lienlien












 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 La Cage aux Folles [Luffy - Chopper]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Monkey D. Luffy
avatar
Capitaine Mugiwara

Masculin « Age : 24
« Messages : 1946

» Niveau : 7
» Surnom : Luffy au Chapeau de Paille.
» Akuma no Mi : Gomu Gomu no Mi.
» Rôle / Grade : Capitaine de l'Équipage du Chapeau de Paille.
» Prime : 100.000.000 Berries.

MessageSujet: La Cage aux Folles [Luffy - Chopper]   Sam 26 Juil 2014 - 15:04

Incroyable mais vrai : Luffy au Chapeau de Paille était derrière les barreaux.

Le Chasseur Blanc en eut-il été informé que l'on aurait pu le voir écraser une larme d'émotion, semblable à celles que versent certains vieillards en voyant germer les bourgeons d'une nouvelle génération. À moins que n'en être pas à l'origine le frustre au point de ne pouvoir s'en réjouir, allez savoir. Et mieux encore : le coup de filet ne s'arrêtait pas là. L'un de ses acolytes, le redouble et redouté Coton Candy Lover – ou Tony Tony Chopper pour les intimes – avait été écroué avec lui. Le plus beau dans l'histoire étant que la Marine n'avait pas même eu à se déplacer pour les coffrer : le colis, tel un cadeau de Noël en avance, leur avait été livré directement sur le pas de leur porte. Des suites d'un Buster Call, cependant, aussi ne pouvait-on pas dire non plus qu'ils n'y étaient pour rien dans l'histoire : une affaire rondement menée.

Leur capture s'était effectuée sans accroc, leur état étant trop piteux que pour envisager l'ombre d'une résistance de leur part. Les circonstances exactes de leur arrivée sur place demeuraient cependant assez nébuleuses. Trop heureux de pouvoir leur mettre le grappin dessus, les officiers en présence s'étaient jetés dessus, se disputant la primeur de leur passer les menottes – le granit marin étant bien sûr de la partie. N'ayant pas même pris la peine de leur lire leurs droits avant de les jeter en cellule, il allait de soi que pas un d'entre eux n'avait prêté attention à leurs divagations au sujet de parcs d'attraction et autres coussinets. S'y pencher leur aurait pourtant permis de faire le lien avec le Shichibukai que l'on nommait jadis « le Tyran » : Bartholomew Kuma.

Sabaody était, malgré ses sombres dessous, capitale des loisirs et de la distraction. Qu'elle se soit muée en authentique champ de bataille était en majeure partie sa faute, et à ce titre la confusion qui y régnait la conséquence de ses actes. Jeté dans la bataille entre machines de guerre ultra- perfectionnées, amiraux et autres gars-à-la-hache, Mugiwara aurait été bien incapable de faire un compte-rendu clair de ce qui s'était déroulé là-bas – et il aurait déjà fallu qu'il comprenne le sens du mot compte-rendu pour cela. Le petit renne ne semblait pas plus au clair que lui sur la question, quoique « guerre » eut encore été, de leur avis commun, le terme le plus adapté. En dépit de cette opacité, le capitaine du Thousand Sunny aurait été prêt à jurer que le livrer à la Justice n'était pas dans les intentions du Puissant Corsaire.

Ce qui ne l'empêchait toutefois pas d'être ici : est-ce que le fait que celui que les gardiens de la paix prenaient pour son animal de compagnie se soit accroché à sa jambe avait quelque chose à y voir ? C'était d'ailleurs sa chance – leur chance – que de le voir ainsi rabaissé, faute de renseignements à leur sujet. Il fallait croire que les inepties d'un certain Kumadori à propos d'un monstre géant n'avaient pas été garnir le dossier du détenteur du Hito Hito no Mi. Ce qui, en l'occurrence, arrangeait bien leurs affaires : aussi longtemps qu'ils le croiraient inoffensif, ils ne risquaient pas de l'entraver plus lourdement que par une laisse – certes bricolée à partir de menottes, mais celle-ci uniquement faites de bel et bon acier – et la muselière dont on l'avait paré pour l'occasion, habituellement réservée à l'usage de leurs chimériques sentinelles.

L'inconvénient majeur de ce plan chuchoté de l'un à l'autre pendant que le petit personnel se chargeait des dernières formalités – eux reprenant déjà leurs esprits – était que pour donner le change, le cervidé se voyait réduit au silence. Ce qui l'arrangeait autant - quand les gardes lui flattaient l'encolure et lui donnaient de la nourriture - que cela le dérangeait – aux moments où ils lui parlaient comme s'il était complètement abruti ou le traitaient de sac à puces et autres joyeusetés, le pensant incapable de comprendre. Chapeau de Paille s'était dès lors vu obligé de le bâillonner avant que, la coupe étant pleine, il ne se lance dans un acide réquisitoire et grille leur couverture. Une marque de dents ostentatoire décorait depuis sa main droite, boursouflée et rubiconde.

Il leur fallait attendre le bon moment : ils n'auraient pas deux fois cette chance. Aussi avaient-ils convenu – après que Luffy ait appris que tout herbivore soit-il, le benjamin de ses nakamas avait les crocs aiguisés lui aussi – de passer à l'action lorsqu'on les transférerait en cellule. De ce qu'il avait compris, on l'emmenait au niveau cinq pendant que son médecin de bord serait confié aux bons soins d'un certain Vegapunk. Nul autre choix ne s'offrait à eux que d'agir avant qu'ils ne soient séparés, soit sur le chemin qui les mènerait à leurs condamnations respectives. Quant à savoir comment ils sortiraient de ces murs, il serait toujours temps d'y penser une fois départis à la fois de leurs liens et des armoires à glace qui les encadraient. Que Monkey ait été capable de tant de cogitation était déjà une prouesse en soi : il ne fallait pas non plus trop lui en demander.

Aussi sa discrétion se fit-elle pachydermique au moment de lui donner le signal, non sans avoir au préalable retourné son illustre chapeau comme s'il s'agissait d'une casquette – ne causant de fait aucune différence -, geste qu'il ne s'expliquait pas lui-même. Aussi prestement que ses chaînes le lui permettaient, il pointa un doigt accusateur sur le trio de matons chargée de les escorter vers leur nid pas si douillet. Il beugla comme bétail qu'on égorge à en faire retentir sa voix dans tout le couloir, fort heureusement à l'écart de tout dispositif d'écoute :

« Maintenant, Chopper ! Allez, à l'attaque ! 'Faut qu'on se barre ! »

L'idée saugrenue de leur prendre leur badge d'identité lui passa par la tête sans que lui-même y comprenne quoi que ce soit. Deux de leurs trois chaperons éclatèrent d'un même rire gras en choeur et en cadence, l'ayant vu se faire mordre par « ce stupide animal » quelques instants plus tôt. Leur hilarité ne fut toutefois que de courte durée puisque Chopper n'eut même pas le temps de leur tomber dessus que déjà le tandem concerné s'affaissait, inconscient. Mugiwara en resta coi, ne s'attendant guère à ce que le simple fait de les désigner puisse avoir sur eux un tel effet dévastateur, et posa sur son index un air aussi buté que perplexe. Sans qu'il ait pu mieux s'y retrouver, son regard incrédule se releva vers le rescapé de la bande – lequel n'avait pas l'air de s'émouvoir du sort de ses collègues. Peut-être parce qu'ils n'en étaient pas. Jetant sa casquette, il révéla une chevelure noire de jais parfaitement lissée, deux barrettes en or juchées à son sommet.

« Oulala. s'exprima-t-il d'une voix efféminée, posant sur eux un regard critique. Je ne sais vraiment pas pourquoi sa majesté m'envoie vous chercher. Vous êtes d'un vulgaire ! »


« So, you don't like to get hit, huh ? Well, you're about to have a very bad day. »





Dernière édition par Monkey D. Luffy le Sam 26 Juil 2014 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t500-monkey-d-luffy-equipage
Tony Tony Chopper
avatar
Docteur Mugiwara

Masculin « Age : 23
« Messages : 428

» Niveau : 10
» Surnom : Cotton Candy Lover
» Akuma no Mi : Hito Hito no mi
» Rôle / Grade : Médecin des Mugiwara

MessageSujet: Re: La Cage aux Folles [Luffy - Chopper]   Sam 26 Juil 2014 - 16:11

Ah, Sabaody! Les attractions, de la gigantesque grande roue jusqu'au train fantôme en passant par les bateaux-tamponneurs, les stands de gadgets et autres bêtises en tout genres, et surtout... LA BARBE A PAPA! Il y en avait tant et tant que Chopper aurait frôlé l'indigestion, s'il avait seulement eu le temps de goûter à toutes les sortes. Hélas, ce doux rêve ne deviendrait jamais réalité: comme à chaque fois, quand les Mugiwara étaient là, les ennuis n'étaient pas loin. Et quand Luffy avait frappé ce Tenryuubito, ou quelque chose du genre... L' Apocalypse était descendue sur eux. Et malgré toutes leurs tentatives, ils avaient été séparés. Lors du dernier effort, Chopper avait suivi le Capitaine et Robin-san... Et lorsque le géant avec ses coussinets les avait expédiés dans les cieux sans efforts, le petit renne n'avait pu que s'accrocher désespérément à la jambe du Chapeau de Paille. Leur voyage avait atteint son terme à Impel Down. Ni lui ni Luffy ne savaient ce que l'endroit était (à part une prison, évidemment, n'importe qui doué d'intelligence - l'homme-caoutchouc n'avait donc pas trouvé seul - aurait pu le deviner.) et la présence de Nami ou Robin pour leur expliquer la teneur de l'endroit aurait sans doute été salvatrice. Mais ni l'une ni l'autre n'était là, et ils avaient donc dû faire avec la capacité d'analyse du médecin de l'équipage.

Ce dernier, à son grand désespoir, avait été traité comme un simple animal de compagnie, comme il avait coutume de l'être depuis que sa prime, cinquante berries, de quoi mettre à l'amende les grands de ce monde, avait été actée par le Gouvernement Mondial. Mais cela leur avait rendu un fier service, puisqu'étant pris à la légère, le renne n'avait eu droit qu'à une simple laisse et une muselière des plus inconfortable. Ce qui leur permettrait donc de s'échapper en profitant de l'effet de surprise! Il était particulièrement fier de ce plan, conçu avec le renfort de Luffy, et, malgré sa peur d'échouer et de subir une peine pire que l'emprisonnement, il croyait fortement en ses chances de réussite. On aurait pu le taxer de naïf, mais il était un pirate, sûr de lui, c'était différent ! Toutefois, ce n'est pas Luffy et sa piètre capacité à mentir qui avait risqué le premier de faire capoter le plan, mais bien lui : lassé qu'on lui parle comme à un patient atteint d'un retard mental ou comme à un gamin, il s'apprêtait à faire ravaler leurs paroles à ces idiots de garde. Heureusement pour le bien du plan, le Capitaine des Mugiwara l'avait bâilloné à temps, récoltant une morsure rageuse du renne. Quand même !

Et, rongeant son frein, Tony Tony Chopper avait patiemment attendu l'heure de passer à l'action. Il avait récité mentalement des dizaines de fois les leçons d' Usopp pour réussir son entrée en scène, et lorsque l'heure serait venue, il serait brillant ! Fantastique, même ! Après une attente interminable, on revint les chercher. Le fils de Dragon serait conduit au niveau cinq, et Chopper irait entre les mains du Docteur Vegapunk, qui que ça ait été. Tout cela ne lui plaisait pas, et il espérait que Luffy donne vite le signal. Sans quoi, il serait trop tard. Et enfin, il arriva. Retournant son chapeau, le Capitaine balafré brailla ses instructions. Chopper scanda alors son cri de guerre:


- Allons-y ! C'est l'heure pour Chopperman d'entrer en scène ! Géronimo!

Tout en entonnant cet hymne, il avait adopté son Heavy Point, et arma son poing droit... et constata que les gardes étaient déjà étendus au sol, inanimés, une bave mêlée de sang coulant hors de leurs lèvres boursouflées. Le troisième garde semblait intact, et Chopper se mit en position de combat, désireux de servir au moins à quelque chose l'espace d'un instant. Lorsqu'il jeta son uniforme avec un visage plein de dégoût, et qu'il révéla des traits fins, une coupe au carré aussi noire que du bois d'ébène et deux barrettes dorées, le médecin se douta que quelque chose n'allait pas. Ses propos achevèrent de briser le doute : il était de leur côté, puisqu'il l'avait dit ! Il était venu les chercher. Alors que Luffy cherchait encore à comprendre ce qui s'était passé, le jeune homme à la silhouette svelte et au costume à pois bardé de fermetures éclair pressa les deux « laiderons » à le suivre. Le docteur des Mugiwara ne l'aimait pas, ouh qu'il ne l'aimait pas, mais il ne pouvait que le suivre. Adoptant sa forme renne, il commença à galoper à la suite de son Capitaine et du mystérieux inconnu.

Utilisant les coursives de la prison et des passages secrets, le troisième homme se déplaçait agilement à travers les étages, comme s'il connaissait l'endroit. Mais quelque chose perturbait Chopper... Ce corps sans conteste masculin, et cette voix pourtant si féminine... Ce principe défiait tout ce qu'il avait lu, et une curiosité purement professionnelle le poussait à vouloir en savoir plus. Ne pouvant résister à la dite curiosité, et bien que le temps presse, selon les dires du jeune homme, au moment où ils se glissaient entre deux épaisseurs de mur de la prison, Chopper se lança sur un ton curieux:


- Qui êtes-vous, exactement ? Et qui est cette Majesté dont vous nous parliez?

- Cette voix est aussi vulgaire que ton physique disgracieux, Tsume. Ne parle plus. Plus jamais. Par contre, tu as l'air d'avoir une jolie fourrure. Puis-je m'en faire un manteau?

- NON C'EST HORS DE QUESTION PERSONNE N'AURA MA FOURRURE! s'écria le jeune renne, le visage déformé par l'horreur que lui apportait une telle pensée.

Ce fut là sa seule tentative de communication avec le drôle de type, et si Luffy en fit d'autres, le mammifère à fourrure (fourrure qu'il garderait pour lui!) ne les entendit pas, muré dans une attitude maussade. Ce surnom, Tsume, l'avait particulièrement vexé. Pour qui il se prenait, ce type avec ses fermetures éclair? Quoi qu'il en soit, après un temps, et un passage parmi le Niveau Cinq où aurait dû finir Luffy, une vaste forêt à la température encore plus négative que celle de Drum, l'inconnu ralentit l'allure et, empruntant un dernier passage, conduisit le duo au bout de leur route. Et ce que découvrit Chopper le laissa pantois...


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t317-tony-tony-chopper-equip
Monkey D. Luffy
avatar
Capitaine Mugiwara

Masculin « Age : 24
« Messages : 1946

» Niveau : 7
» Surnom : Luffy au Chapeau de Paille.
» Akuma no Mi : Gomu Gomu no Mi.
» Rôle / Grade : Capitaine de l'Équipage du Chapeau de Paille.
» Prime : 100.000.000 Berries.

MessageSujet: Re: La Cage aux Folles [Luffy - Chopper]   Dim 27 Juil 2014 - 14:30

Luffy se massa les poignets une fois libéré de ses bracelets en kairōseki, non sans que la main caressante qui l'en avait délivré l'ait d'abord fait frémir d'effroi. Avoir pu se familiariser avec la culture Okama par l'intermédiaire de Bon Clay ne l'y rendait nullement plus réceptif, même s'il n'y était pas non plus aussi hermétique que d'autres. Tant qu'on n'attendait pas de lui qu'il s'y convertisse, à tout le moins... Même si, là encore, nul ne pouvait jurer de quoi que ce soit tant les goûts fantasques du capitaine en avaient déjà surpris plus d'un. Toujours était-il que cette aide tombait à point nommé, en dépit du fait que Mugiwara n'ait pas plus d'idée que son toubib de l'identité de leurs bienfaiteurs.

Cela aurait aussi bien pu être un piège létal, voué à les faire disparaître plutôt qu'enfermer... Mais il ne voyait pas de raison de s'en méfier tant qu'ils ne lui en fournissaient aucune. Aussi s'étira-t-il sans avoir cure de leur emplacement dès que les fers qu'il avait aux chevilles eurent été ouverts eux aussi, trop content de retrouver toute sa liberté de mouvement – et l'élasticité qui allait avec. Chopper faisant montre d'un peu plus de scepticisme quant au bien fondé de ce secours inopiné, ils tinrent conseil sans cesser de détaler à toutes jambes – et tous sabots – au coeur du boyau obscur où leurs gardes dormaient d'un sommeil bruyant qui avertirait bien trop tôt le reste du personnel.

« Bah quoi ? Il est super classe ! Aucune raison de pas lui faire confiance ! »

Sur cette note s'achevait le jugement de Luffy à son endroit. Or, les décisions du capitaine ne se contestaient pas ; aussi, le renne – pleinement fidèle à son espèce cette fois, pour avoir pris sa forme quadrupède d'origine – ne pouvait-il que s'en accommoder. Chose sûre, Luffy n'aimait guère les effets fournis par le cadre carcéral. Il lui faudrait veiller à récupérer les siens propres avant de quitter l'endroit – car il ne faisait aucun doute pour lui qu'il ne s'éterniserait pas entre ces murs, quelle qu'en soit la réputation. Ses amis l'attendaient ; qu'il se montre presque aussi insouciant que de coutume n'était en rien un obstacle à l'inquiétude qu'il se faisait à leur sujet.

Ils étaient forts, indubitablement, mais la posture précaire dans laquelle ils les avaient laissés ne présageaient rien de bon. Quand bien même son « départ en voyage » était pour le moins indépendant de sa volonté, il s'en voulait de les avoir laissés dans un tel pétrin et ne voyait pas de meilleur moyen de s'en excuser que de les rejoindre au plus tôt. Qu'ils aient soigneusement évité la question jusque là pour ne pas saler les plaies ne signifiait point qu'ils n'en avaient que faire ; le fils de Dragon ne doutait pas une seconde que son cervidé camarade partage en tout point son opinion à ce sujet.

Ils cheminaient de concert depuis bien assez longtemps pour que la question n'ait même plus à se poser. Leur proximité n'était toutefois pas un barrage suffisant aux inepties que Luffy pouvait parfois proférer – en partie quand, langue pendante, son appétit se manifestait. Or, en l'occurrence, n'avoir pas mangé depuis son arrivée sur place qui remontait à déjà au moins six heures contribuait à lui faire perdre tout sens commun – non qu'il soit exacerbé d'origine. Luffy leva la main comme le ferait un élève désireux d'attirer l'attention de son professeur principal, sans freiner sa course trépidante un seul instant :

« Si tu prends sa fourrure, je peux manger le reste ? »

Hélas, la surdité de Chopper après son altercation avec l'androgyne n'était que sélective. Aussi Luffy hérita-t-il d'une très nette marque de sabot sur la joue pour aller de pair avec sa trace de morsure au poignet. Qu'y pouvait-il, lui, si l'accueil de la prison n'avait pas tenu compte de ses particularités alimentaires ? Se faire appeler Tsume avait l'air d'avoir particulièrement vexé son médecin de bord, sans qu'il sache pourquoi. Le seul homonyme que connaisse Mugiwara était un vieux chat décati de Fuschia qui venait faire les poubelles de Makino dès qu'elle avait le dos tourné. Un parfait ramasse-miettes, mais il voyait difficilement le rapport...

L'imagination débordante du capitaine du Sunny-Go trouva alors fort à propos de jalonner sa course de scènes tout droit sorties d'une réalité alternative où son compagnon aurait été un félin plutôt qu'un caribou. Ces errances psychiques eurent pour elles de lui faire oublier un tant soit peu le froid ambiant alors que, bouclant la boucle, son raisonnement l'amenait à demander à son subconscient si la viande de chat avait bon goût. Absorbé par ces réflexions culinaires, il rata la marche à leur arrivée, faisant irruption tête la première dans l'antre où on les attendait. Caoutchouteux bélier, il rejoignait Tony Tony dans sa condition animale. Ce qu'il trouva derrière les portes suscita une réaction immédiate :

« Wow ! Super ! Un club secret ! J'ai toujours voulu en faire partie ! C'est où qu'on s'inscrit ? »

Se remettant d'aplomb d'un bond leste, il embrassa toute la salle du regard, enthousiasmé à la vue de ce qu'il identifiait comme l'un de ses rêves de l'enfance qu'il n'avait jamais réellement quitté – ni ne quitterait sans doute jamais. Le « palais » de la « reine » avait en effet des airs communs avec ces bars mal famés où les hors-la-loi avaient coutume de faire affaire, tout le sibyllin de leur atmosphère singulière s'y retrouvant – pour peu que l'on ne s'attarde pas trop longuement sur ses occupants, pour beaucoup entre deux genres. Luffy ajusta son galure d'un geste nonchalant – le seul vêtement qu'on lui avait laissé garder pour que, justement, nul ne puisse ignorer qui était leur nouveau pensionnaire. L'excitation retombée, il inspecta à nouveau la salle, d'un air plus curieux cette fois.

« Bon ! Alors, elle est où votre reine machin là ? C'est qu'on doit s'en aller nous, alors si on pouvait faire vite... »

Venant de la scène et des rideaux pourpres qui l'obstruaient à la vue, une voix indéterminable saillit du néant.

« VE FUIS ICI, MON CHOU ! »


« So, you don't like to get hit, huh ? Well, you're about to have a very bad day. »



Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t500-monkey-d-luffy-equipage
Tony Tony Chopper
avatar
Docteur Mugiwara

Masculin « Age : 23
« Messages : 428

» Niveau : 10
» Surnom : Cotton Candy Lover
» Akuma no Mi : Hito Hito no mi
» Rôle / Grade : Médecin des Mugiwara

MessageSujet: Re: La Cage aux Folles [Luffy - Chopper]   Lun 4 Aoû 2014 - 17:39

Foi de Docteur, Chopper n'avait jamais rien vu d'aussi... flamboyant. La scène qui se déroula sous ses yeux après que son élastique capitaine et lui-même aient atteint leur objectif pouvait être qualifiée par mille mots et leur contraire: époustouflante comme ridicule, dramatique à souhait comme à peine digne qu'on s'en moque, explosive comme plate comme un soufflé. Et soufflé, le renne l'avait été: après que le Chapeau de Paille se soit extasié sur cet endroit hors du temps et de la prison, rejoint par le médecin dont les yeux brillaient tant qu'ils ressemblaient à des étoiles, le rideau pourpre de bonne taille qui cachait à la vue un promontoire au fond de la salle s'écarta, comme repoussé par la voix criarde qui émana de l'être le plus étrange que le pirate cornu ait pu apercevoir. Que ce soit sa tête gigantesque, qui trahissait peut-être une hypertrophie crânienne ou était un symptôme d'hydrocéphalie, son justaucorps de cuir écarlate qui dévoilait plus qu'il ne cachait sa chair, ses bas en résilles et surtout sa choucroute violette, qui rajoutait au moins une demie-tête à son visage déjà impressionnant, il n'avait jamais rien vu de tel ! La couronne sur son crâne, enfin, sur sa chevelure pourpre, permit au renne de déduire qu'il était la Reine. Ce qu'il, ou elle, confirma en apostrophant Luffy.

Les gens qui l'accompagnaient n'étaient toutefois pas en reste niveau bizarreries, au vu de leurs oripeaux qui allaient du masque de lapin jusqu'au haut-de-forme, en passant par un véritable costume de renne, où Chopper crut d'ailleurs un instant reconnaître un semblable. Tandis que le benjamin des Mugiwara avaient les yeux rivés sur la Souveraine, celle-ci tituba un instant et tomba en arrière, clamant qu'elle faisait une chute de tension et qu'elle allait défaillir. Les cris inquiets de la foule firent écho à ceux du jeune pirate, qui réclama à force de hurlements un Docteur, paniqué par l'état de la Royale personne qui leur faisait face. Au moment où il se rappela qu'il était médecin, la Reine se détendit comme un ressort, et beugla sur un ton joyeux qu'elle les avait bien eus, provoquant soulagement dans la foule. Le natif de Drum s'autorisa même un soupir. Toutefois, il leur restait un problème : cette Majesté était bien sympathique, mais les deux nakama avaient un autre objectif en tête : sortir de cette maudite prison. Tandis que la Reine (bien que ses caractéristiques physiques soient celles d'un homme, d'après divers repères anatomiques) descendait souplement de son promontoire, Chopper prit les devants, inquiété par certains regards envieux que d'autres occupants de la salle de réunion du club secret jetaient sur son pelage. S'adressant à la Majesté, il lui tint à peu près ce langage:


- Mes respects, votre Majesté. Croyez bien que nous apprécions votre invitation, mais hélas, nos amis nous attendent hors de cette prison ! Comment peut-on sortir d'ici?

- MAIS VOUS NE SORTIREZ PAS D'ICI , MES CHOUPINOUS ! C'EST L'HEURE DE LA FÊTE, ET AU ROYAUME DES NEWKAMA, VE VOUS ASSURE QU'ON VOIT LA VIE EN ROZ! l'interrompit-elle tout de go.

Et ce cri fut comme un signal lancé par la gigantesque bouche peinturlurée du même violet que les cheveux de la Reine, puisque tous les habitants de la salle commencèrent à s'agiter, dansant, sautant partout, séparant rapidement le jeune renne de son camarade en caoutchouc. Passant de mains en mains, on lui tiranchait les joues, on lui pinçait la fourrure, on tâtait son chapeau, on gratouillait son nez... Tant et tant qu'il finit par s'agacer, et à utiliser le traitement le plus radical, se muant en un colossal Heavy Point, envoyant valdinguer l'homme-lapin et une femme qui se prétendait homme malgré son tissu pectoral anormalement développé. Plus qu'agacé, le renne poussa un hurlement qui se voulait un cri de guerre, et qui fit seulement se déhancher les énergumènes les plus proches tant ce cri féminin dans un corps si viril était un modèle pour les Okama qu'ils étaient ! Alors ils s'approchèrent du renne, s'y mettant à cinq pour essayer de le plaquer au sol. Il en envoya voler deux d'un coup de la corde à linge, et les trois autres s'agrippèrent à son cou. Les arrachant comme des insectes, il les repoussa sans ménagement. Soufflant du nez et frappant ses pectoraux, pour effrayer ses opposants, il ne récolta de nouveau que des « SUPER CHOUPINOU !!! » qui le firent tomber de stupeur.

Profitant de son instant de faiblesse, les Okama, au milieu des rires, des chants, de la boisson et de la nourriture qui coulaient à flots, flots plus ou moins justes pour ce qui était des chants, se jetèrent sur lui à plus d'une dizaine, enterrant le cervidé sous un véritable dôme humain. Alors que sa main s'enfonçait peu à peu dans ces sables mouvants d'hommes qui assuraient être des femmes et de leurs opposés, tout juste trouva-t-il la force de crier le nom de son Capitaine....


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t317-tony-tony-chopper-equip
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La Cage aux Folles [Luffy - Chopper]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Cage aux Folles [Luffy - Chopper]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG One Piece : Rise of a New Era :: 03 (Rp / HRp) :: Zone de Combats :: Concours RP-