitions : leur vélocité fut telle qu'elles trouèrent son gilet, quand bien même ce n'était point le cas de sa peau. Là encore, Luffy s'en tirait sans dommages, habits exceptés. Qu'à cela ne tienne : réalisant son erreur et par là-même la nature du corps de Luffy, il assura en un instant la transition entre distance et contact pour lui envoyer son pied en pleine mâchoire. Arraché à la terre ferme qu'il venait à peine de regagner, le fils de Dragon racla le sol de son dos.

« Ça suffit, y'en a marre ! » éructa-t-il à la relevée.

Façon de parler, puisqu'on ne le laissa pas sauter sur ses jambes cette fois. À peine avait-il fait part du fait qu'il était encore en lice que « le Pigeon » se faisait passer le flambeau – à travers lequel il ne fallait rien voir d'autre que le fouet du bourreau. Mais en fait d'arme, il n'avait besoin que des mains dont il l'assaillait sans relâches, aussi acérées que les serres d'un oiseau de proie. L'ayant vu planté dans le sol, le corps maintenu en équilibre parfait à la seule force de ses doigts, Luffy se doutait que se laisser agripper serait tout sauf à son avantage. Son contentieux avec Franky ayant emporté avec lui l'essentiel de ses forces, le temps durant lequel il pourrait tenir la cadence était limité mais avait-il réellement le choix ? C'était ça ou y laisser un bras, dans le pire des cas. Mais devait-il pour autant s'estimer heureux quand Lucci choisit à la place de le renvoyer dans les cordes ?

Une chose était sûre : le frère d'Ace avait pris assez de bois dans les gencives que pour cracher de la sciure pendant une semaine. Affalé au milieu des vestiges d'une autre cargaison boiseuse, il chercha le souffle qu'on venait de lui ravir, toussant tout ce qu'il pouvait. L'impact au plexus solaire lui avait fait plus de mal que n'importe quel autre coup contondant depuis longtemps, lui confirmant, s'il en doutait encore, que ces charpentiers ne faisaient pas dans la dentelle. Encore que lui en particulier semblait être d'une tout autre trempe. S'il n'avait été en train de se faire rosser, il aurait fort bien pu se demander s'il existait un classement de puissance intrinsèque à la Galley-La et, si oui, en quelle position se plaçait le ventriloque. En lieu et place de quoi il se contenta de repousser de ses poings les derniers restes de ce qui avait été sa piste d'atterrissage.

« Expliquez-vous ! C'est quoi votre problème, à la fin ?! »

Il suffisait de demander, puisque l'explication lui fût servie sur un plateau pendant qu'il luttait pour se redresser, perclus de douleurs de la tête aux pieds. Ils n'y avaient pas été de main morte – ce qui pouvait se comprendre compte tenu de ce dont ils le pensaient responsable. Même si la diplomatie serait passée à travers le prisme de son extravagance pour le nom d'une île exotique, il aurait été ici ouvert à la discussion si la plainte n'avait été aussi aberrante. Lui, s'en prendre à Iceburg ? Et puis quoi encore, donner des leçons à des Kung-Fu Dugongs ? Il devait y avoir une erreur, ce n'était pas possible autrement. Nul regard à la rouquine, prise dans la marée humaine, n'était nécessaire pour se douter qu'ils avaient l'hébétement en commun. L'indignation fut le coup de fouet qui le persuada de réagir.

« C'est une blague ? Pourquoi on aurait fait ça ?! »
« N'essaie pas de nous embrouiller. Iceburg nous a tout raconté. On sait que ses agresseurs étaient deux... Et que l'un d'eux n'était autre que Nico Robin ! »


Ce n'en était toutefois pas encore fini des révélations, puisque Paulie fut à même d'étayer les chefs d'accusation lancés à leur encontre avec force détails accablants. Le nom de Robin couronna le tout, s'improvisant cerise sur le gâteau de cette lamentable méprise. N'avoir pas de nouvelle d'elle depuis des jours était déjà source d'inquiétudes, mais n'en entendre reparler que parce qu'elle serait mêlée à cette sordide histoire ne fit que les aiguillonner. La théorie du complot était de mise, quand bien même Luffy n'aurait su en saisir ne serait-ce que le concept. Être l'objet de ce scandale l'avait remis d'aplomb, l'effroi ouvrant les valves de l'adrénaline. La suite du soliloque de l'insolvable tomba dans l'oreille d'un sourd ; non qu'il aurait eu quoi que ce soit à lui répondre, de toute manière. Tout cela était tellement absurde ! Trop, même pour lui.

Le projectile coupant que lui lança le cousin éloigné d'Usopp le ramena sans ambages à la réalité, le contraignant à l'esquive – laquelle, trop tardive, lui valut presque une seconde cicatrice parallèle à celle qui lui soulignait déjà l'oeil gauche. Bien forcé de se remettre de ses émotions pour défendre sa cause, il épongea d'un revers de la main le filet de sang qui lui rougissait l'angle de la mâchoire, la rage au ventre. Non pas parce qu'il aurait aussi bien pu y laisser un oeil ou une oreille – et puis, les agressions gratuites semblaient battre des records d'affluence ces dernières minutes –, mais parce qu'il ne pouvait plus encaisser ce tissu de mensonges. Le pinacle étant qu'en plus de leur mettre sur le dos une faute qui n'était pas la leur, ils avaient sans forcément incité le vouloir un public crédule à se faire le relais vivant de leur parole d'évangile. De quoi lui faire grincer les dents avant qu'il ne parvienne à les desserrer, mais l'heure de clamer son innocence était plus que passée.

« On est peut-être des hors-la-loi... Mais... Je ne vous permets pas... DE DIRE DU MAL DE ROBIN !!! »


« So, you don't like to get hit, huh ? Well, you're about to have a very bad day. »



Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t500-monkey-d-luffy-equipage
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Vengeances et représailles, le cyborg face à l'élastique !    

Revenir en haut Aller en bas
 

Vengeances et représailles, le cyborg face à l'élastique !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG One Piece : Rise of a New Era :: 02 (Zone Rp) :: Grand Line :: 2ème route :: Water Seven :: Ville-Basse-