lienlien












 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Mess des officiers, un point d'ancrage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kuzan
avatar
Amiral

Masculin « Age : 31
« Messages : 115

» Niveau : 3.
» Surnom : Aokiji.
» Akuma no Mi : Hie Hie no Mi.
» Rôle / Grade : Amiral.

MessageSujet: Mess des officiers, un point d'ancrage   Mer 20 Aoû 2014 - 1:43

Après quelques heures passées à pédaler sans trop d'entrain par-dessus les flots tumultueux de Grand Line, un grand escogriffe venait enfin d'atteindre son point de chute. Parquant minutieusement son fidèle Blue Bike entre une goélette et un brick ayant jeté l'ancre aux abords de l'île qui ne dort jamais, celui dont le front était recouvert par un masque de sommeil balaya du regard l'étendue de l'île de la Justice. Non qu'il put en percevoir la totalité, tant sa superficie était faramineuse, mais le rayon sur lequel se déployait son Haki lui permettait à tout le moins d'analyser les faits et gestes des occupants jusqu'au pont des Hésitations. Nulle trace d'émotion sur son faciès totémique, insondable au possible en l'instant présent. Voilà qui détonait avec l'habituelle moue nonchalante de l'Amiral, lui qui était réputé pour ses penchants faits de laxisme et de désinvolture. Il faut croire que quelqu'un ou quelque chose avait réussi à le mobiliser corps et âme, toute son attention se focalisant sur la raison de sa présence en Enies Lobby. Les mines mi-étonnées, mi-respectueuses qui l'accueillirent le confirmaient. Même les agents du gouvernement rompus au décorum le plus programmatique qui soit s'en trouvaient déconcertés : l'Amiral Aokiji était bel et bien capable de faire preuve du plus grand sérieux, au point d'exhaler une aura des plus imposantes. Sa démarche était allègre, son veston boutonné jusqu'à mi-hauteur. C'était uniquement dans son attitude qu'on pouvait déceler le caractère inhabituel du Kuzan qui s'avançait vers la porte gardée par Oimo et Karsee. C'était suffisant pour savoir qu'il ne fallait pas lui servir du protocole à n'en plus pouvoir, déjà que peu s'y risquaient en temps normal. Sans oublier qu'il disposait de toutes les accréditations nécessaires que pour s'en dispenser. Ce jour-là, beaucoup de paris furent perdus. Quelques larmes furent même versées. C'était la fin d'un mythe, le début des rumeurs. Rapidement, le microcosme formé par le Gouvernement et la Marine saurait, pontes inclus. Kuzan pouvait être cool autrement qu'en jouant l'élément revêche de service. Sans compter qu'il n'avait pas prononcé ses quatre syllabes favorites depuis son arrivée.

"Ara ara... Ma petite Robin, j'ai bien peur que ce soit la dernière danse pour toi. Ce que j'ai vu me conforte dans cette idée, quoi que tu en dises. À moins que tu ne me surprennes enfin, qui sait."

Dans un soliloque qui ne laissait aucune place aux salutations et autres marques de respect dont il faisait l'objet, l'ancien disciple de Zephyr se remémorait son récent semblant d'affrontement face à l'équipage du Chapeau de Paille. Une chouette bande de gamins, assurément. Des pirates comme il les aimait. Enfin, en quelque sorte. Peut-être. Il n'en était pas sûr. Pouvait-il aimer des pirates ? Bah, la réflexion portant sur ce sujet attendrait. Toujours est-il que ces jeunots n'avaient certainement pas les épaules assez larges pour porter le fardeau qui s'était imposé au démon d'Ohara, malgré elle. Pas plus qu'ils ne pouvaient la protéger, a fortiori d'elle-même. La justice à la cool avait beau se parer d'idéaux teints de compassion et d'empathie, il n'en restait pas moins primordial d'accorder une place à la lettre. Quelle que soit la beauté de l'esprit. Et Dieu sait si celui d'Haguar D. Sauro en était doté. Nonobstant les desideratae d'un vieil ami, Kuzan s'était résolu à agir. Quelle ironie de constater que c'est à cause de son association avec le pseudo-souverain du pays du sable...que l'archéologue avait épuisé celui qui s'écoulait dans son sablier. Celui qui jaugeait sa durée de vie, du moins à travers la mitigation accordée naguère par l'échalas. Aujourd'hui, à défaut de paver son chemin de glace, il y apposerait un écueil infranchissable. A l'image de la zone centrale d'Enies Lobby. Les clins-d'oeil ne manquaient décidément pas, aujourd'hui. C'est ici même que le triple mètre s'arrêta, pénétrant dans le mess des officiers. Le bâtiment en briques rouges était situé à un bon deux-cent mètres de la Tour de la Justice, peu de monde s'y affairait à cette heure-ci. On n'entendait même pas le "kashap" d'un escargophone par ici, à croire qu'ils s'étaient donnés le mot pour s'esquiver en la présence de l'homme le plus fort de la Marine. Tenant quelques papiers estampillés "Dossier confidentiel", celui-ci s'arrêta net devant un panneau d'affichage, plaqué contre le mur jouxtant l'entrée. On y dénombrait quantité de noms, ainsi que les affectations y correspondant. Grade, équipe et autres éléments secondaires y figuraient également en ordre utile. Visiblement, l'Amiral ne mit pas longtemps à mettre le doigt sur ceux qu'il cherchait. D'un ton placide, accompagnant la parole d'un geste de la main en direction de son allocutaire - un préposé aux communications qui baillait aux mouettes -, il somma ce dernier de convoquer deux membres du CP1.

"Hé, toi là ! Va me chercher Striker et Faust, du CP1. Je ne veux pas savoir quand ni comment tu vas finir ce melon au jambon de pays, mais mieux vaut que tu n'aies plus la bouche pleine quand tu leur passeras le message. Pas vrai ? Allez mon garçon, je croyais que tu étais déjà parti. (...)
Ara ara... Un thé glacé pour moi, mon jeune ami. Le boulot n'empêche pas un homme de rester cool en toutes circonstances. Tiens, tu connais ma devise ?"


Visiblement, tout impliqué qu'il était dans la mission qui l'occupait, Kuzan n'en restait pas moins...Kuzan. Et déjà discutait-il sieste et hamac avec le 3ème classe affecté au service, éveillant en lui la voix d'un syndicalisme revendiquant l'introduction d'une pause dans la pause de midi et bien d'autres choses. Le port du cache-yeux en lieu et place de la traditionnelle casquette n'avait pas connu le même succès à ses yeux, malheureusement. Faisant montre de sa bonne humeur habituelle, le faisan avait trouvé de quoi tuer le temps en attendant l'arrivée des deux susnommés.


Revenir en haut Aller en bas
Joe Striker
avatar
Nouveau/Nouvelle
Masculin « Age : 32
« Messages : 130

» Niveau : 9
» Surnom : Mad Dog
» Rôle / Grade : Agent du CP1

MessageSujet: Re: Mess des officiers, un point d'ancrage   Dim 31 Aoû 2014 - 17:28

C'est par une belle journée ensoleillée que l'agent Striker commençait sa journée. Comme à son habitude le membre du Cipher Pol entama les festivités par une course matinale sur les remparts de l'île de la justice. Pendant plusieurs heures il perdura l'effort, malgré les différents garde sur son passage et l'étroitesse de certains couloirs. Après une heure d'échauffement il continua ses exercices afin de peaufiner son Rokushiki. Le style de combat de l'agent n'était pas identique à tous ceux qui avait pu étudier cet art, en effet Striker était un tireur d'élite, donc en conséquence il était à son avantage à distance et non en combat rapproché. En situation critique il serait capable de se défendre, mais sa force ne résidait pas dans ses poings mais belle et bien présente mais dans ses réflexes, son agilité et donc sa vitesse ; il lui fallait une certaine endurance pour maintenir une distance fasse à son adversaire, ainsi qu'être continuellement en mouvement. Au détriment par exemple du Shigan, Joe était beaucoup plus à l'aise avec les techniques d'esquive, si bien qu'il lui arrivait d'utiliser inconsciemment le Kami à quelques occasions. Le cowboy continua donc son entraînement particulier pour que son corps reste une arme affûtée. Pour conclure son entraînement de plusieurs heures celui ci se permit une pause pour calmer ses muscles sous pressions, avec une bonne douche et un café mérité.

Ensuite l'agent se dirigea vers le bâtiment administratif de l'île d'Enies Lobby ou était répertorié tous les dossiers des missions, passées, en cours, ou en prévision. En ce lieu plus d'une centaine d'agents travaillaient sans relâche à la recherche d'informations que cela soit par escargophone, par la presse, par les rapports de tous les agents. Chaque indice était décortiqué pour être analysé et ensuite archivé dans la base de données du gouvernement mondial. Le lieu était sévèrement gardé, aucune information ne devait s'échapper de ce lieu sécurisé. Seuls les agents du Cipher Pol et les supérieurs ont accès à ce lieu et sous autorisation. Striker s'installa donc dans un bureau de consultation, il avait pour habitude d'étudier chaque jour les informations acquises le jour même, ainsi toujours alerte il était impliqué dans son travail et savait presque à l'avance sur qu'elle mission il pouvait être assigné. Il était un agent qui avait pour fonction l'espionnage, l'infiltration et la diplomatie , les données qu'il étudiait quotidiennement étaient indispensables pour ses missions mais aussi pour son équilibre.

L'agent entra donc la pièce, celle ci avait été utilisé par un autre agent précédemment. Celui ci n'avait pas pris la bienséance de la 'nettoyer'. L'officier ne put s'empêcher et râler comme à son habitude, il ne supportait pas le désordre et il avait pour manie de laisser un lieu propre à son départ. C'est avec une tenue peu réglementaire que l'agent nettoya la salle, astiquant chaque recoin de la pièce telle une vraie fée du logis. A croire que L'agent Lazarus avait vécu ici pendant plusieurs semaines car le lieu puait l'alcool et le tabac ajouté d'un certains bordel … Pendant environ une heure l'officier récura et aéra la pièce. Ce n'est qu'après qu'il s'attaqua au rangement des dossiers, fort heureusement il n'y en avait qu'une dizaine, l'un d'eux attira l'attention du cowboy, le dossier Mugiwara. Le fameux équipage du chapeau de paille était une cible qui ne cessait de prendre de l'importance. Au fur et à mesure de leurs 'exploits' ils ont réussi à accumuler une prime suffisamment importante pour que le gouvernement mondial ait de l'intérêt pour eux, ajouter à cela le démon d'ohara les a rejoint. Ainsi pendant une bonne heure l'agent Striker étudia le dossier Mugiwara, toujours en tenu de ménage. Absorber par sa lecture il ne vit pas le temps passer. Si bien qu'il fut surpris par l'intrusion de Falco, le préposé aux communications.

L'agent était essoufflé, il semblait avoir couru pendant une heure, la fatigue était telle qu'il ne put s'empêcher de se recroquevillé sur lui même. Après quelques minutes, Striker décida d'ouvrir le dialogue, agacé par son intrusion :


- Agent Falco, vous êtes dans une zone de consultation, votre respiration rapide et essoufflé m'empêche de me concentrer sur ma lecture. Installez vous et dites ce qu'il ne va pas, je peux ressentir de la nervosité dans vos gestes et votre regard haletant.

Le jeune officier s'appuya sur l'encadrement de la porte, puis réussit à entamer la conversation.

*souffle* L'amiral veut vous voir … *souffle*

Sans hésitation l'agent Striker se leva, sa mauvaise humeur venait de s'envoler, son occupation s'était échappée, il était concentré sur les paroles de Falco. Son coéquipier fatigué ajouta ensuite pour conclure la conversation :

- C'est l'amiral Aokiji, il vous a convoqué, au mess des officiers …

Sans lui laisser le temps de finir sa phrase, Joe partie en direction du lieu. Il n'y avait eu aucune hésitation dans sa démarche, il avait reçu un ordre et se devait de le remplir. D'un pas sûr l'agent Striker se dirigea vers la cantine. A la fois impatient de rencontrer l'amiral Aokiji car il était à ses yeux une icône de la marine, d'un autre côté l'agent du Cipher Pol était troublé d'une telle intervention. En effet, il était extrêmement rare qu'un amiral de la marine se déplace personnellement pour convoquer des agent du gouvernement, la raison devait importante au plus au point. Il dévala les escaliers avec rapidité, puis sans même frappé il pénétra dans la salle. L'amiral était bel et bien présent, de sa stature impressionnante il prenait un thé, tranquillement installé. Joe s'approcha silencieusement de lui, un automatisme qu'il avait acquis par son entraînement. Après avoir observé son supérieur, il le salua en claquant ses éperons et en effectuant le salut militaire. Au contact de sa main, il sentit qu'il portait encore ses gants pour le ménage et le tablier qui l'avait protégé de la poussière. Soudainement le cowboy se sentit ridicule … En plus de cela, il était vêtu en dessous de son costume habituel de cowboy, avec son stetson, sa longue veste, son foulard et ses santiags. Sans pour autant faiblir, l'agent Striker maintena sa position et continua son salut. Il conclut la pose par cette phrase

- Amiral ! Agent Striker au rapport !

Même si Joe était un agent cool, il se devait de respecter une certaine éthique au sein de son travail. Il savait donc ravaler son orgueil, sa dégaine nonchalante et son côté râleur quand il s'agissait de ce genre de situation. Au garde à vous, l'officier attendait la réponse de son supérieur ainsi qu'avec une certaine appréhension la suite des événements.
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t738-joe-striker-cp1-agent-d
Kuzan
avatar
Amiral

Masculin « Age : 31
« Messages : 115

» Niveau : 3.
» Surnom : Aokiji.
» Akuma no Mi : Hie Hie no Mi.
» Rôle / Grade : Amiral.

MessageSujet: Re: Mess des officiers, un point d'ancrage   Sam 13 Sep 2014 - 16:10

Toujours occupé à tailler le bout de gras avec le 3ème classe qui en avait déjà oublié le grade de son interlocuteur, le filiforme AoKiji se délectait d'une seconde tournée de thé glacé. Il faut dire qu'il ne s'était pas humecté le gosier depuis un moment, trop occupé à parcourir Grand Line en long et en large sur son précieux Blue Bike. Pour autant et contrairement à ce qu'il avait coutume de faire après pareil périple, l'échalas se refusait à lorgner vers une position allongée qui l'aurait vu rabattre son masque de sommeil sur ses yeux. Besogneux en ce jour, il se savait responsabilisé face à la préséance de la mission qu'il s'apprêtait à confier aux deux agents convoqués par ses soins. Lesquels ne sauraient tarder, tenant compte du fait qu'ils étaient affectés à Enies Lobby pour le moment. De son côté, l'allocutaire du faisan bleu dissertait avec tant et plus d'éloquence sur le bien-fondé d'une justice à la cool, celle-là même qui l'avait déjà conquis en l'espace de quelques minutes. Force tranquille, Kuzan était incontestablement doué lorsqu'il s'agissait de rallier à sa cause les jeunes recrues en quête de modèles et de repères, à l'instar de ce serveur d'un jour. Passant son imposante paluche droite contre son menton saillant, non sans adjoindre à ses réactions un sourire mi-amusé, mi-approbateur, le mentor improvisé n'en restait pas moins attentif quant au déferlement des passants au dehors du mess. Sa maîtrise du Kenbushoku Haki lui permettait de dissocier présences, allures, démarches, mouvements dans ce méli-mélo d'allées et venues donnant un peu de vie à l'Île de la Justice. Ce talent lui permit notamment de distinguer un cliquetis d'éperons, ainsi que le port d'armes à feu. Était-ce l'apanage d'une de ses recrues ?

À cette question, Kuzan put rapidement répondre par l'affirmative, mais quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il fut témoin de l'accoutrement de l'agent Striker, perdu à mi-chemin entre le cowboy qu'on lui avait décrit et un homme d'intérieur maniéré. Accueillant le tireur d'élite d'un rire de circonstance, aucunement moqueur, l'Amiral se sentait d'autant plus à l'aise face à tant d'originalité. Ce genre d'excentricité vestimentaire correspondait pleinement à tous les pieds-de-nez au décorum dont il abreuvait le 3ème classe, encore quelques instants auparavant. Et si Joe se faisait l'apôtre de l'expression d'une liberté d'être et d'agir, AoKiji lui rendit certainement la pareille en saluant son entrée sans en rajouter à l'embarras manifeste du spécialiste ès espionnage. En outre, ayant pris bonne note du salut règlementaire exécuté par le natif de Cow Island, le détenteur des pouvoirs du Hie Hie no Mi lui évita de sombrer dans quelque galimatias teinté de honte, en cela qu'il l'autorisa à regagner l'état de repos. Dévisageant celui qui répondait également au patronyme de Mad Dog, le grand escogriffe frôla son cuir chevelu du plat de sa main et de son timbre de voix olympien, chercha à mettre son vis-à-vis à l'aise. Car s'ils étaient là pour causer boulot, rien ne les empêchait pour autant de faire ça à la cool. Comme à l'accoutumée, dans le cas du plus haut gradé. Il avait d'ailleurs apprécié la promptitude avec laquelle son cadet avait rallié les lieux, quelle que fût sa tâche précédente. Décochant un sourire complaisant et avenant, en sus de sa prise de parole, l'ancien élève de Zephyr et Garp commença également à mettre Striker au parfum.


"Ara ara... Moi qui parlais justement d'un protocole assoupli au sein de la Marine et du Gouvernement, je ne m'attendais pas à une telle manifestation de ces bonnes idées ! Repos, Striker. Je peux t'appeler Joe ? Bah, pas la peine de répondre, c'est mieux comme ça. Installe-toi et prends un verre, le thé glacé a particulièrement bon goût aujourd'hui. Ah, si ça ne tenait qu'à moi, tu pourrais garder cette tenue par-dessus ton autre tenue mais je crois que ça ne serait pas très confortable. Pas vrai ? Haha, ne t'en fais pas, on voit pire en haut lieu. Un jour, j'ai vu Tsuru-san et le Vice-Amiral Garp courser la chèvre de l'Amiral en Chef dans la cour principale et après... Bah, j'ai oublié. Mais c'était une chouette histoire."

S'accordant une nouvelle rasade de son breuvage favori, Kuzan fit glisser vers le sociétaire du CP1 l'un des deux dossiers qui reposait sur la table sise devant eux. Les mises en bouche grandiloquentes ne correspondaient pas à son style, aussi se contenta-t-il d'une réplique cool, s'agissant d'accompagner le geste de quelques explications bienvenues. Au dehors, on entendait les lallations des jurés qui avaient visiblement énoncé leur habituelle sentence, irréversible. Ce tintamarre avait beau trancher avec la solennité qui gagnait graduellement le mess, elle n'était toutefois pas de nature à décontenancer celui qui demeurait...de glace. Non sans fixer le diplomate avec un sérieux réaffirmé, l'homme le plus fort de la Marine lui exposa ainsi ce dont il était l'instigateur et surtout, le pourquoi d'une convocation si impromptue. Sa tonalité plus décidée dénotait la pleine implication du triple mètre, où le Kuzan désinvolte côté face cédait le relais au AoKiji efficace et professionnel, côté pile.

"Il s'agit d'une mission de la plus haute importance, le commandant Spandam et son unité CP9 y sont impliqués depuis des années. Tu comprendras donc qu'il n'y a pas lieu de tergiverser. Tes états de service sont remarquables et on n'a qu'à se féliciter du rendement du CP1, dernièrement. Ta priorité sera de fournir un soutien à l'équipe de Rob Lucci, mais aussi de me tenir informé de toute chose qui en vaudrait la peine. Les évènements ont pris un drôle de tour, deux individus à même de faire vaciller l'équilibre du monde se trouvent en ce moment à Water Seven. Halalala... Jamais de repos pour la Justice, hein ? Bref, laissons de côté les tracas du quotidien. Est-ce que Mad Dog est prêt à troquer le plumeau contre ses revolvers ?"

Et une petite touche d'humour, histoire de faire retomber la pression. Une péroraison à l'image de l'imperturbable Amiral. On ne changerait pas Kuzan, même au plus fort d'une tension indéniable. Restait maintenant à s'assurer que Striker était l'homme de la situation.


Revenir en haut Aller en bas
Joe Striker
avatar
Nouveau/Nouvelle
Masculin « Age : 32
« Messages : 130

» Niveau : 9
» Surnom : Mad Dog
» Rôle / Grade : Agent du CP1

MessageSujet: Re: Mess des officiers, un point d'ancrage   Dim 28 Sep 2014 - 13:33

Après ses paroles Joe resta muet. La stature d'Aokiji était impressionnante, c'était la première qu'il pouvait observer l'amiral d'aussi près. Il l'étudia sous toutes les coutures, vêtements, gestes, intonations de voix, regards … L'officier était sous l'analyse discrète du CP1. Malgré l'étude de Joe face à l'amiral, le cowboy était impressionné par l'homme de glace. Cet homme est un des piliers de la marine, l'une des personnalité qui a su motivé le cowboy à devenir ce qu'il est aujourd'hui. Il était inconcevable pour l'agent de le décevoir, il fallait prouver sa valeur et démontrer ses surnoms.

L'agent écouta attentivement le discours de l'amiral. Chaque phrase était analysée au mot près, après quelques minutes d'analyses les yeux de Joe trahissait son état d'esprit, car à chaque mouvement du géant de glace l'agent fixait ses gestes, et malgré cela il restait silencieux. Tel un félin près à bondir sur sa proie, il attendait le bon moment pour agir et répondre à son officier. Lorsque le géant lui proposa du thé, l'agent du gouvernement retira en quelques secondes son costume d'apparat de ménagère pour laisser place à celui d'un chasseur de prime qui était reconnu de tous les officiers ou agents du Cipher Pol.

Après le long discours d'Aokiji, que cela soit sur l'extravagance de la tenue de Joe ou sur la mission du cowboy, l'agent regarda attentivement le dossier. Il étudia en diagonale le dossier, le temps n'était pas encore à l'étude approfondie de la paperasse mais à la discussion avec l'officier référent de la mission. Dans son discours Kuzan avait été vague dans ses propos et descriptions, laissant place à de nombreuses zones d'ombres, le cowboy ne les avait pas omises, et il allait tout simplement se renseigner. Avant toutes choses il était du devoir de l'agent d'agir afin que l'information soit limiter et ne soit pas susceptible d'être intercepté par un quelconque espion. Joe Striket s'imposa donc et agit en conséquence. Il se leva silencieusement, et d'un ton ferme mais respectueux demanda :


- 3ème classe Falco et Alrik, veuillez disposer s'il vous plait, j'aimerai être seul avec l'amiral Aokiji. N'oubliez pas de fermer la porte derrière vous, merci.

Ceci étant dit, les deux soldats ne se firent pas prier. L'amiral avait beau être un homme sympathique et calme, il n'en restait pas moins l'un des plus puissants membre de la marine. Discrètement les deux marins partirent et fermèrent la porte. A l'instant ou le claquement résonna Striker quitta la table. Sans attendre il entama une fouille minutieuse de la pièce pour couper les trois micros qui avaient été subtilement placé afin de surprendre les espions ou autres dérives des marins. Après avoir réalisé sa chasse l'agent Striker s'installa devant l'amiral, puis il reprit son souffle. Toujours impressionné il devait faire bonne figure devant cet homme, cette mission semblait importante donc il fallait être à la hauteur et ne pas montrer d'hésitation. L'agent allait donc entamer la discussion.

- Je vous remercie Amiral pour la confiance que vous nous accordez au CP1. Je suis prêt à défendre la justice quoi qu'il m'en coûte, mon surnom de Mad Dog en est le digne exemple, mais nous ne sommes pas ici pour parler de cela. J'aimerai reprendre deux points avant toutes choses, j'aime être sûre sur toutes les données et sur l'exactitude de ma mission.

Après avoir sorti et posé ses colts pour afficher sa détermination, l'agent retourna le dossier donné précédemment à l'Amiral, celui contenait des données sur une arme antique nommée Pluton.

- Est ce que l'arme antique est la seule chose que le CP9 doit recherché à Water seven ? Je dis cela car je vois un autre dossier que vous ne m'avez pas montré, est ce au sujet des deux individus qui pourraient faire vaciller l'équilibre mondial ?

Puis l'agent but une gorgée du Thé proposé par l'Amiral et ajouta sur un sérieux :

- Dans votre discours j'ai noté une phrase intéressante, qui mérite un développement, si cela est possible. Le CP9 est l'une des cellules d'espionnages les plus émérites dans son domaine. Ils n'ont jamais eu besoin d'un soutien quel qu’il soit, c'est Rob Lucci qui aime insister sur ce sujet d'ailleurs. Donc pourquoi la plus dangereuse cellule d'espionnage du gouvernement aurait elle besoin des services du CP1 ? Et surtout je reprends votre phrase : Ta priorité sera de fournir un soutien à l'équipe de Rob Lucci, mais aussi de me tenir informé de toute chose qui en vaudrait la peine ... Amiral Aokiji auriez vous des soupçons sur la situation de Water Seven ?

Depuis un certains temps le Cipher Pol avait remarqué des dérives étranges auprès du CP9, les missions étaient toujours réalisé avec brio, mais quelque chose changeait dans leur façon de faire, que cela soit dans la violence de leurs actes, ou dans l'investigation de leurs recherches, avant d'être Water Seven, cette cellule était déjà considéré comme dangereuse car leur leader, Rob Lucci était un homme sur de nombreux points dangereux. Joe ne l'avait que très peu côtoyer par le passé, mais le peu d'échanges qu'ils avaient eu était déjà dur et froid comme la glace. Ajouté cela un commandant qui a le charisme d'une huître desséchée au soleil, une voix horripilante et abusant de ses droits comme cela n'était permis, l'agent Striker était ravi de sa mission. Intérieurement il cachait son dédain, mais depuis quelques années il avait des soupçons sur la cellule du CP9 ...
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t738-joe-striker-cp1-agent-d
Kuzan
avatar
Amiral

Masculin « Age : 31
« Messages : 115

» Niveau : 3.
» Surnom : Aokiji.
» Akuma no Mi : Hie Hie no Mi.
» Rôle / Grade : Amiral.

MessageSujet: Re: Mess des officiers, un point d'ancrage   Jeu 16 Oct 2014 - 16:29

Entre deux gorgées d'un thé glacé bienvenu, Kuzan jaugeait tant et plus l'agent Striker, lequel n'avait pas manqué de regagner sa composition à la suite de son introduction pour le moins originale. Loin de lui en tenir rigueur, que du contraire, le zélateur d'une Justice à la cool lui avait exposé les choses avec calme, certes, mais sans faire montre de son détachement coutumier. En soi, le faisan bleu était bien trop impliqué que pour arborer son attitude désinvolte, peu adaptée à la prépondérance d'agissements aussi succincts que rigoureux. À ce titre, il nota avec satisfaction que le cowboy se faisait le chantre d'un professionnalisme appréciable, dès l'instant où il entreprit d'inviter les jeunots à prendre congé de leur duo fraîchement formé. Un bon point pour la fine gâchette, tant Kuzan appréciait ce genre d'esprit d'initiative, nécessaire quoiqu'évitant de tomber dans certains travers et autres excès d'un formalisme poussif. Voilà qui lui rappelait qu'une communication par Den Den Mushi avait laissé échapper le nom de Sakazuki, plus tôt. Sans doute le chien rouge était-il occupé à recadrer un aspirant qui avait mal lacé ses chaussures, aussi doctement qu'à l'accoutumée. Encore du boulot en vue pour Baskerville le tricéphale, mais que de pantalonnades à l'origine... Une conformité à la lettre qui tranchait complètement avec la doctrine libertaire véhiculée par le détenteur des pouvoirs du Hie Hie no Mi. Quelque part, ce dernier se faisait également la réflexion que Joe était peut-être taillé du même bois. C'est précisément ce qu'il cherchait à déterminer, observant sans relâche le natif de Cow Island. Si ses états de service ne lui valaient que louanges et gratifications en tout genre, son modus operandi ne convenait pas pour autant à tout le monde. Voilà qui tombait bien, à partir du moment où l'Amiral priorisait les démarches les plus entrepreneuriales, en sus d'une ouverture d'esprit indispensable. Tous ces songes furent laissés de côté lorsque les 3è classe eurent quitté la pièce, Joe s'étant chargé de conférer la confidentialité la plus totale à la poursuite des échanges.

Intercesseur industrieux, l'agent du CP1 avait maintenant regagné sa place et déjà s'enquérait-il de la suite des opérations. La curiosité attisée et la volonté de bien faire à son apogée, il avait l’œil vif et le verbe assuré, entrant en cela directement dans le vif du sujet. Soient autant de qualités qui aidaient Kuzan à dépeindre le profil de son collaborateur, celui-là même qui marquait encore quelques points, de par sa seule façon d'être. Non content de faire bonne impression, l'homme aux colts posait les bonnes questions. Comme à son habitude, l'homme le plus fort de la Marine se ferait fort d'y répondre, avec autant de transparence que le verre qu'il faisait pivoter à même la table, vidé qu'il était de son contenu ingurgité. À l'aune des propos tenus par son vis-à-vis, l'échalas passa sa main droite contre les bords de son visage oblong avant de la caler sous son menton, signe d'une rapide réflexion menée en marge de l'une des questions posées par Striker. La médiocratie n'en serait que davantage repoussée, tant que des hommes consciencieux pouvaient se contenter d'un travail bien fait, forts d'une liberté d'être et d'agir. Tenant compte du fait que Mad Dog lui envoyait les bons signaux, Kuzan lui coupa la parole et impulsa une première réponse, censée éclairer la lanterne de ce brave serviteur du Gouvernement. Guttural mais décidé, son timbre de voix exprimait à lui seul la primauté de la mission qu'il s'apprêtait à confier à son allocutaire, ostensiblement intéressé, autant qu'intrigué. Alors que les genoux de l'ancien disciple de Zéphyr dépassaient la hauteur de table, son allure d'escogriffe faisant que, son regard durci n'eut de cesse de fixer le faciès du tireur d'élite, comme s'il cherchait à le perforer en plusieurs points.

"Ara ara... Voilà quelqu'un qui n'y va pas par quatre chemins. Je vais faire pareil, Joe. Ton profil ressort du lot, tu présentes de bons états de service sans te laisser enfermer dans des certitudes que tu oses remettre en cause. Tu as déjà roulé ta bosse sans pour autant être en première ligne. Et surtout, tu fais montre d'une adaptabilité admirable dans l'exercice de tes fonctions, quels que soient tes partenaires. Je ne peux pas mettre un jeunot dans les pattes du CP9, l'enjeu est trop important."

À cet instant, Kuzan s'interrompit, se leva et se dirigea vers l'autre côté du comptoir. Déversant généreusement le thé glacé dans son verre à nouveau rempli, il effleura le contenant de la paume de sa main, alors à l'état de givre. Le liquide était maintenant à la température souhaitée, c'est d'ailleurs en engloutissant une nouvelle gorgée de sa boisson favorite que l'Amiral regagna sa place avant de reprendre, placide.

"L'autre dossier est destiné à l'agent Faust, je pensais d'ailleurs qu'elle nous aurait rejoints plus rapidement. Bah, elle arrivera bien assez tôt. L'arme antique n'est qu'une portion du problème, Joe. Spandam a pu convaincre les vieux de s'en emparer, chacun en pensera ce qu'il souhaite. J'ai bien mon avis sur la question. Quel est le tien ? Et ne me réponds pas que tu n'es pas payé pour te faire ton propre avis. *Sluuuurp* N'hésite pas à te resservir, en passant. Les deux individus dont on parle sont en passe d'être arrêtés par le CP9, nous n'avons pas à douter du succès de l'équipe de Rob Lucci. Tiens, regarde un peu de qui il s'agit. Tu feras assez rapidement le lien entre eux et les armes antiques. Fameux coup de filet, si tu veux mon avis."

Joignant ses deux mains sous son menton, tandis qu'il fixait plus intensément Striker, Aokiji se faisait la réflexion qu'il importait d'agir vite et bien. Ce qui commençait dès maintenant, au stade des explications et de la mise en place d'un plan dans sa forme la plus concrète. Pour lui, l'enjeu relevait autant de la protection d'un monde sur lequel il avait juré de veiller que du maintien d'une promesse surannée, celle-là même qu'il s'était faite à lui-même. Haguar D. Sauro avait péri de sa main, non sans que sa volonté ne fût respectée. Des années durant, Kuzan avait veillé à ce que Nico Robin ne devînt jamais un danger pour elle-même. A fortiori, pour le monde. Voguant de chaloupe à groupuscule, elle avait mené sa barque avec brio sur les routes d'une survie par trop délicate. La coupe fut pleine lorsqu'elle s'associa à Crocodile, cependant. Sa fin de parcours avait été décrétée, les derniers soubresauts de son association avec l'équipage du Chapeau de Paille ne constituant en cela qu'un prélude sans lendemain à une conclusion déjà écrite. Voie sans issue, la cavalcade de la femme de l'ombre la mènerait invariablement en ces lieux, à Enies Lobby. Nulle réjouissance n'était perceptible sur le visage de Kuzan, à cette idée. Quelque part, il espérait encore se tromper, que la mort de son défunt camarade prît un sens des plus héroïques à l'aube d'une journée décisive, à même de marquer un tournant à l'échelle mondiale. Sous ses dehors équanimes, l'Amiral était toujours mû par ses aspirations à une réflexion permanente, elle-même précédant un agir raisonnable, davantage que rationalisé par le décorum et la poursuite d'un code de conduite délaissant l'arbitraire, parfois salutaire. De réquisitoire à plaidoyer, il n'y avait souvent qu'un pas. À plus forte raison lorsque le dilemme tiraillait un représentant des forces de l'ordre, amené à remettre en cause la validité des agissements d'une hiérarchie qui se gardait de répondre de ses dérives mises sous silence...

Ohara s'éteindrait-elle définitivement, demain ? Poser la question ne revenait pas forcément à y répondre, étrangement. Malgré l'efficacité du CP9, prouvée à maintes reprises. En dépit d'un plan infaillible et de la péroraison d'une mission vieille de cinq ans, en Water Seven. La part d'impondérable, quoique ténue, demeurait réelle. Entre l'instinct de survie de Robin et le risque qu'un improbable concours de circonstances ne l'amène à s'associer avec le dénommé Cutty Flam, il y avait bel et bien une petite porte pour l'échec. Que le destin aimait se jouer des hommes, lorsque ce même échec s'apparenterait pourtant à l'espoir. Une défaite pour l'Amiral serait synonyme de victoire pour l'homme. Paradoxe, quand tu nous tiens... De son côté, loin de s'adonner à une introspection aussi profonde, Joe jouait cartes sur table et dévoilait le jeu de ses considérations. Décidément, l'homme était aussi minutieux que consciencieux. Sans laisser le loisir au silence de s'inviter à leur table, celui qui avait de la Justice à la cool son credo répondit tout de go, parquant la finitude inhérente à la fleur d'Ohara dans un coin de sa tête. Le ton ne changea pas de précédemment, aussi le Céleste bénéficiait-il de toute l'attention de son supérieur. Mains jointes à hauteur de table, comme pour formaliser la connotation solennelle des propos subséquents, Aokiji déclama ce qui se situait à mi-chemin entre révélations et ordres de mission.

"Tu poses les bonnes questions, dis donc. Ah, le CP1 se considérerait-il tapi dans l'ombre du CP9 ? Bah, n'y réponds pas. Je sais comment ça fonctionne. Spandam et sa tour d'ivoire, hein ? Ça n'est pas ce qui nous préoccupe, Joe. Rob Lucci est quelqu'un que j'apprécie particulièrement. Ses méthodes ont beau ne pas correspondre aux miennes, ça ne m'empêche pas de lui reconnaître du talent dans ce qu'il fait. L'efficacité de toute une équipe n'est plus à démontrer, même si j'ai eu vent d'un couac lors de la dernière mission menée par les trois autres. Le gros à la tirette m'a l'air d'un sacré numéro, non ? Enfin, laissons ça de côté. Le CP9 n'a pas vraiment besoin d'appui, l'escorte est factice. Le Colonel T-Bone, du Quartier Général, sera de la partie. À lui seul, il est capable d'assurer la bonne tenue des opérations. Quelques hommes triés sur le volet accompagneront également le convoi de retour vers Enies Lobby, notamment certains de tes collègues issus des autres branches Cipher Pol. Il y a... Hmm, c'est quoi son nom, déjà ? Tu le sais, toi ? Hmm... Ah, j'ai oublié. C'est pas important."

Marquant une courte pause, la façon dont il se grattait le crâne dénotant un embarras minime, Kuzan s'abreuva d'une nouvelle rasade de thé glacé avant de reprendre son passage en revue des priorités. Détaillant la situation aussi précisément que possible, il esquissait les contours d'une trame au sein de laquelle Striker occuperait un rôle non négligeable.

"Halalala, vous comptez tellement de types bizarres dans vos rangs, aussi... Même des cowboys qui font le ménage. Hahaha, sacré spectacle, l'ami. Le CP9 fera son job, je n'en doute pas. Ton objectif ne sera pas vraiment de les soutenir, il est peu probable que le besoin se fasse sentir. Non. Je veux que tu observes toute chose qui sortira de l'ordinaire et que tu m'en informes immédiatement. Tu stationneras dans l'avant-dernier compartiment du prochain train en partance pour Enies Lobby, ce qui veut dire que tu te trouveras dans le même wagon que la dernière recrue de l'unité CP9. Un certain Nero, tu le connais ? Sauf que ce Nero ne sera pas du voyage, tu le remplaceras. Je me suis occupé de la paperasse avant de venir, il s'est retrouvé affecté à une autre mission en dernière minute. Quant à mes soupçons, ils sont davantage liés à cette femme qu'à Spandam. On sait tous qu'il n'est qu'un arriviste loin d'être taillé pour de telles responsabilités, mais il a des connections et surtout, il obtient des résultats. Crois-en mon expérience, les évènements rattrapent bien vite les usurpateurs."

Sans s'en cacher, Kuzan avait répondu aux bonnes dispositions de Striker par ce qui n'était même plus de l'ordre de la confidence. Alors même qu'il lui exposait l'avis de recherche de Nico Robin, son timbre s'était fait plus grave. Bien plus encore, c'est toute l'atmosphère du mess qui s'était trouvée ensevelie sous une aura glaciale, exhalée à petites doses par l'homme-givre. Ça et là, on pouvait observer les traces d'une glaciation graduelle, comme dans le coin droit d'un plafond où une toile d'araignée menaçait de se briser sous le poids de la glace ainsi formée. Paupières closes, coudes fermement posés sur la table et mains jointes sous son menton, l'homme le plus fort de la Marine fit tonner une estocade verbale, perceptible jusqu'au dehors du bâtiment. Son attention n'était alors plus portée sur le seul Joe, mais bien sur un invité inattendu. De là à dire qu'il était, en outre, indésirable... Il n'y avait qu'un pas.

"Sakazuki ! Encore un marmot à faire comparaître devant Baskerville parce qu'il avait mal boutonné le col de sa chemise ?! À moins que tu ne te sois laissé tenter par le thé glacé du mess, toi aussi ?"

L'invitation ne s'embarrassait même pas d'être faussement cordiale, le ton était donné. Quelque part, Kuzan avait la désagréable impression que son collègue avait fait le voyage pour lui. Autant en avoir le cœur net. Imperturbable, le faisan bleu resta campé sur ses positions, s'attendant à ce que la réplique fuse.


Revenir en haut Aller en bas
Sakazuki
avatar
Amiral

Masculin « Age : 23
« Messages : 74

» Niveau : 3
» Surnom : AkaInu
» Akuma no Mi : Magu Magu no mi
» Rôle / Grade : Amiral de la Marine
» Prime : /

MessageSujet: Re: Mess des officiers, un point d'ancrage   Sam 18 Oct 2014 - 10:38

Aussitôt l'information reçue, le Chien Rouge avait mis les voiles, direction Enies Lobby. Tout avait commencé par un simple coup de fil du Conseil des Cinq Étoiles transmis à Sengoku, qui avait alors chargé Sakazuki de la mission, persuadé que le message passerait mieux d'égal à égal. Et puis, qui mieux que lui était apte à la chose? Après tout, Kuzan avait commis la même erreur que lui: laisser partir la dernière survivante d'Ohara. Sauf que contrairement au détenteur du Magu Magu no mi, le concepteur de la Justice à la Cool l'avait fait volontairement, quoi qu'il ait pu en dire. Et quand en plus on pensait qu'il n'aurait pas du tout se trouver sur Longring Longland... C'était donc un double constat d'échec pour le Faisan Bleu, et son confrère au sein du prestigieux groupuscule que constituait l'Amirauté allait s'assurer qu'il le comprenne et cesse enfin de se comporter comme s'il n'était qu'un Vice-Amiral. Peut-être se pensait-il encore un électron libre, mais sa charge lui imposait des standards d'excellence et d'obéissance auxquels il ne se soustrayait que bien trop souvent. Aussitôt le combiné raccroché, donc, le colossal officier quitta son bureau à Marineford et mit le cap sur Enies Lobby, où Kuzan s'était rendu pour préparer l'accueil de Nico Robin, qui allait bientôt finir entre les pattes du CP9. Malgré cette solution de repli, l'homme-magma continuait de penser qu'il aurait dû la capturer de ses mains, Rob Lucci et ses hommes se seraient alors contentés des plans de l'Arme Antique.

Tant de choses auxquelles il aurait le temps de penser plus tard. Empruntant un vaisseau rapide, le bouillant Amiral rongea son frein durant tout le trajet. Ses rapports avec Kuzan étaient des plus conflictuels. S'il respectait le soldat car il avait un grade et une puissance équivalente, en revanche l'homme était aux antipodes de ses convictions, et la Justice à la Cool prônée par l'homme de glace ne faisait pas bon ménage avec la Justice Absolue de l'homme de lave. Tout comme leurs éléments s'opposaient, leurs caractères suivaient cette dualité. Et nul doute que si un jour l'un d'entre eux était amené à devenir Amiral, l'autre ne le supporterait pas. Et si cette lutte arrivait, alors Sakazuki ferait tout pour être celui qui prévaudrait. Une Marine dirigée par le Faisan Bleu signerait le début de la fin de cette prestigieuse institution qui était leur. Rien que l'actuel Amiral-en-chef, Sengoku, manquait parfois un peu de punch au goût du Chien Rouge, alors si Aokiji prenait la tête... Non, mieux valait ne pas y penser. Ces choses n'arriveraient pas avant plusieurs années, d'ici là, tout pouvait encore changer. La priorité restait la réunion imminente des deux "rivaux".

Passer les portes de la Justice puis le tunnel jusqu'au pont de l'Hésitation, Sakazuki n'ayant pas souhaité attendre que les portes s'ouvrent entièrement, il se retrouva donc sur Enies Lobby, où des soldats en patrouille furent pour le moins surpris de le voir, surtout que l'Amiral Aokiji était déjà sur l'île, d'après eux. Un Amiral qui débarque sans prévenir, ce n'est jamais bon signe en général, alors deux... Devant toutes leurs courbettes et autres saluts faits à la hâte, Sakazuki resta de marbre. Il avait d'autres pensées plus pressantes en tête. Toutefois, il leur asséna tout de même sur un ton froid qu'ils n'auraient pas dû être aussi surpris, et qu'un soldat de la Justice se devait d'être prêt et présentable en toutes circonstances. Puis il reprit sa route, n'espérant pas rencontrer d'autres rigolos dépenaillés comme ceux-ci, parce qu'il y aurait des raisons de s'inquiéter pour la sécurité de l'île le cas échéant. Une fois le pont de l'Hésitation quitté, l'officier utilisa son Haki de l'observation pour repérer son confrère Amiral, et reconnut sans mal sa présence, plus imposante que celle de n'importe qui sur l'île, au sein du mess des officiers. Mais s'il l'avait senti, alors la réciproque devait être vraie. Il avala les centaines de mètres qui le séparaient du mess avec autant d'appétit que Garp devant une table remplie, et son rival donna le ton alors qu'il approchait de l'entrée du bâtiment.

Fronçant les sourcils et durcissant encore plus ses traits déjà aussi tranchants que des rasoirs, le détenteur du Magu Magu no mi entra dans le mess avec bien peu de distinction et de grâce, déjà piqué au vif par le ton qu'avait pris le Faisan Bleu. Jetant à peine un regard à l'agent Striker, du CP1, il focalisa aussitôt son attention sur Kuzan. Toujours aussi dégingandé et aussi peu formel. Quand donc prendrait-il son poste au sérieux? Hargneux, Sakazuki lâcha à son confrère:


- Je ne suis pas le genre à prendre du bon temps en mission, Kuzan. Et c'est à toi que je viens faire des reproches! Tu prends beaucoup trop de libertés au goût des Cinq Étoiles, tu es Amiral et tu dois de fait honorer ta position, pas vagabonder comme un jeune premier qui découvre le monde!

Le Chien Rouge s'interrompit et s'approcha de la table la plus proche de Kuzan et Striker. Sa casquette vissée sur son front lui faisait un regard encore plus agressif, et ses phalanges gantées de noir auraient presque pu être audibles de tous tellement il serrait fort les poings. Il allait aborder le sujet qui le mettait le plus en colère. La seule personne qui avait réussi à lui échapper lors du Buster Call d'Ohara: Nico Robin. Et voilà que Kuzan la laissait fuir, de son plein gré! C'était le monde à l'envers. Frappant la table de toutes ses forces, Sakazuki vomit sa rage à l'adresse du détenteur du Hie Hie no mi:

- Et surtout, pourquoi as-tu laissé fuir Nico Robin? Ne me raconte pas n'importe quoi, Kuzan! Tu n'aurais fait qu'une bouchée des Mugiwara, éliminant Monkey D. Luffy avant qu'il ne devienne trop gênant, et tu aurais fait d'une pierre deux coups! Tu as intérêt à avoir de bonnes raisons, car je ne suis pas aussi conciliant que toi.

Et l'Amiral se redressa de toute sa stature, défiant Aokiji d'un regard aussi brûlant que les pouvoirs de son fruit.


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t534-sakazuki-qg-de-la-marin
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Mess des officiers, un point d'ancrage   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mess des officiers, un point d'ancrage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG One Piece : Rise of a New Era :: 02 (Zone Rp) :: Grand Line :: 2ème route :: Enies Lobby :: Cour intérieure-