lienlien












 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Deux touristes sur l'île des Géants [Franky-Shanks]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fils
avatar
Nouveau/Nouvelle
Masculin « Messages : 190

» Niveau : 9
» Surnom : Aniki
» Rôle / Grade : Chef de la Franky Family

MessageSujet: Re: Deux touristes sur l'île des Géants [Franky-Shanks]   Dim 27 Juil 2014 - 20:50

" Arrête de trembler va, tu l’as déjà fait plusieurs fois ! Met toi en position, les bras contractés en avant, et baisse moi cet arrière train-là, je te rappel que tu en as un a stoppé, BAKA ! "


Les souffles de vapeur commençaient à se faire entendre tandis que la silhouette de la cheminée, puis finalement du reste de la locomotive, avançait à grand pas. Postés sur les rails oscillant à vue d’œil à même la surface de l’eau, Franky mit son statut de désosseur de côté pour être, comme à l’accoutumé auprès de Yokozuna, un coach et un mentor d’exception. Preuve en est que depuis son apprentissage du crawl, la grenouille voit en la personne du cyborg un modèle qu’elle ne remettra jamais en question. C’est dire l’opiniâtreté de l’animal, qui n’hésitera pas une seule seconde à reproduire ce que l’on pourrait appeler l’élément déclencheur de l’attrait robotique de l’Aniki.
Yokozuna était campé là, sur le chemin du Puffing Tom, à écouter les derniers conseils pour, enfin, réussir à stopper ce maudit train. Comme à son habitude à l’exception d’une fois, Franky – en retrait, s’apprêta à esquiver la création des Tom’s Workers en gonflant sa bedaine de gaz afin de se propulser facilement sur un des côtés et rejoindre à la nage Water Seven. La locomotive se rapprochait à mesure que le temps filait, mais tel que l’aurait observé une mère sur son enfant, Cutty Flam remarqua que le Puffing Tom se déplaçait plus rapidement qu’ordinairement. Qu’importe en réalité, pensa-t-il, l’entrainement ou la potentielle réussite de sa grenouille n’en serait que plus prestigieuse.


" Coup de Bo… Aaaaaaaaaaaaaaah ! "


La vitesse de l’engin était inhabituelle, si bien que Franky, alors habitué à se propulser avant l’impact, se fit prendre au dépourvu pendant les premiers millièmes de secondes de sa fuite. La technique enclenchée couplée au contact féroce avec le train l’envoya valdinguer loin, très loin vers d’autres cieux. La puissance était telle, qu’il eut à peine le temps de voir Yokozuna catapulté également vers la citée aquatique. Et encore, la chance était tout de même avec lui, car si le train l’avait touché au niveau de son dos – dépourvu d’acier, nul doute qu’il ne resterait que de la charpie du Hentai. Le coup survint de côté, l’expédiant à l’exact opposé de la ville où il avait grandi.

Valsant, non plus cette fois avec Mozu et Kiwi, mais avec les nuages, le vol fut long, si bien que le cyborg eut le temps de réparer sans se presser les deux trois pièces amochées des suites du choc, quand soudain son faciès au nez métallique vint pénétrer les flots, la chute avait assez duré. Maintenant qu’il avait suffisamment volé, il lui fallait nager, il savait également bien le faire, lui qui avait été jadis professeur. Non sans essayer de regarder si une quelconque terre était en vue, l’Aniki fendit les flots à la force de ses bras. Une île était en vue. Nageant à s’en brûler le cola, il était temps que le hors-la-loi se repose s’il ne voulait pas être à court de carburant dans l’océan, il avait bien ses bouteilles de secours, mais autant les garder pour plus tard, qui sait ce que cette île allait lui réserver.

Pieds nus à terre, le fils spirituel de Tom pu enfin s’étendre de tout son long, prenant ainsi l’éponyme posture du " Franky Invincible ", au détail près que l’ennemi n’était pas physique.
Qu’en était-il désormais ? Son voyage parmi les nuages avait été interminable, jamais encore il ne s’était envoyé en l’air de la sorte, peu pourrait le prétendre d’ailleurs car c’est en sa nature de mi-homme mi-robot qu’il avait pu survivre à pareil heurt. Il était forcément très loin de W7, mais à quel point ? Serait-il possible qu’il puisse avoir changé de route, Grand Line étant vaste, la chose serait à peine concevable, mais peut-être pas impossible après tout.

Il se releva en soupirant, puis explora du regard les alentours. La végétation était prépondérante et particulière, en effet la forêt qui s’offrait devant les yeux de l’Aniki était anormalement grande, ou du moins, jamais il n’avait vu d’aussi gros et grands arbres, la faute peut-être à son passé d’urbain, où la seule verdure qu’il eut connu faisait office d’ornement pour la citée aquatique. Ici, tout semblait démesuré, et qu’elle ne fut sa surprise et la confirmation de son ressenti, lorsqu’il entraperçu une ombre géante au loin avec un casque tout aussi colossal en guise de couvre-chef.


" AW ! Un géant ?! Pour de vrai ?! Oï, Mozu, Kiwi, déhanchons nous en rythme pour l’occa… Emph ! "


Dans l’euphorie, le chef de la Franky Family en avait presque oublié qu’il était seul sur l’île. Pas de sœurettes, pas de frères, pas de Sodome et Gomorrhe. Les seuls pirates qui pourraient l’amuser étaient le -et sans doute les, géant qu’il apercevait. Détrousser un géant pourrait s’avérer audacieux à plusieurs titres, si la somme était aussi immense que le propriétaire, nul doute que la richesse acquise pourrait garantir de belles années à son groupuscules de hors-la-loi au grand cœur, de même que s’il venait à réussir et à revenir vivant de cette folle aventure, Zmnbai et compagnie seraient encore plus fier de lui.

Il évolua à travers la dense forêt en quête d’une ville, d’une auberge, ou d’un simple campement rustique s’il le fallait. En effet, avec une demie bouteille de cola restante dans son frigo-ventre, il y avait fort à parier que Franky ne puisse tenir longtemps, la nuit tout au plus. Ses deux bouteilles de cola qu’il gardait – allez savoir ou, en tout temps et en tout lieu ne constituaient que le dernier recours de l’Hentai, il fallait savoir effectuer ses réserves, surtout dans les conditions actuelles où la durée du voyage était indéterminée.
Après une ou deux heures de marche, notre bel éphèbe à la chevelure azurée tomba sur ce que l’on pouvait appeler un bivouac, et ce sur quoi étaient retenus ses yeux était, semblait-il, son propriétaire. Ou plutôt ses pieds. Effectivement, un géant était allongé là, tapant un roupillon sous son installation, protégé par les chauds rayons du soleil. Le vrombissement de sa bouche en faisait trembler la terre, masquant de fait l’arrivée de l’Aniki si tant est que le colosse eut le sommeil léger.
A son côté, le regard avide de Franky se figea sur des armes de toutes sortes, embellis de diverses gemmes et pierres toutes plus brillantes les unes que les autres. Considérant le poids desdites armes –haches, bouclier, glaives etc…, l’ex membre des Tom’s Workers utilisa une de ses bouteilles de secours afin de réussir sans trop faire de bruit à transporter deux des nombreux engins de combats dans un lieu que lui seul saurait reconnaître dans le but, bien évidemment, d’y revenir une fois avoir trouvé un moyen de quitter cette île et de retourner à la Franky House, pleins aux as.

Une fois dûment ensevelit sous terre, le voleur entreprit de poursuivre son exploration. Il acheva son parcours sur une des rives de l’île inconnue où il tomba face à face avec un homme. Et un homme qui semblait proportionné normalement, qui arborait en plus de cela un style vestimentaire proche de celui de la face cachée de Water Seven. Bien que le bermuda soit vu par ce dernier comme risible pour un véritable homme, Franky le considéra, perplexe. Il n’était en fait pas le seul être normal –et c’était dire, sur cette île. Il écouta attentivement les paroles de son vis-à-vis, qui semblait porter un intérêt tout particulier à la chemise de l’Aniki.


" AW ! C’est que je pensais être seul aussi, faut croire que le monde est assez petit ! La chemise est faîte sur mesure l’ami, à vrai dire les manches sont courtes pour que je puisse tourner mes bras comme ça, regarde ! "

*Se déhanche rapidement puis, en s’abaissant, fais tournoyer ses deux avants bras l’un au-dessus de l’autre, puis comme si la suite était automatique, plie une jambe et tend l’autre tout en collant ses deux bras vers le ciel en s’écriant :


SUUUUUUUUUUPEEEEEEEEEEER !

" OÏ l’ami, je pourrais t’apprendre une de ces quatre, à force de persévérance, le funky rentrera, crois- moi !
Enfin, dis, tu saurais pas ou on a atterri par hasard ? Et t’aurais pas un moyen de quitter ce caillou ? J’viens de pêcher un gros poisson, si tu m’aides on pourra peut-être s’arranger pour couper la poire en deux, tu m’as l’air d’être un mec sympa avec ton bermuda ! "


*S’approche de l’homme, puis lui tend sa main droite en relevant ses lunettes fumées de l’autre.

" Moi c’est Franky ! Protecteur de Water Seven et désosseur de navire à mes heures perdues, enchanté ! "


Tout en attendant la réponse de ce mystérieux personnage, Bakanky le scruta du regard, sa chevelure rouge lui rappelait un certain pirate dont il avait attendu parler quelques fois au détour d’un cola dans un bar, Le Roux qu’ils l’appelaient, force majeure de la piraterie et même Empereur, c’était dire. Mais que ferait un capitaine pirate sans équipage ? Pas plus qu’un chef de gang sans acolytes certainement.
Ceci dit, et comme le funky le pensait, nul doute qu’en ce monde plus d’un peï arborait une tignasse rousse, il ne fallait pas juger trop vite, d’autant que Franky n’en avait cure tant qu’il ne lui poserait pas de problème, alors s’il venait à l’aider d’une quelconque manière que ce soit, et même à gagner du temps, l’Aniki ne tarderait pas à lui sommer de l’appeler par le sacro-saint pseudonyme susmentionné.
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t639-franky-franky-family-ch
Fils
avatar
Nouveau/Nouvelle
Masculin « Messages : 190

» Niveau : 9
» Surnom : Aniki
» Rôle / Grade : Chef de la Franky Family

MessageSujet: Re: Deux touristes sur l'île des Géants [Franky-Shanks]   Mar 5 Aoû 2014 - 17:53

Shanks … Ce nom lui semblait finalement moins familier qu’il ne le pensait aux premiers abords. Et de toutes les manières le temps n’était point à réfléchir s’il le connaissait ou non, pas plus d'ailleurs que de se poser pour converser, bien que l’exercice aurait été plaisant à n’en pas douter. Il s’agissait de savoir où il avait atterri, et de mettre les voiles rapidement sur W7 afin de retrouver sa famille, et avec le butin dérobé dans l’idéal. Et par un heureux hasard, son vis-à-vis semblait savoir quelle terre ils foulaient, Elbaf, la terre des géants.
Franky n’en croyait pas ses oreilles, il était le mieux placé pour dire que son voyage avait été long, mais à ce point, c’en était effarant. Regardant le sol d’un air ahuri, il se mit à taper du pied pour vérifier qu’il n’était pas sur un nuage, le cas échéant, il s’enfonça un morceau de bois dans le dos, devant l’air amusé de son nouvel ami, pour se persuader que ce n’était pas un rêve.


" Argh !
AW ! C’est pas un rêve ! Il était costaud ce train-là, j’espère que Yokozuna s’en est bien sortie.
Longue histoire l’ami, allons rencontrer ton chef, je vais te raconter ça ! Mais dis, t’aurais pas du cola ? Ma mèche se tombe, je me sens tout raplaplapla ! Oh et tu parles de ce gros poisson ? C’est un trésor, on ira le chercher tout à l’heure, bermuda-san ! "



Tout en évoluant à deux à travers l’île, le cyborg parcourait du regard les alentours. S’il lui était difficile de croire être véritablement sur Elbaf, une fois l’information transmise, ce fait s’avérait évident. Les mensurations de toute chose étaient colossales, ça quelques arbres aux branches infinies qui surplomberaient même la haute fontaine de la citée aquatique, là d’anciennes bâtisses et monuments hors normes, puis de nombreux terrains de combats que l’on pourrait aisément confondre à d’authentiques champs de batailles tant l’espace était vaste et parsemé de débris d’armures ou d’armes. Le tout était beau à voir, mais surtout impressionnant.

Les deux comparses poursuivirent leur chemin tout en conservant cette connivence innée, à tel point que le grand roux subtilisa les petites lunettes fumées de l’Aniki, et si ce dernier demeurait toujours autant funky dépourvu de celles-ci, il fallait admettre que son partenaire montait d’un cran à ce niveau une fois les verres sur son nez. Les pas de danses et autre roulements de bras ne seraient certainement pas un problème pour après, s’il adoptait ce style singulier sans forcer.
Après avoir lâché quelques outrages dans le dos de ces fabulateurs de la Galley La, et de lui avoir certifié que sa famille –la Franky Family, protégeait la ville en son absence, il s’apprêta à manigancer une sournoiserie sans nom, digne de l’escamotage de ses chères lunettes : lui voler son bermuda à son insu.
Cependant, au même moment, alors qu’ils venaient d’arriver à l’entrée d’un village, une ombre vint les recouvrir tous les deux. Le protecteur de Water Seven amena ses deux yeux vers ladite ombre, pour découvrir qu'un menhir fendait l’air et chutait droit sur eux. Le ciel pouvait bien leur tomber sur la tête, Franky n’entendait pas rester de marbre –quoi qu’il l’aurait sans doute pu en sa condition d’homme métal, et se faire écraser. D'autant moins lorsque son camarade, joueur au possible, lui susurra de lui faire une démonstration. Un sourire provocateur se dessina sur ses lèvres, dès lors qu’il retira la protection de son poing droit. N’optant pour une technique qu’à moindre coup de carburant, il s’écria quand le rocher atteint sa deadline :


Strong HAMEEEERR !

Il n’avait pas ôté son sourire, lui non plus, quand la caillasse avait éclaté de part en part. Non sans être content du résultat, l’ancien membre des Tom’s Workers afficha un air fier et considéra son ami, amusé, qui était resté serein d’un bout à l’autre, sans doute faisait-il suffisamment confiance à son nouveau compagnon, ou alors n’avait-il qu’à lever le petit doigt pour atteindre le roc qui leur cachait la vision du soleil. Là n’était pas la question.
Une fois le spectacle terminé, un géant vint leur faire face. C'est instinctivement que le cyborg recula d’un pas et serra le poing, mais l’attitude décontracté de Shanks prouvait qu’il n’avait pas lieu de s’inquiéter outre mesure. En effet, ce dernier avait affirmé connaitre le chef de ce haut lieu. Les deux adeptes des jambes nues suivirent le colosse jusqu'au chef, où ce dernier s’entretiendrait avec le rouquin, une belle rencontre en perspective.

Le village était petit mais très grand. L’on pouvait compter des huttes par dizaines, elles étaient disposées de telle sorte qu’une grande allée –sans doute principale, coupait le village en deux avec habitations et commerces de tout genre côte à côte. Un compteur de bonnes aventures comptait de bonnes aventures à ce qui ressemblait le plus aux enfants des géants, toujours aussi massifs mais plus petits que leurs aînés, ils surplombaient tout de même nos héros de quatre à cinq mètres. Un poissonnier semblait se disputer le bout de gras avec un forgeron, tandis qu’un barde fredonnait quelques chants paillards. Heureux d'avoir enfin trouvé un semblable appréciant chantonner et se mouvoir, c’est sans hésitation que l’homme le plus funky rejoignit le dénommé Bolthorn, puis de concert, ils se mirent à composer, l’un avec sa harpe de fortune, l’autre avec son ukulélé, tout en effectuant quelques pas à en faire rougir Mozu et Kiwi. Sans demander leur reste, plusieurs habitants sommèrent les deux boute en train d’arrêter sous peine de recevoir plusieurs projectiles en pleine figure, ce n'est qu'après avoir reçu deux poissons avariés qu'ils stoppèrent et se séparèrent, l’un retournant dans sa hutte géante, l’autre rejoignant son compagnon.

La cahute du chef se remarquait parmi toutes, tant les trésors qui y étaient ornés étincelaient de mille feux, deux haches de guerres gigantesques étaient croisés à l’entrée où l’on pouvait distinguer le nom d’Oslo. A peine entré, le chef des lieux s’adressa au duo d’un air très accueillant.


" DARUMAHAHAHAHAHA ! Shanks le Roux ! Ça faisait longtemps petit homme, content que tu viennes nous rendre une petite visite, sers toi donc, qu’on ne te fasse pas attendre ! Et qui peut bien être l’énergumène que tu ramènes ? Peu importe, s’il est avec toi, je lui fais confiance ! "


Franky resta coi pendant un instant, le regard fixé sur le géant, puis sur son compagnon. Shanks le Roux … Il s’agissait finalement de celui dont il avait attendu parler, de l’Empereur, de l’un des pirates les plus puissants sur les mers, mais encore plus, il s’agissait de l’un des anciens membres qui naviguait sur l’Oro Jackson, navire pour lequel son ancien mentor avait donné sa vie.


* Tom-san … Voila donc l’un des anciens membres de l’Oro Jackson, un des pirates pour lesquels tu as donné ta vie pour qu'ils naviguent ...


Il afficha le reste de la conversation un silence exemplaire et un sourire bienheureux. L’Aniki ne se concentrait pas spécialement sur les échanges lyriques qui eurent lieu, à dire vrai, il pensait surtout à la chance qu’il avait d’avoir en face de lui l’homme ayant navigué au côté du Seigneur des Pirates, si bien qu’il espérait un jour prochain, tomber sur un autre de ses nakamas.

Une fois sortie de la demeure d’Oslo, l’ancien partenaire d’Iceburg considéra son actuel partenaire avec plus de respect et d’admiration, sans pour autant que cela se voit. Il tapa d’une main ferme son dos, pour ensuite lui dire :


" Oï nakama, après de telles retrouvailles … " il fut interrompu par la bruyante arrivée d’un géant.

" Au voleur ! Au voleur ! Qui a osé voler tous ces trésors ?! Gniark, qu’il vienne et réponde de son crime ! "


Tous le fixèrent l’air perplexe, il n’était probablement pas coutume de voler les biens de ses pairs, la plupart du temps gagnés loyalement durant un duel, ou lors d’un troc. Franky sortit de ses joncs à son tour :


" AW ! Tu as volé mon argent ?! Dérober à un pirate n’est pas un crime, mais dérober au chef de la Franky Family, ça c’en est un !! Viens te battre si t’es un homme ! "


Le chahut gagna la foule en moins de temps qu’il faut pour dire slip, quand les uns ricanèrent devant l’élan d’audace du chasseur de prime, les autres le parcoururent du regard avec aigreur et dégoût. C’était atteindre à l’honneur d’un valeureux guerrier, que de subtiliser ses trophées de guerre, même si Franky voyait les choses tout autrement. Sans porter une quelconque importance à qui la faute était, le chef se manifesta à son tour :


" Qu’il en soit ainsi, prenez place pour le duel et battez-vous pour votre due, pour votre honneur ! "


Une arène prit alors forme avec en guise de limite, les énormes armes des géants, quand soudain dans la foule, s’avança une personne alors jamais aperçu par le duo rouge et bleu.


" Laisse moi le pour cette fois P'pa ! Va pas salir ton armure en écrasant ce moucheron ! BIDAHAHAHAHAHA ! "


Tous les yeux se fixèrent alors sur le fils du véritable volé, qui ne manquait pas une occasion de se battre. Sans contre-indication de la part d’Oslo, il prit place à une extrémité de l’arène traditionnelle, tandis qu’en face de lui… il n’y avait plus personne ! Le désosseur de navire avait pour ainsi dire disparu, ce qui ne manqua pas une fois de plus d'attiser la foule qui raillait à ne plus s’entendre le nom du prétendu voleur, dénué d’honneur. Mais c’était mal connaître le porteur du Battlepants.

En effet, un bruit lourd et répétitif pouvait dorénavant s’entendre, comme un tambour. Le barde, Bolthorn, avait pris place dans sa hutte surélevée, et tapait sur de vieilles caisses à la demande de l’ero cyborg.


" AW ! AW ! AW !
Ranger moi vos grimaces, le funky est dans la place !


*Arrive à son extrémité en pas de danse, faisant glisser ses pieds jusqu’à l’arrivée. Pose deux morceaux de bois de sa taille à sa droite et sa gauche, où sont illustrés les illustres Mozu et Kiwi d’un coup de pinceau de fortune.

One ! Two ! Move !
One ! Two ! Dance !

Mmmmmmmmmmmmmm …


*Déhanche habillement son arrière train sur les côtés, se penche en faisant tourner ses bras l’un au-dessus de l’autre. Battant la mesure, l’Aniki releva son buste rapidement en apposant ses deux bras l’un à côté de l’autre et en s’écriant :


SUUUUUUUUPEEEEEEEEEEER !!



Oï gamin ! Prépare toi à morfler, tu vas prendre une raclée !
Voici veniiiiiir, FRANNNKY !

Franky Boxing ! "


*Se met en garde, et envoie plusieurs coups dans le vide sans oublier d’abuser de son jeu de jambes.


Non sans se trouver quelque peu désemparé par la situation, le petit géant s’élança en direction du hentai, un poing armé derrière son épaule. Rapidement, ce dernier esquiva de côté avant de lui lancer son plus beau « Strong Right » sous les yeux stupéfait des spectateurs. Si le beau bébé était massif et puissant, il perdait de fait en rapidité d’exécution et en vitesse, facilitant la lecture de ses mouvements et de ses attaques qui étaient toutes similaires. A contrario du cyborg qui lui, pouvait jouer la carte de l’imprévisibilité à souhait, lui qui regorgeait de gadgets en tout genre au sein même de son corps, inconnus aux yeux des habitants d’Elbaf, comme ce coup qui consistait à lancer son poing droit relié par le reste de son bras d'une longue chaîne.


" BAKA ! T’as jamais vu de cyborg ?! Je vais t’en faire voir de toutes les couleurs ! "


Si Franky pouvait se vanter et faire montre de son arsenal, c’est parce qu’il avait pris le soin de placer sa dernière bouteille de cola dans son frigo ventre, lui octroya la pleine puissance.
Le jeune se redressa difficilement, puis tout en soupirant, se mit à chercher du regard son adversaire qui s’était jeté dans les airs afin de le prendre par surprise. Une fois à bonne hauteur, il retint son souffle, gonflant ainsi ses joues et ses poumons jusqu'à recracher une salve de feu pas aussi démesurée qu’il l’espérait compte tenu du décor et de la taille de son vis-à-vis.
Le combattant, parvenant tant mal que bien à mettre ses émotions de côtés, brandit son bouclier pour se protéger un minimum tout en profitant de la descente de Bakanky pour lui envoyer un formidable coup de tête dans le nez. Bien que métallique, l’effet ressenti était douloureux et il ne pouvait plus être question de subir pareil coup. Expédié plusieurs mètres en arrière, le cyborg se releva, les dents serrés puis confia ses lunettes fumées à son seul compagnon ici-bas : le Roux, avant de lui certifier que le spectacle touchait à sa fin.

Sur ces promesses, il plaça un tuyau en forme de T entre ses deux avant-bras démesurés puis entama une course à vive allure en direction du fiston courageux. Il se servit d’une de ses lourdes attaques pour parcourir son bras et atteindre bientôt le haut de son buste pour bondir de plus belles au niveau de son visage, le combattant aux cheveux azurés pointa ses bras sur son front, avant de s’écrier :


70cm caliber MAX cola power ...

COUP DE VENT !



La détonation fut mémorable, de même que l’impact, d’une violence inouïe. Le corps assommé de sa cible tomba sur le sol provoquant une grosse secousse et formant un petit cratère uniforme.
Saupoudré de quelques mouvements de bassin, Franky ajouta :


" OÏ ! Mozu ! Kiwi ! Swingez moi ça, Aniki ! Aniki ! Scandez moi ça ! Aniki ! "


Quelques minutes plus tard, il s’avança vers son ancien adversaire, puis à défaut de lui tendre une main généreuse pour le relever –faut d’une trop grosse différence de taille, le fils spirituel de Tom lui envoya une petite frappe amicale sur l’épaule en lui affirmant qu’il lui rendrait le butin à lui et à son père, non sans oublier de lui dire qu’il pouvait l’appeler Aniki désormais.
Il retourna, vide de son énergie, vers son camarade :

" Je suis un cyborg, mais t'es loin d'avoir tout vu ! Je pourrais te refaire un bras si ça te dit, l’ami ! "
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t639-franky-franky-family-ch
Fils
avatar
Nouveau/Nouvelle
Masculin « Messages : 190

» Niveau : 9
» Surnom : Aniki
» Rôle / Grade : Chef de la Franky Family

MessageSujet: Re: Deux touristes sur l'île des Géants [Franky-Shanks]   Ven 8 Aoû 2014 - 23:55

L’ovation durait plusieurs minutes, mais Franky adorait ça. A tout Seigneur, tout honneur, Oslo ne manqua pas d’aller saluer la performance de l’Aniki, dont les compétences cybernétiques n’avaient pas manqués de l’éblouir, au même titre que le reste de la population de l’île. Bolthorn composa d’ailleurs l’esquisse d’un refrain, avant de déguerpir fissa dans sa hutte continuer ses essais sous les menaces amicales de ses camarades. Cutty considérait son talent avec émotion, nul doute qu’un musicien de sa trempe ferait un carton à Water Seven, d’autant plus auprès de sa famille.

Les petits gars de Shanks, qui avaient finalement retrouvé leur capitaine, prirent place avec la plèbe pour grignoter deux trois digestifs et, surtout, pour s’enivrer de bières tout en prenant part aux festivités locales, et de fait, à la récente victoire de l’homme-robot face au géant. En l’Aniki qu’il était, Franky se voyait donner de petites leçons de danse, partager ses poses héroïques et démontrer toute la robotique qu’il avait en lui, à tout un chacun. Kokoro n’aurait pas été de trop dans cette bagatelle, pour mettre un peu d’organisation dans tout ça, en la secrétaire qu’elle fut jadis. Cependant, l’hentai n’en démordait pas, et s’établissait en véritable visionnaire de sa pensée funky, transmettant à l’un pirate, l’autre géant, toute l’étendue de son savoir en la matière. Le prophète funkyesque ne loupait pas une occasion d’agrandir sa famille en énonçant sa fameuse phrase d’usage. Virevoltant de toute part, il retourna vers son camarade rouquin, qui lui proposa à brûle-pourpoint de rejoindre son équipage, ce à quoi le hors-la-loi rétorqua :


" Ahahaha ! D'habitude les pirates, c’est mon gagne-pain, surtout ceux qui cherchent des noises par chez moi, on aime bien leur coller quelques baffes en plus de ça, à eux ! C’est mon job, ma responsabilité, ils m’adulent pour ça, moi le protecteur de W7, d’ailleurs mes petits frères s’occupent de ça en mon absence ! J’ai pas le temps pour écumer les mers ! Aw, mais vous me semblez pas comme toute cette marmaille prétentieuse qui débarque piller les miens, si vous venez un jour dans la citée aquatique, demandez Franky, vous serez bien accueillis ! "


Ce dernier avait hâte de revoir les siens, reprendre le cours de ses petites activités clandestines avec sa Franky Family. Ce fut donc avec plaisir qu’il accepta l’invitation de Shanks, quand celui-ci lui proposa de le ramener près de chez lui.
S’il y avait une chose étonnante là-dedans pour lui, ce n’était pas tant que nombre de personne adhérait à ce style endiablé, mais c’était bien la nature des pirates qu’ils venaient de rencontrer. Il y avait fort à parier qu’à voir le capitaine, l’équipage tendrait vers les mêmes propensions, à savoir un bel esprit du collectif et un instinct festif à souhait. Une belle bande de joyeux lurons, en somme. Mais comme il fallait se méfier de Law qui dort, l’équipage du Roux ne dérogeait non plus à cette règle quand une créature ailée gigantesque vint obscurcir le ciel. De son existence, l’ero cyborg n’avait encore jamais vu pareil volatile, faute de temps pour voyager, et pourtant il lui semblait déjà avoir connu le plus particulier, en l’existence du pigeon blanc à cravate Hattori, bavard s’il en est, animal de compagnie de cet imbécile ventriloque de Lucci. Franky en était persuadé.
Le Scrute-Cieux comme il se faisait appeler, fendit les airs sans broncher sous les coups incessants des pirates. S’il s’avérait au final qu’une stratégie avait été mise en place pour défaire le colossal oisillon, l’ancien associé de Bakaburg n’y vit que du feu, et en deux temps trois mouvements, la bête fut tranchée net par une belle maestra des géants et des pirates, où le Roux eut finalement le privilège de porter le coup final.

Rebelote, le temps était aux acclamations, aux joies et aux festivités. Le cyborg considéra son ami avec admiration, là était la puissance d’un Empereur, ou du moins, une minime démonstration. Mais pour l’heure, il festoierait avec lui et sa clique et pareillement avec ses nouveaux grands amis. L’occasion faisant le larron, notre héros à la chevelure azurée prit place sur la grande tablée au milieu des barbaques frites, des chopines débordantes et d’autres victuailles copieuses en tout genre. C’est secondé par son fidèle barde Bolthorn que le plus funky de tous s’attela à gigoter aux rythmes endiablés des musiques et chants, rappelant par la même occasion à tous les fameuses poses si singulières qui permettraient au peuple des géants de garder un souvenir de leur hôte au slip, une fois qu’il aura mis les voiles.

Dans sa mansuétude innée, le capitaine des pirates offrit au chef des brigands au grand cœur une authentique plume de la bête, désormais inerte, susmentionnée. A en croire ses paroles, elle valait son pesant d’or, et Franky rêvait déjà de la manière dont il allait utiliser ce magot, le shopping n’était pas une activité réservé à la gente féminine, ça non, même cet homme parmi les hommes pouvait s’en délecter. Au bord des larmes devant un tel acte de gentillesse, le nouvel acquéreur d’une partie –aussi infime soit-elle, du Scrute Cieux s’adressa à son vis-à-vis.


" AW ! Merci l’ami, c’est super sympa de ta part ! T’es vraiment un ga … "


Sans avoir le temps de finir sa phrase, ô combien remplie de bonnes intentions, Shanks fit un acte de pur sournoiserie, et si l’on en percevait le sourire tartufe mais enfantin qu’ornait le Roux, nul ne pourrait douter qu’il avait en réalité prévu son coup. Rapidement, l’Aniki écopa dans son frigo ventre une gourde pleine d’un liquide qui lui était étranger, et dans le cas de notre cyborg, qui disait pas de cola, disait embarras. En effet comme il l’avait dit à son camarade, si une quelconque autre boisson était introduite dans son ventre, d’étranges changements auraient lieu et surtout sur le plan comportemental. A ce niveau, ce n’était plus une perche qu’avait tendu le désosseur de navire, mais une poutre digne d’un assemblage de milles et une poutrelle. Et c’est sous des yeux ébahis que la transformation eut lieu.


*La déglutition le fit cracher.

" Aaaarh tchhh !

Ouauh ! En v’la une bonne de binouz, bien sèche comme il faut. Qu’on m’en rapporte une et qu’on en serve à tous ces pleutres Bwahahaha ! … Quoi le fils à papa ?! Tu veux qu’on se la mette, t’es sur ? Le lion n’s’associe pas avec le cafard, c’est bien connu !


*Crache de nouveau.

Bon, elles sont ou les donzelles ?! C’est que toute cette bonne bidoche m’a mis en appétit ! Il est ou le plat de résistance qu’on s’amuse un peu, t’as d’affreux ?! Bwahahaha ! "


Le changement était pour ainsi dire radical, et même si l’instigateur de ce mouvement avait eu l’envie de donner une fois de plus le change en intervenant, c’est Oslo qui survint, et frappa d’un coup le désormais arrogant Franky, non sans ensuite soustraire à sa cible la gourde de son frigo-ventre, mettant fin à cette douce mascarade.

La brutalité de la claque avait eu le mérite d’envoyer l’hentai dans les nuages, à même le sol. Et ce n’était que plusieurs minutes plus tard qu’il daigna ouvrir l’œil, feignant qu’il ne s’était rien passé en espérant que ça passerait mieux ainsi. Devenir un loubard insolant, ça avait de la gueule en un sens.
A son réveil, tout était prêt pour enfin mettre les voiles, le navire du Roux était paré à reprendre la mer et, comme il le lui avait promis, à ramener Franky aux abords de la terre où il avait grandi.
Les adieux furent intenses mais brefs, des deux côtés il n’était question d’ajouter plus de tristesse qu’ils n’avaient en eux. Tous, géants comme humains, gardèrent leur sang-froid et intériorisèrent leurs sentiments. Tous sauf le protecteur émotif de Water Seven, qui versait quelques larmes et chantonnait des adieux ridicules à ses nouveaux amis, dont Bolthorn, qui une fois n’était pas coutume, était privé de ce privilège là que de chanter.

Sur le navire, le détenteur du Battlepants s’adressa au porteur du bermuda pour une des dernières fois avant … longtemps ?


" Oï l’ami ! Je me souviendrais de toi et de ta bande, les pirates sont pas tous comme vous ! Je t’aurais bien filé une babiole, mais j’ai déjà pas grand-chose sur moi Uahaha !
Oh et Shanks, tu peux m’appeler Aniki quand on se reverra ! "


Il termina sa locution par un sourire qui en disait large, avant que le bateau ne quitte définitivement Elbaf, la terre des géants.

Quand soudain, à l’horizon, l’on pouvait entendre des cris imperceptibles et une silhouette qui s’avançait de proche en proche. Surpris par cette présence, le navire pirate s’approcha tandis que ce qui ressemblait à l’autre fit de même. Une fois à portée, Franky n’eut aucun mal à reconnaître ses deux KingBull favoris, chevauchés par des têtes connus, qu’il faisait bon vivre de revoir.


" ANIKIIIIIII ! ANIKIIIIII ! On t’a retrouvé Aniki ! ANIKIIIII ! "





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t639-franky-franky-family-ch
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Deux touristes sur l'île des Géants [Franky-Shanks]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Deux touristes sur l'île des Géants [Franky-Shanks]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG One Piece : Rise of a New Era :: 03 (Rp / HRp) :: Zone de Combats :: Concours RP-