lienlien












 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 La chèvre et les prisonniers [PV Zoro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Batsu
avatar
Pirate Barbe Noire
ZEHAHAHAHAHAHA!
Masculin « Age : 32
« Messages : 803

» Niveau : 4
» Surnom : Barbe Noire
» Akuma no Mi : Yami Yami no Mi
» Rôle / Grade : Capitaine - Mangeur de tartes
» Prime : Inconnue

MessageSujet: La chèvre et les prisonniers [PV Zoro]   Mar 22 Juil 2014 - 0:20


Thème a écrit:
Enlèvement (volontaire ou non) de la chèvre de Sengoku.


Cela faisait déjà un sacré moment que Kurohige et son équipage parcouraient ces mers à la recherche de leurs cibles numéro 1 et numéro 2: Mugiwara no Luffy et Roronoa Zoro. Croyant avoir perdu leur trace, ils avaient enfin commencé à trouver quelques indices quelques jours auparavant. En effet, le Capitaine du Marutabune avait toujours eu l’œil du recruteur et un certain sens du détail quand il s'agissait de dresser un bref portrait de la psyché d'un inconnu. Teach avait eu tout le loisir à Mock Town de se rendre compte en la personne de Mugiwara no Luffy qu'il avait affaire à un type aussi gourmand que lui, bien que ses goûts l'amenaient à consommer plutôt de la viande et à dénigrer les sucrerie comme, disons au hasard, les tartes aux cerises. Le poisson géant flottant sur le dos ramené par ce diable de Burgess portait d'impressionnantes traces de dents qui rappelaient fortement l'appétit d'ogre du Capitaine du Merry. De là, avec Van Augur à la vigie, ils n'avaient eu qu'à suivre les carcasses de bestioles en tout genre à moitié dévorées. Poissons, pieuvres, calamars, tout y passait. A plusieurs reprises ils durent faire attention à ne pas se faire gober par un poisson bien plus gros à la recherche d'un en-cas que les restes de l'homme caoutchouc constitueraient.

Après donc plusieurs jours de rame à un rythme soutenu, ils finirent enfin par apercevoir à l'horizon leurs proies. Bien qu'exténués, savoir leur objectif à portée de main donna un second souffle à l'équipage qui s'ébroua comme un seul homme, se préparant aux combat et à un éventuel abordage. Ils ne cherchaient pas vraiment à cacher leur présence et furent effectivement détectés bien assez tôt par leurs ennemis. La folle poursuite commença. Leur navigatrice n'était pas mauvaise, sachant bien trouver le vent pour gagner en vitesse. Mais cela n'était rien comparé à la force herculéenne de Burgess à la rame. Bras croisés sur l'avant de son fier navire de rondins de bois, Teach arborait son sourire édenté de toujours. Hilare, il apostropha les occupants du Merry dès qu'il furent à portée de voix:
-"OOOOI! MUGIWARA NO LUFFY! RORONOA ZORO! JE SUIS VENU PRENDRE VOS TÊTES! TOUTE RÉSISTANCE EST INUTILE!!! Chargez les canons et balancez-leur une bonne bordée de plomb en guise de salutations!"

Sitôt dit, presque sitôt fait. Tant que Burgess était en train de ramer cela devait être les autres qui se chargeaient de porter les lourds boulets de canon. Laffitte et Van Augur n'avaient jamais été athlétiques mais s'en sortaient quand même plutôt bien. A côté de cela, Doc Q été parti pour virer sa cuti avec Stronger, tous deux écrasés par les boulets qu'ils avaient entrepris de porter. Dans l'escalier menant à la cale, Aslinn attendait, n'étant décidément pas d'humeur à prendre part aux festivités. Grand bien lui en fasse, elle ne perdrait rien pour attendre, cette sale gamine! Teach recentra son attention sur le navire devant eux alors que les premiers boulets de canon commençaient à fuser dans sa direction. Comme il aurait dû s'y attendre, les quelques projectiles furent déviés, coupés en tranches ou même renvoyés... Droit sur eux... L'explosion de leur propre boulet frappa Teach de plein fouet. Ce maudit Mugiwara no Luffy venait de renvoyer le cadeau à l'envoyeur en gonflant comme un ridicule fugu! Émergeant de la fumée âcre qui provoqua chez tout l'équipage larmes et toux rauques, Teach fulminait. Un bref coup d’œil sur l'état du Marutabune lui indiqua que cette coque de noix était encore partie pour se disloquer. Ce rafiot était vraiment pourri, Kurohige ne pourrait jamais comprendre ce que Burgess lui trouvait. Quelques cordages qui tenaient les rondins ensemble avaient cramé lors de l'explosion de leur propre boulet de canon, menaçant de lâcher à tout moment. Décidant qu'ils étaient déjà à cours d'options, le temps n'était plus à jouer. En parlant de temps, Laffitte posa une main sur l'épaule de Teach, la mine inquiète. Levant le nez, il pu effectivement constater que soudainement de gros nuages noirs tapissaient le ciel pourtant d'un bleu azur quelques minutes auparavant. Foutue mer. Refusant encore une fois de se faire dicter ses conduites par de simples cumulo-nimbus, Teach ordonna l'abordage du Merry. Burgess redoubla d'efforts pour lancer le Marutabune dans le sprint final. De leur côté, les autres préparaient les grappins, sauf Aslinn, toujours sur son perchoir, qui semblait plus inquiétée par le lustrage de son fusil qui à l'instant présent ne tirait pas assez de balles aux yeux de son Capitaine chéri.

Soudain, la mer se rebiffa, y ajouta plus que son grain de sel. Les éclairs frappaient sans merci les flots qui semblaient répondre à ces agressions en faisant le gros dos de vagues de plus en plus gigantesques. Le plan d'abordage de Teach alla au-delà de ses espérances, une de ces vagues aux hormones décidant "d'aider" le Marutabune à se rapprocher du Merry. Au lieu d'un baiser, ce fut un coup de boule magistral qui fut donné par leur navire, heurtant de plein fouet la coque du Merry. L'espace d'une seconde, Teach et Luffy se retrouvèrent face à face, leurs deux visages à quelques centimètres de distance l'un de l'autre. Cet instant fut bien trop bref pour qu'un quelconque échange de bourre-pifs soit effectué. En bon arroseur arrosé, c'est le bateau de rondins de bois qui se disloqua comme un château de cartes sous l'impact. Repoussés en arrière, Teach agrippa tant bien que mal de l'une de ses pattes à la poigne d'airain un cordage qui semblait toujours vouloir enserrer l'un des rondins de bois. Il fallait l'avouer, l'équipage de Kurohige commençait à avoir l'habitude de ce genre de mésaventures. Néanmoins, mauvais perdant, Teach tenta un coup de poker. Il tendit son autre main alors qu'il s'éloignait irrémédiablement de ses proies. Les particules d'ébène du Yami Yami no Mi émergèrent prestement de son dos, venant former une hélice noire au niveau de son poignet. Sa paume recouverte de ténèbres, il prononça un mot, un seul, qui scellerait le destin de l'un d'entre eux:
-"KUROUZU!!!"
-"ZOROOOO!!!"
Teach pesta en constatant qu'il avait raté sa cible principale. Viser en plein vol, entouré de débris de bateau en pleine tempête était quelque chose qu'il n'avait que top peu l'occasion de pratiquer ces temps-ci. Au moins ce n'était pas ce Tanuki ou le long nez qui avait l'air tout faiblichon qu'il avait attrapé. Lui-même ne savait pas trop pourquoi il avait fait ça, une inspiration du moment? L'envie d'en emporter un dans une mort possible? Ou peut-être un peu des deux, qui sait? Le fait était qu'il venait d'attirer à lui sa cible numéro 2 sous les yeux de son Capitaine désemparé. Teach aurait presque versé une petite larme dans ce déchirant instant mélodramatique s'il n'était pas aussi occupé à rire à gorge déployée comme un démon alors que les flots se refermaient sur lui et Roronoa Zoro qu'il avait entraîné à lui. Sentant ses forces le quitter en même temps que sa conscience à cause de l'immersion dans un liquide, le possesseur du pouvoir du Yami Yami no Mi effectua un dernier effort lui demandant une volonté surhumaine alors que tout autour de lui devenait ironiquement noir. Tout son cerveau n'était plus que concentré dans un unique but: ne pas lâcher prise. Les deux poings de Teach se crispèrent et semblèrent se verrouiller en position fermée comme des pinces de crabe. Une main tenant le cordage, une autre enserrant le poignet de Roronoa Zoro. Se répétant sans cesse comme une machine de ne pas lâcher, Teach succomba finalement à sa faiblesse induite par son fruit du démon et perdit connaissance, emporté lui et ses prises par un puissant courant les entraînant vers des profondeurs inconues.

Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t316-marshall-d-teach-equipa
Roronoa Zoro
avatar
Sabreur Mugiwara

Masculin « Age : 31
« Messages : 3451

» Niveau : 8.
» Surnom : Zoro le chasseur de pirates.
» Rôle / Grade : Sabreur.
» Prime : 60.000.000 Berries.

MessageSujet: Re: La chèvre et les prisonniers [PV Zoro]   Mer 23 Juil 2014 - 22:10

Voilà plusieurs jours que l'équipage du Chapeau de Paille avait quitté les îles célestes, regagnant par la même occasion les flots tumultueux de Grand Line. Des souvenirs pleins la tête, mais aussi pleins les poches, ils conversaient en toute quiétude, ressassant sans lassitude les faits marquants de leur périple tout là haut. Entre autres choses, la théorie d'Usopp quant à la présence d'un mystérieux allié attira l'attention de Zoro, conscient que le Going-Merry n'avait pu se retaper de lui-même sur l'autel sacrificiel. Quelque part, il était bon d'imaginer qu'une bonne âme avait pu tendre la main à la troupe, mais il importait d'en savoir plus à ce sujet et notamment, de s'assurer que le fier bâtiment n'abritait pas un passager clandestin à son bord. Toujours vêtu d'un débardeur bleu marine qui souffrait de quelques déchirures ça et là, le sabreur inspecta donc le navire, sans guère de succès. Bizarrement, le concours d'un Lumino Dial et de ses lunettes de plongée n'y fit rien, au point qu'il se désintéressa rapidement de cette inspection commanditée par sa vigilance. C'est que cette dernière passait au second plan, dès lors qu'il était question de trinquer ou de roupiller. En l'occurrence, c'est Morphée qui rappela à lui le natif de Shimotsuki, instillant en Zoro une somnolence suffisamment forte que pour l'amener à s'endormir à même le plancher, sans prendre la peine de s'allonger dans l'un des hamacs encordés contre les murs de la pièce. Pendant ce temps, le reste de la bande s'affairait à ses occupations traditionnelles sans que cela ne puisse perturber un sommeil qu'il avait de plomb. Comme à l'accoutumée, Roronoa s'estompa dans un interstice propice à la sieste, loin de la cohue et de l'agitation qui animaient le ponton. Sa peau frottait contre le bois légèrement humidifié, ses bandages préservant écorchures et autres cicatrices d'une exposition malvenue aux irrégularités boiseuses du sol.

Quelques heures plus tard, alors que ses compagnons avaient tous regagné leur couche, l'ancien chasseur de primes délaissa pour sa part une sieste à rallonge qui avait atteint sa péroraison. L'appel du ventre était trop fort, de même qu'une petite descente dans le frigo s'imposait, histoire d'offrir quelques réjouissances à son palais asséché. Ni une ni deux, il entreprit un raid stratégique sur la cuisine et se servit copieusement, remplissant de fait deux seaux de victuailles. Les deux récipients étaient positionnés de part et d'autre de Yubashiri, ainsi que de son fourreau, lequel faisait office de palanche pour la circonstance. Le premier comportait quelques restes de terrine à la loutre boxeuse, un mets concocté la veille par le blondinet. Le second, quant à lui, comportait de quoi s'assurer quelques généreuses rasades de rhum. Une fois son forfait perpétré, Roronoa signa son crime de main de maître, gravant sournoisement une nouvelle barre contre le mur attenant au plan de travail du cuistot. Certes, il réprouvait l'idée même de recourir à ses lames pour toute autre chose que l'art du sabre, mais titiller le sourcil roulé demeurait un plaisir inextinguible. Et puis, il fallait bien ça pour compenser les quelques lames de rasoir et autres particules ferrugineuses qui garniraient le panier-surprise du sabreur. Car Sanji avait certainement anticipé la manœuvre de son homologue, tant ils avaient l'habitude de se renvoyer la balle. Qu'importe, Zoro appréciait indifféremment la cuisine de son souffre-douleur et n'avait que trop goûté au métal depuis des temps immémoriaux. Un peu plus ou un peu moins... Il n'y avait pas de quoi être fumasse. Quoi qu'il en soit, c'est sous une rosace lunaire aux reflets de saphir qu'il s'installa sur la devanture du Going-Merry, tenant volontiers compagnie à la figure de proue. Quelques "croc" et autres "crac" s'entremêlèrent sous la pression de ses molaires, entre deux gorgées du liquide revigorant. Un rituel nocturne qui rendait honneur aux bienfaits de la vie de pirate, les flots entourant le navire s'avérant d'ailleurs bien moins agités que ceux qui caracolaient vers le foie du bretteur.


C'est dans la matinée qui succéda à ces bons moments que les évènements s'initièrent, prenant la forme d'une embarcation de fortune - si tant est qu'on pouvait nommer "ce truc" de la sorte - dont les occupants constituaient quelques visages connus. Et pour cause, le morfale ès tartes aux cerises de Mock Town avait retrouvé la trace du Mugiwara, non sans que Zoro se sentit interpellé par cet authentique truisme. Nul besoin d'en faire l'exégèse, échanger un bref regard avec Luffy lui suffisait : ces gars-là n'étaient pas là pour plaisanter, aussi convenait-il de sortir la plus belle argenterie de l'équipage pour les accueillir. Calmement, sans laisser quelque sentiment que ce soit l'envahir à plus forte raison qu'un autre, le chasseur de pirates apprêta subséquemment le Sandai Kitetsu contre la paume de sa main droite. Il en fit de même avec le Yubashiri dans sa paluche de gauche, tandis que le Wadô Ichimonji s'installait confortablement sous ses maxillaires. Certes, l'espèce de radeau au loin se faisait ténu et il était peu probable qu'une course-poursuite tourne à l'avantage des hommes de Teach. Néanmoins, l'expérience avait appris à la fine équipe qu'on ne pouvait se fier à aucune forme de rationalité sur Grand Line, fut-elle la logique la plus implacable qui soit. Instinctivement apte à conserver son sang-froid en toutes circonstances, Zoro se fit fort de communiquer à ses pairs la prééminence de la décision sur l'indécision. Nami lui emboîta le pas, déclamant avec brio les différentes tâches à accomplir en vue de mettre le Going-Merry hors de portée des rondins porteurs de mauvaise compagnie. Qu'on ne s'y trompe pas, cependant : habituellement, l'homme à la tignasse verdâtre aurait été le premier à saluer l'éventualité d'un abordage à même d'offrir du sang à ses lames. S'il en allait autrement en l'instant présent, c'était uniquement en vertu de l'état délabré dans lequel se trouvait le navire. Ce brave nakama avait certes triomphé de son voyage vers Skypiea, mais il n'en demeurait pas moins proche de la dislocation. Et puis, il y avait quelque chose de bizarre avec l'édenté. Pas de nature à effrayer le sabreur, mais suffisant pour lui inspirer une méfiance inaccoutumée. Placide autant qu'égal à lui-même, le second dans l'esprit vint poser une main sur l'épaule de son capitaine, celui-là même qui se trouvait sans doute dans un état d'esprit similaire.

"Il sera toujours temps de s'occuper de Tarteman quand le Merry aura repris du poil de la bête. De toute façon, on savait qu'on serait amené à revoir ces gars-là. Nami semble avoir compris, elle aussi."

Coup du sort, l'étiage était défavorable aux pirates du Chapeau de Paille, quand bien même la maestria de leur navigatrice leur avait initialement offert un viatique confortable. De fil en aiguille, ce qui était censé sceller une écrasante victoire pour la troupe se solda en cuisant échec, alors que le souffle de leurs poursuivants commençait à leur caresser la nuque. Quelques coups de canons tonnèrent même, quelque part à mi-chemin entre la houle et les remous, en sus des semonces répétées de Barbe Noire. Jamais le dernier lorsqu'il s'agissait d'aller au charbon, Zoro s'employait à exécuter différents mouvements tranchant les boulets qui menaçaient son périmètre de défense. Guère soucieux vis-à-vis de la situation, il concourait même avec le coq afin de déterminer lequel d'entre eux deux dégagerait le plus de projectiles. Même le vaillant Chopper s'y mettait, son guard point évitant galamment le pire à Robin. Non qu'elle en ait eu besoin, mais l'on savait combien le petit renne était sensible à une flatterie qui ne manqua pas de faire suite à cet acte de bravoure. Las de ce petit jeu et nullement adepte d'une défense obstinée, le sabreur finit par se positionner sur le flanc gauche du navire, fixant fermement leur opposant. Il était encore plus proche que prévu, aussi la collision ne tarda-t-elle pas à confirmer l'échec de la stratégie de fuite adoptée par le Mugiwara. Qu'à cela ne tienne, comme le formula Roronoa, implacable.

"Ca tombe bien, finalement. On est plus doué pour l'attaque. Mais qu'est-ce qu..?!"

Achever sa phrase était un luxe superflu, désormais. De façon inexplicable, il fut alpagué par un tourbillon sombre, espèce de grappin incorporel qui le ramenait jusqu'au bouffeur de tartes. Incapable d'improviser une riposte, d'autant qu'il se trouvait dans une position peu orthodoxe pour ce faire, Zoro s'empressa de replacer ses sabres dans leur fourreau avant que l'impact n'envoie le tout valdinguer à des lieues de son point d'atterrissage. Tout ça s'était enchaîné à une telle vitesse, seul le décor jouait en sa faveur si ce gros lard était bel et bien une enclume. Un "boum" strident vint clore la phase consciente de ce remue-méninges, la suite consistant visiblement en un naufrage vers un horizon inconnu. S'il s'évertua de garder la tête hors de l'eau - au propre comme au figuré - à l'aune des évènements, le bretteur ne put finalement qu'échouer...sur la rive d'une île qui ne lui disait rien, en compagnie du gars de Mock Town. Sans contestation possible, il avait affaire à un dur au mal, car son vis-à-vis n'avait pas lâché son poignet un seul instant malgré ce qu'ils avaient traversé. Peu enclin à verser dans le respect d'une telle abnégation, le chasseur de pirates décida qu'il était temps de se défaire de cette menotte touffue. Ainsi se dégagea-t-il de son étreinte en se servant du manche de Yubashiri comme d'un pied de biche, laissant le gros lard affalé au sol. Une chance d'avoir été le premier à reprendre ses esprits, même si cela lui faisait une belle jambe. Profitant tout de même du roupillon de son compagnon d'infortune, l'ancien partenaire de Johnny et Yosaku se dirigea quelques pas plus loin, attiré en cela par des cris provenant de derrière les rochers qui les entouraient. C'est avec stupeur qu'il dut se rendre à l'évidence, le sigle dominant les grands voiles des navires attenants ne mentait pas : ils étaient entourés des forces de la Marine. Et pas en petit comité. Maintenant que sa tête était mise à prix pour soixante millions de Berries, il serait difficile de se faufiler innocemment au milieu de tout ce beau monde. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, il dut dès lors se résoudre à envisager l'inenvisageable. A savoir, collaborer avec l'édenté, lequel dormait encore. Rien de mieux pour le réveiller qu'un coup sec dans la cuisse, à l'aide du pommeau de Yubashiri. Une petite douleur crurale et un bleu en guise de souvenir, rien de mieux pour éveiller la feignasse. Toisant la carcasse à ses pieds, Zoro lui exprima avec dédain ce qui lui semblait être la seule alternative viable. Il ne s'embarrassa même pas de voiler le regard noir qui surplombait Barbe Noire, de même que le ton de sa voix demeurait rogue.

"Hé, Tarteman. Je crois qu'on a tous les deux envie de la même chose, mais on va reporter ça à plus tard. Qu'on le veuille ou non, on va avoir besoin l'un de l'autre. Grâce à toi, on s'est paumé aux portes d'une base de la Marine... Il y a même un navire plénipotentiaire."

Pas une simple base de la Marine, en fait...


Undisputed.

« My swords ? Sorry, they're really howlin' for blood..! »
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t312-roronoa-zoro-equipage-d
Batsu
avatar
Pirate Barbe Noire
ZEHAHAHAHAHAHA!
Masculin « Age : 32
« Messages : 803

» Niveau : 4
» Surnom : Barbe Noire
» Akuma no Mi : Yami Yami no Mi
» Rôle / Grade : Capitaine - Mangeur de tartes
» Prime : Inconnue

MessageSujet: Re: La chèvre et les prisonniers [PV Zoro]   Jeu 24 Juil 2014 - 21:51


Teach était en plein rêve. Comme à son habitude, ce n'était pas un rêve où il se goinfrait d'une quantité astronomique de tartes aux cerises. Il s'agissait bien d'une montagne qu'il avait en face de lui mais, en lieu et place des sucreries qui hantaient la plupart de ses jours et ses nuits, c'était une montagne de corps sanguinolents. A en juger par les habits que portaient les macchabées de l'empilement macabre, il y avait un peu de tout: pirates, marine, civils... Leurs orbites étaient creuses et leurs visages figés en un masque mortuaire dépeignant une peur viscérale et incommensurable. Le sang ne semblait jamais s'arrêter de dégouliner de ces poches sans vies, formant de petits torrent dévalant sans bruit les flancs de la structure de chair pour venir s'échouer dans une mare tiède en contrebas où les pieds de votre serviteur trempaient allègrement. Soudain, Teach plissant les yeux afin de distinguer ce qui se trouvait au sommet, il sut instinctivement que c'était le One Piece qui l'y attendait. Sans se formaliser de cette révélation digne d'un Deus Ex Machina que l'on ne rencontre que dans les rêves, Barbe Noire se jeta à l'assaut du Mont Cadavres par la face nord. Nullement gêné par sa poisseuse et immonde avancée, Teach au contraire arborait son sourire d'édenté de toujours. Le Capitaine n'hésitait pas à utiliser à son avantage les orbites vides des morts comme prises pour ses doigts bagués. Ses talons écrasaient avec une aisance et un naturel sans pareil les visages et les membres qui avaient le malheur de se trouver sur son chemin. Ne reculant pas devant l'effort, Teach montait de plus en plus vite, arrachant parfois une tête ou un bras qui dégringolaient en contrebas pour se noyer dans la mare de sang. Chaque seconde passant le rapprochait un peu plus du One Piece, il le savait. Sa progression s'arrêta néanmoins soudainement, l'un des décédés ayant refermé ses dents sur l'une de ses mains. Dans la réalité, Zoro se dégageait de son étreinte sans ménagement avec le manche de l'un de ses katanas. Les dents du macchabée s'enfoncèrent profondément dans sa chair, la douleur se répercutant dans son bras devenant à la limite du supportable. Teach tira d'un coup sec, détachant la tête de son corps et de sa main. Il reprit ainsi sa progression de plus belle. Le sang giclait sur lui, colorant ses habits désormais poisseux d'une teinte écarlate. Il était proche du sommet, aucun doute. Le One Piece était bientôt à lui. La pente était raide, presque verticale quand il parvint enfin au firmament du tas de viandes empilées. Nimbé de ténèbres, Teach ne parvenait pas à distinguer l'artefact mais il tendit sa main valide pour le saisir... C'est à ce moment-là que sa jambe sembla se briser net sans aucune raison apparente. Perdant l'équilibre, Kurohige tomba en arrière, hurlant de frustration, sa main toujours tendue vers l'objet de tous ses désirs...

C'est à cet instant que le Capitaine du Marutabune ouvrit les yeux, se réveillant en sursaut, le souffle coupé. La sensation de chute disparut bien vite, se rendant compte qu'il était couché sur le dos. Mais il se rendit également compte qu'il avait les poumons remplis d'eau. Faisant rouler sa bedaine sur le côté, il vomit plusieurs litres d'eau et un poisson qui frétilla jusqu'à la mer, toussant comme si ses poumons allaient sortir par son œsophage et se retourner comme des vieilles chaussettes. Il observa d'abord sa main encore légèrement douloureuse avant de reporter son attention sur sa jambe qui le faisait souffrir d'autant plus. Massant légèrement les muscles, il put confirmer qu'il n'avait pas d'os brisé mais ce rêve s'était montré bien trop réaliste... Reprenant ses esprits et regardant plus loin que le bout de son long nez, il put apercevoir et entendre cet interlocuteur dont il n'avait pas enregistré la présence jusqu'à cet instant: Roronoa Zoro. Teach refoula ses pulsions guerrières quand les mots du sabreur parvinrent jusqu'à son cortex de génie démoniaque. Laissant la vérification des dires de son homologue pirate à plus tard, il se mit un point d'honneur à lui montrer qu'il aurait de la concurrence dans l'art si raffiné de la langue bien pendue:
-"« Tarteman »? C'est à qui que tu t'adresses comme ça, « Gazon maudit »?! Pour toi ce sera « Capitaine Marshall D. Teach ». Ou alors « Kurohige » tout court, c'est plus simple. De toute manière tu m'as l'air d'être une feignasse à la façon dont je t'ai vu te coucher face contre terre devant ce Pub à Mock Town. ZEHAHAHAHAHA!!! Une base de la Marine tu dis? Bah, ça ne peut pas être si terrible que ça, et puis si c'est un navire plénipotentiaire alors où est l'ambassadeur?.. Hein?!.."

Son cerveau buggant soudainement, Teach resta coi, rejoignant Zoro dans cet instant de stupeur généralisé face à la vue qui s'offrait à eux.


Bien sûr, ce n'était que l'arrière de Marineford qu'ils voyaient actuellement, échoués sur l'une des seules plages de la base que les jeunes recrues utilisaient pour s'entraîner à manger du sable en essayant de courir dessus, portant leurs lourds fusils qui ne touchaient jamais leur cible. Fort heureusement pour eux, le courant les avait menés dans une crique à l'écart, entourée de rochers. Malheureusement pour nos deux compères, la voix tonitruante de Kurohige avait été entendue par deux soldats de la Marine qui étaient apparemment de corvée de balayage de la plage. Allez savoir ce qu'avaient fait ces deux imbéciles pour se retrouver à effectuer une tâche aussi vide de sens. Nul doute que son compagnon de fortune avait perçu lui aussi que leur situation risquait d'empirer plus vite que prévu. Parlant un peu plus bas, Teach prit en bon Capitaine l'initiative de proposer un plan d'attaque:

-"Hum, ces maudits soldats ont l'ouïe fine. Je vais brouiller leur vue l'espace de quelques secondes, je prend celui de gauche, toi celui de droite. Mémorise bien sa position parce que toi aussi tu n'y verras rien. T'as compris, « Gazon maudit »?"

Sans même attendre la réponse, ce qui était un luxe qu'ils ne pouvaient se permettre, Teach lança sa technique intitulée "Black World" qu'il prononça dans un murmure. Un épais brouillard noir enveloppa soudain les alentours. Teach qui pouvait s'y déplacer sans aucun problème couru aussi vite qu'il pouvait vers le soldat de gauche, comme il l'avait annoncé. Planquant sa main sur les lèvres du malheureux, il l'empêcha ainsi de crier et ainsi d'appeler d'autres de ses camarades voire pire, donner l'alarme. Sans ménagement, il resserra sa poigne d'airain sur le crâne de sa victime pour la soulever dans les airs comme si elle ne pesait rien. S'ensuivit trois ou quatre frappes de la tête de la jeune recrue sur le sable qu'il devait balayer. Ne relâchant pas son étreinte sur sa proie inconsciente, il la tira vers leur repère de rochers comme l'aurait fait un prédateur venant de chasser son déjeuner. Une fois en sécurité, il ramena l'obscurité crée par le Yami Yami no Mi jusqu'à lui, espérant que son coéquipier improvisé s'en était bien sortit de son côté, malgré le fait qu'il devait agir en aveugle, comme leurs ennemis. Sans attendre la confirmation, Teach commença à dénuder le soldat de la Marine...
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t316-marshall-d-teach-equipa
Roronoa Zoro
avatar
Sabreur Mugiwara

Masculin « Age : 31
« Messages : 3451

» Niveau : 8.
» Surnom : Zoro le chasseur de pirates.
» Rôle / Grade : Sabreur.
» Prime : 60.000.000 Berries.

MessageSujet: Re: La chèvre et les prisonniers [PV Zoro]   Mar 29 Juil 2014 - 17:18

La petite entreprise de Zoro avait porté ses fruits, ce soudard de Barbe Noire quittant les bras de Morphée pour tailler le bout de gras avec le bretteur. Déjà se regardaient-ils en chiens de faïence, l'échange de politesse qui s'ensuivit étant de bon ton entre hauts dignitaires de mauvaise engeance. Plus taciturne qu'à l'accoutumée, le nakama du renommé capitaine Usopp laissa sa main gauche prête à se saisir du Sandai Kitetsu à tout moment, parant ainsi à toute éventualité. C'est qu'il était exclu de se fier à la pleine coopération de l'édenté, aussi demeurait-il probable que le chasseur de pirates s'en trouve forcé de trancher dans le vif en cas d'incartade. D'une moue réprobatrice, il dut d'ailleurs réfréner pulsions et impulsions générées par les répliques acerbes dont il fut gratifié, lesquelles dénotaient une envie dicible d'en découdre ici et maintenant. Reste que bon sens et sang-froid l'emportaient aisément, les aléas d'une situation peu réjouissante nécessitant la germination d'une collusion efficace, fut-elle temporaire. À son corps défendant, le natif de Shimotsuki ne comptait de toute façon faire montre d'aucune déférence à l'encontre de son acolyte du moment. C'est d'ailleurs d'un rictus cynique qu'il accueillit finalement le surnom dont il fut affublé, renvoyant un regard de défi à cet être pétri de vilenie qui se tenait à ses pieds. Tous deux étaient acculés aux portes d'une base qui ne laissait pas de place à la méthode kamikaze pour laquelle Roronoa aurait invariablement opté en d'autres circonstances. Il n'eut toutefois guère le temps de s'épancher sur pareille lapalissade, le prosaïque Teach faisant montre une fois encore de son intempérance : non content de les avoir embarqués loin du Vogue-Merry, il venait d'attirer l'attention de deux bleus stationnés non loin de leur terre d'accueil. Réflexivement, le sabreur ne se priva pas de passer la paume de sa main droite contre son visage, de haut en bas, non sans que le comportement de son "équipier" lui évoque une inconduite dont un autre D. était coutumier. Les conjonctures défavorables s'amoncelaient malgré lui, de quoi l'excéder passablement. Ponctuant la séquence en s'abritant derrière le rocher, il vit ses traits faciaux se durcir, tandis qu'il rétorquait d'un ton acrimonieux :

"Bien joué, «capitaine Tarteman» ! Et ne va pas croire que je suis ton plan. Dès que ces deux-là seront ko, on fera les choses à ma manière."

Nullement homme à s'inféoder, à plus forte raison sous la férule d'un amateur, Zoro s'exécuta pourtant bon gré mal gré, l'urgence prévalant sur l'improvisation. Un brouillard se propagea rapidement autour de lui, des ténèbres nimbées d'une noirceur incorporelle se chargeant d'offrir au duo une ouverture de quelques secondes. Pris de cours, effet de surprise oblige, la proie de Roronoa fut aisément neutralisée. D'un bond félin, ce dernier avait rapidement enchaîné, assénant au malheureux un vigoureux coup de pommeau dans les côtes. De quoi lui permettre de faire un somme, en plus de le délester de son uniforme. Décidément, la journée semblait peu propice à recourir au tranchant des lames qui se lassaient déjà d'être mises à l'écart. Qu'importe, la primauté allait à la nécessité de s'extirper de cette situation, aussi est-ce sans ciller que l'ancien chasseur de primes enfila la traditionnelle tenue des Marines. Le hasard faisait bien les choses, l'accoutrement était à sa taille à défaut de lui plaire. Flanqué d'une casquette, rabattue de sorte à voiler ses yeux d'un vert chrome pénétrant, il laissa entrevoir une expression faciale des plus marmoréennes, à peine dégradée d'un indicible sourire en coin. La brume s'estompant quelque peu, au bout de plusieurs secondes, il les remercia intérieurement de l'avoir gardé du spectacle qui venait d'avoir lieu à quelques mètres de lui. Et pour cause, la dernière chose qu'il aurait souhaité voir en pareilles circonstances, c'était un Teach dans son plus simple appareil, passant ses plus beaux atours avant d'aller au bal. Cette pensée ad nauseam écartée, Zoro se racla la gorge et n'apercevant qu'à 80% la silhouette du morfale, lui signifia qu'il prenait les devants. Ses bonnes manières aidant, son timbre de voix se voulait aussi incisif qu'au premier jour. Les petites attentions ne manquaient pas, entre bons camarades.

"Hé, Tarteman..! J'imagine que tu en as fini avec ce pauvre gars. Je crois que je sais par où aller, c'est tout droit et à gauche pour atteindre les quartiers les plus sûrs. Tu n'auras qu'à me suivre, «capitaine» ! "

L'intonation dédaigneuse qui accompagnait la prononciation des dernières syllabes était toujours bienvenue, elle aussi. Nul doute que le bien nommé Barbe Noire en ferait bonne réception. Regagnant aussitôt sa composition la plus placide, Zoro ne s'éternisa pas plus longtemps sur les lieux du crime et le pas leste, s'orienta donc simplement...tout droit et à gauche, ne contournant au final rien de probant et bousculant même quelques larbins sur son passage. Bien sûr, il allait sans dire que le port de trois sabres avait de quoi attirer l'attention, d'autant qu'il gardait en permanence une main contre le filin qui les maintenait à hauteur de taille. Fort heureusement, perspicacité et sagacité ne semblaient pas faire partie des points forts de cette ritournelle d'amateurs, dont certains s'excusaient même de s'être trouvés sur son passage. Alors qu'il venait - sans s'en rendre compte - de revenir devant un bâtiment qu'il contournait pour la troisième fois, il remarqua qu'un grand type venait de pénétrer dans une bâtisse à la périphérie. Ni une ni deux, il entreprit de le suivre, intrigué par le couvre-chef du gaillard : un genre de bonnet tacheté qui évoquait un dalmatien. Pour celui qui avait fait vœu de concentration et de rigueur, il était paradoxal de perdre de vue l'objectif principal, à savoir s'assurer une porte de sortie vers des cieux plus cléments. Déjà la clé des champs s'éloignait-elle puisque c'est au sein de la cantine que Roronoa finit par mettre les pieds, alors qu'il ne se souciait déjà plus de savoir si Teach lui emboîtait le pas. Interpellé par le nombre d'officiers qui s'en mettaient plein la panse à quelques mètres de lui, il se fit la réflexion qu'il était temps de répondre aux supplications d'un estomac qui se rappelait plus souvent qu'à son tour...à son bon souvenir. L'occasion faisant le larron, le chasseur de pirates se fit fort de se fondre dans la masse, garnissant généreusement un plateau-repas où se succédaient les mets les plus délicieux. C'est qu'on ne s'embêtait pas dans la Marine... Pas de boissons en vue, par contre, si ce n'est de l'eau. De quoi hausser le sourcil. Toujours est-il qu'il prit place à la droite du gaillard à l'étrange bonnet avant de plonger ses crocs dans un carré de viande bien juteux. Remarquant que son voisin le fixait avec insistance, Zoro lui demanda tout de go, avec une désinvolture peu appropriée.

"Dis donc, oyaji... Tu saurais pas s'ils ont des tartes au dessert ?"

Coïncidence ou pas, un parfum de tartes aux cerises se mit à émaner des cuisines. Mais le gradé au calot bicolore ne le quittait pas des yeux, d'autant que ses sabres semblaient avoir retenu son attention.


Undisputed.

« My swords ? Sorry, they're really howlin' for blood..! »
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t312-roronoa-zoro-equipage-d
Batsu
avatar
Pirate Barbe Noire
ZEHAHAHAHAHAHA!
Masculin « Age : 32
« Messages : 803

» Niveau : 4
» Surnom : Barbe Noire
» Akuma no Mi : Yami Yami no Mi
» Rôle / Grade : Capitaine - Mangeur de tartes
» Prime : Inconnue

MessageSujet: Re: La chèvre et les prisonniers [PV Zoro]   Mar 29 Juil 2014 - 23:25


Teach était en ce moment même en train de mener l'un des combats les plus acharnés qu'il n'ait eu à mener de toute son existence: Enfiler des vêtements trop petits pour lui. Sa survie en dépendait car pas de déguisement signifiait l'arrestation immédiate, il le savait. Redoublant d'efforts, il parvint à enfiler tant bien que mal le pantalon qui en raison de sa stature donnait l'impression d'être un short, les tibias velus de Teach exposés à la vue de tous. Impensable de fermer ne serait-ce que la fermeture-éclair mais l'équilibre précaire créé entre la bedaine du Capitaine et le tissus du pantalon blanc tendu à l'extrême semblait suffire à le maintenir en place comme si de rien n'était. Restait la chemise qui, une fois enfilée à son tour au prix de contorsions qui auraient fait pâlir d'envie une gymnaste, donnait elle l'impression d'être à manches courtes sur le semi-géant. Là aussi, fermer le moindre bouton relevait de la science fiction ou d'un délire humide de fanfic. C'est donc en short et la bedaine bien à l'air que Teach se présenta à son compagnon d'infortune qui semblait avoir, lui, trouvé chaussure à son pied. La vie n'est vraiment qu'une fausse blonde qui vous poignarde dans le dos dès qu'elle en a l'occasion. Pestant, l'homme-ténèbres cacha ses yeux derrière la visière de la casquette qui venait en bonus avec l'ensemble. Quelques touffes de cheveux bruns aussi gras que frisés bourrées dedans et le couvre-chef lui allait comme un gant!

Devenus tous deux de bons petits soldats de la Marine, Teach écouta en serrant les dents ce qu'avait à dire le sabreur. Loin d'être gêné par se sobriquet des plus tendancieux que lui avait affublé Barbe Noire, il persistait et signait, semblant être particulièrement fier de son "Tarteman". Prenant une grande inspiration afin de ne pas lui éclater séance tenante la tête dans le sable avec les deux autres zigotos de son acabit, le sage Capitaine décida de laisser l'homme aux goûts capillaires douteux mener la barque, tout du moins pour l'instant. Après tout, quoi qu'il en dise, il avait appliqué son plan. Preuve qu'il n'était pas stupide au point de ne pas être capable de reconnaître la meilleure marche à suivre dans une situation donnée. Un bon membre d'équipage en somme, l'espace d'une seconde, Teach fut presque envieux de Mugiwara no Luffy mais il réprima bien vite cette pensée au son du "Capitaine" si ironiquement forcé de son vis à vis. Ce sale gosse ne perdait rien pour attendre.

-"Tu m'as l'air bien sûr de toi. Je doute que tu sois déjà venu dans le coin mais peut-être qu'il y a une architecture commune aux bases de la Marine ou un truc du genre. Passe donc devant, Gazon-maudit."

Et cela devait être le cas. Le pas assuré de Zoro ne laissait pas de place au doute: ce type savait où il allait. Ne s'attendant pas à grand chose question subtilité et compétences d'infiltration il fut surpris de constater que son guide improvisé ne s'était pas mis à courir comme un dératé. Pas mal, pas mal du tout. Visiblement, il savait qu'il ne fallait pas trop attirer l'attention et... Venait-il de bousculer un type? Sans se retourner ni s'en excuser? Teach frappa son front de sa grosse main calleuse et en profita pour essuyer la sueur froide qui s'échappait des pores de sa peau. Était-il donc si pressé de finir enchaîné au fin fond d'Impel Down? Pour chaque obstacle humanoïde que Zoro dégommait sans vergogne, Teach passait derrière réparer les pots cassés en s'excusant plus ou moins adroitement. Prétextant à l'un que son compagnon s'était "levé du pied gauche", à un autre qu'il venait d'être "affecté à l'équipage d'Akainu", les victimes semblaient en général se laisser berner assez facilement. Néanmoins, Teach fut bien vite à court de patience et d'idées, la qualité baissant graduellement au fil du temps pour toucher le fond avec des "son chien a mangé son ordre de mission" ou encore "il a des cheveux verts, excusez-le". Haletant derrière Zoro qui ne le ménageait absolument pas, le Capitaine commença à trouver la route bizarrement familière. Ses doutes se confirmèrent quand ils repassèrent un seconde fois devant un type inconscient qui avait fait une mauvaise réception quand le sabreur l'avait poussé un peu trop violemment. Se rendant enfin compte que le type le menait en bateau depuis le début, n'ayant pas plus que lui idée d'où se rendre, Teach se préparait à lui donner le bourre-pif qu'il avait plus que mérité.

Alors qu'il le rattrapait en remontant une manche qui n'existait pas sur le poing vengeur qu'il allait abattre sur l'occiput de son cher ami, ce dernier obliqua soudainement pour aller dans une cafétéria. Teach aurait volontiers rejeté cette idée farfelue qui était le meilleur moyen de les faire repérer mais son ventre grognant au délicieux fumet de tartes aux cerises finit de convaincre Barbe Noire à la place de Zoro qui se servait déjà en victuailles. Abandonnant tout espoir pour subvenir lui aussi à l'un de ses besoins primaires, Teach se planta devant l'îlot des desserts en entrepris d'engranger plus que son lot de sucres rapides. Alors qu'il se bâfrait comme s'il n'avait pas mangé de tartes depuis vingt ans, Teach se prit à commenter le festin, croyant que Zoro était toujours à côté de lui:

-"Ça me rappelle un truc qu'a dit Doc un jour. Il faut manger parce que manger c'est des protéines, des protéines, c'est de l'énergie, de l'énergie, c'est bouger et bouger c'est survivre... Gazon-Maudit, t'écoutes ou quoi? T'es trop impressionné pour répondre ou..."

Sous l'effet de la surprise, Kurohige cracha la tarte à moitié mâchonnée sur un malheureux cuistot qui avait du mal à suivre sa cadence de glouton pour refaire suffisamment le plein de desserts. En parlant de gazon, Teach était justement témoin d'un gros gars de la Marine qui avait l'air d'être une pointure s'intéressant d'un peu trop près à son compagnon audacieux. En général, ceux qui se permettent des fantaisies vestimentaires sont des gradés et ce genre de types connaissent par cœur les avis de recherche des plus gros poissons. Avec son couvre-chef noir et blanc ridicule, on aurait presque dit une vache prête à brouter une bonne grosse touffe d'herbe, aux vues de l’insistance avec laquelle il détaillait du regard ladite touffe d'herbe en la personne de Zoro. Il fallait agir vite, si l'alarme était sonnée c'en était terminé de leur petite aventure. Protéines ou non, ils ne survivraient pas. Perdu pour perdu, l'homme-ténèbres posa la paume de sa main droite sur le sol et répandit dans toute la cantine un épais nuage malsain d'obscurité. Un panache de feu noir s'échappait de son dos lorsque, profitant de l'effet de surprise induit, il prononça en serrant les dents les deux mots qu'il espérait les tireraient de ce mauvais pas:

-"BLACK HOLE..."

La zone étant de taille modeste, Teach concentra tous ses efforts afin d'aspirer dans ses ténèbres tous les occupants le plus rapidement possible. La douleur de leurs jambes compressées par la gravité infinie de la dimension parallèle du Yami Yami no Mi, Kurohige parvint finalement à neutraliser tous les témoins gênants avec un minimum de tapage. Qui pouvait s'attendre à cela dans une cantine de Marineford? Le plus difficile à "digérer" étant la grosse vache, ou était-ce un dalmatien, qui se trouvait à côté de Zoro. Son oeuvre finalement accomplie, il mit fin à la manifestation visuelle de son pouvoir, essuyant la sueur qui perlait à nouveau son front. Le Capitaine du Marutabune se dirigea d'un pas décidé dans la direction de Zoro qui grignotait encore son quartier de viande et le gratifia (enfin) d'un bon coup de poing sur le haut du crâne qui fit un bruit similaire à deux morceaux de bois qu'on entrechoque:

-"Mais t'es complètement taré ma parole!!! Si tu voulais tant que ça devenir résident permanent d'Impel Down, 'fallait le dire tout de suite!! Je vais finir par croire qu'il n'y a que du terreau sous ce gazon!!!"

Ils auraient pu en découdre ici et maintenant que cela n'aurait pas gêné Teach qui était hors de lui. Néanmoins, il fut stoppé net dans sa fureur lorsqu'il aperçu que la scène avait eu un témoin. C'était une petite chèvre blanche qui les regardait fixement en mâchouillant un morceau de papier où on pouvait lire "Ordre de Mission". Au loin, de l'autre côté de la place, Teach aperçu le propriétaire de cette chèvre qui semblait flâner innocemment en cette belle journée. Il l'aurait reconnu entre mille grâce à son couvre-chef de mouette. Momentanément tétanisé et ainsi privé de la parole, en silence, il poussa la joue de Zoro de son gros index, faisant pivoter sa tête afin que lui aussi voie et comprenne sa stupeur...

Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t316-marshall-d-teach-equipa
Roronoa Zoro
avatar
Sabreur Mugiwara

Masculin « Age : 31
« Messages : 3451

» Niveau : 8.
» Surnom : Zoro le chasseur de pirates.
» Rôle / Grade : Sabreur.
» Prime : 60.000.000 Berries.

MessageSujet: Re: La chèvre et les prisonniers [PV Zoro]   Ven 1 Aoû 2014 - 23:57

Tel le garde-chiourme qui met le halte-là aux facéties du trublion de service, Teach s'était chargé de passer la balayette derrière Zoro, sans que celui-ci ne s'en rende compte à aucun moment. C'est dire s'il était plongé dans son monde, humant la fragrance métallifère qu'il avait sentie quelques instants auparavant. Elle n'émanait clairement pas du grand type au couvre-chef tacheté, mais c'était tout de même dommage de le voir s'éclipser aussi vite. Il n'avait même pas pris la peine de saluer le sabreur. Et que dire de l'assemblée, imitant sans un mot le susnommé ? Les bonnes manières et leur prééminence s'estompant au même moment, cédant la place à la solitude et aux aises dans cette cantine finalement peu accueillante, Roronoa gratifia le vide d'un rot marqué, pestant contre ce protocole qui interdisait aux recrues de se sustenter au moyen d'une quelconque bibine. À trop se rincer la gorge à coups d'eau fraîche, il risquait d'y perdre en vigueur..! Toujours est-il qu'il n'eut pas le loisir de s'attarder plus longtemps sur le devenir du "bonnet bigarré", comme le voulait le pseudonyme dont il venait d'affubler Dalmatian. Et pour cause, un robuste poing garni de bagues aux coloris divers s'écrasa sur le sommet de son crâne, l'ôtant à son état de bernique. Dire qu'il était sur le point de s'accorder une sieste bien méritée, l'empêcheur de roupiller en paix allait clairement avoir droit à son retour de bâton... Ni une ni deux, Zoro porta le regard vers le présumé coupable, déjà occupé à le houspiller au nom d'une autorité qu'il n'avait pas à s'arroger. Il n'en fallait pas plus pour que le chasseur de pirates se rappelle au bon souvenir de son surnom antérieur, celui de démon. Le regard noir et les traits tirés au point que ses veines menaçaient d'éclater, il répliqua sèchement à un Teach en verve.


"Dis donc, le goinfre ! Si t'es pas jouasse, on peut toujours régler ça ici et maintenant ! Juste au moment où j'allais demander à l'autre vache si ça le bottait de s'afficher avec son bonnet débile, j'imagine que t'es pour quelque chose dans sa disparition ! Allez, on... Hein ?"

Même si l'envie de mener cette brève altercation sur le terrain des hostilités le titillait, l'ancien chasseur de primes avait retrouvé son calme quasi-instantanément, une moue sceptique survenant, des suites de l'apparition d'un étrange spectateur. Ou d'une spectatrice, aucun des deux pirates n'ayant jugé bon de vérifier si l'intrus était taillé dans le même bois que Sakazuki. Les bois qui lui servaient de cornes étaient magnifiques, à tout le moins..! Toujours est-il qu'une innocente chèvre leur faisait face ; ce qui leur faisait une belle jambe, à eux qui étaient coupables depuis la naissance. Guère enclin à jouer les bergers, déjà qu'il avait fort à faire avec cette brebis égarée de Teach, Zoro se proposa d'endormir la bête comme il l'avait fait avec le soldat dont il avait enfilé l'uniforme. N'attendant aucune approbation de la part du pseudo-capitaine qui s'était assagi tout de go, le sabreur apprêta même Wadô Ichimonji et d'un pas assuré, en pointa le pommeau vers la panse du quadrupède. Certes, la violence sur les animaux n'était certainement pas le dada du natif de Shimotsuki, mais il en faisait peu de cas lorsqu'il s'agissait de se prémunir d'une alerte donnée en pleine "base de la Marine". D'autant qu'après avoir affronté Ohm et Holy, il gardait un mauvais souvenir du potentiel danger que représentaient ces créatures ne payant pas de mine. Toutefois, notre bourreau ne put s'exécuter, Teach pressant avec insistance sa joue au moyen de son gras index. Déconcerté, ainsi que révulsé par la puanteur qui en émanait, le compagnon du capitaine Usopp n'en fut pas moins obligé de garder les yeux rivés sur un autre autochtone folâtrant dans la cour principale. La réflexion qui s'ensuivit fut cinglante, quand bien même il s'épargna un nouveau geste de la main qui l'aurait vu passer en revue son faciès, trahissant le malaise qui le gagnait. S'il savait à quel point les causes de ce dernier étaient aux antipodes de ce qui rendait Kurohige plus pâle que son ridicule accoutrement diaphane...

*Bon sang, mais c'est la kermesse ici ou quoi ?! Après l'autre gars avec son bonnet de vache, voilà un autre drôle de type qui se balade avec...une mouette sur le crâne ?! C'est la Marine ou c'est pas la Marine ici, à la fin ?! Je croyais que c'était la Marine ! (...) Hé mais, attends voir... Mais oui, pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt ?! Si son chapeau est en forme de mouette, c'est qu'il doit être un genre de facteur dans le coin ! Si je m'y prends bien, je pourrai sûrement monter à bord de son brick et rejoindre les autres plus loin... Ces gars-là ont sûrement un log pose ou autre chose dans le genre, ça peut le faire..!*

Convaincu qu'il venait là de porter en germe une stratégie de génie, Zoro s'empressa d'en faire part au meurtrier de Thatch, avant de se raviser. Une nouvelle mauvaise...nouvelle vint s'ajouter à une liste qui s'allongeait à chaque seconde et cette maudite chèvre n'était toujours pas neutralisée. Pas de quoi céder à la panique, mais cette fois, c'était le bretteur qui laissait quelque sueur perler sur sa peau légèrement hâlée. La raison en était simple : Smoker venait de rejoindre le "postier", accompagné en cela de cette femme qui se complaisait dans son rôle de sosie de Kuina. Comment s'appelait-elle encore ? Cela importait peu, à vrai dire. Pleinement focalisé sur l'objectif initial, laissant choir gueuleton et sieste, Roronoa pressa le calot bleuté du morfale à sa droite, orientant de la sorte son regard vers le chasseur blanc et Tashigi. Non content de n'avoir pas percuté un seul instant quant à l'identité de Sengoku, le porteur du troisième Kitetsu voyait son sempiternel sang-froid s'étioler pour la simple présence d'une femme dont l'existence lui pesait. Comme quoi, l'on avait beau être un dur à cuire fort d'une fierté monstre, on n'en était pas moins sujet au stress face à ce(lle) qui laissait tant d'autres de marbre. De son côté, le bestiau venait d'ingurgiter le papelard qui faisait jusqu'ici des va-et-vient dans sa gueule. A défaut d'empathie, l'animal gratifia les deux complices d'un bêlement strident, a fortiori audible jusque dans la cour, au dehors. Réflexivement, quoiqu'un tantinet trop tard, le sabreur impulsa un pas vers la geignarde et plaqua subséquemment sa main libre - la gauche - contre le museau de cette sirène sur pattes. Regrettant son manque de vigilance, il se fit fort de ne plus se laisser distraire par la sergent-chef à l'avenir ou en tout cas, d'y travailler. D'une roulade le mettant hors de portée de l’entrebâillement de la porte, il se plaqua dos au mur tel un assiégé en temps de guerre et fit part à Teach d'une nouvelle idée. Sa négligence avait entraîné un brin de nervosité, aisément dicible tant elle détonnait en visu du flegme dont il était coutumier. Pour couronner le tout, la chèvre lui léchait la main, appréciant visiblement l'étreinte autant que la situation.

"Écoute, on n'a plus trop le choix. Les deux gus qui causent au facteur me connaissent, c'est bien ma veine... Va falloir foncer dans le tas. On aurait peut-être dû commencer par là directement, d'ailleurs... Je vais trancher ce mur qui nous barre la route, on va prendre la voie rapide. Toi, occupe-toi de la bête et essaie d'obstruer le passage avec ton pouvoir ou autre chose quand on sera de l'autre côté. (...) À moins que tu n'aies envie de la recruter, haha."

Cédant la compagne de Sengoku à Teach, Zoro expira un bon coup et sortit - pour de bon, cette fois - Wadô Ichimonji de son fourreau. Avec souplesse et dextérité, il exécuta les mouvements préalables à l'arcane qui lui avait permis de vaincre Daz Boness. Et puis, c'était une bonne occasion de taper la pose avec classe devant Tarteman, celui-là même qui avait été le seul à s'afficher depuis le début.


"Shishi Sonson !"

Laissant son katana regagner sa place, sans demander son reste mais en adressant tout de même un sourire narquois au "capitaine", Zoro ouvrit la voie et se faufila vers l'extérieur par la brèche ainsi générée. Ce qui était censé être un raccourci s'avéra cependant inopérant, dès lors qu'il se retrouva face à l'écurie, dans laquelle palefreniers et officiers allaient et venaient. Une centaine de paires d'yeux lui faisaient face, si bien qu'il ne put même pas faire amende honorable de l'arrogance qu'il avait exhalée, quelques secondes auparavant. Non qu'il se serait exécuté, déjà qu'il s'en donnait à coeur joie en temps normal. Le temps était compté, la parole était un luxe superflu. L'enfumeur, le facteur et la spécialiste ès lames d'exception d'un côté, une horde de Marines de l'autre. Il était peu probable que cette affaire s'arrête là, encore moins en trouvant une solution à l'amiable. À moins que Teach n'ait un autre tour dans son Black Hole ?


Undisputed.

« My swords ? Sorry, they're really howlin' for blood..! »
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t312-roronoa-zoro-equipage-d
Batsu
avatar
Pirate Barbe Noire
ZEHAHAHAHAHAHA!
Masculin « Age : 32
« Messages : 803

» Niveau : 4
» Surnom : Barbe Noire
» Akuma no Mi : Yami Yami no Mi
» Rôle / Grade : Capitaine - Mangeur de tartes
» Prime : Inconnue

MessageSujet: Re: La chèvre et les prisonniers [PV Zoro]   Sam 2 Aoû 2014 - 16:30


Tout allait de Charybde en Scylla. Comme prévu, le sabreur en bonne forte tête qui se respecte était prêt lui aussi à en découdre mais il fut tout aussi prompt à comprendre la mouise dans laquelle ils se trouvaient actuellement. A son crédit, le gars avait de bon réflexes et se serait occupé d'empêcher la bestiole de bêler, ce qui aurait permit d'éviter d'attirer bien trop tôt l'attention sur eux. Mais cela ne changeait rien au fait que Sengoku, l'Amiral Commandant en Chef Maximus Imperator ou un titre ronflant du genre, celui qu'on appelait le Bouddha, se trouvait à portée de voix. Et c'était désormais deux autres que Zoro semblait bien connaître qui l'accompagnaient. Un gars fumant comme un pompier et une fillette qui avait l'air toute faiblichonne. Le contact semblait inévitable, bêlement ou pas. Aussi habiles soient leur déguisements, la carrure de Teach et le choix de mode "keupon" très peu réglementaire de son compagnon d'infortune attiraient fatalement le regard. L'inévitable arriva, avant même que l'animal ne se fasse entendre leurs ennemis avaient mollement observé dans leur direction. Le duo étrange que formaient les deux pirates ne manqua d'ailleurs pas de leur faire froncer les sourcils afin de distinguer mieux à qui ils avaient affaire. Le geste de Zoro muselant prestement la chèvre paracheva le tableau, toute l'attention du trio leur était désormais dédiée. Teach resta planté comme un piquet alors que le sabreur effectuait une gracile mise à couvert avec l'animal qui semblait s'être pris d'amitié pour lui. Incapable d'effectuer une telle manœuvre pour un certains nombre de raisons auxquelles les tartes aux cerises n'étaient pas étrangères, les trois affreux se rapprochaient désormais de la cantine, appelant la chèvre et apostrophant Teach qui restait tétanisé, suant à grosses gouttes.

Et voilà que soudainement Zoro prenait encore l'initiative de faire des plans sur la comète. Bien sûr, jusqu'à présent le leadership du sabreur avait si bien marché pour eux! Mais Teach était bien conscient que lui-même n'avait à cet instant précis pas mieux à proposer. Il n'avait jamais été un bon suiveur et la synergie n'était pas un concept qu'il maîtrisait. Il fallait avouer qu'à fortiori, depuis qu'il avait planté ses dents gâtées dans le Yami Yami no Mi, l'unique stratégie de son équipage était de fuir quand le Capitaine combattait. Son génie démoniaque n'était vraiment efficace que quand il prenait la barre, encore une fois, il n'était pas de ces plots capables de sublimer un plan qu'on leur impose avec leurs idées. Teach était un leader né et jamais il ne se contenterait d'une place au second plan. Alors qu'il venait d'arriver à cette conclusion, bien décidé à reprendre les choses en mains, Zoro le relégua soudainement au rang de porte-chèvre ce qui sidéra Teach, incapable d'objecter quoi que ce soit tant l'insulte était grande pour le fier Capitaine. Impuissant, il assista à la démonstration de force de celui qu'il se plaisait à appeler Gazon-Maudit. Impressionnant, en effet. D'un simple coup de sabre invisible à l’œil nu, le mur avait été tranché net. Teach n'avait jamais été un expert mais l'absence de fissure des deux côté de la coupure indiquait sans équivoque un grand niveau de maîtrise. C'était presque dommage qu'il doive vendre Zoro un jour où l'autre à la Marine pour qu'il puisse devenir Shichibukai. L'idée bien sûr de capturer ici et maintenant celui qui se révélait être à la fois son compagnon et son tortionnaire avait maintes fois effleuré l'esprit malade du Capitaine. Mais même en livrant la tête verte, il n'avait aucune garantie que la Marine ne le capturerait pas dans la foulée. Il n'avait donc aucun autre choix de collaborer avec son ennemi sabreur, pour l'instant... Une léchouille de la chèvre qu'il avait oublié alors qu'il la serrait sous son aisselle le rappela à la réalité. Reprenant ses esprits, il consentit enfin à se plaindre du rôle qui lui avait été dévolue:
-"Mais?! Que... Quoi?! Qu'est-ce que tu veux que je fasse avec ce truc?! Et pourquoi avoir coupé ce mur alors qu'il y avait une porte juste à côté?!.."

Effectivement, à y bien regarder, une porte, elle aussi découpée avec le mur, portait la mention "Écurie". L'architecture de cette base ne cessait pas d'étonner Barbe Noire. Peut-être était-ce une commodité pour les soldats venant manger dans cette cantine à cheval? Pas étonnant en tout cas que le sabreur se perde en permanence s'il n'était pas capable de percevoir ce genre de détails de son environnement. Dehors, Sengoku et ses deux acolytes se préparaient à entrer dans le bâtiment. Visiblement, ils se doutaient bien qu'il se passait quelque chose de suspect. Teach se souvint des mots de Zoro quelques secondes avant qu'il effectue sa propre mais vaine démonstration de force. Sur le moment il avait pensé justement l'envoyer promener quand il parlait d'obstruer le passage. Le pouvoir des ténèbres était celui de la gravité infinie, pas celui du calfeutrage dans un milieu confiné! Mais finalement cela avait fait germer une idée dans la tête du Capitaine sanguinaire. Appelant à nouveau l'obscurité qui vint ceindre son dos comme un froid brasier noir, Teach y donna une forme de tentacule difforme alors qu'il se campait fermement sur ses jambes. D'une voix forte, il prononça un mot unique: "LIBERATION!!!"

Liberation!:
 


Ce fut un maelström d'objets, de nourriture et d'êtres humains qui s'étaient trouvés pris dans la dimension parallèle du Yami Yami no Mi grâce à sa technique de "Black Hole" de tantôt qui se déversa dans la direction de Sengoku alors qu'il ouvrait à peine la porte de l'établissement. Cela ne manquerait pas de les ralentir et semer la confusion mais cela ne les arrêterait pas éternellement. Comme il y avait des êtres humains dans le lot, de braves soldats de la Marine de surcroît, nul doute qu'ils éprouveraient des scrupules à faire exploser cette barricade de chair que Teach venait de créer. Tous les êtres vivants ayant été soumis à la gravité infinie du Yami Yami no Mi étaient inconscients, les yeux révulsés et la bave aux lèvres. Il leur faudrait quelques heures voire quelques jours selon leur endurance pour récupérer d'un tel traumatisme. Reconnaissant le type avec un chapeau rigolo de tout à l'heure dans le tas, Teach se permit une petite facétie et s'empara du couvre-chef noir et blanc. La chèvre toujours sous son autre bras, il rejoignit Zoro qui se regardait en chien de faïence avec une bande de palefreniers. Reprenant les choses en main en bon Capitaine qu'il était, Teach mit fin prématurément à cette impasse Mexicaine. Afin de libérer sa main, il posa sur la tête de Gazon-Maudit le chapeau aux motifs dalmatiens et brandit à bouts de bras la chèvre de Sengoku comme l'aurait fait un macaque avec un lionceau en haut d'un rocher escarpé:

-"ON A LA CHÈVRE!!! Pas de mouvements brusques ou je ne garantis pas sa survie, au bestiau!! Vous ne voudriez pas qu'elle finisse en Shish-kebab, hein? Alors posez-moi ces armes doucement sur le sol, sales palefreniers! Et mettez vos mains où je peux les voir, ou un truc comme ça... Ouais comme ça, on sent l'habitude, bande de moules! Allez, ramène-toi fissa Gazon-maudit, on sort d'ici et on fonce au port piquer un rafiot!"

En bon péons, les palefreniers de la Marine avaient obtempéré, craignant pour la vie de l'animal favoris de leur chef. Cette dernière reprit sa place sous l'aisselle droite de Teach. Sans demander son avis au sabreur ni lui laisser le temps de réagir, il l'agrippa par l'arrière du pantalon et l'enserra sous son aisselle gauche. C'est donc un homme gigantesque de trois mètres, ventre à l'air, portant une chèvre sous un bras et un homme affublé d'un chapeau de dalmatien sous l'autre qui commença à piquer un sprint effrénée dans la direction du port. Derrière eux déjà résonnaient des voix hurlant de donner l'alarme générale. Osant se retourner l'espace d'une seconde, il aperçu au loin Sengoku soudain devenu un géant doré. Plaçant le tranchant de sa main au-dessus de ses yeux, il semblait scruter à leur recherche. Autour du bouddha en toc une étrange forme de fumée portant un énorme Jitte semblait aussi les chercher. Teach se serait bien permis de lancer un rire tonitruant dont il avait le secret si la situation lui dictait d'en faire le moins possible. Suant à grosses gouttes, Barbe Noire continua sa course effrénée, dégommant sans vergogne ceux qui se mettaient en travers de sa route. Bientôt, ils arrivèrent en vue du port mais un nombre impressionnant de soldats s'y trouvait. Kurohige déposa Zoro à terre sans aucune délicatesse et se mit à réfléchir. Ou plutôt à reprendre son souffle. Toujours bien sagement sous son bras, la chèvre de Sengoku semblait prendre plaisir à lécher les gouttes de sueur salées qui coulaient le long de son visage rougit par l'effort. Ils devaient faire vite avant que l'alarme ne se fasse entendre dans tout Marineford et cela n'était peut-être plus qu'une question de secondes...


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t316-marshall-d-teach-equipa
Roronoa Zoro
avatar
Sabreur Mugiwara

Masculin « Age : 31
« Messages : 3451

» Niveau : 8.
» Surnom : Zoro le chasseur de pirates.
» Rôle / Grade : Sabreur.
» Prime : 60.000.000 Berries.

MessageSujet: Re: La chèvre et les prisonniers [PV Zoro]   Ven 8 Aoû 2014 - 23:25


Alors que les palefreniers, bestiaux et sans-grades avaient dévié le regard vers Teach et l'otage, Zoro ne put retenir un fou-rire éclatant, lequel marquait un amusement réel face à cet imbroglio. De fait, face à pareille succession d'évènements, il s'était remémoré sa fuite d'Orange Town il y a quelques mois de cela, alors qu'il s'était embourbé dans un pétrin similaire avec Luffy et Nami. Hasard ou pas, Teach l'avait happé de la même façon que son capitaine pour l'occasion, à la différence près qu'il n'était pas blessé et qu'il se serait bien passé d'une telle initiative. Reste que même si l'attroupement leur faisant face n'était certes pas des plus dangereux, toute perte de temps était superflue alors que le facteur, l'enfumeur et cette satanée bonne femme étaient à leurs trousses. Sur le coup, conscient qu'il n'y avait pas de place pour quelque tergiversation que ce soit, Roronoa laissa les commandes à Teach sans broncher. D'autant qu'à défaut d'être digne de confiance, l'édenté s'en sortait bien lorsqu'il endossait le manteau de leader. Il fallait au moins lui reconnaître ce mérite. Il avait en sus eu le bon goût de recouvrir la chevelure verdâtre de l'ancien chasseur de primes...du calot bigarré dont Dalmatian n'avait pas l'usage, alors qu'il gisait sur le sol de la cantine, misérable. Quelle attention ! Du reste, si les circonstances se prêtaient relativement peu à la poursuite de leur joute verbale entamée plus tôt, le sabreur se fendit de quelques réflexions sur la course vertigineuse de son complice, ajoutant une pincée de sournoiserie sur le discours tenu préalablement par ce dernier. Le sarcasme se complaisait aussi bien dans un sourire appuyé que dans un timbre de voix cavalier.

"Chouette discours, Tarteman. Je suis sûr que tu as dû faire ça souvent, enlever des chèvres et menacer des palefreniers... Hé, tu cours comme une gazelle en plus ! C'est sympa de me porter, d'ailleurs. Je commençais à fatiguer. T'es beaucoup plus serviable que t'en as l'air, en fait !"

Les meilleures choses ayant toujours une fin, Zoro regagna cependant le plancher des vaches au bout de cette mémorable cavalcade, jeté qu'il fut par le morfale. Oeil pour oeil... Ou quelque chose comme ça, la priorité allait de toute façon à l'assurance de quitter l'île. D'autant que l'alerte venait d'être donnée, au point qu'on entendit un type menacer les ravisseurs de leur ôter la vie s'ils touchaient à un poil de la chèvre. C'est qu'ils y tenaient exagérément, à cet animal de malheur. Pas de quoi chambouler le bretteur, celui-là même qui arborait de nouveau un faciès imperturbable, préférant scruter attentivement les navires qui leur faisaient face. A l'autre bout du port, on pouvait apercevoir une corvette dépourvue des armoiries de la Marine. C'était sans doute le bon coup à flairer, aussi le nakama de Chopper esquissa-t-il un simple geste vers le bâtiment, indiquant à Teach qu'il s'agissait sans doute là de leur bon de sortie. L'ovin, lui, semblait se délecter du spectacle dont il était pourtant l'un des acteurs principaux. Non content de lécher ses goatnappeurs ça et là, il se dandinait entre eux, comme pour les inciter à pactiser plus longtemps. De quoi impulser un haussement de sourcil dans le chef de Roronoa, guère enjoué face à pareille perspective. Il snoba donc cet intercesseur messianique et s'orienta vers leur ticket gagnant, ouvrant la voie en repoussant les soldats mal inspirés qui se sentaient pousser des ailes. Sans doute était-ce là la manifestation des élans héroïques dont le maître abreuvait les petits jeunes au dojo, en ce moment ? Qu'importe, c'est du plat de ses lames que le meilleur ennemi de Sanji envoyait paître ces justiciers en culottes courtes. Une chance qu'il n'y ait eu que du petit personnel et des gars de la maintenance pour le midi, sans parler du fait que Teach avait neutralisé une bonne partie des gardes, au travers de son ramdam en pleine cantine.

Pressant le pas, le natif de Shimotsuki accéda enfin au navire marchand synonyme de clé des champs, quand une voix féminine, vaguement familière, parvint à ses oreilles. Elle le sommait de s'arrêter et de l'affronter. Elle, cette damnée sosie de Kuina. Elle précédait de peu le facteur, Smoker et une horde de Marines drôlement remontés. En tête du cortège, du moins juste derrière la sergent-chef, on distinguait même un septuor d'illuminés agitant une bannière cocasse. Et pour cause, ce n'était pas l’emblème bleu sur fond blanc qui y transparaissait, mais bien une représentation graphique à l'effigie de la chèvre..! On passait du coq à l'âne, tant cette situation devenait de plus en plus embarrassante. À tout le moins, le porteur de Wadô Ichimonji ne put se résoudre à concevoir les choses différemment, tant ses poursuivants semblaient obnubilés par la bête davantage que par ses agresseurs. Des pirates. Infiltrés. En pleine base. Violents. Tout ça était évident et pourtant, les jurons et autres menaces portaient bien sur l'hypothétique intégrité de l'animal... Quoiqu'il y en avait bien quelques-uns pour déclamer les sommations d'usage en faisant montre d'une cohérence bienvenue. Sans grande surprise, le nom "Roronoa Zoro" résonna à travers les Den Den transmetteurs répartis sur les hauteurs de Marine Ford, tandis que Teach n'était visiblement pas connu des autorités locales. De fait, ils se contentèrent de le baliser comme étant "le complice de Roronoa", ce qui valut une nouvelle moue suffisante au dernier nommé. Il ne leur restait que quelques secondes pour agir, l'avancée des forces de l'ordre se faisant hésitante dans le chef de la tête de gondole. Était-ce leur crainte de voir leur idole endosser le rôle d'agneau sacrificiel qui les faisait avancer moins vite ? Ils ne quittaient pas les présumés tortionnaires des yeux, en tout cas. Pour autant, Zoro n'était toujours pas monté à bord. Il lui restait une dernière chose à faire. Calme, paradoxalement apaisé au plus fort de la panique, il porta enfin son troisième sabre à sa bouche et avança d'un pas assuré. Tout en adoptant la position annonçant l'exécution toute proche d'une de ses techniques, il adressa une dernière volée vénéneuse au ténébreux bellâtre qui l'avait accompagné tout le long.

"Hé, "complice" ! Je déteste déjà m'endetter d'habitude, mais c'est encore pire si c'est envers un type comme toi. Je dois te remercier, on aura fichu une sacrée pagaille ici... L'aventure s'arrête là. Prends le bateau et mets les voiles, allez !"

Orgueil, honneur et fierté. Autant de paramètres qui entraient en ligne de compte en cet instant, comme souvent dans le chef du sabreur. Bien sûr, quelque part, Roronoa était intrigué par cette réalité qui faisait de Barbe Noire un anonyme aux yeux de la Marine. Comment était-ce possible, avec ce genre de pouvoirs bizarres ? Depuis leur rencontre à Mock Town, de surcroît, il était persuadé que ce gars-là était l'une des forces vives de la piraterie avec un grand "P". L'introspection n'ayant toutefois pas sa place, il impulsa plutôt un Tatsu Maki aspirant les uns, repoussant les autres. Le tourbillon venteux était légèrement incurvé sur le haut, dans la direction des opposants. Une nécessité, sans quoi Smoker aurait profité du courant propice pour s'immiscer en son sein et par là même, s'offrir une voie royale vers le navire qu'il aurait pu sceller sous un voile de fumée. En lieu et place, il devrait soit contourner la vague déferlante par le haut, soit par les côtés. A ce niveau, c'est la circonférence du déferlement aérien qui assurait une perte de temps conséquente à cette masse de soldats. Ils étaient à une dizaine de mètres du chasseur de pirates et le facteur avait revêtu une drôle d'apparence. Un bonze ?! Quoi qu'il en soit, c'était maintenant ou jamais : tout allait se jouer dans un court battement d'une demi-seconde. Au mieux. Zoro se laissa tomber vers l'arrière, atterrissant de la sorte dans une chaloupe attenante. Exécutant un Sanjuroku Pound Hou dont il espérait qu'il propulserait l'embarcation suffisamment loin que pour faire illusion, il lui restait maintenant à serrer les dents et à croire en sa bonne étoile. Une fois de plus. Et le couvre-chef dalmatien de voleter par-dessus la tignasse émeraude du sabreur, en guise de dernière raillerie à l'encontre des militaires.


Undisputed.

« My swords ? Sorry, they're really howlin' for blood..! »
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t312-roronoa-zoro-equipage-d
Batsu
avatar
Pirate Barbe Noire
ZEHAHAHAHAHAHA!
Masculin « Age : 32
« Messages : 803

» Niveau : 4
» Surnom : Barbe Noire
» Akuma no Mi : Yami Yami no Mi
» Rôle / Grade : Capitaine - Mangeur de tartes
» Prime : Inconnue

MessageSujet: Re: La chèvre et les prisonniers [PV Zoro]   Mer 20 Aoû 2014 - 17:41


Teach resta sourd aux moqueries du punk qu'il transportait sous son aisselle suante et sans nul doute puante, les deux allant de paire. Lui-même n'était manifestement pas conscient que si Teach ne le transportait pas comme une vulgaire chèvre qui d'ailleurs profitait de la seconde place en ce moment même, celui qu'il se plaisait à appeler Gazon-maudit serait retourné tôt ou tard sur les lieux de leur crime bien malgré lui. Et bien plus tôt qu'il ne le pensait. Le temps n'était pas aux rivalités mais bien au serrage de coudes entre camarades pirates dans le sanctuaire sacro-saint de leurs ennemis jurés. Le sabreur remplit d'ailleurs sa part du marché. Pendant que le Capitaine du Marutabune reprenait son souffle, il leur avait dégoté une embarcation un tant sois peu discrète et vraisemblablement manœuvrable par un seul homme le cas échéant. C'était aussi ce moment qu'avait choisit toute la cavalerie pour rappliquer à leurs trousses. Décidément, Teach n'était pas un aussi bon coureur qu'il le pensait. Un peu trop de tartes aux cerises auraient-elles influencé sa capacité à sprinter? Chassant de son esprit cette possibilité improbable jetant la pierre à son plaisir tout sauf inavoué, le ventripotent Capitaine réajusta sa casquette blanche de façon à placer la visière plus ou moins devant son visage. Il n'était pas dans son intérêt de trop faire parler de lui alors qu'il comptait se faire bien voir aux yeux de ladite Marine pour une éventuelle nomination au poste de Shichibukai.

L'oeil perçant de Teach repéra un unique canon sur le pont du navire marchand. Pendant que Zoro repoussait les poursuivants à coups de sabres soulevant de véritables tornades, le mangeur de tartes prépara l'embarcation au départ. Teach s'attendait presque à ce que l'homme aux cheveux vert pomme l'y rejoigne mais voilà qu'il jouait les héros. Ceci racheta le sabreur aux yeux de Barbe Noire. Il aimait ce genre d'imbéciles, assumant totalement le fait d'en être un lui-même. Un sourire édenté parant son visage buriné par les ans et les embruns, Teach ne se le fit pas dire deux fois et largua les amarres. S'éloignant, il lança un dernier message d'adieux à son compagnon d'infortune:
-"ZEHAHAHAHAHA! Je dois avouer que t'es sacré forban, Roronoa Zoro! Je te tuerai en dernier, tiens! Je te proposerai bien de monter avec moi mais toi et moi savons très bien que dès qu'on sera sortis de ce trou à mouettes, cette alliance sera terminée, pour le meilleur et surtout pour le pire! Laisse-moi au moins créer une dernière diversion. BLACK GOAT!!!"

Sur le pont de Marineford, tous purent voir la tête de la chèvre de Sengoku dépasser du fût d'un canon, mâchouillant nonchalamment un morceau de papier se trouvant être l'avis de recherche d'un certain "Baggy le Légendaire". Toutes ces paires d'yeux s'écarquillèrent, comprenant que le gros homme qui prenait la poudre d'escampette se tenait derrière ledit canon, prêt à mettre le feu à d'autres poudres. L'ignition de la base de la mèche fit exploser instantanément la charge, propulsant dans les airs la petite chèvre blanche qui avait désormais l'arrière noirci de suie et de poudre à canon consumée. Décrivant un arc de cercle visible à plusieurs centaines de mètres à la ronde, le cri déchirant de Sengoku ordonnant qu'on attrape la chèvre à tous prix permit effectivement aux deux pirates mal assortis de filer entre les mailles du filet. Une fois en pleine mer, Teach balança cette satanée casquette blanche et se fendit d'un rire plus tonitruant que jamais. S'échouer sur Marineford et parvenir à s'en échapper était sans nul doute un succès de plus qu'il pourrait ajouter à son palmarès de futur Roi des Pirates. Qu'il le veuille ou non, ce succès était également dû en partie à un sabreur à la tignasse verte...

Et à une chèvre.
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t316-marshall-d-teach-equipa
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La chèvre et les prisonniers [PV Zoro]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La chèvre et les prisonniers [PV Zoro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG One Piece : Rise of a New Era :: 03 (Rp / HRp) :: Zone de Combats :: Concours RP-