lienlien












 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shunto Aki
avatar
Nouveau/Nouvelle

Masculin « Age : 24
« Messages : 48

» Niveau : 11
» Surnom : La patte de bambou
» Akuma no Mi : Aucun
» Rôle / Grade : Combattant

MessageSujet: L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre   Jeu 10 Avr 2014 - 1:27


L'île de Bangarang ! 
L'étrange pays lugubre
-----------




L'île de Bangarang, un endroit étrange et sombre, tout est si sale et lugubre, pas le meilleur endroit pour de petites vacances ou une retraite. L'obscurité de cette île est en partie du a cause d'un étrange nuage qui recouvre la région et les habitants n'était pas très accueillant, parler d'une drôle de façon et certains chantait en pleine rue en réalisant des bruits avec leur bouches, mais c'est quoi ce pays ?! Dans une taverne, au coeur d'un quartier qui ferait fuir toutes les petite vielle de bonne famille en courant, Shunto est assis a une table et visiblement il est plutôt sur les nerfs, pourquoi cette foutu barque l'avait emmener ici ?! Pourquoi ici et pas dans une île paradisiaque ? Une chope de bière sur le coté de la table, Shunto balaie du regard la salle, le barman, deux gars presque ivre mort et un drôle de bonhomme a une autre table. Le barman ne devait pas souvent faire le ménage, car l'entretien de son établissement laissait a désiré, des planches au sol avait disparu, des troues dans les murs et une bonne grosse couche de poussière sur les tables et tout le reste d'ailleurs, ce ne serait pas étonnant de trouver des cafards dans la nourriture et dans la bière.


" Raaah ! C'est pas vrais ! Il a fallu que ça tombe sur moi .. "

Buvant cul-sec, Shunto était maintenant affalé dans sa chaise qui grinçais au moindre mouvements. Il repensait a comment est-ce qu'il était arrivé ici, après avoir volé une barque a une de ses cibles qui se rendait sur Grand line, Shunto a fait voile vers une direction au hasard, suicidaire sur Grand line ? Un peu oui ! Mais Shunto est seul, et il n'est pas navigateur. Il a passé quatre jours a vogué vers une destination inconnue, heureusement qu'il avait pensé a prendre de la nourriture sur le bateau du pirate qu'il pourchassait, sinon il serait déjà mort de faim depuis un moment, il ce retrouve toujours dans des situations délicate et absurde, mais comme il aime le dire " Je suis un aventurier avant tout ! Je n'ai pas de routes a suivre " même si parfois il aimerait revenir sur ses paroles et éviter de finir a moitié mort de faim au milieu de la mer dans une petite barque.

*Shunto dormant dans sa barque, en direction de Bangarang*

Il avait fait juste une toute petite escale, de quelques minutes, sur un tout petit bout de terre qui ressortait de la mer et que sa barque avait percuter, au bout de deux jours coincer dans cette coquille flottant sur la mer, il c'était rué sur ce bout de terre et l'avait embrasser, criant sa joie de voir enfin un bout de terre et de l'herbe ! Cette petite plateforme était vraiment toute petite, ne pouvant qu'accueillir deux personnes. A peine il avait finit son ode a la nature en réalisant une danse ridicule, qu'un serpent des mers géant apparut au-dessus de lui, la gueule grande ouverte pour l'avaler, Shunto se sentait autant en sécurité qu'un plateau repas. Même si le chasseur de primes n'est pas le plus puissant du monde et qu'il ne possède pas de fruit du démon, il sais ce défendre et grâce a son sabre il avait réussit a calmer rapidement cette sale bête. Sortant de ses pensées, l'enfant de l'île du karaté prit sa chope de bière vide et se dirigea vers le comptoir. Le barman qui nettoyait son verre depuis tout à l'heure avec un vieux chiffon aussi sale que le reste gardait un oeil sur Shunto depuis tout a l'heure, comment pouvait-t'il nettoyer un verre avec ce truc ? Enfin .. Le chasseur de primes pensait que quitte a êtres ici pour il ne sais combien de temps, autant prendre des informations sur cette ville et ce pays.



" Hey Barman, combien est-ce que je vous dois ? "

L'homme a la moustache mal nettoyé et au tablier noir nettoyant son verre, ne prenait même pas la peine de regarder Shunto et fit un trois avec ses doigts. Shunto n'aimait pas ce genre de comportement, surtout chez des marchands ! Si ça les ennuie d'avoir des clients, qu'ils n'ouvrent pas une boutique ou une taverne ! Il lança trois berrys sur le comptoir tout en fixant le barman. Il y avait une drôle d'ambiance dans cette taverne, au-delà du coté lugubre de la région, il y avait comme un malaise et qu'il n'était pas vraiment le bienvenue ici.

" Dis donc mon gars ... Vous pouvez m'donner quelques informations sur la région ? Je viens de débarquer et .. " D'une voix grave et menaçante, le barman dit " Non ! Vous avez payez, maintenant, partez ! " 

Les sourcils de Shunto ce froncèrent, a l'habitude c'est quand même un gars plutôt sympa, mais faut pas le prendre pour un imbécile et un indésirable ! Il se leva et sortit son sabre, le pointant sur le Barman.

" Ecoute moi bien ... Normalement je suis plutôt calme, mais la vous, vous foutez d'moi .. Je l'ai sentis dés que je suis rentré dans ce troue a rats. "


D'un mouvement de main, le barman fit signe aux deux gars presque ivre mort de tout a l'heure, et comme par magie ils se relevèrent et sortirent des couteaux. Arrivant derrière Shunto, ils l’attaquèrent, mais Shunto est rapide et grâce a deux mouvements de son corps, il maîtrisa rapidement les deux hommes, et les mit au sol.  


Dernière édition par Shunto Aki le Sam 12 Avr 2014 - 23:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t352-shunto-aki-independant
Yoshikage Kira
avatar
Hors-la-loi

Masculin « Age : 23
« Messages : 49

» Niveau : 10
» Surnom : Atom Heart
» Akuma no Mi : Aucun
» Rôle / Grade : Escroc au grand coeur

MessageSujet: Re: L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre   Jeu 10 Avr 2014 - 18:33

Avachi sur une table plus noire que la nuit, sans doute à cause des mois – si ce n'est des années – de poussière avachis sur le bois vermoulu qui la constituait, j'agitais depuis un moment déjà la choppe qui contenait ma bière, comme si je cherchais une réponse dans les rides qui plissaient la surface du breuvage jaunâtre à l'odeur presque pestilentielle. On m'avait dit un jour que la différence entre la bière et l'urine était d'un quart d'heure. Et bien, vu la proximité entre le contenu de ma pinte et le second liquide, je pense que ma bière est littéralement en avance sur son temps. Enfin, ce n'est pas comme si je m'étais attendu à autre chose vu la tronche du bouge où j'avais échoué. Que ce soit la mine patibulaire des clients, les oripeaux sales du tavernier, les cafards qui avaient pris la fuite sitôt que j'avais ouvert la porte, tout en cet endroit me dégoûtait. Et de manière générale, l'île avait le même effet sur moi qu'un répulsif sur un moustique : je n'avais qu'une seule envie, me barrer loin d'ici, vite fait bien fait.

Je ne suis pas homme à rechigner le noir, appréciant même particulièrement les soieries de cette couleur, et trouvant une certaine majesté aux corbeaux, mais quand il emplit des nuages, non merci. Surtout quand les dits nuages masquent le soleil. Je suis comme une fleur, j'ai besoin de lumière pour être en bonne santé, et trop d'obscurité est mauvais pour mon teint de miel et mes traits avenants. Décidément, plus ma bière se ridait, plus je lui trouvais un sourire moqueur, comme si elle se fichait de moi parce que j'avais atterri au milieu de nul part. Ça n'aurait pas dû se passer comme ça de toute façon. Sur l'île précédente, on m'avait assuré que le bateau avait un Eternal Pose pour Shabondy, et que j'y serais en moins de deux. L'archipel représentait l' Eldorado, pour moi : en effet, il y avait là-bas tant de monde que je pourrais sans doute me remplir les poches des dizaines de fois sans jamais avoir à escroquer deux fois la même personne. Hélas, à la première tempête, le capitaine avait révélé son imposture, et s'était fait jeter à la mer par les marins en colère.

Son second avait pris le pas, et avait réussi tant bien que mal à nous maintenir en vie et à accoster sur cette foutue île mystérieuse, où je rouillais depuis hier soir, donc. Comme pécule, j'avais juste les berrys récupérés de-ci, de-là, dans les cabines laissées ouvertes par leur propriétaire. Pas de quoi fouetter un chat, mais j'avais pu me payer une chambre dans une auberge miteuse. Enfin, j'avais passé plus de temps éveillé à essayer de tuer toutes les puces du matelas, ou à écouter les coups de feu, qu'à dormir. Il est clair que quelque chose ne va pas sur cette île : les habitants sont tous moroses, certains semblent perdus, et les cadavres jonchent les rues, exactement comme les habits d'une jeune femme le plancher lorsque j'entre dans sa vie. Et pour couronner le tout, je ne sais pas quand je pourrais partir d'ici et ne plus jamais y revenir. Je soupire et je regarde la bière, ma seule amie en cet endroit. Un dilemme m'envahit : tenterais-je le diable en y posant mes lèvres, ou préserverais-je l'intégrité de mon estomac ?

Fort heureusement, voilà qu'un des types dans la salle s'échauffe avec le tavernier et m'épargne ce moment de doute. Il n'est pas d'ici, lui, vu les questions qu'il pose. Et le patron ne semble pas vouloir coopérer. Je ne peux m'empêcher de dévisager sa moustache, qui ressemble à un excrément écrasé sous son nez rougeaud et aux veines saillantes, tandis qu'il hausse le ton. Et voilà que l'allochtone dégaine un sabre à la lame courbée, qu'il pose sur le barman. Mais quel crétin. Vraiment, je suis entouré d'idiots, sans doute un coup du destin pour me rappeler que je ne suis pas prêt de trouver des nakama de mon acabit. En tous les cas, le barman ne veut pas se laisser faire, et c'est sur ses ordres que se lèvent les deux autres occupants de la salle, brandissant des couteaux. Amusé, je pose mon regard sur lui, attendant de voir ce qu'il va faire.

Et je ne suis pas déçu, puisqu'il défait rapidement les hommes avant de les mettre au sol, en position fœtale. Intéressant, ma foi. Il me sera peut-être utile pour partir de ce trou à rats, comme il l'a si bien dit. J'aurais pu lui dire qu'il n'y avait que les faibles ou les imbéciles pour provoquer les gens histoire d'étaler leur force, et qu'au vu de sa trogne, je n'aurais su dire s'il était de la première ou de la seconde catégorie. J'aurais aussi pu lui dire qu'il avait l'air d'un idiot, en plus de manquer singulièrement de classe, et les deux affirmations auraient été vraies. Mais il avait l'air impulsif et me battre était la dernière chose dont j'avais envie en ce moment. D'autant qu'il pouvait me servir, malgré sa bêtise. Aussi, j'écarte ma chaise bruyamment pour attirer son attention, me lève et m'approche de lui avant de lui tendre la main et de me contenter d'un:


- Salut, l'ami. Toi aussi, t'es perdu?

Sourire avenant et yeux rieurs. Mais il n'a pas besoin de savoir que c'est parce qu'intérieurement, je me moque de son manque d'élégance.
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t355-kira-sabreur
Shunto Aki
avatar
Nouveau/Nouvelle

Masculin « Age : 24
« Messages : 48

» Niveau : 11
» Surnom : La patte de bambou
» Akuma no Mi : Aucun
» Rôle / Grade : Combattant

MessageSujet: Re: L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre   Jeu 10 Avr 2014 - 19:18

Quelle bande d'imbécile ! D'habitude le chasseur de primes n'est pas comme ça, pas aussi impulsif, mais après des jours a erré sur la mer, il ne fallait pas le chauffer ! Shunto se releva et retira la poussière de son armure, la bagarre avait soulevée trois ans de ménage non fait. Voyant ses petits copains a terre, le barman se cachât derrière son comptoir, en plus d'êtres sale et mal polis, voilà qu'il devenait un lâche ! Ah je vous jure, et après on s'étonne que ce monde soit aussi pourri, quand des gars comme ça ce reproduisent ? Après cet affrontement sans aucune importance et sans aucun challenge, Shunto sentis quelqu'un derrière lui, c'est l'autre drôle de bonhomme de tout a l'heure, il lui tendait la main et lui posa la question de si lui aussi était perdu, il semblait quand même plus intelligent et plus propre que les trois autres gusses. Ce serait intéressant de faire ami ami avec quelqu'un qui est dans la même situation que lui, s'entraider pour mieux ce tirer de ce pays merdique. Shunto était dos a cette nouvelle tête, il tourna légèrement la tête et sourit.

" Haha ... Effectivement, tu n'est pas pareil que c'est imbéciles, j'imagine que tu est dans le même cas que moi. "


Il se retourna et lui serra la main, l'observant un moment, Shunto sentait quelque chose de spéciale en lui, c'est pas un gars ordinaire. Des fringues sympa, une coupe de cheveux plutôt classe ! Ouais, le chasseur de primes pourrait bien faire équipe avec lui le temps de sortir d'ici, on ne sait jamais sur quoi l'ont peut tomber, et selon lui, c'est gars aux couteaux n'était que des types normaux et que cette île renfermer quelque chose d'autres ... De plus menaçant, juste une intuition, sinon, comment un pays pourrait finir comme ça ? Shunto remit son sabre dans son fourreau et reprit les trois berrys qu'il avait laissé sur le comptoir.


" Je te reprend ça, barman de mes deux ... Vu comment tu traite tes clients et comment tu tien ton boui-boui tu mérite pas d'argent. "


Shunto s'installa contre la poutre qui formait l'entrée de la taverne et croisa les bras, regardant les alentours, c'était pas mieux dehors qu'a l'intérieur, plus loin dans la rue un type tua de sang froid un autre gars, soit ils sont en surpopulation et c'est autorisé par la lois, soit il y a eu un truc vraiment horrible qui c'est déroulé ici et c'est l'anarchie ... Ou alors ils sont juste tous complètement débile. Lâchant un long et bruyant soupire, le jeune homme revint sur l'autre gars en kimono. Il serait peut-êtres temps de faire connaissance si par la suite ils décident de partir de cette île.

" Hey Kimonoboy ! On est tout les deux dans le même bateau, ça te tente de faire un bout de chemin avec moi et que l'ont trouve un moyen de ce tirer de c'te pays a la noix ? " 

Le chasseur de prime tapota l'une des poches de son pantalon et en sortit une petite bourse avec le symbole du berry dessus. Il ce doutait bien que dans ce genre d'endroit, que l'ont soit natif ou pas dans ce pays, il n'y avait que des types qui marchait avec l'argent, lui le premier si on lui en proposait. Il faisait rebondir la bourse dans sa main, tout en observant son interlocuteur.

" J'peux même te filer quelques berrys si tu veux ... Je te le propose au cas ou, si un type que je ne connais pas me demande de venir avec lui, je lui demanderais un p'tit pécule .. A toi de voir .. Ah et au fait, moi c'est Shunto Aki .. Tu ma surement trouvé très bête d'avoir attaquer le barman tout a l'heure, d'habitude je suis pas comme ça, mais je suis un peu sur les nerfs en ce moment. "


Shunto se doutait bien qu'il était passer pour un imbécile sans cervelle qui fonce dans le tas comme un sanglier, mais peut-importe, il s'en fichait pas mal ... On a chacun nos soucis et chacun nos humeurs. Le chasseur de primes continuait a faire rebondir cette bourse, et le bruit des pièces qui bougeait dans ce petit sac résonnait dans toute cette taverne qui était maintenant très très calme. Si cet inconnus accepte, qu'il ne pense pas qu'il ferait équipe avec un faible, il sera vite surpris, Shunto était en confiance et attendais une réponse de sa part.


Dernière édition par Shunto Aki le Sam 12 Avr 2014 - 23:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t352-shunto-aki-independant
Yoshikage Kira
avatar
Hors-la-loi

Masculin « Age : 23
« Messages : 49

» Niveau : 10
» Surnom : Atom Heart
» Akuma no Mi : Aucun
» Rôle / Grade : Escroc au grand coeur

MessageSujet: Re: L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre   Jeu 10 Avr 2014 - 21:13

Qu'est-ce qu'il était bavard, ce gusse. Il parle depuis tout à l'heure et ne m'a même pas laissé piper mot. En tous cas, j'ai retenu de ses dires qu'il s'appelait Shunto Aki, qu'il m'appellait Kimonoboy, que ça ne me plaît pas du tout, et qu'il nous considère comme des semblables. C'est vrai que nous sommes pareils, à un cerveau et un peu de classe près... Mon trait d'esprit me fit sourire, mais je me garderai bien de lui en communiquer les raisons. Il m'a même proposé de l'argent. Je prends sa bourse, en tous cas, en guise d’acompte : j'essayerai de m'emparer du reste de ses possessions au moment où on se séparera. Souriant de plus belle, j'accepte sa proposition et lui signale que je me nomme Yoshikage Kira, pas Kimonoboy. Par devers moi, je souhaite qu'il ne réutilise jamais ce surnom idiot, ou sinon notre association risque de prendre fin aussi vite qu'elle a commencé. Ce détail réglé, je prends la tête de notre groupe, vu que je suis le plus malin, et je quitte l'établissement mal famé, sortant dans la ruelle sale où l'endroit était planté, comme un bouton suintant le pus sur un visage déjà hideux.

Même mes comparaisons sont sales, cette île va avoir le meilleur de moi si je n'y prends pas garde. En tous les cas, je quitte l'artère embouchée et me retrouve dans une rue plus large qu'auparavant. Quelques charrettes défoncées avec des cavales malingres accrochées ou non aux dites charrettes semblaient constituer le seul moyen de transport de l'île. Pas étonnant que j'aie dû tout faire à pied. Avec un soupir, je prie de façon muette que la délivrance arrive bientôt. Alors que je continue d'avancer, cherchant un vivant pour lui demander des renseignements sur l'île, voilà qu'un SPLOUSH ! Me tire de mes réflexions et qu'une odeur âcre vient me frapper les narines. Je baisse les yeux pour observer un cadavre troué de frais, dont la mare de sang a provoqué ce joli bruit lorsque j'ai marché dedans. Sandales comme chaussettes sont fichues, et je soupire de nouveau. Quelqu'un va devoir répondre de ça.

Et le quelqu'un arrive justement avec fracas. Marmottant de drôles de sons avec sa bouche aux lèvres charnues, l'individu est grand, plus que moi, ce qui est vexant, - heureusement qu'il n'a pas mon élégance -, mat de peau, vêtu d'un haut informe à l'apparence plus que douteuse et d'un pantalon qui tombe si bas qu'on dirait qu'il a eu le malheur de se vider les tripes dedans. Une grosse chaîne en or, un foulard vissé sur le crâne et de drôles de chaussures parachèvent le portrait de cet énergumène, qui nous considère d'un air circonspect. Visiblement, il sait qu'on est pas d'ici. Qu'à cela ne tienne, voilà qu'il commence à nous parler, agitant ses mains de haut en bas et faisant de drôles de gestes avec ses doigts:


- Yo, bande de pédales
Kess vous foutez là
Si d'aventure z'êtes en cavale
J'vais vous trouer fissa!


Et pour renforcer son effet dramatique, voilà qu'il sort un pistolet qu'il pointe vers nous. Sans doute est-il celui qui a tué le macchabée à mes pieds. Mais le drôle va vite en besogne ! Je lève mes mains devant mon visage et l'exhorte à s'apaiser, lui demandant d'un ton des plus courtois où est-ce que nous sommes, et que nous vaut cette inimitié aussi soudaine qu'injustifiée de sa part. Il me regarde avec un air ahuri, et je comprends deux choses : d'une, j'ai employé des mots trop compliqués. De deux, il va tirer. Et moi qui espérais m'en sortir tranquillement. Je fonds sur lui avant qu'il n'ait pu réagir, et le frappe au sternum avec ma paume droite. Bien qu'il soit plus lourd que moi, je l'envoie tout de même contre le sol, et je pose mon pied droit sur sa gorge, tandis que le gauche écrase sa main droite, lui faisant lâcher son arme. D'un mouvement de tête, je rejette en arrière une de mes longues mèches ébène, et je lui demande d'un ton un peu moins courtois que tout à l'heure des explications, s'il veut pas que je le troue fissa, moi aussi.

La sueur perle sur son front, et il commence à bafouiller, continuant ses rimes stupides. Saisissant mon sabre, je laisse étinceler quelques centimètres de ma lame, le chuintement du fourreau servant de musique à ses textes, et il se calme soudain avant de se montrer beaucoup plus coopératif, et sans rimes s'il vous plaît:


- Yo, biatch, je suis un Banger et t'es sur Bangarang, biatch. On fait du rapp, Brother, et on demande qu'à être tranquilles, yo. Sauf que ça part en live en c'moment, d'puis que l'Boss du game a disparu et que tout fout l'camp. Les armes, les esclaves.. On tue pour un oui pour un non, pélo ! Z'êtes louches, avec ton pote, Bro, donc j'ai pensé que...

- A l'avenir, abstiens-toi de penser, tu le fais très mal, « biatch ». Tu sais ce qu'il se passe avec le ciel?

- C'est la faute des autres biatchs, Bro. C'est eux qui...

BANG ! Un nouveau coup de feu interrompt mon nouveau copain, qui commence à darder des yeux inquiets à droite et à gauche. La main lovée sur la poignée de mon katana, je fais de même, cherchant à trouver le tireur dans cette large artère si peu éclairée... Je jette un coup d’œil à Aki, et lui suggère de garder les yeux ouverts. Des fois qu'il soit trop stupide pour faire attention à lui.
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t355-kira-sabreur
Shunto Aki
avatar
Nouveau/Nouvelle

Masculin « Age : 24
« Messages : 48

» Niveau : 11
» Surnom : La patte de bambou
» Akuma no Mi : Aucun
» Rôle / Grade : Combattant

MessageSujet: Re: L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre   Jeu 10 Avr 2014 - 22:46

Le nouveau pote de Shunto, Kimonoboy de son vrais nom Yoshikage Kira, ne fit pas très bonne impressions au chasseur de primes, il avait l'impression d'êtres prit de haut, que ce Kira ce sentait bien plus supérieur que lui, pour qui il ce prend ? Enfin, le jeune homme au sabre fera obstruction de ce comportement pour le moment, et si ce type au kimono tente quoi que ce soit contre lui, il sera l’accueillir comme il ce doit. Les récent et nouveaux comparses sortirent de cette chose que son propriétaire ose appelé une taverne, ils marchèrent pendant un petit moment dans les rues de cette immonde ville, puante et salle. En plus des cadavres jonchant le sol, d'anciens avis de recherche, des publicités et autres était a moitié arracher sur les murs, les morceaux s'envolait vers le nuage noir qui surplombait la ville, des volets claquait a rythme irrégulier et ajouter a l'ambiance glauque de cette rue. Alors que toute c'est choses ne suffisait pas, un drôle de bonhomme apparut devant Shunto et Yoshikage, il parlait dans une drôle de langue ou alors c'est qu'il a un accent, très étrange en tout cas.

Alors que le nouveau " meilleur ami " de Shunto discutait avec cet homme qui visiblement cherchait a ce faire tuer, car quand on agresse les gens de cette façon sans s'avoir sur qui on tombe on peut parfois avoir de drôle de surprises. Aki regarda sur les toits et vit du mouvement, une silhouette moins imposante que l'homme face a eux, mais qui semblait armé. Alors que Kira c'était occupé de cet énergumène qui n'avait surement que ça a faire de tirer sur les gens, annonça quelque chose d'un peu plus intéressant que le reste, gardant toujours un oeil sur la silhouette dans les hauteurs, Shunto écoutait.Des Bangers ? L'île s’appellerait donc Bangarang ? Et qui est ce boss .. L’intuition d'Aki c'était avéré exacte, il c'est passé et il ce passe des choses étrange ici, ce qui a fait plonger le pays dans le chaos. Alors que Kira posait une très bonne question, en questionnant le Banger a propos du nuage, un tir ce fit entendre et comme Shunto s'en doutait, ce tire venait de la silhouette qu'il garde a l’œil depuis tout a l'heure. Alors que le chasseur de primes allait s'attaquer a cette nouvelle menace, Kira lui dit de rester sur ses gardes .. Tss .. Pour qui est-ce qu'il ce prend ?

" C'est gentil de te soucier de moi ! Haha, mais .. Je l'ai déjà localisé. "

Shunto attendit que la silhouette revienne sur le planché des vaches et qu'elle arrive derrière eux pour agir, un petit sourire satisfait apparut sur son visage, si il montre a ce Kira qu'il n'est pas un simple petit bandit ou quoi que ce soit d'autre, peut-êtres changera t'il de ton avec lui. Aki plaça son pied droit a l'avant et son pied gauche a l'arrière et dit très doucement et en chuchotant.

" Fumikomi ... "  

" ... Uke "

Alors que la cible de Shunto était derrière lui, a plusieurs mètres, la ou une personne ordinaire n'aurait pu atteindre cette silhouette qu'avec un pistolet, Aki disparu un moment pour réapparaître juste devant l'assassin, au niveau de son bas ventre, ce dernier n'a même pas le temps de baisser la tête qu'il ce retrouve déjà a terre en recevant un violent coup de poing a la mâchoire. Shunto c'était retenu pour juste la mettre a terre, sans vouloir la tuer, ni l’assommé, il fallait que les deux aient des réponses et Shunto compte bien en avoir. Il attrapa l'assassin par son foulard, d'une couleur différente de l'autre, en relevant sa tête, Shunto remarqua que c'était une jeune femme, plutôt mignonne avec de long cheveux blond.

" Dit moi ma mignonne, qu'est-ce qui ta prit a tirer sur cet homme ? "
Un sourire mauvais apparut sur son jolie minois, un filet de sang coulait le long de sa bouche.
" Pfuaah ... Ce type appartient au groupe qui s'en est prit au boss, ils doivent tous mourir pour avoir mit ce pays dans le chaos .. "
Shunto lança un petit regard a Kira puis reprit.
" C'est quoi ce nuage ?! Pourquoi il fait tout le temps nuit ? "
Crachant un peu de sang, elle regardait Shunto en coin.
" C'est a cause de la disparition du Boss.. SI LE BOSS ÉTAIT LA TOUT CE PASSERAIS BIEN ! "

Surpris par sa réaction, la femme réussit a ce libérer du chasseur de primes et de s'enfuir .. La voyant partir, Shunto soupira et en tournant la tête vers Kira, il lui dit sur un ton très détendus.

" Je commence en avoir marre des gens de ce pays ... Je l'arrête et j'te laisse lui parler."

Ce relevant très rapidement, Aki fit de nouveau un mouvement rapide vers cette jeune femme et apparut devant elle, posant sa main sur son visage et donc en la coupant dans sa course. Il fit signe a Kira de venir.


Dernière édition par Shunto Aki le Sam 12 Avr 2014 - 23:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t352-shunto-aki-independant
Yoshikage Kira
avatar
Hors-la-loi

Masculin « Age : 23
« Messages : 49

» Niveau : 10
» Surnom : Atom Heart
» Akuma no Mi : Aucun
» Rôle / Grade : Escroc au grand coeur

MessageSujet: Re: L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre   Ven 11 Avr 2014 - 0:06

Apparemment, je peux retirer le qualificatif faible de ce cher Aki. Il était assez rapide pour presque disparaître, et j'ai moi-même eu du mal à le suivre des yeux. Je n'aurais pas aimé recevoir le coup qu'il a mis à la donzelle, et j'avais grimacé en le voyant faire, et parce que ça devait cogner, donc, mais aussi parce qu'il ne fallait pas frapper une femme. A moins que le fait qu'elle essaye de nous tuer ne soit une circonstance atténuante... ? En tous cas, l'interrogatoire sommaire qu'il mena nous apprit qu'elle en voulait à mon pote, Biatch. Elle le tenait responsable de la disparition du boss, qui avait elle-même causé la nuit permanente ici... Mais qui était donc ce boss ? Plus j'en apprends, et moins cette histoire fait sens. Sous mes sandales, Biatch s'agite, et j'enfonce un peu plus mon pied dans son sternum.. Du calme, toi. La belle réussit à fausser compagnie à mon camarade, et commence à prendre la poudre d'escampette. Et voilà qu'il me donne des ordres. On aura tout vu ! Je crois qu'il n'a pas encore compris que j'étais le chef de notre petite équipe. Mais bon, il a le cerveau lent, je lui pardonne.

Heureusement que son corps est plus aiguisé que son esprit. Il rattrape et dépasse la femme en un instant, et l'arrête en dressant simplement une de ses pognes sur sa trajectoire. La demoiselle va avoir le nez cassé, elle ne sera plus si jolie, tristesse. En tous les cas, je libère Biatch, je le relève et pose la pointe de ma lame sur la gorge, lui faisant signe d'obtempérer sous peine de finir raccourci, et il me suit jusqu'à la bonne femme, avec des regards soupçonneux sur mon sabre. Lorsque j'arrive, elle recommence à s'agiter, mais le coup de mon camarade l'a bien sonnée, et le temps qu'elle se relève, j'ai déjà saisi ses mains. Elle a la peau douce, malgré tout. Dommage qu'une si belle plante soit si agressive. Mais bon, il est l'heure de mener à bien mon interrogatoire. Au vu du regard brûlant qu'elle posait sur Biatch, il était clair qu'elle le haïssait plus encore qu' Aki ou moi. Voilà qui me rendrait presque jaloux, une femme comme ça qui porte tant d'attention à un rustre.

En tous les cas, je lui demande d'un ton de velours de m'en dire plus sur le lien qui l'unit à Biatch. En général, on n'essaye pas de tuer quelqu'un qu'on ne connaît pas. Elle grogne et se débat, mais mes longs doigts enserrent ses poignets de plus belle, et elle finit par se lasser, avant de commencer à raconter : tout allait mieux, quand le Boss était là. Depuis sa disparition, c'était le chaos : des battles de rapp, on était passé aux meurtres et aux rixes, aux viols, et... Elle se tait, se racle la gorge et crache sur Biatch, qui reçoit le truc en plein visage et envisage de lui sauter dessus. Je le laisse aux bons soins d' Aki, et j'exhorte la femme à reprendre son récit. Bodenpower avait changé l'île, raconte-t-elle. C'était lui l'instigateur du rapp, de la chanson pour se purifier de sa haine. Une catharsis moderne, pensé-je par devers moi. Mais depuis qu'il n'était plus là, donc, c'était le chaos. C'était la faute du gang de Biatch.

Le grand à la peau d'ébène rétorque que c'est la faute de son gang à elle, avant que les deux ne se mettent d'accord pour accuser le troisième. Me glissant dans la brèche, je demande à en savoir plus sur ces trois « gangs », et c'est Biatch qui m'explique que trois groupes dominent la Street War et luttent sans pitié pour s'emparer de toute la ville. Ça ne réglera pas la pauvreté, à mon humble avis, mais je ne vais pas les énerver alors que j'ai réussi à les faire coopérer. Et puis, peut-être le savent-ils. Peut-être n'ont-ils pas d'autres solutions, maintenant que leur seul exutoire n'est plus là. En tous les cas, le chaos ambiant n'est pas étonnant. Privez un troupeau de moutons de son berger, et c'est la pagaille. Et tous ces Bangers semblaient plus dangereux que des moutons. Qui dit moutons dit nuage, et j'enchaîne sur ma seconde question:


- Pourquoi est-ce qu'il fait toujours nuit, très chère? Comment peut-ce être lié à la disparition d'un homme?

Elle explique alors que tout ça était là, simplement. Personne ne sait d'où ça vient, mais c'est là depuis qu'il n'est plus là. Les gens se sont adaptés, dit-elle, les forts survivent et les plus fragiles tombent malades. Je juge à son regard de défi que je n'apprendrai rien de plus d'elle, et je la lâche, demandant par la même occasion à mon sidekick de laisser partir Biatch. J'ordonne aux deux Bangers de ne plus essayer de s’entre tuer, sans quoi je me montrerais violent. La femme crache à mes pieds et disparaît dans une ruelle, tandis que Biatch lâche un dernier biatch, me fait un geste obscène et disparaît dans une autre ruelle. Un soupir se mue en toux, à cause de la puanteur ambiante et âcre qui commence à me prendre à la gorge, et je me tourne vers mon camarade, avant de lui annoncer:

- Il apparaît clair que le problème principal, c'est la disparition de ce Bodenpower. Est-ce que tu as une idée d'endroit où le chercher, même rien qu'une piste de réflexion, ou bien est-ce qu'on fouille sous chaque caillou de cette maudite île?

Je doute qu'il ait une idée constructive, vu qu'il a l'air plutôt direct et brut de décoffrage, et donc peu enclin à réfléchir, mais peut-être me surprendra-t-il.


Dernière édition par Yoshikage Kira le Ven 11 Avr 2014 - 7:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t355-kira-sabreur
Shunto Aki
avatar
Nouveau/Nouvelle

Masculin « Age : 24
« Messages : 48

» Niveau : 11
» Surnom : La patte de bambou
» Akuma no Mi : Aucun
» Rôle / Grade : Combattant

MessageSujet: Re: L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre   Ven 11 Avr 2014 - 10:55

Shunto est en général très patient et compréhensif, mais toute c'est histoires et plutôt le comportement du gars que Kira a mit a terre, de la fille et de Kira lui même, tout ça commençait sérieusement a lui monter au nez et si Kimonoboy n’arrêtait pas tout de suite son ton condescendant envers lui, ça ira très mal. Peut-importe, les choses prit un autre rythme et l'interrogatoire entreprit par Kira commençait a porter ses fruits. Alors qu'il gardait un œil sur l'autre bonhomme, Shunto pensait a faire quelque chose, ce Kira ce prenait bien trop au sérieux, il faut le dire, Aki ne l'aimait pas mais alors pas du tout, mais quel intérêt de ce battre ici et maintenant ? Aucuns, aucunes raisons de risquer sa vie pour ce genre de bêtises, il retira sa main de son fourreau et garda une main sur la tête de l'autre pour éviter qu'il parte.

Beaucoup de réponses d'un coup, il y a trois groupes sur cette île, trois groupes qui s'affrontent a cause de la disparition de ce fameux " Boss " qui porte au final le pseudonyme de " Bodenpower ", drôle de surnom, et les coutumes de cette île sont toute aussi étrange, du Rapp, des battle ... Mais qu'est-ce que c'était que tout ça ?! Alors que l'interrogatoire continuait, le chasseur de primes en profitait pour observer les alentours, ici on ne sais jamais, quelqu'un peut vous mettre une balle ou un couteau dans le dos a n'importe quel moments.

 Une petite fille et sa mère était derrière un mur, observant la scène, surement effrayé par ce qu'il voyait, cette petite fille avait un bras en moins et cette scène ne manquât pas de rendre Shunto plus tolérant avec cette île, car au fond tout le mondes ne sont pas comme c'est brutes, c'est ce qu'il a toujours dit et défendus, il ne faut jamais mettre tout le mondes dans le même panier. L'expression sur son visage changeât, passant de l'impatience et de la colère a un visage plus triste, baissant les yeux vers le sol. A ce qu'il avait entendus, la disparition de ce Boss était la cause du mal être des habitants, cette petite fille a du perdre son bras a cause de cette anarchie qui est apparut après cet événement. Shunto sortit de ses pensées quand il entendit Kira lui demandé de relâcher l'autre gars qu'il appel " Biatch " ... Pourquoi pas, j'enlevais ma main de sa tête et il partit de suite en courant et nous faisans des gestes grossier, de même pour la fille qui partit dans une ruelle, un jolie duo d'imbéciles pour le coup, c'est a causes d'eux et de leurs amis que ce pays va si mal au final, ils s’entre-tuent et du coup le reste de la populations en subit les conséquences, comme cette mère et cette fille.

Kira proposa a Shunto de partir faire quelques recherches a propos de ce " Boss ", et Aki était plutôt d'accord, il fallait juste qu'il mette au point un truc, la nouvelle relation qu'il y a entre les deux, car si ils tombent sur des gens puissant et qu'ils ce font tuer car ils se mettent des bâtons dans les roues, alors ça n'a aucuns intérêt.

" Et bien, avant de te donner mon idée ... "

Le chasseur de primes se mit face a Kimonoboy et croisa les bras, son visage était fermé, très sérieux dans ce qu'il allait dire. On peut prendre Shunto pour un imbécile sans cervelle au début, très bien, mais ce n'est pas le cas, peut-êtres que ses actions démontre le contraire, mais il ne fait jamais rien juste pour la rigolade, gratuitement, en fonçant comme un bœuf.

" ... Je le sens dans ton comportement, que tu te pense bien au dessus de moi et que tu me prend pour un idiot, que grand bien te fasse de pensé ce genre de choses, chacun est comme il est finalement et je n'ai aucunes raisons de changer cela, mais ... Dans notre situation, si nous, nous mêlons des histoires de ce pays je te propose qu'ont laisse nos égaux de coté, on ne sais pas sur qui on peut tomber .. Cette fille et ce type ne sont que des sous-fifres, je ne met pas en cause tes capacités et tes aptitudes, j'ai pu le voir, tu est doué, mais a quoi cela va nous servir de nous mettre des battons dans les roues, on risque juste de ce faire tuer. "

Toujours d'un ton très sérieux, mais aussi dans son comportement et son expression facial, il lui tendit la main, comme pour conclure un accord.

" Pour en revenir a nos affaires, je pense que l'ont devrait recueillir des informations aux prêts des civils, et toute autre personnes qui soit en dehors de c'est trois groupes. Ils sont au milieu de tout ça, ce sont eux qui réparent les pots cassé, ils seront surement plus apte a coopéré, si ils comprennent que nous sommes la pour que les choses changent. " 


Dernière édition par Shunto Aki le Sam 12 Avr 2014 - 23:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t352-shunto-aki-independant
Yoshikage Kira
avatar
Hors-la-loi

Masculin « Age : 23
« Messages : 49

» Niveau : 10
» Surnom : Atom Heart
» Akuma no Mi : Aucun
» Rôle / Grade : Escroc au grand coeur

MessageSujet: Re: L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre   Sam 12 Avr 2014 - 21:30

Oh, Aki fait partie de la classe de personnes qui ont le plus de mal à me supporter... Les susceptibles. Tout ça n'est qu'une blague, à dire vrai, je ne ressens rien pour lui, ni amitié ni haine, mais c'est dans mon caractère de le prendre de haut. Histoire de mettre du piquant à la vie. Enfin, il n'y a pas de secrets : puisque ça ne lui plaît pas, je vais essayer d'arrêter. Chapeau bas, quand même, puisqu'il a réussi à sentir mon ironie. Je souris à mon acolyte, et je lui assure d'un ton doux que je ferai plus attention à l'avenir. Je lui précise également que je suis désolé, et que je ne souhaitais nullement lui porter ombrage. Je suis simplement un bon vivant. De quelques gestes souples, je lisse mon gilet sans manches de soie pâle brodée de fleurs, de même que je le fais à mon kimono émeraude. Je noue ma longue chevelure en un catogan tiré au sommet du crâne, écartant les dernières mèches rebelles d'un mouvement de ma délicate main, et me voilà fin prêt pour la suite de cette aventure ! Aki a suggéré d'interroger quelques civils pour en savoir plus sur cette sordide histoire de gangs.

Ni une ni deux, j'observe avec attention le paysage environnant, cherchant à trouver une habitation pas trop défoncée susceptible de contenir âme qui vive. Tout de même... C'est perturbant, ces nuages éternels. Quelle heure peut-ce bien être ? Le Soleil cherche-t-il à percer ces obscures masses cotonneuses ou bien a-t-il cédé sa place à sa sœur la Lune ? Et comment est-ce que ce Bodenpower peut être lié à ça ? A-t-il un pouvoir particulier ou est-ce le seul moyen pour les hommes de cristalliser leurs angoisses ? L'inconnu effraie, et lui trouver une raison aide à s'en remettre. Peu importe. J'adresse un sourire encourageant à Aki et je commence à remonter la sordide allée où le sang et les cadavres jonchent le pavé. Les gens ne sortent pas trop, mais bon, je ne peux que les comprendre. Si je vivais ici, je me serais sans doute déjà tiré une balle dans le crâne, histoire de mettre fin à la morosité qui m’oppresserait chaque jour.

Voilà que nous tombons sur un nouveau bouge. L'enseigne, si crasseuse qu'on ne peut en lire le nom, pend en grinçant au-dessus de la porte. Haussant les épaules, je pousse la porte qui racle le sol avec un bruit des plus déplaisants, et j'atterris dans un endroit qui a l'air moins mal famé que le précédent, ne serait-ce qu'un peu. Quelques grands hommes à la peau noire et aux vêtements tout aussi difformes (et laids) que ceux de Biatch lèvent les yeux vers mon teint de miel et la complexion plus pâle d' Aki, tandis que de l'autre côté de la salle, des gens plus blancs les regardent en chien de faïence, avec le même style vestimentaire. Si j'avais du temps à y consacrer, j'apprendrais aux gens d'ici à s'habiller, parce qu'ils ont sérieusement dû rater quelque chose la première fois qu'on les a laissés se vêtir seuls. Fier comme un paon, tête haute, je m'assieds à une table, faisant fuir une colonie d'insectes que j'identifie comme des blattes (on n'est sûr de rien, dans les endroits comme ça.) Qu'à cela ne tienne, je grimace et hèle le tavernier:


- Hola, l'ami ! Sers nous donc ta meilleure bouteille de rhum!

Il hausse un sourcil si broussailleux qu'il ferait pâlir une forêt, puis s'éloigne vers l'arrière-salle, sans doute pour accomplir diligemment la tâche que je viens de lui confier. Les deux groupes présents continuent de nous regarder, et je leur adresse un grand sourire à tous deux. Il s'agit de n'en discriminer aucun, car le bar tient de la poudrière, vu la situation explosive qui nous attend. Alors que, d'un pas lourd malgré ses cinquante kilos tout mouillés, le barman s'avance vers nous, et qu'il pose une bouteille d'un liquide brunâtre évoquant quelque chose dont je vous épargne le nom, je remarque que le groupe à la peau sombre a commencé à marmotter. Voilà que les autres le suivent. Je débouche le flacon, indifférent à tout ça, et l'odeur est si âcre qu'elle me prend aux sinus, m'arrachant un éternuement.

Les autres semblent le prendre pour une agression, puisque certains se lèvent et commencent à hausser le ton en rapp, tandis que certains fournissent la piste sonore en émettant des borborygmes avec leur bouche. Ni une ni deux, je tape du poing sur la table et me redresse dans toute ma splendeur. Je me racle la gorge, et voilà que je me lance dans un rapp de mon propre cru:


- Yo, mes frères / Pas l'peine d'vous vener / J'vous veux aucun mal / Pariez pas sur l'mauvais ch'val / Est-ce que vous savez d'puis quand
/ Bodenpower a disparu / C'est p'têtre étonnant / Mais z'allez être secouru / J'vais retrouver l'Boss / Et arrêter vos bastons / Sans tomber sur un os / Foi de... De....
Raaaaaah je trouve pas de rime ! Mais en tous cas, avant que je n'oublie : vous êtes très mal habillés.


Je décroche mon plus beau sourire à l'assemblée, tout fier que je suis de mon rapp.


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t355-kira-sabreur
Joy Boy
avatar
Nouveau/Nouvelle
RP Master - level over 9000 !
Masculin « Messages : 14

» Surnom : Celui qui post plus vite que l'ombre de son ombre.
» Rôle / Grade : RP Master. Parangon d'Awesomeness.

MessageSujet: Re: L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre   Mar 15 Avr 2014 - 23:28

+++ Pnj débloqué : Gorly +++


------------------------------

Le vieux Gorly, c'était le pépé discret qui remuait sa tambouille dans son coin sans se mêler à une foule au sein de laquelle l'oxygène venait rapidement à manquer. Mais lorsque deux moutards venaient semer le bazar au milieu des cafards, y avait comme qui dirait un lézard. Nullement enclin à laisser ce souk perdurer, vacarme assourdissant empêchant l'ancêtre de se concentrer sur ses mots décroisés, il enfila son plus beau gilet et prit la direction du tripot dans lequel ces énergumènes avaient décidé de rendre leur dernier souffle. C'est que c'était le quartier des lascars de Pete "I am" Pee, par ici, aussi le vieux Gorly savait-il qu'il n'y avait qu'une chose qui attendait les inconscients déboulant dans ce genre de coupe-gorge sans avoir montré patte blanche au Pete : la pendaison par le petit orteil, dans le coin réservé aux vautours mélomanes. Autant dire que la partition aurait du mal à recueillir l'adhésion des victimes, futurs paillassons de Mr Pee. C'est que Gorly ne plaisantait pas avec ses mots décroisés, impossible pour lui de dormir s'il ne complétait pas sa grille avant l'extinction des feux. Pour cette raison, il lui fallait dégager les deux jeunots du coin avant qu'ils ne passent la soirée, puis la nuit à hurler de douleur : c'était un coup à rendre caduque tout ersatz de concentration, ça.

"Tocards de lascars pas foutus d'trimer pour leur bout d'lard, j'vais les désosser avant les malabars de l'aut'chaudard ! Y croient quoi, ces moutards débarqués d'nulle part ?! Top-départ, j'vais les dégager dare-dare !"

C'est que le vieux Gorly était aussi l'un des précurseurs en matière de rapp, au point que les jeunots du coin le considéraient toujours comme une sommité locale. Ceci expliquait sans doute pourquoi sa maisonnée était épargnée par les taggs et autres "accidents de rébellion post-juvénile" qui avaient frappé les autres habitations. Le voilà qui traversait la rue, toujours aussi remonté contre les empêcheurs de décroiser les mots en rond...ou quelque chose comme ça. C'est en haussant le menton et en gardant la pose, bras croisés et mains flanquées sur ses épaules qu'il se posta finalement devant l'entrée du bouge voisin. Les deux loupiots semblaient s'y trouver, il pouvait le confirmer aux bruits qui émanaient du bâtiment. Un jeune gars du coin le reconnut et lui fit place nette, annonçant même son arrivée aux occupants du soi-disant bar. Guère attendri par ce pseudo-respect superflu, l'ancien pénétra dans l'établissement et s'adressa directement aux deux étrangers, visiblement à deux doigts de déclencher une baston. Qu'on ne s'y méprenne pas, cependant : le vieux Gorly n'était pas tatillon sur la baston, tant qu'elle n'avait pas lieu près de chez lui. Pointant les deux allochtones tandis que ses doigts mimaient des revolvers braqués sur eux, le vieillard les interpella sans détour.

"Vous m'donnez l'cafard, barbares ! Ton rapp s'ferait pas les dents sur un fromage coulant, mon enfant ! J'vais vous montrer comment procéder, bébés ! Si vous avez des questions, suivez l'pépé..!"

A "suivez", il tourna le dos à l'assemblée et ses doigts-revolvers disparurent pour qu'à la place, ce ne soient ses pouces qui pointent en direction de Kira et Aki. Ce faisant, il leur indiquait de les suivre tout en faisant comprendre aux malabars qu'il se chargeait d'eux. Difficile de présager des intentions de Gorly à ce stade-ci pour quiconque, toujours est-il que la cohue avait cessé pour laisser place à un silence de circonstance. Avec le vieux dans la danse, la communauté rap ne pouvait que suivre la cadence de l'éminence grise.


(Vous avez le choix entre suivre le vieux Gorly chez lui, de l'autre côté de la rue...ou ne pas le suivre et assumer les conséquences, quelles qu'elles soient.)
Revenir en haut Aller en bas
Shunto Aki
avatar
Nouveau/Nouvelle

Masculin « Age : 24
« Messages : 48

» Niveau : 11
» Surnom : La patte de bambou
» Akuma no Mi : Aucun
» Rôle / Grade : Combattant

MessageSujet: Re: L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre   Mer 16 Avr 2014 - 0:22

Le jeune chasseur de primes espérais que Kira avait comprit le message, et que ce genre de choses n'arriverait plus. Alors que les deux cogneurs continuait leur route en remontant l'allée, Shunto plaçât sa main sur le pommeau de son sabre, au cas ou des amis de c'est deux étrange personnages, parlant dans un langage plus qu'étrange pour des gens étrangers a cette ville, désirait venger leurs compagnons, même si au fond de lui, Aki était persuadé que ses capacités et celle de Kira avaient surement dissuader le premier venu qui souhaiterait s'en prendre au chasseur de primes et au Hors la loi. Plus il avançait dans les rues de cette ville, plus une odeur de sang mélanger a d'autres odeur venant de choses que Shunto ne préférait pas connaitre, lui montait au nez, et comme ci ça ne suffisait pas une bourrasque se faufilât entre les maisons et vint soulevée des papiers, des morceaux de vieux journaux ou d'ancien avis de recherche coupé en deux, l'un de c'est détritus s'envola et atterri en pleins milieu du visage d'Aki, sa mauvaise humeur de tout a l'heure refit surface, il jeta violemment le bout de papier au sol et l'écrasa a plusieurs reprises avec sa botte, lâchant quelques insultes au passage. 

Il lâchât un bruyant soupire et se remit en route aux cotés de Kira, alors qu'il pensait qu'ils ne trouveraient plus rien d'interessant et qu'ils devraient trouver les informations eux même, un bar apparut au détour d'un groupe de maisons, en meilleur état que le précédent, mais de peux, quand les problèmes de cette ville seront finit, Shunto était persuader que le pays vaudra le coup d'êtres visiter et même d'y vivre, avec quelques retouches. Alors que Aki et Kira entrèrent dans l’établissement, deux rats passèrent sous ses pieds, allant dans l'autre sens, comme pour fuir cet endroit, est-ce que c'était un signe ?

En tout cas, les différences entre ce bar et le premier n'était qu’extérieur, car il était peuplé du même genre de gusses mal fringué, et avec un barman qui faisait la gueule, comme-ci il était forcé de faire son boulot et qu'il n'y prenait aucuns plaisirs. Aki s'installa avec Kira a une table, le jeune homme au sabre s'affala dans sa chaise et croisa les bras, laissant faire Kira pour le moment, si Shunto pouvait lui reconnaître une qualités, en plus de ses capacités au combat, c'est ça diplomatie, même si au fond il doit êtres comme Shunto et êtres affligé par le comportement des types qui vivent ici et tienne la ville.  En tout cas ce qui était sur, c'est que l'ambiance de ce bar était aussi a revoir, deux groupes dans leurs coins avec le barman au milieu, les membres de gang lançait de temps en temps des regards vers la table des nouveaux arrivants, et toujours aux aguets, Shunto était prêt a dégainer au moindre soucis. Alors qu'Aki ne faisait qu'attendre que quelque chose ce passe, baillant de temps en temps et observant le bar dans tout ses recoins, il fut enlevé de son absence par la voix de Kira ... Qui Rapp ?!

 

Alors que " l'acolyte " d'Aki avait finit sa petite chanson qui ce fondait presque parfaitement a ce pays, Shunto tourna la tête de l'autre coté pour éviter que l'ont le voit rire, mais il ne pouvait pas ce retenir et avec un visage plus que déformé par sa bouche et son rire, il explosa de rire au nez de Kira, il s'avait qu'il le prendrait mal, mais tant pis, ça valait vraiment le coup de venir ici juste pour l'entendre faire du Rapp et comme ci ça ne suffisait pas, une voix qui venait de l'entrée continuât dans la même lancée en réalisant un Rapp, de bonne ou mauvaise qualités, peut importe, c'était ni bien ni mauvais pour Shunto, il était complètement étranger a tout ça et il lui faudra tu temps pour s'y habitué. Le chasseur de primes était toujours en train de rire quand il tourna la tête vers les doubles portes du bar.

" Hahaha ! Arrêtez avec vôtre rapp c'est- "

Son rire comme son expression de joie et de moquerie disparurent en même temps quand il vit la personne qui venait de lancer cette tirade musicale, un vieux ? Enfin ! Un vieil homme ? Qui imitait même des pistolets avec ses mains ? Même les vieux de ce pays sont comme ça ? M'enfin, étant plus ancien que les autres attardés aux pantalons trop large, il doit êtres un peu plus sage ou au moins plus intelligent et plus ouvert au dialogue que ses descendants. Il leur proposa de le suivre pour avoir plus d'informations, Shunto se leva, il en avait assez des bars miteux et des minable au sol en deux coups, il faut que les choses bougent un peux ! Il lança un regard a Kira, qui devait êtres très remonté envers lui après qu'il ce soit moqué de lui, mais ce n'était pas voulu !

" Je sais pas pour toi, mais moi je vais le suivre .. Même si il parle aussi bizarrement que les autres types, il me parait plus enclin a nous donner des informations "


Shunto attendit un petit moment, en attente de la réponse de Kira, si ils continuaient ensemble ou si leurs collaboration s’arrêtait ici.
Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t352-shunto-aki-independant
Yoshikage Kira
avatar
Hors-la-loi

Masculin « Age : 23
« Messages : 49

» Niveau : 10
» Surnom : Atom Heart
» Akuma no Mi : Aucun
» Rôle / Grade : Escroc au grand coeur

MessageSujet: Re: L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre   Mer 16 Avr 2014 - 21:49

On m'a souvent reproché d'être imbu de ma personne, et je dois concéder que c'est plutôt vrai. Toutefois, je sais reconnaître le talent quand je le vois, et le rapp du nouveau venu est un bijou. Finement ciselé, éblouissant, il est sans commune mesure avec toutes les salades qu'on m'avait servies jusqu'ici. Je suis presque jaloux, et la seconde volée me laisse groggy. Et pourtant, avec ses lunettes et son style bon chic bon genre, une première sur cette fichue île, l'ancien qui vient de lâcher cette bombe ne paie pas de mine. Il faut croire que finalement, la sagesse attend le nombre des années. Toutes les rumeurs se sont tues dans la salle, et j'en déduis qu'il est une figure respectée par les divers gangs. Je flaire le filon : il en sait sûrement plus sur Bodenpower que tout ce qu'on pourrait espérer apprendre en interrogeant la quasi-totalité de la piétaille de gangs. Et en l'écoutant suffisamment, je pourrai peut-être apprendre moi aussi à faire de bons rapp. Pour l'honneur, je me dois d'avoir un niveau suffisant d'ici à ce que je parte de l'île. Parce que là, Aki s'était carrément moqué de moi.

Et si un quidam aurait répliqué d'un stupide « Bah fais-en autant avant de critiquer ! », je suis beaucoup trop fier pour ça, et je vais régler cet affront avec ma plume ! Mon flow dévastateur les éblouira tous. En tous cas, quand Aki demande si je veux suivre le vieil homme, je le regarde avec des yeux qui indiquent le fond de ma pensée: bien sûr qu'on va le suivre! Et voilà que notre duo des plus improbable se met en route à la suite du grand-père, sous les regards brillants de respect des énergumènes du bar. Observant le dos de notre drôle d'ancien, je souris en coin : il est évident qu'il est une figure proéminente du milieu. Un conseiller de Bodenpower ? Un de ses amis proches ? Je suppose que nous saurons bientôt, mais je ne peux tenir ma curiosité en laisse plus longtemps, et je demande à notre mystérieux compagnon, d'un ton courtois:


- Dis-moi, Oyaji, qui es-tu exactement ? Il est évident que tous ces jeunes te respectent beaucoup trop pour que tu sois un honnête grand-père. Je suppose que tu es un proche de Bodenpower. Est-ce que tu as des informations sur lui?

Pas de rapp, je ne redemande pas de déculottée, moi ! Et il y a possibilité qu'il s'offusque de mes questions, aussi. Ou qu'il me dise d'attendre qu'on soit arrivés. Je déteste attendre. J'espère que nous arriverons vite à notre destination, et que ce n'est pas un traquenard. Ce vieux là ne paie pas de mine, mais l'habit ne fait pas le moine. Quand on pense à des gens comme Barbe Blanche, le Vice-Amiral Garp... Bah, de toute façon, ça ne sert à rien de tergiverser là-dessus. Nous serons bien vite fixés, puisque notre guide approche d'une porte en particulier. Il habite en face, hein ? Peut-être est-ce pour ça qu'il a surgi comme un bouton au milieu de la figure. Je le savais, que ce bar nous porterait chance ! En tous les cas, comme en écho à mon impatience,tandis que je croise les bras, mes doigts commencent à cliqueter sur le bras opposé à la main. Aura-t-on droit à notre premier rayon de soleil depuis que nous sommes arrivés ici ? Ce ne serait pas du luxe.

J'espère qu' Aki ne fera pas n'importe quoi et qu'il montrera plus de respect au rapp. Critiquer la passion d'une personne est le meilleur moyen de l'agacer. Et j'ai beau être quelqu'un d'aussi moqueur que l'oiseau du même nom, je sais aussi me tenir quand c'est de mise. Je m'approche le plus silencieusement de mon comparse, tandis que le vieux fourrage sa serrure, et j'attire son attention d'un discret coup de coude dans les côtes, avant de lui susurrer à l'oreille:


- Évite les moqueries sur le rapp, Aki. Cet homme est sans doute notre meilleur moyen d'obtenir des informations, et je ne voudrais pas l'énerver. Si les jeunes le respectent autant, c'est que ça doit être mérité. Le pire serait qu'il se mette en colère et soit trop fort pour nous.

Aki n'est peut-être pas le genre à sous-estimer quelqu'un, mais on ne sait jamais. Et cette île me met les nerfs en pelote : mon flegme habituel a laissé la place à une méfiance qui est en train d'empoisonner peu à peu mon cœur... Il me faut des réponses.


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t355-kira-sabreur
Yoshikage Kira
avatar
Hors-la-loi

Masculin « Age : 23
« Messages : 49

» Niveau : 10
» Surnom : Atom Heart
» Akuma no Mi : Aucun
» Rôle / Grade : Escroc au grand coeur

MessageSujet: Re: L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre   Jeu 17 Juil 2014 - 19:16

Alors que le vieux fourrage dans sa serrure avec ses clés, je sens l'inquiétude qui me gagne peu à peu. Pourvu qu'il puisse nous répondre... Pourvu qu' Aki ne se fasse pas remarquer... Pourvu que l'ancien ne nous mette pas dans un petit cratère... La porte s'ouvre sans un bruit, et le vieux nous invite à entrer. L'ambiance de sa maison contraste nettement avec l'île: couleurs chaudes, photos rappelant le bon vieux temps ça et là, mobilier de qualité... Tout cela confirme mon hypothèse, à savoir qu'il est quelqu'un d'important. Vu les rustres qui habitent ici, s'il n'était qu'un quidam, sa maison serait déjà sens dessus dessous. Je me gratte négligemment la joue, tandis qu'il nous invite à nous installer dans deux fauteuils qui m'ont l'air particulièrement confortables... Ni une ni deux, je m'assieds, détachant au préalable le fourreau de mon sabre de ma ceinture et le calant à côté de moi, histoire d'éviter de me faire mal. Indifférent à Aki, je suis du regard le vieil homme à lunettes, qui part fourrager dans sa cuisine. Lorsqu'il revient, il porte un plateau avec une bouilloire et trois tasses.

Les breuvages mystérieux, ça peut être un mauvais plan. Qui sait ce qu'il a pu glisser dans nos verres... J'attendrai qu'il boive pour être sûr. Avec un glou glou chantant, un breuvage ambré s'écoule dans les tasses, et le vieil homme prend enfin place dans un fauteuil. Il remonte ses lunettes, croise ses doigts devant sa poitrine, et grogne, marmottant je ne sais quoi dans sa barbe. Puis, de façon plus intelligible, il nous demande ce qu'on veut savoir. Je prends les devants, pour éviter qu' Aki ne dise n'importe quoi:


- Quelle est donc cette boisson que vous nous avez servi, Oyaji? Et qui est Bodenpower? Où est-il passé? Pourquoi cette île gravite-t-elle autour du rapp? Et cette pollution, d'où est-ce qu'elle provient?

- Doucement, gamin, tu vas faire une syncope. Bois.

Je lève un sourcil, interloqué, mais le vieux me fait signe de boire. Alea jacta est, comme on dit, je trempe mes lèvres dans le breuvage, et je me sens soudain plus léger, comme si mes bronches s'étaient vidées de toutes les poussières et autres saletés qui s'y étaient glissées depuis que je traînais sur cette île. Le vieux hoche la tête d'un air satisfait, et reprend:

- Tag Tea. J'ai développé ça, tu devrais être prémuni pour un moment des dangers de la fumée. Du reste... Comme tu le supposais, j'ai enseigné le Rapp à Bodenpower. Le p'tit, j'l'aurais pas vu réussir ça, j'suis fier de lui, pour sûr. Des comme lui on en fait plus, va. Tous ces jeunes d'aujourd'hui, tous excités, à s'dessouder pour un oui pour un non...

Nouveau grognement de l'ancien, qui secoue la tête comme pour manifester son agacement. J'y vois un peu plus clair, et je me sens mieux, mais je suis toujours un peu dans le brouillard, sans mauvais jeux de mots. J'essaye d'en savoir plus, mais à peine ai-je prononcé le nom du disciple de l' Oyaji qu'il me fait taire d'un "Tut tut tut" du plus bel effet. Il déclare qu'on ferait mieux de faire profil bas, conseil d'ami, et ne dit plus rien. Il nous invite à rester un moment, le temps de savourer nos Tag Tea et quelques biscuits, qu'il part chercher dans la cuisine, nous laissant seuls. Je me tourne vers mon Aki de partenaire, et l'interroge du regard: quid de la suite des évènements?


Revenir en haut Aller en bas
http://riseofanewera.forumactif.org/t355-kira-sabreur
Joy Boy
avatar
Nouveau/Nouvelle
RP Master - level over 9000 !
Masculin « Messages : 14

» Surnom : Celui qui post plus vite que l'ombre de son ombre.
» Rôle / Grade : RP Master. Parangon d'Awesomeness.

MessageSujet: Re: L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre   Lun 15 Sep 2014 - 23:09

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'île de Bangarang ! L'étrange pays lugubre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG One Piece : Rise of a New Era :: 02 (Zone Rp) :: Grand Line :: 1ère route :: Bangarang :: East Side-